L'industrie lourde s'enraye mais garantit la sécurité de ses installations

Le fabricant d'acier ArcelorMittal va réduire sa production en Europe en raison de la crise du coronavirus. ©Thomas De Boever

Dans l'industrie lourde, certaines entreprises sont à l'arrêt. Flanquées, pour beaucoup, de l'appelation "Seveso", celles-ci sont néanmoins dans l'obligation de maintenir les fonctions critiques à la sécurité de leurs installations.

Ce mercredi, le fabricant d'acier ArcelorMittal a annoncé réduire sa production en Europe sans donner de détails sur l'impact que cette décision aurait sur ses sites belges.

La situation est plus sévère à la FN Herstal qui met sa production à l'arrêt, tout en maintenant une série de fonctions critiques afin d'assurer la maintenance. Le personnel ouvrier pourra rester à domicile sans perte de salaire jusqu'au 31 mars. À partir du 1er avril, entre 90 et 95% des travailleurs, peu importe leur statut, seront au chômage économique.

Seveso

"Les plans de continuité des activités permettent, en cas de problème d'approvisionnement, de garantir la sécurité des lieux."
Pascal de Crem
Porte-parole de Total Belgique

Outre le secteur auquel elles appartiennent, ces deux entreprises partagent un autre point commun. Elles sont toutes deux classifiées "Seveso", c'est-à-dire que leur activité implique la manipulation, la fabrication, l'emploi ou le stockage de substances dangereuses". C'est le cas aussi d'une série de sites du groupe Total en Belgique. Face au confinement, il leur fait adapter leurs activités tout en garantissant la sécurité sur leurs sites, en mettant en place des plans de continuité des activités (PCA). "Les PCA permettent, en cas de problème d'approvisionnement, de garantir la sécurité des lieux. L'appellation Seveso nous oblige à maintenir les fonctions critiques à la sécurité en toute circonstance et à communiquer sur les mesures prises administrativement", rassure le porte-parole de Total Belgique, Pascal de Crem.

La mise à l'arrêt n'est pas de mise partout. Chez Liberty Steel, qui dispose de site de production à Liège, tous les administratifs sont en télétravail. Mais les usines tournent, même si l’absentéisme augmente doucement et dans des proportions inhabituelles. "Toutes les mesures ont été prises pour garantir la sécurité du personnel, sur les postes de travail mais aussi dans le cadre de la lutte contre le Covid-19", précise Nathalie Van Laeken, porte-parole du sidérurgiste. Dans la sidérurgie, les postes de travail sont déjà très espacés les uns des autres. Des mesures d'espacement ont aussi été prises dans les cafétérias par exemple. Par ailleurs, la fermeture annoncée pour 15 jours de l’unité de packaging, prévue pour les vacances de Pâques, a été anticipée.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité