Publicité

Jannie Haek (Loterie Nationale): "La crise démontre le rôle du hasard sur nos vies"

Pour Jannie Haek, le CEO de la Loterie Nationale, la crise du coronavirus démontre qu'il faut "oser intégrer l’incertitude dans ses plans pour le futur". ©Dieter Telemans

Mi-sérieux, mi-plaisantin, le CEO de la Loterie Nationale confronte sa théorie sur le hasard à la crise pandémique, pour conclure que la seconde confirme la première. Ce qui ne l’empêche pas de diriger ses troupes à un rythme de téléconférences élevé.

Jannie Haek en est convaincu: la crise va conforter sa philosophie de la vie. Qui va comme un gant au CEO de la Loterie Nationale… Jugez-en: "Cette crise démontre que l’avenir est imprévisible et que le hasard joue un rôle énorme dans la vie. Aucun dirigeant n’avait prédit une pandémie mondiale dans ses plans d’affaire, sauf peut-être dans le secteur des soins de santé. On peut prendre toutes les précautions qu’on veut, on n’en risque pas moins d’être contaminé. Cela conforte ma vision d’entreprise: il faut créer de la flexibilité dans les réflexions, ne pas se montrer rigide en s’obstinant à croire que tout dépend de diagrammes prévisionnels. Il faut oser intégrer l’incertitude dans ses plans pour le futur."

Jannie Haek travaille essentiellement de chez lui, à Anvers, depuis le début du confinement.

En attendant, forcé, contraint, Jannie Haek gère ses troupes en télétravail, depuis son "petit coin" aménagé en bureau par sa compagne. Celle-ci lui a cédé la place à l’étage pour s’en aller bosser au rez-de-chaussée. Au cœur d’Anvers, à quelques pas de la gare.

Derrière le patron de la Loterie, une phrase s’étale sur le mur: "Be reasonnable, Do it my way" ("Soyez raisonnable, faites-le à ma façon"). Sa façon de diriger ses collaborateurs? Pas du tout, c’est un héritage que lui a laissé sa compagne. "Cela s’appliquait à elle, explique-t-il. Mais elle m’a dit que ce slogan valait pour moi aussi. Je l’ai donc laissé là. C’est une bonne chose, en définitive, car en téléconférence il faut diriger les réunions de manière plus disciplinée que d’habitude, sinon on ne s’entend plus."

De la vidéo à la pelle

Son agenda accorde, il est vrai, de plus en plus de place aux vidéo-conférences. Il en tient quatre ou cinq par jour. Avec une série de rendez-vous hebdomadaires: directeurs et responsables le lundi matin, les syndicats le mardi matin, le comité de direction le mercredi, la réunion de staff le jeudi…

"Certains de nos collaborateurs passent aussi au bureau de temps en temps, et cela les rend heureux."
Jannie Haek

Si, à ses yeux, cette crise ne va pas bousculer les habitudes, elle va modifier les modes de réunions. "À l’avenir, on recourra beaucoup plus vite à la téléconférence, non seulement en interne, mais aussi à l’international." Il fait partie du comité d’organisation du Groupement mondial des loteries, qui avait pour politique de se réunir aux antipodes. "On se voit en vidéoconférence et cela fonctionne très bien. Tant mieux pour moi, car je n’aime pas trop voyager."

À la poursuite du temps

À la Loterie Nationale, la majorité des collaborateurs font du télétravail, tandis que 15 à 20% sont en chômage temporaire à temps partiel ("personne n’y émarge à temps plein; on invente même du boulot pour certains") et 10% continuent à se rendre sur leurs lieux de travail pour y assurer des permanences, l’entretien des bâtiments, etc.

"En temps normal, au bureau, je fais toujours trois choses en même temps: téléphoner, interroger ma secrétaire et consulter un document... Ce qu’il m’est impossible de faire en télétravail."
Jannie Haek

Comme tout CEO, Jannie Haek y va lui-même une fois par semaine, pour signer des documents. "Certains de nos collaborateurs passent aussi au bureau de temps en temps, et cela les rend heureux", observe-t-il en épinglant la motivation de ses équipes, restée élevée malgré les circonstances.

On croirait qu’en restant chez lui, il gagne du temps par rapport à la normale. Et on aurait tout faux. "Je commence à travailler dès que je me lève et je le fais jusqu’au soir", dit-il. "On a moins de temps libre." Pourquoi? "Parce qu’en temps normal, au bureau, je fais toujours trois choses en même temps: téléphoner, interroger ma secrétaire et consulter un document... Ce qu’il m’est impossible de faire en télétravail." Pas même le temps de s’accorder une pause-café avec sa compagne. Pas toujours confortable, le "do it my way"…

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité