interview

George Soros: "Cette crise met véritablement en péril la survie de notre civilisation"

Le milliardaire George Soros de dit "stupéfait de constater à quel point les pays ont pu être pris au dépourvu" par la crise du coronavirus. ©Bloomberg

Le milliardaire et philanthrope américain George Soros estime qu'il est trop tôt pour dire comment le capitalisme évoluera une fois la pandémie de Covid-19 passée. Il s'inquiète, par contre, de l'évolution des relations entre les grandes puissances et pour la survie de l'UE.

Milliardaire, philanthrope, célèbre dans le monde la finance pour ses coups fumeux, George Soros est à la tête de la fondation Open Society qui promeut la liberté d’expression et la transparence des gouvernements dans plus de 100 pays à travers le monde. À 89 ans, cet avocat exalté de la démocratie n’a rien perdu de sa verve. Et il s'inquiète pour l'avenir. À l'heure actuelle, dit-il, "les individus sont dominés par la peur. Et la peur pousse très souvent les individus à se nuire."

Vous avez connu de nombreuses crises. La pandémie de Covid-19 est-elle comparable à une pandémie antérieure?

Non. Une crise comme celle-là, je n’en connaîtrai qu’une de mon vivant. C’est un événement sans précédent qui ne s’est probablement jamais produit sous cette forme. Il met véritablement en péril la survie de notre civilisation.

Est-ce que nous aurions pu éviter cette crise si les gouvernements avaient été mieux préparés?

Interview par Gregor Peter Schmitz*

Les pandémies de maladies infectieuses sont aussi anciennes que la peste bubonique. Elles ont été assez fréquentes au dix-neuvième siècle, puis nous avons eu la grippe espagnole à la fin de la Première Guerre mondiale, qui s’est produite en trois vagues, la deuxième étant la plus mortelle. Des millions de gens sont morts. Et nous avons eu d’autres épidémies graves, comme la grippe porcine, il y a dix ans à peine. On ne peut donc qu’être stupéfaits de constater à quel point les pays ont pu être pris au dépourvu par un tel phénomène.

Est-ce là le plus gros problème de la crise qui nous touche, ce manque de certitude quant à la façon de traiter ce virus et à notre modus operandi dans les mois ou les années à venir?

C’est sans aucun doute un très gros problème. Nous faisons des avancées très rapides et nous sommes à présent beaucoup mieux informés sur le virus, comparativement à la date de son apparition. Mais nous sommes face à une cible mouvante, du fait que le virus lui-même évolue rapidement. La mise au point d’un vaccin prendra beaucoup de temps. Et même une fois que nous aurons développé un vaccin, nous devrons apprendre à le mettre à jour chaque année, parce que le virus va très probablement évoluer. C’est ce qui se passe chaque année avec le vaccin contre la grippe saisonnière.

"Je ne pense pas que quiconque puisse dire comment le capitalisme va évoluer."
George Soros

Cette crise va-t-elle changer la nature du capitalisme?

Nous n’allons pas revenir au point où nous en étions lorsque la pandémie a éclaté. C’est quasiment certain. Mais c’est bien la seule chose qui soit certaine. Pour le reste, toutes les options sont envisageables. Je ne pense pas que quiconque puisse dire comment le capitalisme va évoluer.

Cette crise pourrait-elle nous rapprocher les uns des autres, aussi bien les individus que les États-nations?

À long terme, oui, c’est possible. À l’heure actuelle, les individus sont dominés par la peur. Et la peur pousse très souvent les individus à se nuire. Cela se vérifie aussi bien chez les individus que dans le cas des institutions, des nations et de l’humanité.

Quand les États-Unis et la Chine se rejettent la faute l’un sur l’autre, est-ce encore un exemple de ce que vous décrivez?

Le conflit en cours entre les États-Unis et la Chine complique les choses, car nous devons collaborer à la fois sur le problème du changement climatique et sur la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19. Mais apparemment, nous ne pouvons pas collaborer parce que nous sommes déjà en concurrence pour savoir qui va développer – et utiliser – le vaccin. Le fait d’avoir deux systèmes de gouvernement très différents, démocratique et…

Autocratique?

... exactement, cela complique énormément les choses. Bien des gens disent que nous devrions collaborer très étroitement avec la Chine, mais je ne suis pas favorable à cette idée. Nous devons protéger notre société ouverte démocratique. J’éprouve de la compassion à l’égard du peuple chinois, parce qu’il vit sous la coupe d’un dictateur, le président Xi Jinping.

La mainmise de Xi sur le pouvoir risque-t-elle de s’affaiblir si les Chinois en viennent à se rendre compte que la gestion de la crise n’a pas été optimale?

C’est fort probable. Lorsque Xi a aboli les limites de mandat et s’est nommé en quelque sorte président à vie, il a détruit l’avenir politique des hommes les plus importants et les plus ambitieux au sein d’une élite très sélective et très compétitive. Il a commis là une grosse erreur. Donc, oui, d’une certaine manière, il est très puissant, mais en même temps, extrêmement faible. À l’heure qu’il est, il est peut-être même vulnérable.

Le président américain actuel ne représente toutefois pas vraiment les valeurs d’une société libre et ouverte…

C’est une faiblesse qui, je l’espère, ne va pas durer longtemps. Donald Trump aimerait être un dictateur. Mais il ne peut pas en être un, parce qu’il y a une constitution aux États-Unis que les gens la respectent encore. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas quelques tentatives de sa part, parce qu’il va vraiment se battre jusqu’au dernier carré. Je dirais également que j’ai foi en Trump: je crois qu’il va s’autodétruire – et en ce sens il a dépassé mes attentes les plus folles.

"La survie de l'UE me préoccupe tout particulièrement, dans le sens où elle est une Union incomplète."
George Soros
Fondateur et président de Open Society Foundations

Quel rôle joue l’UE dans cette lutte pour le pouvoir?

La survie de l’UE me préoccupe tout particulièrement, dans le sens où elle est une Union incomplète. Elle était en cours de création. Mais ce processus n’est jamais arrivé à son terme, ce qui rend l’Europe particulièrement vulnérable – plus vulnérable que les États-Unis non seulement parce qu’il s’agit d’une Union incomplète, mais également parce qu’elle repose sur l’État de droit. Et les procédures de justice prennent beaucoup de temps, alors que des menaces comme celles du virus Covid-19 évoluent très rapidement.

Le Tribunal constitutionnel fédéral allemand a lâché une bombe la semaine dernière avec sa dernière décision relative à la Banque centrale européenne. Vous prenez cela au sérieux?

Je prends cela très au sérieux. Cette décision constitue une menace qui pourrait détruire l’Union européenne en tant qu’institution fondée sur l’État de droit, précisément parce qu’elle a été rendue par la Cour constitutionnelle allemande, qui est l’institution la plus respectée en Allemagne. Avant de rendre son verdict, cette Cour avait consulté la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Puis elle a ensuite décidé de la contester. Nous avons donc à présent un conflit entre la Cour constitutionnelle allemande et la Cour de justice de l’Union européenne. Quel tribunal a la préséance?

Techniquement, les traités européens accordent à la CJUE la primauté dans ce domaine. C’est très clair...

Exactement. Lorsque l’Allemagne a rejoint l’UE, elle s’est engagée à respecter le droit européen. Mais cette décision soulève une question encore plus importante: si la Cour allemande peut remettre en question les décisions de la Cour de justice européenne, les autres pays peuvent-ils suivre son exemple? La Hongrie et la Pologne peuvent-elles décider de suivre plutôt le droit européen ou celui de leurs propres tribunaux? Cette question touche au cœur même de l’UE, qui repose sur l’État de droit.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

La Pologne s’est immédiatement emparée de cette occasion et a affirmé la primauté de ses tribunaux contrôlés par son gouvernement, par rapport au droit européen. En Hongrie, Viktor Orbán utilise d’ores et déjà la situation d’urgence du COVID-19 et d’un Parlement captif pour se nommer dictateur. Le Parlement est tenu en session pour approuver ses décrets sans discussion, bien qu’ils transgressent manifestement le droit européen. Si le verdict de la Cour allemande empêche l’UE de résister à ces développements, ce sera la fin de l’UE sous la forme que nous connaissons.

La BCE devra-t-elle changer de politique après cette décision?

Pas nécessairement. Cette décision exige seulement que la BCE justifie ses politiques monétaires actuelles. Elle dispose de trois mois pour justifier les mesures prises. La BCE est la seule institution réellement opérationnelle en Europe qui puisse fournir les ressources financières nécessaires pour lutter contre la pandémie. Elle devrait donc se concentrer sur l’aide à fournir à l’Europe dans la création d’un Fonds de relance.

Avez-vous des suggestions à faire quant à l’origine de ces ressources?

J’ai proposé que l’UE émette des obligations perpétuelles.

Ces obligations perpétuelles ont été confondues avec les "Coronabonds" qui ont été rejetées par le Conseil européen – et à juste titre, parce qu’elles impliquent une mutualisation des dettes accumulées que les États membres ne sont pas disposés à accepter. Cela a empoisonné le débat sur les obligations perpétuelles.

Ces obligations que j’ai proposées seraient émises par l’UE dans son ensemble, elles seraient automatiquement proportionnelles, et le resteraient à perpétuité. Les États membres n’auraient qu’à payer les intérêts annuels, si minimes – disons de 0,5% – que les obligations pourraient être facilement souscrites par les États membres, soit à l’unanimité, soit par une coalition de volontaires.

Selon la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, l’Europe a besoin d’environ 1.000 milliards d’euros pour lutter contre cette pandémie, et elle aurait dû ajouter 1.000 milliards d’euros supplémentaires pour lutter contre le changement climatique. Les obligations perpétuelles pourraient fournir ces sommes si les États membres de l’UE les autorisaient.

Malheureusement, l’Allemagne et les États de la "Ligue hanséatique" dirigés par les Pays-Bas y sont fermement opposés. Ils devraient reconsidérer leur position.

* Gregor Peter Schmitz, rédacteur en chef de Augsburger Allgemeine. Avec Geroges Soros il est coauteurs de The Tragedy of the European Union.

Copyright: Project Syndicate, 2020.


Lire également

Publicité
Publicité