Publicité

L'OMS recommande de poursuivre la vaccination avec AstraZeneca

©Photo News

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) continue à recommander la vaccination avec le sérum anti-Covid d'AstraZeneca, dont l'usage a été suspendu par plusieurs pays.

L'OMS recommande toujours "pour le moment" la vaccination avec le sérum anti-Covid d'AstraZeneca en attendant que ses experts finissent leur évaluation.

"Pour le moment, l'OMS estime que la balance risques/bénéfices penche en faveur du vaccin AstraZeneca et recommande que les vaccinations se poursuivent", indique un communiqué de l'agence onusienne, précisant que ses experts, dont l'avis est très attendu, continuent "d'évaluer" les données concernant les problèmes de santé rencontrés par quelques personnes vaccinées avec ce produit.

L'OMS n'a pas indiqué quand ses experts, qui se sont réunis mardi, allaient publier leurs conclusions.

À l'instar de l'OMS qui répète le même message depuis la semaine dernière, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a, elle aussi, répété mardi qu'elle est "fermement convaincue" des avantages du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19.

Une quinzaine de pays, dont l'Allemagne, la France et l'Italie, mais pas la Belgique, ont suspendu par précaution l'utilisation du vaccin AstraZeneca, après le signalement de problèmes sanguins détectés chez des personnes vaccinées, tels que des difficultés à coaguler ou la formation de caillots (thrombose), sans lien avéré à ce stade.

L'EMA annonçait en outre "prendre la situation très au sérieux", tout en expliquant qu’il faudrait patienter jusque jeudi pour qu’elle puisse délivrer une analyse scientifique robuste.

Des événements fréquents dans la population

Dans son bref communiqué, l'OMS souligne elle aussi qu'aucun lien n'est pour l'heure établi et précise que "les événements de thromboembolie sont fréquents" et que la thromboembolie veineuse est la 3ᵉ maladie cardio-vasculaire la plus fréquente.

Plus tôt, lors d'un point de presse du comité de l'OMS chargé de faire des recommandations sur l'utilisation des vaccins, une conseillère technique, la docteure Annelies Wilder-Smith, avait ainsi précisé que lors des essais cliniques d'un autre vaccin anti-Covid, celui de Johnson & Johnson, 10 malades dans la cohorte ayant reçu un placebo avaient connu un épisode de thrombose contre 14 dans la cohorte qui avait eu une injection du vaccin. Sur 44.000 personnes participant à l'essai, cet écart de 4 personnes n'est "pas significatif", avait-elle souligné.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité