edito

Il va falloir assumer ce déconfinement

Réouverture des commerces et visites familiales.

Phase 1b bis enclenchée. Après les entreprises, les commerces vont tenter de retrouver un semblant d'activité normale. Entre-temps, la fameuse "règle de 4" a été ajoutée au plan de déconfinement par le Conseil national de sécurité afin de soulager les familles. En deux semaines, nos responsables politiques ont donc décidé d'ouvrir trois vannes. Les écoles suivront lundi prochain.

Les experts avaient pourtant prévenu: il faut deux semaines entre chaque phase de déconfinement pour garder le contrôle. Mais la pression sociale et économique a poussé à déconfiner plus vite. La Belgique déconfine sans être prête sur les trois piliers (masques, tracing, tests). Risqué? Oui. Les décideurs devront assumer un rebond de l'épidémie. Ce risque est-il calculé? L'impréparation du pays à cette épidémie laisse planer le doute. Mais rappelons que le confinement n'avait pas pour objectif le risque zéro, mais d'éviter une saturation des hôpitaux. Or, les chiffres à cet égard sont bons. 

"Il est illusoire de penser qu'en restant dans le cadre démocratique, on pourrait parvenir à réglementer chaque acte posé par chacun."

Une myriade de règlements et de lois ont été pris pour encadrer le confinement puis le déconfinement. Des "guidelines" sont nécessaires. Mais il est illusoire de penser qu'en restant dans le cadre démocratique, on pourrait parvenir à réglementer chaque acte posé par chacun. Ce n'est de toute façon évidemment pas souhaitable. C'est donc aussi et peut-être avant tout du côté des citoyens qu'il va falloir assumer cette aspiration au déconfinement. Car la confiance est le quatrième pilier indispensable à la possibilité d'un retour à l'air libre, où circule toujours le coronavirus.

Le confinement et l'effet psychologique collectif qu'il a produit sur chacun de nous ont sans doute établi les conditions de la possibilité d'une telle confiance: il suffit de voir le nombre de citoyens qui se sont munis de masques sans attendre qu'une autorité publique leur en fournisse, le respect des files devant les magasins... Dans leur grande majorité, les Belges écoutent et respectent.

Nous devons apprendre à vivre avec ce nouveau risque. Sortons de chez nous. Mais dans le respect des gestes de prévention de base. Sans quoi, puisque nous ne sommes pas encore munis de tous les outils nécessaires à un déconfinement maîtrisé, nous risquons de retourner à la case confinement, avec tous les risques économiques et sociaux que cela implique.

Lire également