L'industrie belge dans les starting-blocks, si la demande suit

Dans les entreprises, il n’y a souvent pas le choix, il faut relancer la production pour éviter un choc économique trop violent. ©Dieter Telemans

Alors que Volvo ou Audi veulent reprendre la production en Belgique, la Sonaca pense qu'il serait quasi possible de produire à 100% de ses capacités, mais évidemment, si la demande des clients suit.

Ça y est. Alors que le confinement va sans doute être prolongé jusqu’au 3 mai, plusieurs entreprises sortent du bois. Il s’agit de relancer la production, et vite. Rappelons d’abord les bases: aucune entreprise productive n’a été forcée de cesser ses activités, si elle arrive à respecter les règles de distanciation sociale et de sécurité en son sein.

C’est dans cette optique qu’Audi Brussels a communiqué qu’elle travaillait à adapter ses procédures pour respecter ces règles de sécurité en vue d'une reprise de la production. Une politique que la marque aux quatre anneaux vise à généraliser à l’ensemble de ses 90.000 travailleurs dans le groupe. De leur côté, les syndicats ont déjà exprimé toute leur inquiétude par rapport à cette volonté de reprendre la production avant la fin du confinement. Mais dans les entreprises, il n’y a souvent pas le choix, il faut relancer la production pour éviter un choc économique trop violent.

Bernard Delvaux de la Sonaca, nous le dit sans détour. Il est persuadé qu’il pourrait produire à quasi 100% de capacité tout en respectant les normes de sécurité.

"À mon avis, ce serait possible de produire à pleine capacité en respectant les normes, même si on risque de perdre un peu de productivité ici et là."
Bernard Delvaux
CEO de la Sonaca

Cela ne veut évidemment pas dire que c’est facile. Tout doit être réorganisé dans les moindres détails et certaines pertes de productivité à la marge se feraient sentir. "Pour l’instant, nous avons 15 à 20% d’activité à Gosselies. La montée en production se fait par étape avec des moyens adaptés pour maintenir le social distancing. Chacun des postes de travail a été revu et accepté", dit le CEO. Et quand la distance n’est pas adéquate entre ceux qui doivent travailler sur les mêmes choses en même temps, la Sonaca trouve des solutions, avec une paroi en plexiglas par exemple pour éviter les contacts dangereux. 150 des 700 ouvriers de la Sonaca travaillent actuellement.

Pas toujours assez de travailleurs

Souvent, si les usines se sont mises à l’arrêt, c’est aussi pour avoir le temps de mettre à jour leurs procédures. L'attachée de presse Pauline Bertrand nous le confirme à la Fédération des entreprises de Belgique (FEB). Mais évidemment, ce n’est pas le seul problème. Il y a une pression sur toute la chaîne logistique d’une entreprise productive, en amont comme en aval qui peut aussi précipiter la mise à l’arrêt de la production. 

Volvo Cars à Gand a ainsi dû composer avec des problèmes de fournitures de marchandises depuis la Chine. Maintenant que la liaison est rétablie, ici aussi, on veut repasser à la phase production dès la fin des vacances. Et on parle en l’occurrence d’une production à pleine capacité.  

La FEB pointe que certaines entreprises n'ont tout bonnement pas suffisamment de travailleurs actuellement pour tourner.

Choc de demande

Mais finalement, ce qui bloque peut-être le plus les entreprises, c’est le choc sur la demande. C’est l’inquiétude numéro 1 de Bernard Delvaux. "Nous allons monter en régime au rythme des besoins des clients, mais il nous faudra des mois pour que l’on revienne au rythme d’avant", dit-il. La reprise d'Airbus est ainsi essentielle pour la Sonaca.

Relancer la production à l'heure du coronavirus demande beaucoup d'efforts de tous en entreprise. Nos confrères du Tijd apprenaient mardi que Picanol a mis en place des mesures pour redémarrer les activités à Ypres après un arrêt de trois semaines. Ici, cela ne se fera qu'"étape par étape". La demande des métiers à tisser yprois n’est pas totalement à l’arrêt et il s’agit donc d’y répondre. Les shifts ne s’arrêtent plus tous en même temps, mais ont été répartis sur la journée, les postes de travail ont été repensés et des lignes au sol indiquent où les personnes doivent travailler.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité