Publicité

Georges Gilkinet (Ecolo): "Il est urgent d'agir pour l'Horeca"

Georges Gilkinet: Comme pour le secteur culturel, il est urgent d’agir pour l’Horeca." ©Photo News

Ecolo-Groen a concocté un plan de soutien aux restaurateurs et cafetiers, parmi les plus touchés par le confinement. "Si on veut éviter une destruction d’emplois massive et des faillites en cascade, il est temps d’agir."

Avec des ventes réduites à quelque 10% de la normale, l’Horeca est l’une des activités les plus touchées par le confinement, aux côtés du secteur de la culture et du divertissement. Non seulement les restaurants et bars sont toujours fermés, mais en plus ils le seront encore pour un moment. Pour eux, pas question à ce stade de déconfiner. Une première date pour une éventuelle réouverture a été avancée, le 8 juin, à confirmer ultérieurement en fonction de l’effet des phases précédentes du déconfinement progressif en cours.

Autant dire que cela va faire mal. "Vous allez voir, en septembre ce sera l’avalanche de faillites", nous affirmait récemment Albert Michiels, le patron du groupe de brasseries Restauration Nouvelle.

"Comme pour le secteur culturel, il est urgent d’agir pour l’Horeca."
Georges Gilkinet
Chef de groupe Ecolo à la Chambre

C’est pour limiter la casse qu'Ecolo a présenté lundi un "plan de secours pour le secteur Horeca". L’objectif du groupe Ecolo-Groen (21 sièges à la Chambre) est d’introduire jeudi une proposition de résolution, "pour lancer le débat", et ensuite de rentrer plusieurs propositions de loi le jeudi suivant, "de façon à obtenir des décisions claires au plus tard le 1er juin", situe Georges Gilkinet, député fédéral et chef de groupe Ecolo à la Chambre. Les Verts proposent d’agir sur plusieurs leviers.

1. Garantie bancaire

"De trop nombreux établissements du secteur Horeca se voient refuser des crédits-ponts de la part de leur établissement bancaire, malgré la garantie apportée par l’État et leur besoin immédiat de liquidité", assure le député. Il appelle à modifier la loi de garantie bancaire pour assouplir un des critères d’exclusion, à savoir l’absence de retard de paiement ONSS, "pour permettre une aide aux établissements Horeca qui ont un retard limité et qui peuvent prouver leur viabilité financière".

2. Loyers commerciaux

Les Verts proposent également d’introduire un crédit d’impôt au bénéfice des bailleurs sur 50% des loyers commerciaux non perçus durant les mois de confinement. "Les loyers sont une charge fixe très problématique, de la sorte on permet de répartir l’effort entre locataires et propriétaires."

3. Chômage économique

Le 7 mai, 800 vestes de cuisinier jonchaient la Grand-Place à Bruxelles, pour rappeler à quel point le secteur Horeca souffre. ©BELGA

Lorsque l’Horeca redémarrera, ce sera partiellement, sur le mode une table sur deux ou quelque chose du genre. D’où la proposition de prolonger de six mois le chômage économique "corona" dans le secteur de l’Horeca. Ceci pour éviter les licenciements secs.

4. TVA

Pour renflouer les caisses, Ecolo-Groen propose également d’augmenter la marge bénéficiaire des restaurateurs et cafetiers par le biais d’une réduction temporaire de la TVA via un crédit d’impôt, "à savoir de pouvoir bénéficier d’un remboursement des montants de TVA perçus. Ce crédit d’impôt serait dégressif sur une période à déterminer (un, deux ou trois ans), à ajuster en fonction de la somme totale perdue à la suite de la crise".

5. Cotisations sociales

Un Maribel social temporaire est également suggéré, pour réduire le coût du travail dans l’Horeca. Il s’agit ici d’autoriser les établissements à "diminuer temporairement les cotisations sociales dues pour leurs travailleurs, tout en préservant les droits de ces derniers". Réduire de combien? "Nous ne plaquons pas un chiffre d’emblée, c’est à discuter", répond le député Ecolo. "Cela dépendra notamment de la durée de la fermeture" subie par les restos et bistrots.

6. Assurances, énergie

Enfin, les Verts estiment "logique" que, pendant le confinement, le paiement des assurances et autres abonnements énergétiques soit "suspendu ou, à tout le moins, fortement diminué".

"Nous mettons ces propositions sur la table pour lancer le débat et appelons tous les niveaux de pouvoir, à commencer par le fédéral, à s’en saisir", invite Georges Gilkinet. "Comme pour le secteur culturel, il est urgent d’agir pour l’Horeca." 

Le ministre des Indépendants et des PME, Denis Ducarme (MR), travaille à "un plan de relance pour le secteur Horeca".

Qu'en dit le ministre des Indépendants et des PME, Denis Ducarme (MR)? Il nous signale travailler à "un plan de relance pour le secteur Horeca", dont le contenu sera dévoilé plus tard. "Ce secteur est extrêmement impacté par l’épidémie de coronavirus. La viabilité de nombreux établissements pourrait être compromise. Il est plus que jamais essentiel de le soutenir."

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité