L'application de traçage des contacts disponible dès le 20 septembre

©BELGA

Selon la présidente du Comité interfédéral Testing & Tracing, Karine Moykens, l'application de traçage des contacts sera disponible au grand public à partir de la semaine du 20 septembre.

Techniquement, l'application de recherche des contacts dans le cadre de la lutte contre le coronavirus sera prête dans quelques jours. La phase de test actuelle qui inclut 80 personnes se poursuit jusqu'au 10 septembre. Un groupe de 10.000 personnes testera ensuite l'application dans une dernière phase de "vie réelle". Si tout va bien, l'application pourra enfin être utilisée par le grand public dans la semaine du 20 septembre, indiquent la présidente du Comité interfédéral Testing & Tracing, Karine Moykens et le cryptographe Bart Preneel (KU Leuven).

Selon ce dernier, il reste quelques détails à peaufiner, telle que la date précise de lancement, mais la phase de test se déroule bien pour l'instant: "Nous sommes optimistes quant à la possibilité de mettre l'application à la disposition de tous dans la semaine du 20 septembre", dit-il. Sur les ondes de Radio 1, Karine Moykens avait déjà déclaré plus tôt que l'application serait prête dans quelques jours. Ce timing a donc été confirmé ce jeudi.

"Le respect de la vie privée garanti"

Le cryptographe l'assure: l'application ne conserve aucune donnée personnelle. Elle permet à un utilisateur de savoir s'il reçoit un résultat de test positif au coronavirus. Comme l'application est totalement anonyme, la vie privée des utilisateurs est pleinement garantie selon Bart Preneel. Ce n'est que dans le cas d'un résultat de test positif qu'il sera demandé à l'utilisateur de partager des informations anonymes avec d'autres utilisateurs via un serveur central. Ces utilisateurs seront alors informés qu'ils ont eu un contact à risque, sans savoir où, quand, ni avec qui.

Enfin, un utilisateur peut toujours changer d'avis et ne pas transmettre son résultat positif. Mais si de nombreuses personnes en décident ainsi, le système ne fonctionnera pas aussi bien. "Mais nous espérons que la personne qui a téléchargé l'application donnera bien sûr aussi l'autorisation de communiquer son résultat. L'utilisation de l'application ne demande qu'un petit effort, et vous aidez toute la population", conclut Bart Preneel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité