Publicité

"Interparking peut encore tenir pendant un an à ce rythme"

Il ne fait pas bon exploiter des parkings en cette période de confinement où les déplacements sont réduits à peau de chagrin. Le chiffre d’affaires d'Interparking a reculé de 70 à 80% depuis le début de la crise. ©Dieter Telemans

En raison de l’importante limitation de la mobilité imposée par la crise du coronavirus, les exploitants de parking ont vu une grande partie de leurs revenus partir en fumée. Le géant belge du stationnement Interparking accuse le coup, mais fait face.

Depuis le début de la période de confinement, à la mi-mars, les déplacements en voiture sont réduits à peau de chagrin. "Je ne le nierai pas, cela a creusé des trous dans nos revenus", évoque d’emblée Roland Cracco, CEO d’Interparking.

"On a globalement vu une grande partie de notre chiffre d’affaires reculer, de l’ordre de 70 à 80%, depuis le début de la crise. Mais la situation diffère pays par pays. L’Allemagne, les Pays-Bas et l’Autriche ont par exemple fait le choix d’un confinement qui leur est propre. Là, la perte de chiffre s’est limitée à 40 à 50%, quand, dans d’autres pays, on parle de bien plus."

-70%
.
Depuis le début du confinement, mi-mars, le chiffre d'affaires d'Interparking a reculé de 70 à 80%.

Pour compenser, le géant belge du stationnement, actif dans neuf pays, a pris des mesures. Comme en rapatriant "vers le haut" – soit sa maison mère – le cash de ses filiales étrangères ou en postposant la distribution de son dividende (25 millions d’euros au total). L’entreprise a aussi eu recours au chômage économique ou équivalent – avec compensation partielle de la part de l'entreprise – pour la moitié de ses 2.500 employés.

Vers une normalisation cet été?

Désormais, "on s’attend peu à peu à ce que la situation se normalise", évoque le patron. "En été, plus de gens resteront vraisemblablement dans leur pays. Quand, en Chine, où le plus fort de la pandémie semble passé, la population s’en retourne massivement à des moyens de transports individuels (par peur de contamination dans les transports publics, NDLR)."

Chiffres clés
  • Chiffre d'affaires de 468 millions d'euros en 2019.
  • Pour un résultat brut d'exploitation récurrent (rebitda) de 142 millions d'euros, un résultat opérationnel de 85,5 millions d'euros et bénéfice net de 39 millions d'euros
  • 2.500 employés
  • 956 parkings en rue et hors rue (garages)

Sur cette base, "avec la connaissance dont nous disposons actuellement", Roland Cracco évalue "qu’à fin 2020, on devrait à nouveau tourner à 90% de notre capacité". Quand les travaux de construction de nouveaux parkings auront déjà repris petit à petit.

Et si ce scénario positif ne venait à pointer le bout de son nez, la situation d’avril perdurant, Interparking est capable d’"hiverner" de manière autonome jusqu'au deuxième trimestre de l'année prochaine sans frapper à la porte de ses actionnaires, selon son CEO. Au rang desquels la branche immobilière de l'assureur AG (51%), le fonds de pension néerlandais APG (39%) et les De Clercq (10%), famille fondatrice.

Soutien aux hôpitaux

Souvent identifié par ses parkings en centres-villes, le géant belge du stationnement exploite aussi de nombreux parkings hospitaliers. Qui ne désemplissent pas. Mais sans que le groupe n’en abuse, se défend le patron.

À Bergame, par exemple, dans l'une des régions les plus touchées d'Italie, "nous avons reversé toutes nos rentrées à l'hôpital local. Quand, sur nos autres sites hospitaliers, nous avons pris des mesures au bénéfice du personnel soignant. Nous soutenons donc les hôpitaux financièrement, de même qu’en fournissant des masques et des vêtements de protection", évoque le CEO.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité