Publicité

La Belgique lâche timidement la bride

Les salons de coiffure pourront rouvrir le 13 février, à condition de respecter un protocole sanitaire strict. Une demande portée par certains, MR en tête, depuis de longues semaines. ©BELGA

Le 8 février, campings et hébergements de vacances peuvent rouvrir, suivis des coiffeurs, des parcs animaliers et des visites immobilières le 13 février. Les autres métiers de contact devront attendre mars.

Ils n'étaient que deux, ce vendredi en fin d'après-midi, à détailler et défendre les mesures entérinées lors du Comité de concertation, dont le prochain épisode est fixé au 26 février. Le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et son ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (sp.a). Les tenants de la "ligne dure", jusqu'ici, venant exposer le premier, et timide, assouplissement depuis décembre.

Sur le front de l'épidémie, la situation est stable, souligne le Premier. Et ce alors que les écoles sont ouvertes, qu'une grande partie de l'économie tourne, et que les variants du virus sévissent. "Stable mais fragile", résume Frank Vandenbroucke. Ce qui explique "l'approche très prudente" empruntée par la Belgique, insiste le Premier.

Réouvertures progressives

Cela fait des semaines qu'il est question des métiers de contact. Ce ne seront pourtant pas les premiers à bénéficier de ce début de relâchement. Le Conseil d'État en a décidé autrement; le gouvernement a pris acte de l'arrêt rendu le 2 février et s'est aligné. Dès le 8 février, les maisons et bungalows dans les parcs de vacances ainsi que les campings pourront reprendre leurs activités, en respectant les normes en vigueur dans les autres types de logements.

Ce qui nous amène au 13 février, date à laquelle les parcs animaliers pourront à nouveau accueillir des visiteurs, aux mêmes conditions que les parcs naturels - autrement dit, seules les activités extérieures sont envisageables. Et à laquelle les agents immobiliers seront autorisés à recommencer leurs visites.

"Les soins du corps ont un impact important sur la façon dont on se sent, et notre capacité à faire face."
Alexander De Croo
Premier ministre

Place ensuite aux métiers de contacts non médicaux. Coiffeurs en tête, avec une réouverture dès le samedi 13 février. Au prix d'un protocole strict, imposant notamment la prise de rendez-vous, un temps d'attente de 10 minutes entre chaque client dédié à la désinfection ou encore l'obligation pour les clients de patienter à l'extérieur.

Un assouplissement auquel s'opposaient les experts conseillant le gouvernement, mais auquel a dû consentir le pourtant rigide Frank Vandenbroucke – ne dit-on pas qu'il faut choisir ses combats? À charge du Premier d'emballer cela d'une jolie façon. "Les soins du corps ont un impact important sur la façon dont on se sent, et notre capacité à faire face. Or il est important de tenir bon dans les prochains mois."

Pour les autres métiers de contact, comme les salons esthétiques ou les tatoueurs, rendez-vous le 1er mars.

Plan de sortie

"Nous savons que c'est pénible pour les jeunes, les grands-parents, les personnes isolées. C'est pourquoi nous n'appliquerons pas ces mesures un seul jour de plus que nécessaire."
Alexander De Croo
Premier ministre

Pour le reste, c'est simple: il n'y en a pas. Pas d'élargissement de la bulle, pas même pour les étudiants. C'est dur pour beaucoup de monde, reconnaît Alexander De Croo. Qui promet: les mesures de restriction "ne seront pas appliquées un seul jour de trop". Et pour ce faire, puisque le baromètre qui servait de boussole est passé à la trappe, il est demandé au groupe d'experts et au Commissariat corona d'élaborer une feuille de route pour la sortie de crise, tenant compte des données épidémiologiques, mais aussi de l'avancement de la vaccination.

Renforcement des contrôles

"Avant les vacances de Pâques, nous allons mettre en place un système où les personnes qui rentrent de l'étranger et qui ne se feront pas tester verront leurs informations transmises à la police, afin qu'elles soient sanctionnées."
Frank Vandenbroucke
Ministre de la Santé

Beaucoup de règles, peu de contrôles, ainsi peut-on caricaturer la situation belge. Le ton va se durcir, promet Frank Vandenbroucke. Qui annonce un doublement des contrôles sur le télétravail d'ici la fin février, tandis que l'avis des partenaires sociaux a été demandé quant au port du masque sur le lieu de travail. De même, un accord vient d'être passé avec les entités fédérées afin que, d'ici avril au plus tard, la police puisse être informée lorsqu'une personne tenue de se faire tester tente d'y échapper. "Ce n'est pas acceptable!"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité