1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

L'Italie reprend espoir, le Royaume-Uni se confine

L'Italie reprend doucement espoir dans sa lutte contre le coronavirus, alors que le nombre de morts a franchi le cap des 6.000. De son côté, Boris Johnson a placé dès ce lundi soir le Royaume-Uni en confinement pour au moins 3 semaines.
  • La Chine va lever les restrictions aux déplacements à Wuhan

    La Chine va lever les restrictions aux déplacements à Wuhan et dans sa région, berceau de l'épidémie, à partir du 8 avril.

  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Le Premier ministre britannique Boris Johnson a décrété un confinement de la population du Royaume-Uni pour au moins trois semaines afin de freiner la propagation du coronavirus. Dans le cadre de cette mesure qui s'applique dès ce lundi soir, les Britanniques ne seront autorisés à sortir de chez eux que pour des cas très limités comme faire ses courses, aller travailler, se faire soigner ou faire de l'exercice une fois par jour.

    ► Au septième jour de confinement, la France se prépare à prolonger de "quelques semaines" ces mesures exceptionnelles prises pour lutter contre le coronavirus, qui a fait 186 décès supplémentaires en une journée dont des médecins. "Le temps normal n'est pas pour demain. (...) Ce temps du confinement peut encore durer quelques semaines", a affirmé le Premier ministre Edouard Philippe, qui a également annoncé de nouvelles mesures de durcissement du confinement, comme la fermeture des marchés ouverts.

    ► Le stock stratégique fédéral de masques de protection FFP2 qui a été détruit était devenu inutilisable et un plan a bien été lancé ensuite pour constituer un nouveau stock, mais géré de manière différente. C'est ce qu'a précisé le cabinet de la ministre de la Santé publique Maggie De Block, en pleine tourmente. Pour en savoir plus: La gestion de Maggie De Block sous le feu des critiques

    ► La chloroquine pourra être administrée aux malades souffrant de "formes graves" du coronavirus, mais ne doit pas être utilisée pour des formes "moins sévères", a statué le Haut conseil de santé publique français.

    ► Les communes bruxelloises durcissent le ton pour faire respecter la distance sociale.

    ► Le PS, Ecolo/Groen, le cdH et la N-VA réclament l'organisation dès que possible d'une campagne massive de dépistage du coronavirus, alors que la Belgique, confrontée à une pénurie de réactifs, ne pratique actuellement ces tests que sur les patients en proie à des complications.

    ► Pour le deuxième jour consécutif, l'Italie a enregistré des statistiques laissant penser que la diffusion du coronavirus ralentit. Dans son bulletin quotidien, l'Agence de protection civile rapporte 601 nouveaux décès, contre 651 dimanche et un record de 793 samedi. Le nombre total de morts s'élève désormais à 6.077.

    ► La récession mondiale consécutive à la pandémie du coronavirus pourrait être pire que celle qui a suivi la crise financière de 2008, a mis en garde lundi la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva au cours d'une téléconférence avec le G20.

    ► Les ministres des Finances de l'UE ont marqué leur accord à la proposition de la Commission de suspendre temporairement les règles budgétaire de l'Union, afin de donner aux États membres la possibilité d'investir lourdement dans la lutte contre le coronavirus et dans la réponse aux conséquences socio-économiques de la crise.

    ► Le Conseil des recteurs francophones a annoncé que l'ensemble des universités francophones "ont unanimement décidé de poursuivre leur enseignement sous forme virtuelle jusqu'à la fin du quadrimestre", soit le 30 juin. 

    ► En Belgique, 342 nouveaux cas ont été détectés positifs. Ce qui mène le total à 3.743 cas. Notre pays déplore à ce jour 88 décès, 13 de plus durant les 24 dernières heures. À ce jour, 350 patients ont pu sortir de l'hôpital. 1.643 personnes sont toujours hospitalisées (+290 en 24 heures); 322 personnes sont aux soins intensifs (+32). Il reste encore 621 lits et respirateurs disponibles dans nos hôpitaux. "

    ► L'avion transportant 6 millions de masques chirurgicaux et 147.000 masques de type FFP2 a atterri ce lundi matin à l'aéroport de Liège.

    ► Un accord a été conclu samedi soir entre le secteur financier et le gouvernement fédéral afin de faire face aux conséquences économiques de la crise du coronavirus. Les détails de l'accord ici.

    ► La SNCB et Infrabel organisent, à partir de ce lundi, un "service de trains d'intérêt national", qui doit garantir à la clientèle une offre de transport sur l'ensemble du territoire malgré la crise sanitaire du nouveau coronavirus.

    ► Le gouverneur de la Banque nationale et coprésident de l’Economic Risk Management Group se félicite de l’accord conclu ce week-end avec les banques. Il importe à présent, selon Pierre Wunsch, de faire fonctionner les entreprises et de faire la jonction entre l’avant et l’après-crise. L'appel de Pierre Wunsch (BNB) aux Belges: "Allez travailler"

    ► Tour à tour, pour faire face au Covid-19, les hôpitaux lancent un appel aux dons, notamment pour financer la recherche et l’achat de respirateurs. Voici toutes les indications concernant les dons possibles 

    ► Selon les données du Centre for Mathematical Modelling of Infectious Diseases (Cmmid), la Belgique n'aurait détecté qu'environ 12% des cas réels de Covid-19. La Belgique peut mieux faire!

    ► L'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) a indiqué ce lundi que "les personnes atteintes du Covid-19 (diagnostiquées par le test d'un laboratoire) qui travaillent dans le secteur des soins de santé" où, en outre, elles couraient "un risque nettement accru d'être infectées par le virus" peuvent prétendre à une indemnisation pour maladie professionnelle.

  • Le Royaume-Uni décrète un confinement national pour au moins 3 semaines

    Le Premier ministre britannique Boris Johnson a décrété ce lundi un confinement de la population du Royaume-Uni pour au moins trois semaines afin de freiner la propagation du coronavirus.

    Dans le cadre de cette mesure qui s'applique dès ce lundi soir, les Britanniques ne seront autorisés à sortir de chez eux que pour des cas très limités comme faire ses courses, aller travailler, se faire soigner ou faire de l'exercice une fois par jour, a précisé le chef du gouvernement conservateur lors d'une adresse à la nation.

    Les rassemblements de plus de deux personnes sont interdits et tous les magasins de biens non essentiels, ainsi que les lieux de cultes, sont fermés au public.

    "A partir de ce soir, je veux donner aux Britanniques une instruction très simple: vous devez rester chez vous", a déclaré Boris Johnson, décrivant le virus comme "la menace la plus importante à laquelle ce pays a été confronté depuis des décennies". "Nous ferons le point de nouveau dans trois semaines et assouplirons (ces mesures) si des éléments probants montrent que nous le pouvons", a-t-il assuré.

    Le coronavirus a fait 335 morts et contaminé officiellement 6.650 personnes au Royaume-Uni, selon un bilan officiel publié lundi qui montre une forte accélération ces derniers jours. Critiqué un temps pour sa réponse jugée timorée à l'épidémie, le gouvernement de Boris Johnson a durci son dispositif au fil de la semaine dernière, demandant au public d'éviter les contacts non indispensables, fermant les écoles puis les pubs, restaurants, cinémas et salles de gym. Il n'avait cependant pas encore décrété de confinement aussi strict que la plupart des autres pays européens.

  • Jean-Michel Javaux testé positif au Covid-19

    Jean-Michel Javaux, bourgmestre d'Amay et ancien co-président d'Ecolo, a été testé positif au Covid-19, a indiqué son épouse, également contaminée par le virus, ce lundi soir sur Facebook.

    "Jean-Michel est toujours surveillé de près au CHRH pour la pneumonie. Je suis bien confinée à la maison avec les enfants et on essaie de se protéger les uns les autres du mieux que l'on peut. Le plus difficile dans ce confinement est l'absence de contacts sociaux. Cela démontre que l'Humain a besoin de l'Humain. C'est comme ça qu'il est le plus fort", écrit-elle.

    L'ancien co-président d'Ecolo a été admis au CHR de Huy et placé en observation pour une pneumonie virale dimanche matin. Il avait précisé avoir strictement surveillé les consignes médicales et de santé publique ces derniers jours, notamment en restant confiné chez lui et en télétravaillant.

  • Prolongation de "quelques semaines" en vue du confinement en France

    Au septième jour de confinement, la France se prépare à prolonger de "quelques semaines" ces mesures exceptionnelles prises pour lutter contre le coronavirus, qui a fait 186 décès supplémentaires en une journée dont des médecins. "Le temps normal n'est pas pour demain. (...) Ce temps du confinement peut encore durer quelques semaines", a affirmé le Premier ministre Edouard Philippe au journal télévisé de TF1, évoquant de nouvelles mesures dès mardi matin, dont la fermeture des marchés ouverts, sauf rares exceptions en milieu rural.

    "Sortir pour promener ses enfants ou faire du sport c'est dans un rayon de 1 km de chez soi, maximum pour une heure, tout seul et une fois par jour", a encore précisé le chef du gouvernement alors que les sanctions ont été durcies pour ceux ne respectant pas les mesures restrictives. Les 135 euros d'amende forfaitaire doivent passer à 1.500 euros en cas de récidive "dans les 15 jours", et "quatre violations dans les trente jours" pourront valoir "3.700 euros d'amende et six mois de prison au maximum".

  • Les hôpitaux bruxellois absorbent l'augmentation progressive des patients

    L'augmentation progressive du nombre de patients contaminés par le covid-19, ou suspectés d'avoir contracté le virus, est sous contrôle dans les hôpitaux bruxellois, lesquels ne sont pas saturés.

  • Masques détruits: un plan pour un stock tournant est en cours de réalisation, selon De Block

    Le stock stratégique fédéral de masques de protection FFP2 qui a été détruit était devenu inutilisable et un plan a bien été lancé ensuite pour constituer un nouveau stock, mais géré de manière différente. C'est ce qu'a précisé ce lundi soir le cabinet de la ministre de la Santé publique Maggie De Block.

    Selon Apache.be, un stock stratégique de plusieurs millions de masques de protection, parvenus à leur date de péremption, a été récemment détruit, et n'a ensuite pas été renouvelé par souci d'économie. Ce qui pose évidemment question dans le cadre de l'actuelle crise du coronavirus et de la pénurie de masques dans les hôpitaux.

    Le cabinet De Block donne une autre version des faits, ce lundi soir. "L'ancien stock stratégique était stocké à la Défense mais pas dans de bonnes conditions. Les masques étaient ainsi devenus inutilisables", rappelle-t-il. Le stock a donc été détruit "en 2017", mais cela n'est pas resté sans suite, affirme-t-il. L'idée était cependant de ne pas "répéter les erreurs du passé", et donc d'opter pour un stock fonctionnant différemment: un stock "tournant", dont une partie serait régulièrement mise sur le marché pour éviter que l'intégralité du stock ne périme à un moment.

    Un "plan" a été demandé en ce sens au SPF Santé publique, mais une telle solution globale est plus complexe. "Cela prend donc du temps, il faut passer par des adaptations législatives, contractuelles, etc.", explique un porte-parole de la ministre De Block. "Acheter des masques sans plan revient à gaspiller l'argent du contribuable", tranche le cabinet, qui se défend d'être resté inactif.

  • En France, la chloroquine autorisée pour traiter les "formes graves" du coronavirus

    La chloroquine pourra être administrée aux malades souffrant de "formes graves" du coronavirus, mais ne doit pas être utilisée pour des formes "moins sévères", a statué ce lundi le Haut conseil de santé publique français. "Le Haut conseil recommande de ne pas utiliser ce traitement en l'absence de recommandation, à l'exception de formes graves, hospitalières, sur décision collégiale des médecins et sous surveillance stricte", a annoncé le ministre de la Santé français lundi soir lors d'un point presse sur l'évolution du coronavirus en France.

    ©AFP

    Le comité scientifique "exclut toute prescription dans la population générale ou pour des formes non sévères à ce stade, en l'absence de toute donnée probante", a-t-il souligné. Un arrêté encadrant précisément le recours à ce traitement, qui fait polémique sera pris "dans les prochaines heures", a précisé le ministre.

    En France, plusieurs élus font monter la pression pour généraliser rapidement l'utilisation de la chloroquine. Mais des voix appellent à la prudence, insistant sur la nécessité d'attendre de vastes essais cliniques menés selon la stricte orthodoxie scientifique pour valider ou non le traitement.

    ©AFP

    De très nombreuses personnes se sont pressées ce lundi à Marseille, pour se faire tester par les équipes du professeur Didier Raoult qui préconisent ce traitement testé jusqu'ici sur un nombre très limité de patients (24). Dans son avis, le Haut Conseil de santé publique "incite les médecins à inclure le plus possible de malades dans les différents essais thérapeutiques en cours dans notre pays car c'est le moyen le plus sûr de déterminer rapidement si un traitement est efficace ou pas", a encore souligné le ministre.

  • Les communes bruxelloises durcissent le ton pour faire respecter la distance sociale

    • A l'exception du parc Elisabeth géré comme d'autres grands parcs par la Région et Bruxelles Environnement, Koekelberg a fermé tous les autres parcs situés sur son territoire depuis la semaine dernière. Les parcs communaux ont également fermé à Etterbeek et à Saint-Josse-ten-Noode depuis lundi de la semaine dernière.
    • Les pelouses du parc de Forest ont été interdites ce lundi sur ordre du bourgmestre Stéphane Roberti, tout en laissant les sentiers accessibles.
    • Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, relève que la police locale a eu l'autorisation de la police fédérale d'utiliser un drone afin d'évaluer la fréquentation des parcs sur une zone qui concerne les communes de Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre et Auderghem. "Sauf si la Région nous indique une voie, j'envisage de prendre des initiatives pour la promenade verte qui va de Woluwe jusqu'à Auderghem à cause de la largeur de la promenade", ajoute Olivier Maingain. "Ce n'est pas tant le problème que les gens ne respectent pas les distances que le fait qu'ils soient trop proches quand ils se croisent".
    • La police de Bruxelles-Ixelles a augmenté en fin de semaine dernière les contrôles dans les parcs. "Il faut de la méthode et du sang froid, et surtout des décisions cohérentes sur toute la région", a fait valoir la porte-parole de la Ville Wafaa Hammich. "La police demande déjà aux personnes de rester en mouvement dans les parcs et de ne pas de s'y installer".
    • La police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode), qui entre comme les autres zones dans une phase punitive après une période de prévention, a dressé près de 120 sanctions administratives communales (SAC) en trois jours, a procédé à quelques arrestations administratives et a rédigé de premiers procès-verbaux judiciaires, a annoncé le cabinet de la bourgmestre de Schaerbeek Cécile Jodogne. "Si les citoyens ont, dans l'ensemble, bien compris le message, certains semblent ne pas vouloir comprendre", déplore Cécile Jodogne. "Maintenant nous sommes contraints d'ajouter à la prévention des moyens punitifs".
    • Ridouane Chahid, bourgmestre faisant fonction à Evere, explique que décision a été prise ce lundi matin de renforcer la présence des gardiens de la paix et de la police dans les parcs pour rappeler la distanciation sociale en vigueur. "On veut faire passer le message que, même s'il fait beau, les parcs ne sont plus des lieux de détente publics", souligne Ridouane Chahid.
    • Des panneaux listant les règles d'usage et les sanctions administratives communales qui seront prises en cas d'infraction vont être installés à l'entrée des parcs à compter de mercredi. Des rubans de police condamneront dès mardi les bancs, dont les surfaces favorisent les contaminations. Les plaines de jeu et les espaces de sport sont barricadées pour les mêmes raisons depuis la semaine dernière, comme dans d'autres communes et comme cela a été fait dans les grands parcs gérés par Bruxelles Environnement.
  • Les adoptions dans les refuges bruxellois restent possibles sur rendez-vous

    Les adoptions d'animaux sont maintenues sur rendez-vous et en respectant les mesures de distanciation sociale, indique le ministre bruxellois du Bien-être animal Bernard Clerfayt. L'objectif est d'éviter une chute des adoptions qui entraînerait une saturation des refuges. Il n'y a pas de surpopulation d'animaux abandonnés dans les refuges, assure le ministre. Cependant, il souhaite prévenir une éventuelle saturation causée par l'arrêt des adoptions, si les refuges n'étaient plus du tout accessibles à cause des mesures de confinement.

  • Les évêques appellent les paroisses à faire retentir leurs cloches à 20h

    Les évêques du pays appellent leurs paroisses à se joindre aux marques de gratitude envers les personnes qui luttent contre l'épidémie de coronavirus. Elles peuvent faire sonner les cloches ou allumer des bougies devant leur fenêtre. Les paroisses qui en ont la possibilité sont invitées à faire sonner les cloches chaque soir pendant deux minutes à 20h.

    Les fidèles sont, eux, appelés à allumer une bougie ou applaudir à leur fenêtre pour remercier les médecins, infirmières et infirmiers, services de police et d'urgence, politiques et administrations engagés contre le virus.

  • Les Pays-Bas interdisent tout rassemblement jusqu'au 1er juin

    Les Pays-Bas interdisent toutes les réunions jusqu'au 1er juin, a annoncé le ministre néerlandais de la Justice, Ferd Grapperhaus, lundi.

    Dans un premier temps, les rassemblements avaient été interdits jusqu'au 6 avril.

  • Des intérimaires sous chômage temporaire, cumul possible avec une activité complémentaire

    Le chômage temporaire pour force majeure a déjà été assoupli, dans le cadre de la crise actuelle du coronavirus. Il a été décidé, de manière complémentaire, de permettre à certaines catégories de personnes de conserver l'allocation de chômage temporaire tout en percevant parallèlement une rémunération ou un défraiement, communique la ministre de l'Emploi et de l'Économie, Nathalie Muylle (CD&V).

    Les travailleurs intérimaires qui devaient normalement poursuivre leur travail auprès d'un même employeur peuvent aussi, exceptionnellement, avoir accès au régime de chômage temporaire dans le cadre de la crise du coronavirus, ajoute-t-elle. La FGTB et le PTB avaient notamment fait des appels en ce sens cette semaine.

    La mesure, qui s'applique sous certaines conditions, vaut pour les intérimaires qui voient leur boulot interrompu en conséquence de la pandémie de Covid-19. Parallèlement, il est exceptionnellement autorisé en cette période (13 mars - 30 juin selon le cabinet Muylle) de conserver une rémunération issue d'une activité complémentaire, pour peu que cette dernière ait été entamée avant le passage en chômage temporaire pour l'activité principale du travailleur.

    Les volontariats défrayés sont également permis, sans limites de cumul s'il s'agit d'un volontariat chez les pompiers ou dans la Protection civile. Il est aussi permis pour une personne en chômage temporaire de débuter une activité rémunérée auprès d'un autre employeur (via CDD ou intérim par exemple), en cas d'accord avec l'employeur principal et avec obligation de signaler ce nouvel emploi temporaire à l'organisme de paiement. Dans ce cas, le travailleur perd cependant son droit à l'allocation de chômage temporaire.

  • 860 décès et plus de 2.000 patients en réanimation en France

    Le coronavirus a tué 860 personnes depuis le début de l'épidémie et 2.082 patients étaient ce lundi soir en réanimation, annonce le ministre de la Santé Olivier Véran.

    Ces bilans traduisent une augmentation de 186 décès et de 1.435 patients supplémentaires en réanimation en 24 heures, a précisé le ministre sur un total de 8.675 patients hospitalisés.

  • L'hôpital militaire est prêt à délester les services d'urgence civils

    Délestage des hôpitaux civils, transports de patients infectés par le Covid-19, modules mobiles pour le tri de patients suspects à l'entrée des hôpitaux, rapatriement de Belges bloqués à l'étranger, gestion et distribution de masques médicaux: en Belgique, les militaires sont en alerte maximale face au coronavirus. "La Défense est prête à assumer toute une série de missions que lui confieraient le gouvernement ou les autorités sanitaires fédérales, souligne-t-on au cabinet du ministre Philippe Goffin (MR), en charge des Affaires Etrangères mais aussi de La Défense, au sein du gouvernement fédéral.

    "Outre la gestion et la distribution des masques médicaux depuis la caserne de Peutie, nous disposons également de deux ambulances équipées spécialement pour transporter des patients atteints de pathologies tel le coronavirus, ainsi que le personnel nécessaire à ces transports", indique-t-on au cabinet du ministre. "Contrairement à la France, nous ne disposons pas d’un hôpital de campagne qui peut être déployé à la demande dans l’une de l’autre province du pays. Par contre, nous disposons de modules et des tentes qui peuvent être utilisés pour, par exemple, effectuer le tri de patients suspects".

    "De son côté, l’hôpital militaire de Neder-over-Heembeek, qui est spécialisé dans la prise en charge des grands brûlés est également prêt à intervenir. Si la situation le nécessite, une douzaine de grands brûlés actuellement en soins intensifs dans les divers hôpitaux civils du pays pourraient être transférés à l’hôpital militaire. Ce qui permettrait de désengorger quelque peu les services de soins intensifs de ces hôpitaux civils".

    Enfin un appui aérien est également envisageable. Ces dernières heures, un avion militaire a ainsi permis le rapatriement de touristes belges bloqués à Las Palmas (Espagne), précise encore le cabinet du ministre Goffin.

    (Christian Du Brulle)

  • Electricité: le tarif de jour au tarif de nuit chez Lampiris

    Le fournisseur d’électricité et de gaz Lampirs, basé à Liège et qui a pour actionnaire le groupe Total, a décidé de facturer, durant le mois d’avril, l’électricité en tarif de jour au même prix que le tarif de nuit. "Un geste de soutien pour nos clients dans cette période particulière liée au Covid-19", explique Lampiris sur les réseaux sociaux.

    Ce tarif de nuit ne s’applique bien entendu que sur les kilowattheures eux-mêmes, pas sur les frais de réseau, qui ne dépendent pas de Lampiris, mais des gestionnaires de réseau.

  • PS, Ecolo/Groen, cdH et N-VA réclament une campagne massive de dépistage

    Le PS, Ecolo/Groen et le cdH réclament l'organisation dès que possible d'une campagne massive de dépistage du coronavirus, alors que la Belgique, confrontée à une pénurie de réactifs, ne pratique actuellement ces tests que sur les patients en proie à des complications.

    • "Il est urgent d'entendre l'appel de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en faveur d'un dépistage massif. C'est ainsi qu'ont procédé les pays qui s'en sortent le mieux. Le testing massif est le meilleur moyen de bien calibrer les mesures prises par les Etats et de mieux maîtriser les conséquences des crises", selon le député fédéral Malik Ben Achour (PS).
    • "Toutes les personnes présentant des symptômes ou ayant été en contact avec une personne contaminée doivent avoir accès à un test suivant des modalités qui devront être précisées", ont affirmé les Verts francophones dans un communiqué à l'issue d'un bureau politique en ligne. Groen est sur la même longueur d'onde.
    • Le cdH aussi réclame une telle campagne massive de dépistage. "C'est une demande maintes fois répétée de notre part, depuis la rentrée des vacances de carnaval", a souligné la cheffe de groupe à la Chambre, Catherine Fonck.
    • Du côté de la N-VA, le parlementaire flamand Lorin Parys souhaite aussi une campagne de tests "massive et préventive". "Sans des tests rapides et généralisés, tout le monde, des professionnels des soins de santé aux politiques en passant par les épidémiologistes, navigue à l'aveugle. La vérité est que nous n'avons aucune idée du véritable nombre d'infections, nous savons seulement que le total de contaminations rapportées n'est pas correct car nous n'avons pas suffisamment de matériel de test pour dépister tous ceux qui ont des symptômes", explique-t-il.
  • En Belgique, la qualité de l'air s'est fortement améliorée depuis samedi

    La qualité de l'air s'est fortement améliorée depuis samedi. Pour la Cellule Interrégionale de l'Environnement (CELINE), ces bons résultats sont dus au confinement et aux conditions météorologiques favorables.

    "Le télétravail, le chômage temporaire et les restrictions de déplacement jouent certainement un rôle positif mais il est difficile de le quantifier", explique le porte-parole de CELINE, Frans Fierens, selon qui les conditions météorologiques actuelles contribuent également à diminuer les concentrations de polluants dans l'atmosphère. "Il y a beaucoup de vent et nous sommes sous l'influence d'un courant d'air pur en provenance de Scandinavie. Cela joue énormément", ajoute-t-il.

  • 350.000
    cas
    Plus de 350.000 cas de coronavirus ont été recensés dans le monde depuis le début de la pandémie. Au moins 350.142 cas d'infection, parmi lesquels 15.873 décès, ont été détectés dans 174 pays et territoires, notamment en Chine (81.093 cas), berceau de l'épidémie, et en Italie (63.927 cas). Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas les plus graves.

  • Près de 90% des vols passagers annulés à Brussels Airport

    Le mot "annulation" s"affiche un peu partout sur les écrans. A Brussels Airport, près de de 90% des vols aller et retour ont été supprimés ce lundi. Concrètement, 64 vols passagers étaient actés, alors que l'horaire initial prévoyait 550 vols.

    Depuis samedi, Brussels Airlines ne propose plus de vols réguliers. Et les activités passagers devraient encore diminuer dans les prochains jours. Le taux de fréquentation est également bien inférieur à la normale. L'aéroport accueille à peine quelques milliers de passagers par jour (contre une moyenne de 60.000/jour en février par exemple).

    La branche cargo, par contre, fonctionne à plein régime. Environ 50 à 60 vols de fret complets (par avions-cargos) sont programmés quotidiennement. La demande est élevée, car habituellement les avions passagers transportent aussi des marchandises. Or, beaucoup de ces vols ont été annulés.

  • 602 morts en 24 heures en Italie, plus de 6.000 décès au total

    Pour le deuxième jour consécutif, l'Italie enregistre des statistiques laissant penser que la diffusion du coronavirus ralentit. Dans son bulletin quotidien, l'Agence de protection civile rapporte 601 nouveaux décès, contre 651 dimanche et un record de 793 samedi. Le nombre total de morts s'élève désormais à 6.077.

    Le nombre total de contaminations confirmées s'établit à 63.927, en hausse de 8,1% en 24h. Dimanche, ce nombre était en augmentation de 10,4% et il y a deux semaines il tournait autour des 20%. "Aujourd'hui, je peux affirmer que la tendance positive est confirmée", a dit Giulio Gallera, commissaire Santé pour la région de Lombardie. "Il n'est pas encore temps de crier victoire, au contraire [...] c'est le moment de se concentrer plus que jamais, mais nous pouvons voir une lumière au bout du tunnel."

    La Lombardie reste la région la plus touchée d'Italie avec 28.761 cas et 3.776 décès. La région a cependant aussi enregistré 6.075 guérisons. Gallera a encore précisé que le nombre de personnes hospitalisées dans la région a chuté de près de 200 unités, à 9.266, et souligné qu'il s'agit là de la première diminution depuis un mois.

  • Pas de dividende chez Roularta

    "La propagation du virus Covid-19 et les mesures de sécurité strictes imposées par les autorités publiques dans le monde entier ont un impact considérable sur notre société", indique Roularta dans un communiqué. La publication des titres gratuits De Streekkrant et De Zondag est ainsi suspendue pour 5 semaines, compte tenu de la fermeture des commerces locaux. Pour les activités liées à la publication de ces titres, le régime du chômage temporaire est instauré.

    "Les deux premiers mois de l’année ont généré un meilleur résultat qu’en 2019 et le marché des lecteurs évolue favorablement (...), mais le marché publicitaire, qui représente toujours 40 % du chiffre d’affaires de Roularta, est affecté par le coronavirus", indique ensuite le groupe, qui précise que le conseil d’administration proposera à l’assemblée générale de ne pas distribuer de dividende.

  • La récession mondiale pourrait être pire que pendant la crise financière (FMI)

    La récession mondiale consécutive à la pandémie du coronavirus pourrait être pire que celle qui a suivi la crise financière de 2008, a mis en garde lundi la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva au cours d'une téléconférence avec le G20.

    Dans un communiqué, elle souligne avoir prévenu les ministres des finances et les banquiers centraux que les perspectives de croissance mondiale étaient "négatives" pour 2020 et indiqué qu'il fallait s'attendre à "une récession au moins aussi grave que pendant la crise financière mondiale ou pire". "Mais nous nous attendons à une reprise en 2021", a-t-elle ajouté de manière plus optimiste.

    Pour autant, "pour y arriver, il est primordial de donner la priorité au confinement et de renforcer les systèmes de santé", partout dans le monde. "L'impact économique est et sera grave, mais plus le virus est arrêté rapidement, plus la reprise sera rapide et forte", a-t-elle également estimé.

  • 10%
    .
    La compagnie aérienne néerlandaise KLM lance sa saison d'été, qui durera jusqu'à la fin octobre, avec un plan de vols fortement revu à la baisse en raison de l'épidémie de coronavirus. Le planning adapté comprend ainsi à peine 10% de l'ensemble des liaisons assurées en temps normal. Sous réserve de modifications, l'entreprise ne volera en effet encore que vers 32 destinations européennes et 25 intercontinentales d'ici au 3 mai.

  • Les 27 de l'UE valident la suspension des règles de discipline budgétaire

    Les ministres des Finances de l'UE ont marqué leur accord à la proposition de la Commission de suspendre temporairement les règles budgétaire de l'Union, afin de donner aux États membres la possibilité d'investir lourdement dans la lutte contre le coronavirus et dans la réponse aux conséquences socio-économiques de la crise.

    "La grave récession économique attendue cette année nécessite une réponse politique résolue, ambitieuse et coordonnée", indique le Conseil (États membres) dans un communiqué, en validant le recours à la "clause dérogatoire générale."

    En temps normal, le Pacte de stabilité et de croissance contraint les États membres à garder sous contrôle leur dette et leur déficit publics. Selon ses termes, les déficits publics ne devraient pas dépasser les 3% du Produit intérieur brut (PIB) et les gouvernement doivent respecter une trajectoire de retour à l'équilibre structurel. La dette publique, elle, ne devrait pas dépasser les 60% du PIB, à moins de se réduire suffisamment chaque année.

  • Corendon annule tous ses voyages jusqu'au 1er juin

    Corendon annule tous les séjours de vacances jusqu'au 1er juin. Cette décision se base sur les recommandations des autorités belges et néerlandaises pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, précise l'entreprise. Quelque 80.000 séjours sont concernés par l'annulation. Ils s'ajoutent aux 40.000 déjà tombés à l'eau jusqu'à présent.

    Comme lors de la première vague, les voyageurs seront remboursés sous la forme d'un bon qu'ils pourront réutiliser plus tard dans l'année. Le surcoût éventuel sera pris en charge par l'entreprise, tandis qu'une différence sera remboursée au client si le séjour s'avérait moins cher qu'initialement.

  • Un millier de masques déjà produits dans les prisons

    Environ un millier de masques ont déjà été produits dans les ateliers des prisons belges. Ceux-ci sont destinés au personnel des prisons. L'administration pénitentiaire, qui avait lancé un appel pour se procurer des machines à coudre, remercie par ailleurs les citoyens et les entreprises qui y ont répondu.

    "Nous commençons le travail avec les moyens que nous avons déjà", précise la porte-parole, Kathleen Van De Vijver. "Nul ne sait combien de temps cette production sera nécessaire." Une centaine de réponses lui sont parvenues pour des prêts ou des dons de machines à coudre.

  • Les universités francophones maintiennent l'enseignement à distance jusqu'à la fin du quadrimestre

    Le Conseil des recteurs francophones (Cref) annonce que l'ensemble des universités francophones "ont unanimement décidé de poursuivre leur enseignement sous forme virtuelle jusqu'à la fin du quadrimestre", soit le 30 juin. La décision a été prise après une réunion de coordination organisée par la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny.

    Les universités sont passées à un mode d'enseignement à distance depuis un peu plus d'une semaine en raison de la crise sanitaire provoquée par le nouveau coronavirus. "Outre l'aspect protecteur de la mesure, elle permet une planification sereine dans la continuité en évitant les problèmes d'un retour hypothétique, et à une date inconnue, vers l'enseignement en présentiel", souligne le Cref dans un communiqué.

    L'enseignement à distance avait été généralisé le 16 mars et s'étendait initialement jusqu'au 5 avril. Les universités espéraient reprendre un mode d'enseignement plus classique à la rentrée des vacances de Pâques, prévues du 6 au 19 avril. Toutefois, il semble que le confinement risque d'être prolongé au-delà du congé printanier. "Il est déjà hautement probable qu'il sera alors toujours pour le moins déconseillé, pendant plusieurs semaines encore, de réunir physiquement de grands groupes", relèvent les recteurs francophones.

    Jusqu'au 30 juin, les étudiants devront dès lors suivre leurs cours de manière virtuelle, rejoignant ainsi une décision prise vendredi dernier par les universités néerlandophones. Concernant l'organisation des examens, "il est encore prématuré de prendre des décisions", relève le Cref, mais "toutes les universités se fixent comme but de clôturer le deuxième quadrimestre, en ce compris les évaluations, sans déroger significativement au calendrier initialement prévu", soit le 30 juin. "Cela permettra de maintenir le calendrier de la seconde session et de démarrer l'année académique 2020-2021 en laissant les problèmes actuels derrière nous", conclut le Cref.

  • La pandémie "s'accélère" mais sa trajectoire peut être modifiée

    La pandémie de coronavirus "s'accélère" mais sa trajectoire peut être modifiée, estime l'Organisation mondiale de la santé, appelant les pays à passer à l'"attaque" en testant tous les cas et en plaçant en quarantaine leurs proches contacts.

    "Plus de 300.000 cas de Covid-19 ont été signalés à ce jour. C'est déchirant. La pandémie s'accélère", mais "nous pouvons changer (sa) trajectoire", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

  • Des milliers d'emplois menacés chez H&M

    La chaîne suédoise de prêt-à-porter H&M craint de devoir supprimer des milliers d'emplois en raison de l'épidémie de Covid-19 alors qu'elle s'est déjà vu contrainte de fermer des milliers de magasins de par le monde. Selon H&M, 3.441 de ses 5.062 magasins sont actuellement fermés, notamment dans des marchés importants comme l'Allemagne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. La Belgique est également touchée.

    La crise va plomber fortement ses ventes de mars, prévoit la chaîne. H&M examine des mesures pour faire face à la crise, comme le licenciement d'une grande partie de son personnel sous contrat temporaire. Des CDI pourraient également être menacés si la situation empire.

  • Fermeture des parcs dans la zone boraine

    Les accès au public dans les parcs de la zone boraine sont désormais fermés ou très restreints. A Colfontaine, le bourgmestre Luciano d'Antonio doit prendre un arrêté pour la fermeture du Parc de Wasmes, du parc du Centre de Plein Air et du Parc de Pâturages. Un arrêté a été pris pour tous les parcs communaux de Frameries. A Saint-Ghislain, le Parc de Baudour est fermé, sauf en cas de réunion dans les infrastructures. Un arrêté de police a été pris en ce sens pour la fermeture durant le week-end. A Boussu, les portes du Parc du Château et du Parc de Glattignies sont fermées.

  • Les maisons de luxe Saint Laurent, Gucci et Balenciaga vont fabriquer des masques

    "Les ateliers français des maisons Balenciaga et Yves Saint Laurent se préparent à la fabrication de masques, dans le respect des mesures de protection sanitaire les plus strictes pour leurs collaborateurs, dès que les procédés et matières auront été homologués par les autorités compétentes", a déclaré le groupe du luxe Kering auquel appartiennent les deux maisons.

    La maison Gucci, fleuron italien de Kering, s'est pour sa part engagée à fabriquer 1,1 million de masques chirurgicaux et 55.000 blouses pour le personnel soignant en Italie, pays le plus durement touché par la pandémie.

  • Faire le plein au Grand-Duché de Luxembourg reste permis mais sous conditions

    Le gouverneur de la province de Luxembourg, Olivier Schmitz, a clarifié ce lundi quelques mesures, dont celle concernant le plein de carburant au Grand-Duché de Luxembourg. "Les pompes à essence du Grand-Duché de Luxembourg restent accessibles à tous ceux qui passent par là pour se rendre au travail et aux résidents frontaliers qui n'ont pas d'offre belge plus proche", a-t-il précisé.

    "Les frontières ne sont pas fermées. Mais la police peut y organiser des contrôles pour vérifier que vos déplacements sont bien essentiels", ajoute-t-il. Par ailleurs, il est rappelé que les travailleurs transfrontaliers employés au Grand-Duché de Luxembourg doivent se munir d'une attestation remplie par l'employeur (téléchargeable sur le site internet du gouvernement luxembourgeois) et que les déplacements essentiels vers la France doivent également faire l'objet d'une attestation (téléchargeable sur le site du ministère français de l'intérieur).

  • Les douanes en support de la police fédérale pour les contrôles aux frontières

    Le ministre des Finances Alexander De Croo a accédé lundi à une demande de la police fédérale, qui réclamait le renfort des douanes pour les contrôles aux frontières. Une centaine de douaniers participeront aux opérations à partir de mercredi.

  • Les services de livraison de courses pour le personnel soignant opérationnels

    Les services de livraison de courses de Delhaize et de Colruyt pour le personnel soignant de certains hôpitaux du pays sont désormais opérationnels, indiquent lundi les deux enseignes. Celles-ci se sont en effet réparti les établissements hospitaliers intéressés afin de permettre au plus possible de membres de leur personnel de se faire livrer leurs achats près de leur lieu de travail.

  • Go4circle appelle à soutenir aussi les éboueurs

    Go4circle, la fédération belge du secteur du recyclage et de la gestion des déchets, appelle lundi la population à aussi soutenir les employés responsables de la collecte et du traitement des déchets.

    À l'instar des applaudissements quotidiens au personnel soignant, qui s'élèvent désormais chaque soir des balcons et fenêtres des habitants du pays, Go4circle souhaite que ses membres aussi bénéficient du soutien des citoyens belges.

    "Coller un simple morceau de papier avec un message sur votre sac poubelle ou votre conteneur aidera nos collègues à garder le moral en ces temps difficiles."

  • La police alerte sur de faux médicaments contre le covid-19 vendus en ligne

    Des sites web malveillants vendent de faux médicaments, accessoires médicaux ou compléments alimentaires en ligne, alerte lundi la police fédérale. Ils permettent soi-disant de guérir ou de soulager la maladie causée par le nouveau coronavirus.

  • L'UZ Gent procède désormais à des tests de dépistage sur tous ses patients

    L'UZ Gent teste tous les patients qui se présentent, même ceux qui font état d'autres problèmes médicaux, afin de protéger les patients mais aussi le personnel soignant contre le Covid-19. Dimanche, deux chirurgiens de l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles avaient déjà écrit à la Première ministre Sophie Wilmès pour réclamer un test de détection systématique auprès des patients et du personnel soignant.

  • L'Union wallonne des Entreprises salue l'ampleur de l'accord avec le secteur financier

    L'Union wallonne des Entreprises (UWE) a salué, lundi, l'ampleur des mesures découlant de l'accord entre le gouvernement fédéral et le secteur financier ainsi que la vitesse à laquelle ces décisions ont été prises. "Ces mesures seront de nature à rassurer les entreprises, même si tout dépendra de la durée de la crise et des procédures de mises en application", a souligné la fédération patronale wallonne.

    "À ce sujet, l'UWE demande que l'on veille à la bonne adéquation et à la bonne complémentarité des mesures, au niveau des garanties données aux entreprises par la Région Wallonne et par le Fédéral"

  • 9
    %
    Depuis le début de l'épidémie en Italie, 4.824 professionnels de la santé ont été infectés par le coronavirus, soit environ 9% du nombre total de malades détectés sur tout le territoire, selon les statistiques de l'Institut Supérieur de la Santé publiées lundi.

  • "Les mesures difficiles voire impossibles à appliquer dans la construction", selon la FGTB

    Les nouvelles mesures imposées par le gouvernement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 sont, sur le terrain, difficiles voire impossibles à appliquer, souligne lundi la FGTB. Selon le syndicat socialiste, "de nombreux travailleurs" rapportent" que, sur les chantiers, il n'y a toujours pas de gels désinfectants ou que "les sanitaires et roulottes ne font pas l'objet d'une hygiène renforcée", entre autres problèmes.

    "Il est indispensable que seuls les travaux extraordinaires ou urgents soient maintenus, et dans le respect le plus strict des mesures sanitaires imposées par le gouvernement", estime la FGTB Construction dans un communiqué.

  • Wall Street ouvre dans le rouge malgré les nouvelles annonces de la Fed

    La Bourse de New York reculait à l'ouverture lundi malgré l'annonce de nouvelles mesures de la Réserve fédérale (Fed) pour tenter d'atténuer l'impact économique du coronavirus. Vers 13h45 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, chutait de 2,88%, à 18.621,50 points. Le Nasdaq perdait 1,84%, à 6.753,09 points, et l'indice élargi S&P 500 2,96%, à 2.236,79 points.

  • Les chiffres augmentent au Pays-Bas, la police fait des contrôles à la frontière

    213
    décès
    Le coronavirus a fait 34 nouvelles victimes en un jour de temps aux Pays-Bas, portant le total de décès à 213. Le nombre total de personnes testées positives est de 4.749. La province de Brabant septentrional, limitrophe de la Belgique, est la plus touchée avec 1.558 cas.

    Par ailleurs, la commune de Maldegem, située en Flandre orientale et limitrophe des Pays-Bas, a instauré ce lundi des contrôles de police pour faire appliquer les mesures des autorités fédérales. Les pistes cyclables et les chemins pédestres traversant la frontière seront également fermés.

    Les postes frontières situés dans les Rentestraat et Fortuinstraat sont physiquement fermés. Il n'est possible de passer d'un pays à l'autre que par le biais de la Aardenburgkalseide (N410). La police y effectue cependant des contrôles sans interruption, de jour comme de nuit, et toute personne n'ayant aucune raison valable de franchir la frontière est automatiquement renvoyée.

  • Les chômeurs temporaires recevront maximum 1.500 euros net

    La majorité des travailleurs concernés par le chômage temporaire en raison de l'épidémie de Covid-19 toucheront un montant net compris entre 1.000 et 1.500 euros, d'après les calculs de la société de ressources humaines SD Worx. Celle-ci estime dès lors lundi que "des mesures de soutien supplémentaires, comme celles du secteur bancaire, sont donc les bienvenues". Un travailleur mis en chômage temporaire en raison de l'épidémie de coronavirus -soit de 800.000 à un million de personnes à terme, selon les estimations de la ministre fédérale de l'Emploi Nathalie Muylle (CD&V)- perçoivent une allocation de l'Onem fixée à 70% de leur salaire brut. Ce dernier étant plafonné à 2.754,76 euros, cette allocation sera complétée d'un montant journalier de 5,63 euros, soit quelque 150 euros en plus par mois.

    Concrètement, cela signifie que la majorité des travailleurs concernés toucheront un montant net compris entre 1.000 et 1.500 euros, selon SD Worx. Pour la société de ressources humaines, "des mesures de soutien supplémentaires, comme celles du secteur bancaire, sont donc les bienvenues". Face à l'afflux de demandes, l'Onem n'est pas en mesure de calculer immédiatement le montant exact de chaque travailleur mis en chômage temporaire. Dans un premier temps, la ministre Nathalie Muylle a donc décidé que tous les travailleurs percevraient une allocation forfaitaire de 1.450 euros par mois. Le calcul final de l'allocation sera fait ultérieurement.

  • Un raccourcissement des vacances d'été n'emballe pas les syndicats

    Raccourcir les vacances d'été d'un mois afin de limiter les conséquences de la crise sanitaire, c'est une suggestion de l'économiste flamand Geert Noels. Du côté des syndicats de l'enseignement, l'accueil est glacial. 

    Notre article | Un raccourcissement des vacances d'été n'emballe pas les syndicats

  • Nouvelle date pour les élections sociales

    Les élections sociales se tiendront finalement du 16 au 29 novembre, sous réserve de l'évolution de la pandémie de coronavirus, a-t-on appris à bonnes sources. Les partenaires sociaux viennent de s'accorder sur un nouveau calendrier.

  • L'infection au Covid-19 reconnue comme maladie professionnelle pour les soins de santé

    L'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) indique lundi que "les personnes atteintes du Covid-19 (diagnostiquées par le test d'un laboratoire) qui travaillent dans le secteur des soins de santé" où, en outre, elles couraient "un risque nettement accru d'être infectées par le virus" peuvent prétendre à une indemnisation pour maladie professionnelle.

    Cela concerne les prestataires de services d'ambulance impliqués dans le transport de patients atteints par le nouveau coronavirus, le personnel travaillant dans les hôpitaux (urgence et soins intensifs, services des maladies pulmonaires et infectieuses ou tout autre service où sont admis les patients atteints de Covid-19, ainsi que le personnel qui a effectué des actes diagnostiques et thérapeutiques sur des patients atteints par le coronavirus) et "le personnel travaillant dans d'autres services et institutions de soins où un foyer de Covid-19 s'est déclaré (deux cas ou plus regroupés)".

    Cela concerne toutes les personnes qui travaillent dans ces services: médical, paramédical, logistique et de nettoyage "et pour lesquelles l'infection peut être liée à leur activité professionnelle". Le régime s'applique également aux élèves et aux étudiants en stage.

  • La Belgique peut mieux faire en matière de détection des cas de Covid-19

    Selon les données du Centre for Mathematical Modelling of Infectious Diseases (Cmmid), la Belgique n'aurait détecté qu'environ 12% des cas réels de Covid-19. C'est un peu plus que la France (9,7%), beaucoup plus que l'Italie (4,6%), mais bien moins que le Danemark (56%). L'Allemagne, qui a réagi rapidement dans ce domaine, aurait signalé 75% des patients infectés par le coronavirus.

  • Le week-end ensoleillé a donné lieu à trop de rassemblements, selon la police fédérale

    La police fédérale ne dispose pas encore de chiffres globaux quant au nombre de PV dressés pour non-respect des règles de confinement, mais certaines tendances se dégagent. Le week-end ensoleillé a ainsi donné lieu à encore trop de rassemblements, indique-t-elle.

    "Il s'agit d'une question de santé publique. Si on ne craint rien pour soi-même, il faut aussi penser aux autres et respecter les mesures"

    La police fédérale ne dispose pas encore des données des contrôles effectués par les 185 zones de police locale du pays. Ce week-end, des infractions ont cependant été constatées, principalement des rassemblements dans les parcs, des tours à vélo en trop grand nombre ou encore des invitations chez des amis, note la police. "Il n'y a plus de tolérance", insiste le porte-parole du ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem. "Des PV sont établis et le parquet poursuivra." De manière générale, "aucun gros incident", n'est cependant survenu.

  • Besix suspend plus de deux tiers de ses chantiers

    Environ 70% des chantiers du groupe de construction Besix sont à l'arrêt en Belgique. Le groupe n'a toutefois pas encore eu recours au chômage économique temporaire pour son personnel, qui est payé normalement, au moins jusqu'à la fin du mois. La situation diffère de chantier en chantier et de filiale en filiale, qui sont nombreuses au sein du groupe, ajoute-t-on chez Besix. 

      Les chantiers les plus importants sont mis à l'arrêt en raison du nombre de travailleurs qu'ils requièrent et de l'impossibilité de respecter les mesures de distanciation sociale demandées par le gouvernement fédéral. A l'image de celui du siège de la banque BNP Paribas Fortis à Bruxelles, où 300 personnes sont actives, illustre l'entreprise. Là où c'est possible par contre, comme les travaux d'asphaltage ou d'égouttage, les opérations se poursuivent. Soit environ 30% de l'ensemble des chantiers.  

  • La police de Knokke-Heist bloque le trafic de transit à la frontière néerlandaise

    La zone de police de Knokke-Heist/Damme a mis en place plusieurs barrages à la frontière avec les Pays-Bas pour empêcher le trafic de transit, indique lundi la porte-parole de la zone, qui précise que des patrouilles mobiles renforceront les contrôles. Afin d'éviter que des gens ne se déplacent inutilement autour de la frontière, les forces de l'ordre ont installé des blocs de béton sur les petites routes. 

    "Toute personne arrêtée lors d'un déplacement non essentiel sera immédiatement verbalisée. Il y a eu suffisamment d'avertissements", préviennent les autorités.

  • Le palais royal arbore un drapeau blanc en solidarité avec le personnel soignant

    Le palais royal arbore, depuis lundi, à côté du drapeau tricolore de la Belgique un drapeau blanc. Le Palais entend ainsi exprimer sa solidarité avec le personnel soignant qui s'implique dans la lutte contre le coronavirus.

    "Solidaire avec tout le personnel soignant et reconnaissant pour leur implication infinie", lit-on sur le compte Twitter du Palais. Au cours des derniers jours, de nombreux Belges ont également arboré un drapeau blanc à la façade de leur habitation pour le même motif.

  • "N'allez pas admirer les jacinthes sauvages" du bois de Hal

    L'Agence flamande pour la nature et les forêts appelle à ne pas se rendre au bois de Hal pour admirer ses tapis de jacinthes sauvages, qui attirent des milliers de visiteurs chaque année.

    Les habitants de la région qui iront voir les jacinthes à pied ou à vélo sont invités à rester sur les sentiers, ne pas cueillir de fleurs, garder les chiens en laisse et évidemment à emporter leurs déchets. Les gardes forestiers veilleront au grain. Ceux-ci peuvent rédiger des PV si nécessaire.

  • La collecte des papiers et cartons suspendues dans les communes du Brabant wallon

    L'intercommunale inBW publie ce lundi un avis sur son site internet, relayé par diverses communes du Brabant wallon, qui annonce la suspension de la collecte des papiers et des cartons de porte en porte. Vu le personnel en nombre réduit, la priorité est donnée à la collecte des déchets résiduels et des déchets organiques. Cette mesure prend effet à partir du mardi 24 mars pour une durée indéterminée et s'étend à la totalité du territoire du Brabant wallon, ainsi qu'à la ville de Braine-le-Comte.

    InBW invite dès lors les habitants qui n'auraient pas reçu la communication à temps à bien vouloir rentrer leurs papiers et cartons jusqu'à la reprise de la collecte.

    "L'interruption de la collecte ne signifie pas qu'il faut oublier toutes ses bonnes habitudes et ne plus séparer les papiers/cartons des autres déchets. Outre que les objectifs environnementaux ne doivent pas être oubliés en ces temps difficiles, laisser ceux-ci dans la fraction résiduelle des déchets ménagers ne fera qu'alourdir la facture mais aussi charger cette collecte qui doit déjà se faire avec des équipes amputées de plusieurs unités"

  • 2.182
    décès
    L'Espagne a enregistré 462 morts en 24 heures dus à la pandémie de coronavirus, ce qui porte le nombre total de décès à 2.182, selon le nouveau bilan lundi des autorités.

  • "Nous entrons dans la période où l'effet des mesures est attendu"

  • Les 11 actions de KBC pour traverser le krach

    KBC Securities a identifié dans son univers Benelux, 11 actions de sociétés qui sont bien positionnées pour résister à la tempête actuelle qui secoue les marchés mondiaux. 

  • Des vignettes disponibles pour traverser la frontière

    Des vignettes sont désormais nécessaires pour permettre aux salariés transfrontaliers actifs dans des secteurs vitaux de passer la frontière. Elles sont disponibles sur le site du centre de crise. Elles doivent être remplies par l'employeur: nom, adresse, coordonnées du salarié. Cette vignette permet des passages plus fluides aux postes frontalières. Toute fraude ou contrefaçon de ces vignettes seront sanctionnées.(D.L)

  • Partena Professional et Parentia font don de deux respirateurs au CHU Saint-Pierre

    Le secrétariat social Partena Professional et Parentia Allocations familiales ont fait don de deux respirateurs au CHU Saint-Pierre, ont-ils indiqué lundi. Cette initiative fait suite à l'appel au don lancé par l'hôpital qui a besoin d'équipements médicaux d'urgence afin de répondre aux nombreuses hospitalisations.

  • Des masques ont été commandés pour les gardiens de prison

    Le ministre de la Justice Koen Geens a commandé auprès du centre de crise des masques buccaux pour les gardiens de prison, a-t-il indiqué lundi sur Radio 1 (VRT). Pour le coronavirus, "les détenus ne représentent pas un risque car ils ne peuvent pas sortir, mais les gardiens doivent rester prudents", reconnaît le ministre CD&V. "Nous avons des masques en réserve pour des interventions, mais nous en avons aussi commandé d'autres au centre de crise pour les utilisations hors interventions", a-t-il ajouté.

    Des mesures ont été prises dans les établissements pénitentiaires, notamment des suspensions de sorties et de congés pénitentiaires. Les visites sont suspendues également. Pour maintenir le contact avec leurs proches, les détenus ont reçu un crédit d'appel téléphonique de 20 euros supplémentaires.

  • Confinement en Belgique: "C'est maintenant qu'il faut tenir bon"

    L'évolution de la contamination au coronavirus va dans le bon sens, indiquent ce lundi matin les spécialistes du centre de crise. L'évolution se poursuit, mais à un rythme plus lent. Néanmoins, ils appellent à ne pas relâcher les efforts sous peine de voir une éventuelle deuxième vague d'infections peut-être même plus importante.

    "C'est maintenant qu'il faut tenir bon". Ils ajoutent que trop de personnes ne comprennent toujours pas l'importance de la distanciation et du confinement. La poursuite d'un tel comportement, disent-ils, risque d'être dévastatrice pour le secteur hospitalier.(D.L)

  • La Fédération de la mode appelle à acheter "belge"

    Creamoda, la Fédération belge de la mode, appelle les consommateurs à "continuer à croire en la mode belge et à l’ensemble des marques présentes en Belgique" en achetant des créations belges en ligne.

    "Il est important que lorsque les consommateurs achètent en ligne, ils le fassent dans leur propre pays", a déclaré la porte-parole der Creamoda, précisant qu’une bonne partie des petites et grandes marques de mode belges ont des boutiques en ligne. La fédération de la mode tenait à faire passer le message alors que les ventes de printemps sont normalement à leur plus haut niveau.

    Concernant les loyers, Creamoda demande aux propriétaires des magasins de faire preuve de solidarité afin que les locataires ne doivent pas payer leur loyer pendant la période de fermeture.(Nicolas Keszei)

  • 342 nouveaux cas de coronavirus et 13 nouveaux décès en Belgique

    Le SPF Santé publique a annoncé les chiffres journaliers.  

    342 nouveaux cas ont été détectés positifs. Ce qui mène le total en Belgique à 3.743 cas. On dénombre 173 nouveaux cas en Flandre, 45 à Bruxelles et 118 en Wallonie. Pour certains, il n'a pas encore été possible de définir l'origine des patients. Rappelons que le nombre de nouvelles contaminations ne porte que sur les cas analysés, il ne reflète dès lors pas le nombre exact de personnes contaminées.

    La Belgique déplore à ce jour 88 décès, 13 de plus durant les 24 dernières heures. 

    Le SPF Santé publique indique que depuis le début, 28.986 tests ont été réalisés. 

    À ce jour, 350 patients ont pu sortir de l'hôpital. 1.643 personnes sont toujours hospitalisées (+290 en 24 heures); 322 personnes sont aux soins intensifs (+32). Il reste encore 621 lits et respirateurs disponibles dans nos hôpitaux. "Actuellement, il n'y a pas de manque de respirateurs, le manque touche davantage les moyens de protection."

    "Nous constatons une augmentation du nombre de cas sur notre territoire, qui s’accentuera encore dans les prochains jours. Nous vous rappelons qu’il est très important de rester chez soi dès que l’on est malade (fièvre, toux, problèmes respiratoires, …) et de contacter directement son médecin traitant", alerte le SPF Santé publique.

    ©Photo News

  • Accès interdit aux pelouses dans le parc de Forest

    L'accès aux pelouses du parc de Forest est interdit à compter de ce lundi, sur décision du bourgmestre de Forest Stéphane Roberti. Cette décision fait suite au manque de respect des consignes de distanciation sociale constaté durant le week-end.

    "De très nombreuses personnes respectent les consignes de distanciation sociale lorsqu'elles se déplacent dans l'espace public et je les en remercie, mais beaucoup de citoyens ne semblent pas encore avoir compris ces consignes"
    Stéphane Roberti

    "Nous l'avons constaté ce week-end dans le parc de Forest. Les gardiens de la paix font un travail remarquable d'information, la police a également dressé des procès-verbaux, mais cela ne semble pas suffire et nous devons mettre tout en œuvre pour limiter la propagation du coronavirus".

  • Six millions de masques arrivés, les chiffres wallons et flamands ne correspondent pas

    Après un premier lot de 5 millions de masques commandé par le Fédéral, arrivé jeudi dernier, un second arrivage de 6 millions de masques est arrivé en Belgique, selon le gouvernement wallon. Les chiffres de la répartition annoncés par la Wallonie et la Flandre ne correspondent toutefois pas. Il semble que la confusion trouve son origine dans le fait qu'en fonction des interlocuteurs, on ne procède pas au décompte au départ des mêmes lots.

    • Selon la porte-parole de la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale (PS), les 2,2 millions de masques dont la distribution a ou va commencer en Wallonie proviennent à hauteur de 1,2 million d'une commande fédérale, et pour un million d'autres d'une commande propre. 
    • À Bruxelles, en plus d'un lot envoyé aux hôpitaux que le ministre de la Santé Alain Maron évalue à 500.000, 400.000 masques sont en cours de distribution vers les personnels des secteurs maisons repos, soins domicile, accueil des SDF, etc., indique la directrice générale d'Iriscare Tania Dekens. Selon M. Maron, d'autres commandes sont en cours. 
    • De son côté, le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) a lui aussi annoncé l'arrivée de masques produits en Chine, mais à raison de 5 millions acquis à 92% pour la Flandre et 8% destinés à Bruxelles. Selon le ministre flamand de la Santé Wouter Beke (CD&V), ce sont 4,6 millions de masques qui ont été posés sur le tarmac à destination de la Flandre.
  • KBC salue l'accord conclu entre le gouvernement et le secteur des banques

    Le gouvernement et les banques ont assoupli la politique de crédit pour entreprises, PME, indépendants mais aussi particuliers. KBC salue l'accord, mais ajoute que le groupe ne peut à ce jour chiffrer l'impact de cette mesure.

  • Les conseils d'"experts" en confinement

    Frank De Winne, l’un des deux astronautes belges a passé près de 6 mois sur la station orbitale internationale, Edouard Hanssens s’est retrouvé, bien involontairement, derrière les barreaux pour trois semaines de préventive, Jean Le Cam ne compte plus les tours du monde en navigateur solitaire. Trois profils différents, trois expériences d’un confinement obligé dans des conditions autrement plus dures que celles que nous vivons, et donc d’autant plus riches d’enseignements.

  • La France se prépare à prolonger le confinement

    Le gouvernement français est en passe de prolonger le confinement de la population au-delà de la date initiale de fin mars pour contrer l'épidémie de coronavirus, qui a fait au moins 674 morts en France. La prolongation est réclamée par le monde médical en proie au stress après le décès d'un médecin hospitalier à la suite de la prise en charge des premiers patients atteints du Covid-19 dans l'Oise.

    Au terme d'un premier weekend de confinement, le conseil scientifique français doit se prononcer ce lundi sur ce sujet. Le gouvernement prendra alors sa décision mais un allongement paraît déjà "probable", a déclaré la porte-parole de l'exécutif, Sibeth Ndiaye. 

  • Les marchés s'enfoncent dans le rouge

    L'indice Bel 20 de la Bourse de Bruxelles a ouvert sur un repli de plus de 4%, suivant ainsi ses vis-à-vis européens embourbés dans le rouge après les clôtures américaines et asiatiques en nette baisse et sur fond d'une cascade d'avertissements sur résultats. 

  • L'appel de Pierre Wunsch (BNB) aux Belges: "Allez travailler"

    Le gouverneur de la Banque nationale et coprésident de l’Economic Risk Management Group se félicite de l’accord conclu ce week-end avec les banques. Il importe à présent, selon Pierre Wunsch, de faire fonctionner les entreprises et de faire la jonction entre l’avant et l’après-crise.
  • La Raffinerie Tirlemontoise met les bouchées double pour le sucre et le gel désinfectant

    Le personnel de la Raffinerie Tirlemontoise est loin de se croiser les bras dans le contexte de crise sanitaire liée au coronavirus. La demande en sucre a doublé depuis quelques semaines et l'entreprise a commencé la production de gel désinfectant afin de répondre à la demande d'hôpitaux de la région de Tirlemont et d'autres milieux de soins.

    "Dès ce lundi matin, nous allons produire du gel désinfectant à partir d'éthanol de blé et de betterave. Les premiers 2.000 litres seront mis en bouteille en fin de journée."
    Guy Paternoster
    CEO de la Raffinerie Tirlemontoise

    Le gel désinfectant, dont le volume de production va augmenter au fil des jours, sera livré gratuitement, selon les besoins des autorités publiques. 

  • 6 millions de masques en plus

    L'avion transportant 6 millions de masques chirurgicaux et 147.000 masques de type FFP2 a atterri ce lundi matin à l'aéroport de Liège. C'est le second arrivage massif après un premier lot de 5 millions de masques livré jeudi dernier.  

    2,2 millions de masques sont réservés pour les services qui relèvent de la Wallonie, indique le gouvernement wallon. Les masques seront acheminés dans différents endroits tenus secrets et dispatchés vers les secteurs concernés mardi et, au plus tard, mercredi. 

     

  • Un "service de trains d'intérêt national" à la SNCB

    La SNCB et Infrabel organisent, à partir de ce lundi, un "service de trains d'intérêt national", qui doit garantir à la clientèle une offre de transport sur l'ensemble du territoire malgré la crise sanitaire du nouveau coronavirus. L'offre ferroviaire est toutefois considérablement réduite. Il faut dire que les absences pour maladie du personnel des chemins de fer se multiplient. Le taux d'absentéisme des accompagnateurs de train de la SNCB a ainsi plus que doublé en deux semaines, atteignant jusqu'à 30% dans certaines régions.   

    10%
    Le taux d'occupation des trains
    La SNCB et Infrabel assurent qu'il y aura assez de place à l'intérieur des trains pour maximiser la distance entre les voyageurs, le taux d'occupation actuel se situant entre 8 et 10%. La SNCB rappelle qu'elle nettoie quotidiennement ses trains et ses gares, avec une attention particulière pour les surfaces avec lesquelles les voyageurs sont en contact telles que les tablettes, poignées, poubelles, automates de vente, rampes, etc.


    La nouvelle offre ferroviaire a été élaborée en concertation avec le gouvernement. Ce plan devrait rester d'application jusqu'au 5 avril prochain au moins.   

  • Les détails de l'accord à 50 milliards sur les crédits

    Un accord a été conclu samedi soir entre le secteur financier et le gouvernement fédéral afin de faire face aux conséquences économiques de la crise du coronavirus. Il prévoit notamment un report, sans frais, de tous les remboursements de crédits - y compris les crédits hypothécaires - pour les entreprises non financières et les indépendants viables jusqu'au 30 septembre prochain; une mesure qui s'étend également aux ménages pouvant justifier d'un préjudice financier lié à l'épidémie. 

  • Vers un report des Jeux olympiques

    La décision de reporter les Jeux de Tokyo 2020 "pourrait devenir inévitable" si la pandémie de coronavirus rendait impossible d'organiser les JO dans des conditions sûres, a reconnu ce lundi, pour la première fois, le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

    Le CIO a fait savoir qu'il pourrait prendre jusqu'à quatre semaines pour prendre une décision sur le report des Jeux Olympiques de Tokyo.

  • Echec d'un premier vote sur le gigantesque plan de relance de l'économie US

    Un gigantesque plan de relance de l'économie américaine éprouvée par la pandémie de coronavirus a buté dimanche sur un vote de procédure au Sénat, témoignant des positions encore éloignées des démocrates et républicains, pourtant d'accord sur l'urgence de la situation. Les républicains, qui contrôlent le Sénat, ont échoué à convaincre les démocrates de voter en faveur de l'ouverture des débats sur ce projet de loi, qui vise à mobiliser jusqu'à 2.000 milliards de dollars, ce qui aurait mené à un vote final à la chambre haute lundi.

    Cet échec risque de faire plonger les marchés, ont averti les républicains.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés