Publicité

L'emploi dans l'horeca a presque retrouvé son niveau d'avant-crise

"L'été est traditionnellement une période de pic, ce qui a influencé favorablement les chiffres de l'emploi dans l'horeca", selon Benoît Caufriez, directeur d'Acerta Consult. ©AFP

Selon Acerta, le taux d'emploi dans l'horeca, en août 2021, était presque similaire à celui observé en août 2019, avant la pandémie. Les restaurateurs éprouvent néanmoins des difficultés à trouver du personnel qualifié.

Le taux d'emploi de l'horeca n'est que légèrement inférieur (à peine -1%) à celui observé avant l'émergence du coronavirus, selon une analyse du prestataire de services en ressources humaines Acerta, sur la base des données de 2.500 établissements horeca.

Ce retour à l'activité concerne tant les collaborateurs fixes que les travailleurs flexi-jobs et les étudiants jobistes.

4,1%
de chômage temporaire
En août, l'emploi a retrouvé son niveau d'août 2019, avec seulement 4,1% de chômage temporaire.

Depuis avril, il y avait, chaque mois, plus de personnes au travail dans l'horeca par rapport aux mêmes périodes en 2020.

Le taux d'emploi total restait alors encore largement en dessous du niveau antérieur à la crise du coronavirus, mais en août, l'emploi a retrouvé son niveau d'août 2019, avec seulement 4,1% de chômage temporaire dans les établissements de restauration et débits de boissons belges.

Pénurie du personnel

Ce taux était encore proche des 50% en avril.

"L'été est traditionnellement une période de pic, ce qui a influencé favorablement les chiffres de l'emploi dans l'horeca. Les collaborateurs fixes ont été les premiers de retour au poste. Par après, les travailleurs flexi-jobs et les étudiants jobistes sont également revenus", explique Benoît Caufriez, directeur d'Acerta Consult.

"Les établissements horeca belges sont actuellement confrontés à un autre défi: trouver du personnel adéquat."
Benoît Caufriez
Directeur d'Acerta Consult

"Ces deux derniers groupes constituent en effet ce que nous appelons la 'couche flexible': ils sont les premiers à partir en cas de diminution de l'activité et les derniers à revenir", ajoute-t-il. "Les établissements horeca belges sont actuellement confrontés à un autre défi: trouver du personnel adéquat sur un marché du travail en pénurie pour pouvoir continuer à travailler de manière durable."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité