Publicité

La Belgique a dépassé la barre des 3.000 morts dues à l'épidémie

Une première vague de dépistage a démarré dans les maisons de repos, qui totalisent 40% des décès dus à l'épidémie. Les premiers résultats devraient être intégrés aux statistiques officielles à partir de ce samedi. ©Photo News

Le nombre des décès notifiés a grimpé de 496 unités ce vendredi matin. Un bond partiellement dû à un effet de rattrapage venant des maisons de repos en Flandre. Si le nombre de morts quotidiens est important, il pourrait toutefois diminuer dans les jours qui viennent.

Le bilan humain dévoilé ce vendredi par le Centre de crise était lourd. En hausse de 496 unités, le nombre de décès attribués à l'épidémie de coronavirus passait le cap des 3.000. Mais attention, tous n'ont pas pris place dans la journée de jeudi.

En fait, 171 d'entre eux étaient rapportés par des maisons de repos et de soins en Flandre, et dataient de la période comprise entre le 18 et le 31 mars. Soit un douloureux rattrapage. Ce qui porte à 325 le nombre de décès notifiés jeudi. Parmi eux, 114 ont eu lieu dans les hôpitaux et sont liés à l'épidémie par la confirmation d'un test de laboratoire. La plupart des 211 autres sont survenus dans des maisons de repos et n'ont pas fait l'objet d'un test, ce qui en fait des "décès suspects", attribués à l'épidémie sur la base de "fortes présomptions". 

Le temps de doublement poursuit sa hausse

40%
des décès
D'après les données de Sciensano, 57% des décès sont survenus dans les hôpitaux. Les maisons de repos et de soins paient un lourd tribut, avec 40% des cas. Enfin, 1% des morts ont pris place à domicile, tandis que les informations manquent pour 2%.

Depuis le déclenchement des hostilités, la Belgique déplore un total de 3.019 décès. 57% d'entre eux ont pris place à l'hôpital, rapporte Sciensano, et 1% à domicile. Les maisons de repos et de soins paient un lourd tribut, avec 40%, tandis que les informations manquent dans 2% des cas. 

Si le nombre de décès journaliers est important, il pourrait commencer à décroître prochainement, analyse Marius Gilbert, à la tête du laboratoire d'épidémiologie spatiale (ULB). Parce que le temps de doublement des décès totaux, soit le nombre de jours nécessaires à ce que le nombre de morts double, continue à augmenter.

Jeudi, avec 462 entrées et 404 sorties, le nombre de patients "Covid" hospitalisés était de 5.610 (+20), dont 1.278 aux soins intensifs (-7).  

Et sur les 3.679 tests effectués ce jour-là, 1.684 cas positifs sont ressortis, amenant à 26.667 unités le compteur des contaminations officielles. À noter que la vague de tests menée actuellement dans les maisons de repos n'apparaît pas encore dans ces statistiques. "5.406 tests sont en traitement dans les laboratoires, précisait le Centre de crise. Et devraient être intégrés aux chiffres à partir de samedi."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité