Il est encore possible de presque tout faire réparer

De nombreux techniciens continuent à effectuer des réparations à domicile, mais pour des cas urgents et en respectant les consignes de distanciation sociale. ©Hollandse Hoogte / Stijn Rademaker

Gros électroménager en rade, panne sur la route, ordinateurs défectueux ou fuite d'eau, il est encore possible de faire appel à des réparateurs et autres techniciens malgré le confinement.

En plein confinement, de nombreux services de réparation restent accessibles, même si un critère d'urgence est souvent appliqué. Vanden Borre, par exemple, continue de dépanner les gros électroménagers à domicile, mais en demandant à ses clients de respecter les distances, voire de quitter la pièce quand c’est possible et d’annuler le rendez-vous si quelqu’un est malade dans le ménage.

"Réparer le gros ménager comme des organes de cuisson, des laves-linges ou des réfrigérateurs, c’est urgent. Il est important pour nous de poursuivre le service."
Charles-Henri de Maleissye-Melun
Managing Director de Fnac Vanden Borre

Évidemment, ramener des objets en magasin pour réparation, ce n’est plus possible, car les magasins sont fermés. "Le gros de notre activité, c’est la réparation à domicile. Nous avons nos propres techniciens qui vont chez les particuliers ", détaille Charles-Henry de Maleissye-Melun, managing director de Fnac Vanden Borre. Il n'y a pas, pour l'heure, de cas de Covid-19 dans son équipe d’une vingtaine de réparateurs qui tournent sur toute la Belgique.

Sur le site de Vanden Borre, on indique bien que l’on opère les réparations urgentes, mais en ces temps de confinement, la plupart du gros appareillage ménager peut être considéré comme urgent. La demande est d’ailleurs plus élevée qu’en temps normal, indique le patron. Peut-être parce que l’appareillage est plus sollicité.

Call center à domicile, techniciens sur la route

Chez le groupe de sanitaires et chauffage familial Van Marcke, la plupart des interventions à domicile restent aussi possibles. "Nous sommes à 100% opérationnels. Nous avons organisé notre call center via du travail à domicile, mais les techniciens sont encore sur la route", détaille Wim Jonckers en charge du service de réparations et entretiens en marque propre de la société. Évidemment, priorité est donnée aux urgences, par exemple, en cas de problème de chauffage dans un hôpital. Par contre, Van Marcke a mis ses entretiens classiques en pause, sauf s’ils sont vraiment urgents pour des installations industrielles.

Disruption informatique

Du côté de Mister Genius, la disruption est totale. "En quelques jours à peine, on a dû passer d’un business de magasins physiques de réparation informatique (comptant 10 points de ventes en Wallonie et à Bruxelles, et un à Malines, NDLR) à un modèle d’assistance en ligne et de réparation par coursier", explique Olivier Olbrechts, manager de l’entreprise bruxelloise qui enregistre quelque 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, pour une trentaine d’employés.

C'est une opportunité, "car cela nous permet désormais de réfléchir à aller voir aussi à l’étranger", mais aussi une difficulté, "car on a dû licencier ou terminer des contrats qui pouvaient l’être pour faire face, de même qu’on a un temps été confronté à un arrêt de l’approvisionnement en pièces, qui viennent de Chine". D'autant que la crise a frappé en plein projet de déploiement au nord du pays. (Simon Souris)

Pas moins de 28 techniciens de la marque à l’hippocampe font donc le tour de la clientèle pour ce qui est chauffage et traitements d’eau. Van Marcke observe d’ailleurs une certaine hausse de la demande après un creux initial en début de crise. C'est le cas, par exemple, sur les livraisons de sels pour les adoucisseurs, car plusieurs compagnies ne livrent plus.

Au niveau des magasins, environ la moitié (43) restent ouverts. Mais plus question de se balader dans les allées. Ici, on commande en ligne et on vient chercher au point pick-up. Les installateurs partenaires continuent également de travailler, même si les personnes faisant partie des groupes à risque sont mises au chômage technique. Une décision de la CEO du groupe, Caroline Van Marcke.

Dans l'automobile

Dans le secteur automobile, un critère d’urgence s’est clairement invité dans les réparations. Par exemple, l’essentiel du réseau et des ateliers D’Ieteren Auto reste ouvert, mais "avec une exclusivité pour les véhicules d’urgence et d’intervention (police, ambulances, pompiers, soins à domicile, livraisons de repas à domicile, etc.", détaille Jean-Marc Ponteville, porte-parole de D’Ieteren Auto.

Les équipes en ateliers sont donc réduites aux besoins de ce type de clients, même si, "la plupart des concessionnaires sont accessibles par téléphone". Le bon sens domine ici, et en cas de force majeure, le garagiste devrait vous trouver une solution.

Dépannage d'urgence

Chez Touring, tous le services restent ouverts. Mais, les dépannages aussi seront traités en fonction du caractère urgent ou non de ceux-ci. Pas question, donc, de réparer un véhicule qui ne serait pas nécessaire dans un ménage où il y a plusieurs voitures. Touring intervient aussi pour les non-membres contre l’équivalent d’une inscription annuelle. Les équipes d’interventions n’interviennent, par contre, que sur l’extérieur des véhicules et le remorquage.

Touring a décidé de se montrer solidaire face à cette crise. Pour tous les secteurs confrontés au coronavirus (médical, pharmaciens, police, etc.), l’assistance et le dépannage sont offerts. Évidemment, cette gratuité ne concerne pas des éventuels véhicules de remplacement, des réparations en atelier ou les pièces. "Pour une réparation d’urgence, il y a des garages qui ont des permanences. Nous y amenons les véhicules", indique Lorenzo Stefani, porte-parole de Touring. Plus de 80% des dépannages sont solutionnés dans l’heure, surtout que les travailleurs des secteurs sous pression ont tendance à faire plus de petites erreurs que d'habitude.

Cela étant, Touring enregistrait jeudi passé 60 à 65% de volumes en moins par rapport à la normale. De nombreux collaborateurs sont donc mis au chômage temporaire en réserve et mobilisable immédiatement au besoin.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité