Jean-Marc Nollet ne respecte pas la bulle sociale... et le dit

"Je fais le maximum mais je suis un être humain et les contacts humains sont quelque chose de vital", argumente le co-président d'Ecolo, Jean-Marc Nollet. ©Kristof Vadino

Jean-Marc Nollet (Ecolo) avoue inviter "un couple" chez lui, au mépris des règles sanitaires édictées par la Vivaldi.

"Je vise l'élargissement de la bulle", disait ce week-end dans L’Echo le co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet. Visiblement, il n’a pas attendu. Ce mercredi matin, deux jours avant le Comité de concertation (Codeco), il a reconnu sur La Première (RTBF) qu'il ne respectait plus depuis quelques semaines la bulle d'une personne en intérieur. "Depuis quelques semaines, je m'autorise à accueillir deux personnes, un couple."

"Cette bulle était nécessaire, mais aujourd'hui il faut pouvoir en sortir, prendre en compte le besoin social, la souffrance sociale énorme."
Jean-Marc Nollet
Co-président d'Ecolo

Pourquoi cette entorse aux règles dans le chef d’un ténor politique? "Je fais le maximum, mais je suis un être humain et les contacts humains sont quelque chose de vital. Cette bulle était nécessaire, mais aujourd'hui il faut pouvoir en sortir, prendre en compte le besoin social, la souffrance sociale énorme." L'homme a reconnu qu’il était prêt à payer l'amende au cas où une infraction était constatée chez lui.

Surprise!

Cet aveu appartenant à l'un des membres d'un parti de la coalition gouvernementale n’a pas manqué de surprendre. De fâcher, même. À l’heure où Alexander De Croo fait appel aux experts scientifiques pour justifier sa stratégie et tenter de contenir le mécontentement de la population, d'aucuns avancent leurs expériences personnelles comme (mauvais) exemple… "Les bras m’en tombent", a lâché le président du PS, Paul Magnette, sur Twitter.

"Monsieur Jean-Marc Nollet devrait, de par sa fonction, donner le bon exemple."
Annelies Verlinden
Ministre de l'Intérieur

 "Les règles s'appliquent à tout le monde et elles sont là pour une bonne raison: lutter contre la propagation du virus", a sobrement réagi le porte-parole du Premier ministre Alexander De Croo, Tom Meulenbergs. "La loi s'applique à tout le monde. Et monsieur Jean-Marc Nollet devrait, de par sa fonction, donner le bon exemple", a déploré la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden.

Changer la bulle?

La bulle sociale va se retrouver, comme bien d'autres thèmes, sur la table du prochain Codeco. Il sera question d'extérieur et d'intérieur.

À l'extérieur, la bulle, qui est actuellement de quatre personnes, pourrait monter à huit, voire à dix: dehors, la propagation du virus est moindre, et l'arrivée du beau temps plaide en faveur d'un élargissement des contacts à l'air libre. En intérieur, on sait que la bulle de kot est demandée par les entités fédérées: les étudiants habitant sous un même toit serait considéré comme une sorte d'entité familiale. Reste la bulle "câlin", limitée actuellement à une personne, mais visiblement peu respectée...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité