Publicité

JPMorgan s'attend à une flambée des impayés

Le CEO de JPMorgan, Jamie Dimon, avait averti plus tôt ce mois-ci que sa banque ne serait pas à l'abri des retombées de la pandémie. ©AFP

La banque américaine JPMorgan a annoncé ce mardi un plongeon de son bénéfice net au premier trimestre, en raison d'une augmentation de 6,8 milliards de dollars des réserves pour parer aux potentiels défauts de paiements des clients affectés par la pandémie du Covid-19.

Le bénéfice net de JPMorgan Chase & Co. a chuté de 69% au premier trimestre, pour atteindre son plus bas niveau depuis 2013. En cause: l’augmentation des coûts du crédit, qui donnent un aperçu de l’étendue des dommages que le Covid-19 inflige à l’économie.

8,3
milliards $
La banque a mis de côté 8,3 milliards de dollars pour couvrir les défaillances de ses débiteurs. C’est 6,8 milliards de dollars de plus qu’il y a un an.

La banque a mis de côté 8,3 milliards de dollars pour couvrir les défaillances de ses débiteurs. C’est 6,8 milliards de dollars de plus qu’il y a un an. Plus de la moitié des provisions supplémentaires est liée à de futurs défauts sur les crédits à la consommation, tandis que 2,4 milliards visent à couvrir des défaillances d’entreprises actives dans l’énergie, l’immobilier et la distribution.

Son CEO Jamie Dimon avait averti plus tôt ce mois-ci que la banque ne serait pas à l'abri des retombées de la pandémie, prévoyant un stress au moins aussi important que celui entraîné par la crise de 2008.

"Compte tenu de la probabilité d'une récession assez sévère, il était nécessaire de constituer des réserves de crédit."
Jamie Dimon
CEO de JPMorgan

"Compte tenu de la probabilité d'une récession assez sévère, il était nécessaire de constituer des réserves de crédit", a déclaré Jamie Dimon. "Le premier trimestre a présenté des défis sans précédent et nous a obligés à nous concentrer sur ce que nous, en tant que banque, pouvions faire pour rester forts, résilients et bien positionnés pour soutenir toutes nos parties prenantes."

Les dégâts chez JPMorgan donnent une idée de ce qui se passera chez d'autres acteurs du secteur. Wells Fargo & Co. a également annoncé mardi une hausse des coûts du crédit. Les résultats de Bank of America, Goldman Sachs et Citigroup doivent suivre ce mercredi, et ceux de Morgan Stanley jeudi.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité