interview

Jean-Paul Van Avermaet: "bpost a un rôle social à jouer dans cette crise"

Jean-Paul Van Avermaet, le patron de bpost, tient à rappeler que les facteurs se dévouent aussi durant cette crise en continuant d'assurer un lien physique entre les gens. ©doc

Jean-Paul Van Avermaet a inauguré son mandat de CEO de bpost dans d’étranges conditions, puisqu’il est arrivé quinze jours avant le confinement. Il n’a pas perdu son temps: réunions de crise quotidiennes, initiative "cartes postales"… Côté vie privée, il a retrouvé une vie familiale vespérale: soirées jeux et cinéma.

Le nouveau CEO de bpost tient à montrer l’exemple en se rendant chaque jour à son bureau au Centre Monnaie, au cœur de Bruxelles. Logique, puisque les 15.000 facteurs de l’opérateur continuent de livrer courrier et colis, que préparent toujours les centres de tri. "C’est le minimum que je puisse faire", souligne Jean-Paul Van Avermaet. "J’aimerais aussi aller sur le terrain pour soutenir nos collaborateurs, mais ce ne serait pas une bonne idée." Règle de distanciation sociale oblige.

Au siège social, la majorité des employés sont en télétravail. Les autres respectent les mesures de prévention recommandées, qui incluent le nettoyage (désinfection) des bureaux deux fois par jour. "J’ai instauré une réunion de crise quotidienne avec le comité de direction et les top managers", poursuit Jean-Paul Van Avermaet. "On y passe en revue les statistiques d’activité, les éventuels cas de coronavirus et l’organisation... Cela se passe dans une grande salle où l’on est cinq présents physiquement: on s’y tient loin les uns des autres. On communique en vidéoconférence avec les autres participants."

"Cela fait un peu peur quand on traverse Bruxelles, on a l’impression de découvrir une ville morte."
Jean-Paul Van Avermaet
CEO, bpost

Nouvelle vie de famille

Dans le détail de la vie quotidienne, il faut également modifier ses habitudes. À midi, le patron de bpost mange désormais les tartines qu’il a emportées de sa maison ou descend dans la galerie en bas du Centre Monnaie, où il peut encore trouver un sandwich au point de vente d’Ubiway, toujours ouvert – et filiale de bpost (bel esprit de groupe).

Le confinement a chamboulé l’agenda du successeur de Koen Van Gerven. Le matin, il peut partir plus tard de chez lui car les embouteillages ont disparu. "Cela fait un peu peur quand on traverse Bruxelles, on a l’impression de découvrir une ville morte."

Mais c’est surtout en soirée que sa vie a changé. "Avant, j’avais des dîners ou des événements tous les soirs de la semaine, notamment parce que je suis vice-président de Klarafestival", le festival de musique classique qui devait débuter le 13 mars dernier… "Maintenant que tous mes soirs sont libres, je les passe à la maison, avec ma compagne et mes deux filles, 22 et 13 ans." Ce qu’il y fait? "Je cuisine parfois. Et quand je ne travaille pas, je regarde un film ou je joue à un jeu de société avec ma famille." Ils jouent notamment à De Mol ("la taupe"), un jeu de plateau tiré d’un programme télévisé populaire aux Pays-Bas.

Bienvenue chez les postiers du nord

Côté cinéma, Jean-Paul Van Avermaet a fait une découverte… tardive. "J’ai vu pour la première fois ‘Bienvenue chez les Ch’tis’. J’ai été étonné du rôle qu’y tient la Poste! J’ai beaucoup ri!"

La saga réalisée et jouée par Dany Boon avec Kad Merad dans le rôle du directeur de la Poste nous ramène aux bases du métier. "Bpost a un rôle social à jouer dans cette crise", souligne le CEO. "Nous contribuons au maintien de liens physiques entre les gens." Non seulement grâce au travail des facteurs, qui en amène certains à jeter un œil au quotidien sur de vieilles personnes isolées pour vérifier qu’elles vont bien, mais aussi via des initiatives originales. "On a lancé la semaine dernière l’action Mobile Post Card, qui permet à chacun d’envoyer gratuitement dix cartes postales à ses proches. En huit jours, on a déjà envoyé 210.000 cartes."

"Nous contribuons au maintien de liens physiques entre les gens."
Jean-Paul Van Avermaet
CEO, bpost

Et puis lors de chaque prise de décision opérationnelle, la direction se pose la question: "comment peut-on jouer un rôle sociétal dans ce cadre?" Cela fait partie désormais d’une série de cinq critères à respecter systématiquement. Le premier de ceux-ci étant, évidemment, l’impact pour la santé des collaborateurs et des clients.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité