L'impact de la nouvelle stratégie autour du vaccin AstraZeneca

Le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid est désormais réservé aux personnes de plus de 55 ans. ©Photo News

De nombreuses questions se posent suite au changement de stratégie de vaccination avec le produit d'AstraZeneca. Pas mal d'inquiétudes s'ensuivent. On vous explique tout.

Le vaccin d'AstraZeneca contre le Covid a déjà beaucoup fait parler de lui. D'abord réservé aux plus jeunes (18-55 ans), il sera désormais administré uniquement aux plus 56 ans et plus, pendant quatre semaines au moins. Pourquoi? Êtes-vous concerné? Que va-t-il se passer pour vous?

En pratique

Qu'est-ce qui change pour le vaccin d'AstraZeneca?  Il est réservé, pour les quatre prochaines semaines, aux personnes âgées de 56 ans et plus. C'est ce qu'ont décidé, ce mercredi 7 avril, les ministres de la Santé, sur base d'avis d'instances européennes (l'Agence européenne des médicaments EMA et le PRAC, son Comité de pharmacovigilance).

56
ans et plus
Pour les personnes de 56 ans et plus, rien ne change: elles seront vaccinées comme prévu

La campagne va-t-elle être adaptée en fonction de cette décision? Oui, mais comme elle se concentre actuellement sur les plus de 65 ans et les personnes souffrant de comorbidités, il n'y aura pas de grands chamboulements ces prochains jours. Pour les personnes de 56 ans et plus, rien ne change. Les plus jeunes pourraient, par contre, voir leur rendez-vous reprogrammé à plus tard.

Que se passe-t-il pour les personnes ayant un rendez-vous déjà fixé pour leur vaccination? Les plus de 56 ans ne subiront aucune conséquence de cette adaptation de la campagne. Pour les personnes plus jeunes, par contre, si elles ont déjà un rendez-vous programmé et que c'est le vaccin AstraZeneca qui devait leur être administré, il peut y avoir des modifications. Si des doses de Pfizer ou Moderna sont disponibles, leur rendez-vous sera maintenu et ces personnes recevront un de ces vaccins. Par contre, leur rendez-vous sera déplacé à une date ultérieure s'il n'y a pas assez de stocks de Pfizer ou Moderna.

Et ensuite?

Et après quatre semaines, que se passera-t-il? La décision sera réévaluée, sur base de nouvelles études. La Belgique a notamment demandé à l'EMA des détails pour les bénéfices/risques par groupe d'âge et une position sur la question de la deuxième dose.

Quid de la deuxième dose pour les personnes vaccinées une première fois avec AstraZeneca? Pas de réponse à ce stade. Cela concerne 200.000 personnes de moins de 56 ans, et, vu le délai de 12 semaines entre les deux injections, la question se posera surtout à la mi-mai. Des études sur les effets secondaires éventuels de cette seconde dose sont attendues. De nouvelles données devraient venir du Royaume-Uni, notamment. A priori, vu que les thromboses rencontrées semblaient des réactions immunitaires, la communauté scientifique s'attend à ce que les personnes qui n'ont pas développé cette réponse lors de la première injection réagissent à nouveau sans problème la seconde fois. Mais il est envisageable d'injecter un autre produit pour la deuxième dose si les études ne sont pas rassurantes.

3
semaines
Ce changement de stratégie pourrait retarder la campagne de trois semaines.

Quel retard pour la campagne? Si la limitation continue au-delà des quatre semaines, la campagne ralentira, même si le vaccin de Johnson & Jonhson est attendu chez nous pour la mi-avril. On évalue à trois semaines le retard par rapport au planning initial, c'est-à-dire que le pourcentage de 70% de la population belge vaccinée avec une première dose ne serait atteint que la première semaine d'août et non à la mi-juillet.

Les raisons du changement

Pourquoi cette limite de 56 ans? Les cas de thromboses post-vaccination sont apparus pour la plupart chez des femmes de moins de 60 ans, mais sans que des facteurs de risques n'aient pu scientifiquement être déterminés. En effet, davantage de personnes jeunes ont été vaccinées au début avec AstraZeneca, et dans des secteurs professionnels plutôt féminins, ce qui rend difficiles les conclusions sur les premières données. À partir de 56 ans, la vaccination réduit significativement les risques d'hospitalisation et de décès tandis que les effets secondaires attendus demeurent, eux, extrêmement rares, ont souligné la conférence interministérielle Santé et le commissariat Corona du gouvernement fédéral.

Quels risques pour les plus de 56 ans? À partir de 56 ans, la vaccination réduit significativement les risques d’hospitalisation et de décès tandis que les effets secondaires de l'injection demeurent "extrêmement rares", ont rappelé les autorités belges. Du côté des dégâts de la maladie du Covid, Sciensano avait comptabilisé le décès de 384 personnes âgées entre 56 et 60 ans lors des deux premières vagues, et celui de 657 personnes entre 60 et 65 ans. Le vaccin peut limiter ces pertes et ses effets secondaires sont loin d'avoir une telle incidence.

Pourquoi changer subitement la stratégie? Parmi les effets secondaires "très rares" du vaccin anti-Covid-19 d'AstraZeneca, des caillots sanguins inhabituels liés à un faible taux de plaquettes sanguines ont été repérés. Le comité pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance de l'UE s'est penché sur les dossiers de 62 cas de thrombose cérébrale et de 24 cas de thrombose abdominale, dont 18 mortels. On parle donc de 18 décès sur un total de 25 millions de doses administrées. Ces cas sont survenus dans les deux semaines suivant la vaccination.

Les risques

Quels sont les risques de faire une thrombose suite à l'injection d'une dose du vaccin d'AstraZeneca? Ils sont très faibles. Selon le comité européen pour l'évaluation des risques en matière de pharmacovigilance, jusqu'à 100 cas de thromboses rares surviennent dans les 14 jours suivant la vaccination pour 25 millions de doses. Sur 700.000 doses à injecter en Belgique, cela représenterait un risque théorique de 1,4 cas chez les personnes de plus de 55 ans, en tenant compte d'une incidence de 1,3 pour 100.000 vaccinations et avec 15% des cas chez les plus de 55 ans.

"Parmi les hypothèses avancées, la plus convaincante est celle d’une réaction auto-immune contre le facteur 4 plaquettaire. "
Michel Goldman
Immunologiste (ULB)

Quels symptômes surveiller après l'administration d'une dose? Rappelons que les risques de thrombose après le vaccin restent extrêmement rares. Pour le docteur Orban, médecin généraliste et président de la Société scientifique de médecine générale, il faut appeler le docteur si "quelque chose d'inhabituel apparaît, avec une intensité suffisamment importante et qui inquiète. Le médecin fera la part des choses." En effet, de nombreux symptômes peuvent être attribués à une thrombose: des problèmes moteurs (difficulté à bouger le bras, etc.) et neurologiques (confusion...), notamment dans le cas d'un accident vasculaire cérébral.

Comment expliquer ces thromboses? D'après le professeur Michel Goldman (ULB), spécialiste en immunologie, ces rares thromboses atypiques après injection du vaccin d’AstraZeneca sont vraisemblablement liées à une réaction auto-immune vis-à-vis des plaquettes sanguines. "Parmi les hypothèses avancées, la plus convaincante est celle d’une réaction auto-immune contre le facteur 4 plaquettaire. Des auto-anticorps délétères du même type ont été observés chez des patients atteints de formes graves de l’infection naturelle par le virus."

Un problème européen

Quelles est la stratégie des autres pays européens? L'Espagne réserve le vaccin AstraZeneca aux plus de 60 ans, l'Allemagne et l'Italie aussi. En France, la Haute autorité de santé a recommandé de le donner aux personnes de 55 ans et plus, comme le fait désormais la Belgique. La Suède et la Finlande ont fixé la limite aux 65+. Bref, l'Union européenne ne parle pas d'une seule voix, même si la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakides l'avait réclamé. "Il est essentiel que nous suivions une approche coordonnée (…). Nous devons parler d'une seule voix à travers l'UE afin de conforter la confiance du public dans la vaccination". Une réunion, mercredi soir, des ministres de la Santé de l'UE n'a pas abouti à un accord.

Combien la Belgique doit-elle recevoir de vaccins AstraZeneca? Elle a commandé 7,74 millions de doses, ce qui permettrait de vacciner 3,87 millions de personnes. À l'heure actuelle, un dixième de la commande a été livré, soit 789.600 doses.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité