1. Dossiers
  2. Coronavirus

Goffin évoque avec ses homologues des pays voisins la réouverture des frontières

Le ministre des affaires étrangères, Philippe Goffin, s'est entretenu dimanche et lundi avec ses homologues français, néerlandais, allemand et luxembourgeois, afin d'envisager la levée progressive des restrictions aux 1.385 kilomètres de frontières communes.
  • Merci de nous avoir suivi

    Ce live est à présent terminé. Pour suivre le direct de ce mardi, rendez-vous ici.

    Bonne journée.

  • Ce qu'il faut retenir de ce lundi

    Le bilan sanitaire du jour: Le dimanche 17 mai, 279 nouveaux cas ont été rapportés. 43 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures. Au total, 1.614 patients sont actuellement hospitalisés. 14.657 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 27 au cours des 24 dernières heures. 28 décès sont à déplorer sur les dernières 24 heures, ce qui porte à 9.080 le nombre total de morts liés au coronavirus en Belgique.

    La France et l'Allemagne proposent un plan de relance de 500 milliards d'euros pour permettre à l'Europe de se relever de la crise du coronavirus, ont annoncé lundi lors d'une conférence de presse, respectivement depuis Paris et Berlin, le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel.

     Retour à la normale sur le réseau de la Stib. Le réseau de transports bruxellois était perturbé la semaine dernière à la suite de l'action non couverte par les syndicats menée par un certain nombre de conducteurs et chauffeurs qui dénonçaient le manque de mesures de protection.

    ► Des recherches sur le virus Sars-CoV-2 ont démontré que le retour des skieurs après les vacances de carnaval a joué un rôle important dans l'importation du virus en Belgique. Bien qu'il ait aussi été introduit en Belgique avant et après cette période, rapportent De Standaard et Het Nieuwsblad.

    ► La ministre de la Santé et des Affaires sociales Maggie De Block propose de rediriger gratuitement les demandeurs d'emploi vers des postes d'infirmières ou infirmiers

    ► Les discussions ont commencé chez Brussels Airlines sur la lourde restructuration que la compagnie aérienne veut mettre en œuvre. Selon les syndicats, le régime de chômage avec complément d'entreprise (RCC - l'ancienne prépension) et un plan cafétéria, au lieu de salaires nets, figurent parmi les pistes d'un projet de convention collective de travail (CCT) qu'ils ont reçu. Les représentants des travailleurs proposent, de leur côté, une réduction du temps de travail.

    ► Le Setca dépose un préavis de grève à durée indéterminée dans le secteur des hôpitaux et des maisons de repos en Wallonie et à Bruxelles. Le syndicat socialiste indique qu'il couvrira toutes les actions "de légitime mauvaise humeur" face à la gestion de la crise du coronavirus. Tous les secteurs de la commission paritaire 330 (soins à domicile, maisons médicales entre autres) sont également concernés par ce préavis de grève.

    ► Le ministre des affaires étrangères, Philippe Goffin, s'est entretenu dimanche et lundi avec ses homologues français, néerlandais, allemand et luxembourgeois, afin d'envisager la levée progressive des restrictions aux 1.385 kilomètres de frontières communes avec ces quatre pays à la suite du début du déconfinement après plus de deux mois de crise sanitaire, a indiqué lundi son cabinet.

    ► La société américaine Moderna a fait état de "données intérimaires positives" de la phase initiale des essais cliniques de son projet de vaccin contre le nouveau coronavirus sur un petit nombre de volontaires.

    ► Le retour partiel et progressif à l'école dans le cadre de la stratégie de déconfinement s'est déroulé "sans problème majeur" en Fédération Wallonie-Bruxelles, a assuré la ministre de l'Education, Caroline Désir (PS). Sur base des informations que lui ont fourni les différents réseaux d'enseignement lundi, celle-ci estimait que 50 à 60% des élèves de 6e primaire avaient retrouvé le chemin de l'école, et 75% pour les élèves en classes terminales du secondaire. REPORTAGE | Rentrée des classes: "Ça ne va pas être facile de les reconnaître!"

  • Largarde: "Les propositions franco-allemandes sont ambitieuses, ciblées et bienvenues"

    La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a salué le projet de relance de 500 milliards d'euros proposé lundi par les dirigeants français et allemand pour aider l'Union Européenne à se remettre de la crise historique générée par le Covid-19. "Les propositions franco-allemandes sont ambitieuses, ciblées et bienvenues", a-t-elle affirmé dans un entretien accordé lundi à quatre quotidiens européens dont Les Echos pour la France, Corriere della Sera pour l'Italie, Handelsblatt pour l'Allemagne et El Mundo pour l'Espagne. 

  • Le bilan de la pandémie dans le monde lundi soir

    La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 316.333 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi à partir de sources officielles lundi à 21h.

    Plus de 4.759.650 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 1.711.900 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

  • Les mosquées ne rouvriront pas leurs portes pour célébrer la fin du Ramadan

    Malgré le déconfinement progressif entamé en Belgique depuis début mai, les mosquées ne pourront rouvrir leurs portes au public durant l'Aïd El Fitr, la fête de fin du Ramadan, qui aura lieu le 23 ou 24 mai prochain, annonce lundi l'Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB). Si la bulle sociale a récemment été élargie de quatre personnes, les rassemblements restent proscrits. La prière de l'Aïd ne pourra dès lors être accomplie qu'à la maison, sans khotba (discours) et en cercle restreint.

  • 131 morts en 24 heures en France, moins de 2.000 malades en réanimation

    Le dernier bilan du coronavirus en France fait état lundi soir de 131 morts sur les dernières 24 heures (contre 483 morts la veille), portant le bilan à 28.239 morts depuis le 1er mars dernier, a indiqué la direction générale de la Santé. 

    Au total, 19.015 patients ont été hospitalisés, dont 375 ces dernières 24 heures. Cela représente une baisse de 346 lits occupés par rapport à la veille. Parmi eux, 1.998 sont en soins intensifs (+38). Au total, 142.903 cas de contamination ont été recensés, dont 492 supplémentaires en 24 heures. Et 61.728 personnes ont pu sortir de l'hôpital depuis le début de la pandémie.

  • Les Belges sont nombreux à opter pour des maisons de vacances dans le pays (Belvilla)

    Belvilla, une entreprise de location de maisons de vacances, a observé une augmentation de 20% du nombre de réservations pour les mois d'été en Belgique. Les régions dans lesquelles les réservations sont les plus importantes sont le Luxembourg, Liège et Namur. "Cette année, les Belges préfèrent passer leurs vacances au pays, une tendance qui est également visible dans le reste de l'Europe", selon Belvilla. 

  • Environ 85% des clients de Thomas Cook ont été remboursés

    Quelque 37.500 voyageurs concernés par la faillite du tour opérateur Thomas Cook ont été remboursés, soit 85% des dossiers ouverts, indique lundi le Fonds de garantie voyages. Le montant déjà versé s'élève à 20 millions d'euros. Le Fonds veut avoir bouclé 90% des dossiers pour la fin du mois.

  • Telenet veut un remboursement partiel des droits télé

    Le détenteur des droits télé Telenet a lancé un ultimatum à la Pro League après l'arrêt définitif du championnat, entériné la semaine dernière lors de l'AG de la ligue professionnelle de football. L'opérateur entend récupérer une partie des droits télévisés qu'il a versés alors que le championnat a été interrompu après 29 journées sur 40. De son côté, la Pro League se retranche derrière la force majeure pour ne pas rembourser, les directives du Conseil national de sécurité ne permettant pas au championnat de se terminer dans les temps impartis.

    Si elle ne donne pas suite à son appel de Telenet, envisage une poursuite en justice, a-t-il déclaré à Belga. Telenet "appelle à nouveau à une discussion constructive avec tous les titulaires de droits concernant le remboursement de l'avance déjà versée". De son côté, VOO dit "analyser ce dossier sous l'angle d'une récupération des droits des matches non-disputés ou d'autres contreparties" et a déjà manifesté ses intentions à la Pro League. Enfin, Proximus attend de la Pro League "un remboursement proportionnel des droits de diffusion déjà payés et attend un retour officiel de la Pro League à ce sujet".

    Reste à voir, le cas échant, quelles compensations les opérateurs pourraient obtenir, sachant qu'à partir de la saison prochaine, les droits TV de la Pro League seront détenus par Eleven Sports qui déboursera cent millions par saison, soit vingt de plus que le contrat qui s'achève. 

  • Goffin évoque avec ses homologues des pays voisins la réouverture des frontières

    Le ministre des affaires étrangères, Philippe Goffin, s'est entretenu dimanche et lundi avec ses homologues français, néerlandais, allemand et luxembourgeois, afin d'envisager la levée progressive des restrictions aux 1.385 kilomètres de frontières communes avec ces quatre pays à la suite du début du déconfinement après plus de deux mois de crise sanitaire, a indiqué lundi son cabinet. 

    "Durant la crise, la Belgique a su trouver un bon équilibre entre les aspects sanitaires, humains et économiques. Tout en limitant fortement les voyages non essentiels, la Belgique a pu continuer à jouer son rôle de plaque tournante logistique afin de permettre à de nombreux citoyens européens de rentrer chez eux. D'autres aspects doivent maintenant être envisagés comme les visites à des proches à l'étranger, les achats habituels fait dans les pays voisins, la continuité de l'entretien des biens immobiliers à l'étranger, ...", a précisé M. Goffin (MR) dans un communiqué. 

    Selon le chef de la diplomatie belge, une levée des restrictions ne peut se faire qu'à deux conditions: d'abord "une même approche face à la maladie de part et d'autre de la frontière et un niveau de contamination maîtrisé" et ensuite "une réouverture pleinement concertée avec les autres États".

    ©Photo News

  • Le bilan quotidien du coronavirus passe sous les 100 morts en Italie

    Le bilan quotidien des victimes du Covid-19 en Italie est passé lundi, pour la première fois depuis deux mois, sous la barre des 100 morts, a-t-on appris de source officielle. Nonante-neuf patients sont décédés ces dernières 24 heures dans la péninsule, selon la Protection civile italienne. Il s'agit du bilan le plus bas depuis le 9 mars (97 morts), au moment où le pays, touché de plein fouet par l'épidémie du nouveau coronavirus, entrait en confinement.

  • Le secteur du fitness demande la réouverture rapide de ses centres de sport

    La Fédération Fitness.be invite lundi le gouvernement à donner des informations plus précises quant à la réouverture des centres de fitness. Le sport contribue au bien-être physique et mental de la population et est donc une partie de la solution dans la lutte contre le virus, affirme Fitness.be dans un communiqué. L'association réclame une reprise rapide des activités du secteur. 

    Alors que les clubs de fitness ne peuvent, pour l'heure, pas encore rouvrir leurs portes, la possibilité de reprendre des activités sportives en extérieur a suscité la confusion au sein de l'association professionnelle du secteur. L'autorisation de réouverture dont bénéficient les professions de contact depuis lundi a, elle aussi, été vivement critiquée au sein de la Fédération. En effet, alors que de nombreux salons de beauté mettent des appareils de fitness à disposition de leurs clients, Fitness.be ne comprend pas que les entraîneurs sportifs personnels ne puissent pas en faire de même.

  • Le musée Hergé rouvre le 22 mai

    Le musée Hergé à Louvain-la-Neuve se prépare à accueillir à nouveau les visiteurs à partir du 22 mai, date de l'anniversaire du père de Tintin et des 11 ans du musée, a annoncé ce dernier lundi. Le bâtiment avait dû fermer ses portes en raison de la pandémie de Covid-19.

    Le musée s'est organisé pour permettre aux visiteurs de circuler dans son espace de quelques 3.600 mètres carrés en respectant les consignes de distanciation sociale. Les groupes, en dehors des familles, ne seront pas autorisés. Afin d'éviter tout contact non nécessaire, le musée s'est également doté d'une application audioguide téléchargeable sur smartphone, disponible en français, néerlandais, anglais, allemand, espagnol et chinois.

  • La France et l'Allemagne proposent un plan de relance de 500 milliards d'euros

    La France et l'Allemagne proposent un plan de relance de 500 milliards d'euros pour permettre à l'Europe de se relever de la crise du coronavirus, ont annoncé lundi lors d'une conférence de presse, respectivement depuis Paris et Berlin, le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel.

    "Pour soutenir une reprise durable qui rétablisse et renforce la croissance dans l'UE, l'Allemagne et la France soutiennent la création d'un Fonds de relance ambitieux, temporaire et ciblé" dans le cadre du prochain budget de l'UE" doté "de 500 milliards d'euros", ont indiqué les chefs lors d'une conférence de presse commune, mais à distance et par vidéo-conférence.

  • Retour à l'école: 50 à 60% des élèves en 6e primaire, 75% en terminales du secondaire

    Le retour partiel et progressif à l'école dans le cadre de la stratégie de déconfinement s'est déroulé "sans problème majeur" en Fédération Wallonie-Bruxelles, a assuré la ministre de l'Education, Caroline Désir (PS). Sur base des informations que lui ont fourni les différents réseaux d'enseignement lundi, celle-ci estimait que 50 à 60% des élèves de 6e primaire avaient retrouvé le chemin de l'école, et 75% pour les élèves en classes terminales du secondaire.

    Les chiffres précis devraient être connus dans les jours à venir. "(Je) tiens à remercier chaleureusement tou.te.s les acteur.rice.s qui se sont mobilisé.e.s et qui ont fourni un travail colossal pour réussir ce défi! ", a commenté Mme Désir par voie de communiqué. 

  • La Flandre appelle à la levée de l'interdiction de se rendre dans sa seconde résidence

    La ministre flamande du Tourisme, Zuhal Demir (N-VA), appelle à la levée, "le plus rapidement possible", de l'interdiction de se rendre dans sa seconde résidence à la mer ou dans les Ardennes. Cette interdiction ne se justifie plus, estime la ministre sur Facebook, soutenue par le ministre-président flamand Jan Jambon.

    "Si vous voulez empêcher les gens d'aller dans leur propriété ou leur caravane, vous devez pouvoir le justifier. Et cette justification est aujourd'hui totalement absente. Au contraire, des voix importantes dans le débat, comme celle du virologue Marc Van Ranst, estiment que cette interdiction est une 'mauvaise mesure' et qu'elle est inutile d'un point de vue virologique."
    Zuhal Demir
    Ministre flamande du Tourisme

    La semaine passée, le Conseil national de sécurité a décidé de ne pas autoriser les séjours dans les secondes résidences avant le 8 juin au plus tôt, ce qui a poussé plusieurs centaines de propriétaires à s'unir pour mettre en demeure l'Etat belge.

  • Le Danemark propose un dépistage à tous les adultes

    Le Danemark, qui compte un peu moins de 6 millions d'habitants, a annoncé que tous les adultes asymptomatiques qui le souhaitaient allaient pouvoir être testés au nouveau coronavirus, tandis que le pays a enregistré la plus faible hausse de cas en deux mois.
    Les personnes âgées de 18 à 25 ans seront prioritaires. Jusqu'à présent, seuls ceux présentant des symptômes pouvaient être dépistés, après avoir obtenu l'accord de leur médecin traitant. 

    Il s'agit d'un test virologique qui détermine la présence effective actuelle du virus dans l'organisme et non d'un test sérologique qui permet de mettre en lumière une éventuelle contamination passée grâce à la présence d'anticorps.

    Après avoir annoncé des mesures sévères dès le 11 mars, le Danemark a été le premier pays à rouvrir ses écoles maternelles et primaires, le 15 avril. Depuis, nombreuses sont les restrictions à avoir été levées: réouverture des petites entreprises de soins à la personne comme les salons de coiffure et les tatoueurs, puis des centres commerciaux et grands magasins et enfin des restaurants et cafés.

  • L'Université de Liège renforce sa plateforme e-Campus après un "faux départ"

    L'Université de Liège (ULiège) va renforcer sa plateforme informatique pour les examens à distance (e-Campus) après une importante panne de serveur survenue ce lundi matin, au premier jour d'une session inédite en pleine crise sanitaire du coronavirus. La douzaine d'interrogations qui devaient avoir lieu ont été reportées à une date ultérieure.

     À 09h00 tapantes ce lundi matin, quelque 1.400 étudiants de plusieurs facultés de l'Université de Liège ont tenté de se connecter à la plateforme e-Campus afin de passer leur premier examen en ligne, mais en vain. Pour cause: le serveur informatique a planté. "Cette défaillance du serveur est liée au grand nombre de connexions simultanées", a fait savoir l'ULiège dans un communiqué publié dans l'après-midi. Des tests à blanc simulant les conditions d'examens avaient pourtant été effectués ces deux dernières semaines, mais "ils n'ont pas permis de mettre en évidence le problème survenu ce matin", a souligné l'institution. 

    "Disons qu'il s'agit d'un faux départ. Au premier jour de l'enseignement à distance, on avait aussi dû faire face à un couac technique. Espérons que la suite de la session se déroule dans les meilleures conditions."
    Didier Moreau
    Université de Liège

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    55.559
    Cas confirmés en Belgique
    Le dimanche 17 mai, 279 nouveaux cas ont été rapportés. 147 patients résident en Flandre, 108 en Wallonie et 22 à Bruxelles. Nous n’avons pas d’information concernant le lieu de résidence des 2 dernières personnes. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 55.559.

    • La Belgique a enregistré 279 nouveaux cas de coronavirus sur son territoire, ce qui confirme le repli constaté ces derniers jours. Sur les sept derniers jours, cet indicateur a reculé quotidiennement en moyenne de 7%. 

    43 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures en raison de leur infection au nouveau coronavirus. Au total, 1.614 patients sont actuellement hospitalisés. 

    • En ce moment, 342 lits sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19 dans les unités de soins intensifs. 190 patients nécessitent une assistance respiratoire. 

    14.657 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 27 au cours des 24 dernières heures.

    •  28 décès sont à déplorer sur les dernières 24 heures, ce qui porte à 9.080 le nombre total de morts liés au coronavirus en Belgique. Sur les 9.080 personnes décédées, 48% sont mortes à l’hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins, 0,2% à la maison et 0,4% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (23%) ou des cas suspects (77%). 

  • Vidéo | Les Beaux-Arts préparent leur réouverture

    Les Musées royaux des Beaux-Arts rouvrent mardi, après deux mois de confinement. Voici à quoi ressemblera une visite au musée dans l’après-corona. 

    Coronavirus: les Beaux-Arts préparent leur réouverture

  • Des résultats "intérimaires positifs" pour un vaccin

    La société américaine Moderna a fait état de "données intérimaires positives" de la phase initiale des essais cliniques de son projet de vaccin contre le nouveau coronavirus sur un petit nombre de volontaires.

    Le vaccin a semblé susciter une réponse immunitaire chez huit personnes à qui il avait été administré, de la même ampleur que ce qu'on observe chez ceux qui ont été contaminés par le virus, selon un communiqué du laboratoire, qui ajoute que la phase 3 des essais cliniques, la plus importante avec un grand nombre de volontaires, commencera en juillet. 

  • Contact tracing: une minorité de citoyens refusent de collaborer

    Parmi les personnes contactées par les "contact tracers" engagés dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, seules 4% refusent de collaborer en Wallonie et à Bruxelles. En Flandre, ce pourcentage passe à 5%, selon des chiffres dévoilés par l'AViQ, l'agence wallonne pour une vie de qualité.

    Selon l'AViQ, 178 patients "index", c'est à dire des patients contaminés par le coronavirus ou fortement suspectés de l'être, ont été contactés le 9 mai. Un chiffre qui a ensuite progressivement augmenté dans les jours suivants pour atteindre 589 patients "index" le 15 mai, avant de refluer à 394 patients le 16 mai, un samedi.

    Parallèlement, 45 contacts à haut risque - ayant côtoyé une personne contaminée pendant plus de 15 minutes à moins d'1,5 mètre de distance - ont été identifiés le 9 mai; 297 le 11 mai; 114 le 15 mai et 174 le 16 mai.

    D'après l'AViQ, 17% des contacts à haut risque contactés ont déclaré présenter des symptômes. Les appels passés par les agents de prévention leur ont permis de prendre contact avec leur médecin et d'appliquer, comme les autres contacts à haut risque, les recommandations, dont celle de l'isolement.   

  • Feu vert européen pour le soutien belge à l'assurance-crédit

    La Commission européenne a autorisé un régime belge de réassurance de 903 millions d'euros pour soutenir le marché de l'assurance-crédit commercial dans le cadre de la crise du coronavirus. L'assurance-crédit commercial protège les entreprises fournissant des biens et services contre le risque de non-paiement par leurs clients.

    Compte tenu de l'impact économique de la pandémie, le risque s'est accru que les assureurs ne soient pas disposés à maintenir leur couverture d'assurance. Le régime belge de réassurance garantit que l'assurance-crédit commercial reste accessible à toutes les entreprises, évitant aux acheteurs de biens ou de services de payer à l'avance, réduisant ainsi leurs besoins immédiats de liquidité.

    L'exécutif européen valide chaque semaine de nombreuses aides décidées par les États membres pour répondre aux urgences économiques nées de la crise du coronavirus, grâce à un assouplissement inédit de ses règles en la matière. 

  • L'Espagne espère rouvrir ses frontières aux touristes fin juin

    Destination prisée des voyageurs, l'Espagne espère rouvrir ses frontières aux touristes fin juin dans l'espoir de relancer un secteur rendu exsangue par le confinement instauré pour ralentir la propagation du nouveau coronavirus. 

    "Dès que les Espagnols pourront se déplacer dans d'autres régions que les leurs, les étrangers pourront revenir en Espagne. (...) Fin juin, nous allons relancer l'activité du tourisme, je l'espère."
    Jose Luis Abalos
    Ministre espagnol du tourisme

    Avec 27.650 morts imputées au Covid-19, l'Espagne est l'un des pays les plus durement touchés par l'épidémie et elle sort progressivement des mesures de confinement mises en œuvre à la mi-mars.

    Dans un pays où le tourisme représente 12% du PIB, la réouverture des frontières et le retour des touristes est vital pour une économie qui pourrait, selon la Banque d'Espagne, se contracter de 12,4% cette année.

  • Préavis de grève dans les hôpitaux et les maisons de repos

    Le Setca dépose un préavis de grève à durée indéterminée dans le secteur des hôpitaux et des maisons de repos en Wallonie et à Bruxelles. Le syndicat socialiste indique qu'il couvrira toutes les actions "de légitime mauvaise humeur" face à la gestion de la crise du coronavirus. Tous les secteurs de la commission paritaire 330 (soins à domicile, maisons médicales entre autres) sont également concernés par ce préavis de grève. 

    Le Setca souligne les inquiétudes et les tensions engendrées par la publication récente de deux arrêtés royaux portant sur la réquisition et la délégation élargie d'actes pris dans le secteur infirmier. "Ils sont une mauvaise réponse à un vrai problème, ils ne sont que l'arbre qui cache la forêt car le vrai problème ce sont des années d'austérité et de destruction de la sécurité sociale qui nous ont mis à l'os", explique-t-il.

    "Ils sont à bout et en colère. Se faire qualifier de 'déserteurs' et 'd'enfants gâtés' par ces mêmes politiques qui accordent si peu d'importance à leur sort depuis trop longtemps est la goutte d'eau qui fait déborder le vase."
    Le Setca

      

    Un calendrier d'actions doit être mis en place dans les prochains jours. Vendredi dernier, la CSC Services publics avait également annoncé le dépôt d'un préavis de grève, couvrant les actions prévues du 18 mai au 18 juin dans les institutions de soins publiques (hôpitaux, maisons de repos...) en Fédération Wallonie-Bruxelles. 

  • La qualité de l'air se dégrade de nouveau en Chine

    La qualité de l'air en Chine s'est dégradée en avril pour la première fois depuis décembre, date de l'émergence de l'épidémie de nouveau coronavirus qui a conduit les autorités à arrêter des pans entiers de l'activité économique. Selon le ministère chinois de l'Écologie et de l'Environnement, les concentrations de particules en suspension (PM2,5) ont augmenté de 3,1% en avril pour atteindre une moyenne de 33 microgrammes par mètre cube dans 337 villes chinoises.

    Les concentrations d'ozone troposphérique, de dioxyde de soufre et de dioxyde d'azote ont également augmenté au cours du mois, selon les données officielles. "Les niveaux des polluants atmosphériques ont reculé lors du confinement national en février, tombant à un creux début mars, mais ils dépassent à présent les niveaux d'avant la crise", souligne le Centre de recherche sur l'énergie et l'air pur (CREA), un organisme de recherche indépendant international basé à Helsinki, dans un rapport publié ce lundi.

  • "Vous ne serez pas stigmatisé ou pénalisé" avec le tracing

    Au cours des dernières 24 heures, 13.860 dépistages ont été pratiqués. Au total, 400.749 tests ont été effectués depuis début mars. Pour rappel, le Conseil national de sécurité (CNS) a fixé la capacité de dépistage à 25.000 tests par jour comme condition de réussite du déconfinement.

    Concernant le suivi des patients et de leurs contacts par les centres d'appels, il a "commencé de manière active", a affirmé l'infectiologue et porte-parole interfédéral Covid-19 francophone Yves Van Laethem. "Chaque jour, 400 à 500 patients sont contactés et ceci est un point extrêmement positif. Cependant, on remarque que les patients ainsi contactés ne dénombrent qu'un demi à un contact à haut risque sur les 48 heures qui ont précédé le début de leur maladie. Ceci est extrêmement peu", a-t-il cependant tempéré.

    L'infectiologue a donc rappelé l'importance de bien renseigner l'entièreté des contacts à haut risque, rappelant que ceux-ci sont caractérisés par un échange verbal à moins d'un mètre cinquante pendant plus de 15 minutes. "Vous ne serez pas stigmatisé ou pénalisé. C'est en renseignant ces contacts de manière efficace et le plus globalement possible que vous allez permettre d'endiguer la seconde vague que nous craignons tous et que vous allez aider à éviter de nouvelles mesures de confinement drastiques", a-t-il conclu. 

  • Très peu d'établissements scolaires n'ont pas rouvert

    40 écoles
    sur 2.500 en FWB
    Seuls 40 établissements scolaires sur les 2.500 que compte la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) n'ont pas rouvert leurs portes ce lundi dans le cadre du déconfinement progressif en Belgique matérialisé par la reprise des cours en 6e primaire et 6e et 7e secondaire. C'est ce qu'a déclaré Pierre-Yves Jeholet, ministre-président du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, lors de sa visite de l'école primaire de Chaineux (Herve).

  • Négociations tendues chez Brussels Airlines

    Les discussions ont commencé chez Brussels Airlines sur la lourde restructuration que la compagnie aérienne veut mettre en œuvre. Selon les syndicats, le régime de chômage avec complément d'entreprise (RCC - l'ancienne prépension) et un plan cafétéria, au lieu de salaires nets, figurent parmi les pistes d'un projet de convention collective de travail (CCT) qu'ils ont reçu. Les représentants des travailleurs proposent, de leur côté, une réduction du temps de travail.

    La procédure Renault, d'application lors de licenciements collectifs, a débuté lundi avec la phase 1, dite de consultation et d'information, lors de laquelle les syndicats peuvent poser leurs questions. Plus de 100 questions ont été rassemblées. Les discussions promettent de ne pas être simples. Les représentants du personnel estiment, en effet, les propositions sur la table "inacceptables".

    En outre, la compagnie aérienne doit encore aboutir à un accord pour une aide d'État avec le gouvernement belge, tout comme sa maison mère Lufthansa avec le gouvernement allemand. Carsten Spohr, le patron du groupe aéronautique, était d'ailleurs à Bruxelles vendredi pour aborder l'épineuse question d'une aide d'État belge avec la Première ministre Sophie Wilmès et le ministre des Finances Alexander De Croo, mais aucun accord n'a pu être dégagé pour l'instant.

    "Nous devons d'abord avoir de la clarté sur l'avenir immédiat de l'entreprise. Autrement, cela n'a aucun sens de parler du reste."
    Didier Lebbe
    Permanent CNE

     

  • Revoir la conférence de presse du Centre de Crise

    La conférence de presse du Centre de crise du lundi 18 mai

  • Le déconfinement avance en Italie, la basilique Saint-Pierre rouvre

  • Un premier point sur la situation dans l'enseignement francophone ce mercredi

    "Les réseaux m'ont annoncé entre 50 et 60% de taux de présence pour les 6es primaires et sans doute davantage en secondaire", indiquait ce matin la ministre de l'Éducation Caroline Désir, interrogée en radio sur Bel RTL. Si de nombreuses écoles reprennent des cours ce lundi, par "silos" de 10 élèves, d'autres le feront mardi, et certaines resteront, en revanche, fermées toute la semaine, parfois sur décision des communes. "On est en train d'examiner ça", indique la ministre de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui précise que le but n'est pas d'avoir une réouverture "à la carte": "le CNS (Conseil national de sécurité) a décidé d'une reprise des leçons, cela fait partie de la stratégie de déconfinement". 

    L'administration est chargée de prendre contact avec les pouvoirs organisateurs qui ont exprimé des difficultés. Certaines écoles ont estimé, en effet, ne pas être en mesure de respecter les conditions fixées pour une reprise des cours (espace, petits groupes, limitation des contacts, etc.), ce qui les pousse à rester portes closes. "Parfois, il semble que la taille des locaux rende difficile les silos ou la distanciation", explique la ministre, toujours interrogée par Bel RTL.

    "On va faire le point mercredi avec tous les acteurs de l'enseignement, pour voir s'il est possible d'enclencher cette 2e phase. Si c'est difficile en termes d'organisation, on peut, par exemple, imaginer de postposer d'une semaine."
    Caroline Désir
    Ministre francophone de l'Enseignement

  • Conférence de presse de Macron et Merkel à 17 heures

    Emmanuel Macron et Angela Merkel s'entretiendront ce lundi après-midi en visio-conférence avant de tenir une conférence de presse commune à 17h00, heure belge, et de présenter une "initiative franco-allemande" dans le cadre de la crise du coronavirus, a indiqué l'Élysée. 

  • 342 nouveaux cas en Allemagne

    Quelque 342 nouveaux cas de contamination au coronavirus ont été recensés au cours des dernières 24 heures en Allemagne et 21 décès supplémentaires liés à l'épidémie ont été signalés, a fait savoir l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses. Au total, 174.697 cas de contamination et 7.935 décès ont été répertoriés dans le pays depuis le début de l'épidémie, selon les données de RKI.

  • "L'horeca perd 47 millions d'euros par jour"

    L'horeca subit une perte de chiffre d'affaires de 47 millions d'euros par jour en raison de la crise liée au coronavirus, rapporte De Standaard, se basant sur un chiffre calculé par le département de recherche de Comeos. La Fédération du commerce demande des mesures de soutien supplémentaires, sans quoi "nous nous dirigeons vers un cimetière social", souligne-t-elle.

     "La perte de chiffre d'affaires est énorme", déclare le directeur général de Comeos, Dominique Michel. "S'ils sont autorisés à rouvrir le 8 juin, les établissements accuseront une perte totale de 4 milliards d'euros." Comeos représente les grandes chaînes de restauration mais les chiffres concernent bien l'ensemble du secteur horeca en Belgique. 

    "Pour un restaurant normal, vous devez continuer à payer 15 à 20% des coûts salariaux, même si les employés ne travaillent pas."
    Dominique Michel
    Comeos


    Le Conseil national de sécurité a fixé une réouverture à partir du 8 juin, mais aucune décision n'a encore été prise. Même si cela se produit, les dommages encourus sont toujours énormes, affirment les fédérations. "La crise ne fait que commencer", explique M. Michel. Le gouvernement a déjà pris une série de mesures, telles que le chômage temporaire. "Mais pour un restaurant normal, vous devez continuer à payer 15 à 20% des coûts salariaux, même si les employés ne travaillent pas", ajoute-t-il, évoquant des coûts tels que les primes de fin d'année, les assurances groupe et les indemnités de vacances.

    Comeos demande donc des mesures de soutien supplémentaires, telles qu'une réduction de la TVA à 6%, l'exonération des cotisations ONSS et l'extension du chômage temporaire.

  • Jerome Powell: "Des différences fondamentales" avec la Grande Dépression

    La crise économique provoquée par la pandémie présente "des différences fondamentales" avec la Grande Dépression et la croissance devrait reprendre plus vite malgré un chômage très élevé et une profonde récession, a affirmé, dimanche, le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell.

    "Je ne crois pas du tout que ce soit un résultat probable", a dit M. Powell, lors d'une interview sur CBS à propos d'une Grande Dépression du type de celle des années 1930, citant une économie florissante avant la pandémie, des banques solides et une réaction adéquate des autorités. Pour autant, il estime qu'un pic du taux de chômage à 20 ou 25% est probable, et que la chute du PIB au deuxième trimestre aux États-Unis sera "facilement dans les 20, les 30%".

  • Le Japon retourne en récession, le pire encore à venir

    L'économie japonaise est entrée en récession, selon des données publiées par le gouvernement. Le PIB a reculé de 0,9% au premier trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre 2019, où il s'était déjà contracté de 1,9% (contre -1,8% annoncé lors d'une précédente estimation début mars). Le consensus d'économistes sondés par l'agence Bloomberg s'attendait à un repli légèrement plus important au premier trimestre (-1,1%).

      C'est la première fois depuis 2015 que le Japon retourne en récession. "Le pire est encore à venir", avait commenté Naoya Oshikubo, économiste de SuMi Trust, dans une note avant la publication de lundi. Il s'attend à un plongeon de 10,2% du PIB au deuxième trimestre par rapport au premier.

  • 820 morts en un jour aux États-Unis, plus bas depuis le 10 mai

    Les États-Unis ont enregistré, dimanche, 820 nouveaux décès du coronavirus au cours des dernières 24 heures, ce qui porte le nombre total de morts à près de 90.000, selon le comptage de l'université Johns Hopkins. Publié à 20h30 dimanche (2h30 lundi HB), ce bilan quotidien est le plus bas enregistré depuis le 10 mai, a-t-on précisé de même source. Selon cette université, qui fait référence, les États-Unis ont détecté 1.486.376 cas de la maladie (Covid-19). Cela représente plus de 30% des cas recensés dans le monde, si l'on se fie aux sources officielles nationales.

  • La CNE pas contente de l'hygiène dans les magasins de vêtements

    Alors que les magasins sont à nouveau accessibles depuis lundi dernier, la reprise des activités ne se passe pas du tout comme les syndicats l'avaient espéré, dénonce la CNE dans La Libre. "Dans certaines grandes enseignes, on a purement et simplement fermé les cabines d'essayage. Dans d'autres, une sur deux reste ouverte et les cabines ne sont nettoyées que deux à trois fois par jour, pas plus. Les tentures des cabines, qu'elles soient en tissu ou en plastique, ne sont pas non plus nettoyées", explique le permanent CNE Jalil Bourhidane. 

    Selon le syndicaliste, cet état de fait est dû à un manque de personnel dans les magasins. "Des vendeurs ont été mis en chômage temporaire. En moyenne, dans les grandes enseignes, il n'y a pas plus de 60% du personnel au travail, souvent moins. Dans les plus petites boutiques, le vendeur est la plupart du temps seul. Le personnel en sous-effectif n'a donc pas le temps de respecter ces procédures lourdes de nettoyage", dit-il. 

    Autre problème pointé par la CNE: la remise en rayon des vêtements essayés. "Nous avions cru qu'ils ne seraient pas remis dans les rayons avant 24 heures mais on nous rapporte des pressions faites par les managers pour que ce délai soit plus court", signale Jalil Bourhidane. Alors, outre une forme de responsabilité de la part des clients, le syndicat chrétien demande la fermeture des cabines d'essayage dans toutes les grandes enseignes, "afin d'éviter toutes ces procédures à un personnel qui est déjà épuisé, une semaine après la réouverture". Il souhaite aussi que les directions augmentent le nombre de travailleurs en magasin.

  • Maggie De Block veut inciter les demandeurs d'emplois à travailler pour l'hôpital

    La ministre de la Santé et des Affaires sociales Maggie De Block propose de rediriger gratuitement les demandeurs d'emploi vers des postes d'infirmières ou infirmiers, rapportent les journaux du groupe Sudpresse. La crise du coronavirus menace 180.000 emplois dans notre pays, mais dans le même temps, le secteur des soins de santé manque de personnel. Maggie De Block prépare donc un projet de loi qui tente de répondre à ces deux problèmes.

    "Nous proposons aux personnes qui ont perdu leur emploi pendant la crise de se transformer gratuitement en infirmières. Pendant cette formation, une compensation leur sera octroyée", explique la ministre. La proposition devrait être une extension du projet "Formation 600", qui offre aux personnes qui travaillent dans un hôpital la possibilité de se former sans frais au métier d'infirmière. Le ministre compte envoyer une lettre aux partenaires sociaux pour développer l'idée.

    5.000
    postes vacants
    Selon Maggie De Block, il y a actuellement 5.000 postes d'infirmières vacants.

  • "Le virus était déjà en Belgique avant les vacances de carnaval"

    Des recherches sur le virus Sars-CoV-2 démontrent que le retour des skieurs après les vacances de carnaval a joué un rôle important dans l'importation du virus en Belgique. Bien qu'il ait aussi été introduit en Belgique avant et après cette période, rapportent De Standaard et Het Nieuwsblad.

    Les chercheurs des équipes de l'épidémiologiste Simon Dellicour (ULB, Rega-Instituut/KU Leuven) et le virologue Piet Maes (Rega-Instituut/KU Leuven) ont analysés 391 échantillons de souches virales belges. Dans chaque génome, des mutations de l'ARN peuvent être décelées ce qui fournit des informations sur l'origine du virus et la période de l'épidémie. De la sorte, les chercheurs en apprennent davantage sur le passé de la variante spécifique à chaque patient, même si le test a été effectué plus tard.

    Certaines anomalies dans le génome du virus sont typiques d'une semaine spécifique de l'épidémie. L'enquête permet dès lors de mettre en lumière des indications "d'importations" début février, ainsi que certaines introductions mi-février, donc avant les vacances de Carnaval, comme points de départ pour des clusters de Sars-CoV-2 en Belgique.

    Jusqu'à présent, ces cas n'étaient pas encore connus, car aucun test positif n'avait été effectué en février, à l'exception d'un Belge mis en quarantaine après son rapatriement de Wuhan. 

    ©AFP

  • Retour à la normale sur le réseau de la Stib

    "Toutes les lignes de métro, de tram et de bus circulent", annonce la Stib sur Twitter. Le réseau de transports bruxellois était perturbé la semaine dernière à la suite de l'action non couverte par les syndicats menée par un certain nombre de conducteurs et chauffeurs qui dénonçaient le manque de mesures de protection contre le coronavirus. La direction et les représentants syndicaux s'étaient accordés, jeudi après-midi, sur des dispositions complémentaires dans le contexte de la gestion de l'impact de la pandémie de Covid-19 au quotidien sur le réseau de transport en commun de la capitale.

  • Ce qui est déconfiné dès ce lundi

    Les marchés à ciel ouvert de moins de 50 vendeurs pourront se tenir dès ce lundi.

    Sont aussi concernés les métiers de contact. L'on parle ici des coiffeurs et barbiers, des instituts de beauté – excepté tout ce qui est massage, sauna,... –, des instituts de pédicure non-médicale, des salons de manucure et des studios de tatouage et de piercing, qui pourront, eux aussi, accueillir à nouveau les clients dès le début de la semaine. Pour autant, seul l’accueil sur rendez-vous est autorisé.

    Mais la liste ne s'arrête pas là. À côté du gros morceaux que sont les écoles, qui devraient commencer à accueillir de nouveau les élèves (de 6e primaire et de dernière année en secondaire, pour deux jours par semaine) et se sont, à cet effet, vu mettre à disposition quelque 850.000 masques ce weekend, d'autres pans de la vie se voient aussi peu à peu réactivés. Lire aussi, l'interview du patron des écoles du réseau officiel.

    Par exemple, les musées et les parc animaliers (même "indoor", comme les aquarium) pourront rouvrir leurs portes, à la condition que les billetteries soient organisées en ligne et si des dispositions pour éviter les effets de foule ont été prises.

    De même, côté sport, les entraînements en extérieur pourront avoir lieu, à 20 personnes maximum et en présence d’un entraîneur. Les clubs peuvent rouvrir dans des conditions similaires.

    Enfin, les déplacements dans le cadre de la location et de la vente d’immeubles seront désormais autorisés. Lors des mariages et enterrements, la présence d'un maximum de 30 personnes sera permise, dans le respect des distances de sécurité.

    Ajoutons que les déplacements vers les résidences secondaires sont toujours interdits. Certains propriétaires, criant à l'injustice, attaquent d'ailleurs l'État belge.

  • Bonjour !

    Bonjour et bienvenue dans ce direct.

    Pour suivre l'actualité de l'épidémie de coronavirus et ses conséquences planétaires, Corentin Di Prima, Salim Nesba et Camille Berkenbaum.

    Vous étiez déconnecté ce weekend, vous voulez un résumé de l'actualité? Le voici.

    Bon lundi! 

    Les différentes phases du déconfinement :


Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés