Publicité

L'exemple Kadri ne fait que peu d'émules parmi les patrons du Bel 20

Seuls trois des dirigeants de sociétés appartenant aux Bel 20 (on les voit ici tous célébrer le 25ème anniversaire de l'indice, en 2016) ont décidé de diminuer leur salaire au profit de leurs employés. ©Dieter Telemans

Seuls les dirigeants de Cofinimmo et, dans une moindre mesure, de WDP et d'Ageas ont suivi l'appel lancé par la patronne de Solvay de diminuer la rémunération de leur top management dans la crise du coronavirus.

Trois. Elles ne sont finalement que trois entreprises au sein Bel 20 à avoir suivi, dans une certaine mesure, l'initiative lancée par Solvay il y a deux semaines. À savoir, que leurs dirigeants acceptent une baisse de leur salaire au profit des employés en difficultés financières – ou de bonnes œuvres – en période de crise du coronavirus.

À commencer par Cofinimmo  qui, dans une "volonté de solidarité exprimée unanimement par les organes de gouvernance", a avalisé, comme pour le groupe chimique, "une réduction de 15%, à partir du mois d'avril jusqu'à la fin de l'année, de la rémunération mensuelle des membres du comité exécutif et une réduction de la rémunération (mandat et jetons de présence) des administrateurs", indique Lynn Nachtergaele, Investor Relations. Concernant lesdits jetons, "le montant ainsi récolté sera alors doublé et alloué à une ou plusieurs initiatives liées à la lutte contre la pandémie et ses effets".

WDP, de son côté, a lui aussi décidé, sur une période plus courte par contre, que "15% de la rémunération du deuxième trimestre 2020 de ses administrateurs, ainsi que de ses deux CEO, seront mis à profit pour apporter un soutien financier" dans la crise aux maisons de repos et soins notamment, a fait savoir la conseillère générale Johanna Vermeeren. Quand, tout comme chez Solvay, les employés ont également la possibilité d'apporter une contribution financière qui "sera alors doublée" par le spécialiste de l'immobilier logistique.

Ageas complète le trio. "Le conseil d'administration a déjà décidé en mars, sur proposition du management, d'annuler les ajustements de salaire prévus pour le top management" afin de permettre de financer différents projets, conclut la directrice de la communication de l'assureur, Gilke Eeckhoudt.

Et voilà. C'est tout. De quoi rendre, notamment, la coupe de 50% de la rémunération de Nicolas Boël, président du CA de Solvay, d'autant plus notable. Surtout qu'elle s'inscrit dans un choix: celui de la distribution, malgré le contexte, d'un dividende final (équivalent à 0,75 euro par action), laissant le choix aux actionnaires dès lors de reverser un tiers au fonds de solidarité du groupe chimique, comme il les a invités à le faire.

Pour autant, la solidarité existe

Mais, pour autant, penser que les 16 autres entreprises du Bel 20 ne se mobilisent pas serait aller vite en besogne. Elles sont en effet nombreuses à avoir déjà manifesté leur solidarité avec les hôpitaux, les homes ou encore les personnes défavorisées sous forme d'aide matérielle ou financière. Que ce soit en offrant une certaine flexibilité sur les loyers des personnes ou sur les prêts d'entreprises en difficulté, avec des dons de smartphones ou activations gratuites de wi-fi pour permettre aux malades de communiquer avec leurs proches et aux élèves d'apprendre, via des contributions aux banques alimentaires, par le biais d'aides dans la recherche et des soutiens financiers aux patients... Mais aussi, en évitant de recourir au chômage économique, qui coûtera cher à l'Etat.

Et ce n'est là qu'un début. Car plusieurs groupes disent être occupés par des projets sur lesquels ils ne peuvent communiquer à ce stade, préférant attendre les AG. AvH souligne ainsi qu'"une mesure à la Solvay n'est pas exclue".

Mais cette solidarité vient des entreprises dans leur ensemble - lire: pas de (des membres de) leurs organes de direction, sur une base individuelle. Du moins, c'est ce que l'on peut penser. Car de nombreux CEO confient en réalité contribuer, financièrement et à titre individuel, à l'effort collectif. Mais dans la discrétion.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité