La Belgique n'injecte plus le vaccin Johnson & Johnson aux moins de 41 ans

La Belgique demande à l'Agence européenne des médicaments d'effectuer un point plus précis sur les avantages du vaccin Johnson & Johnson, comme cela a déjà été fait pour AstraZeneca. ©AFP

Une jeune patiente est décédée en Belgique après avoir reçu une injection de Johnson & Johnson. La Belgique demande à l'Agence européenne des médicaments d'investiguer.

C'est une triste nouvelle, à plus d'un titre. Ce mercredi, la Conférence interministérielle (CIM) Santé ne s'est guère penchée sur la vaccination des 16 et 17 ans, comme prévu. Un dossier plus urgent s'est imposé à l'agenda. À savoir le décès, en Belgique, d'une femme de moins de 40 ans, vendredi dernier, soit une dizaine de jours après son injection de Johnson & Johnson - vaccination effectuée en dehors de la campagne belge, via un employeur étranger.

"Les responsables de l'Agence européenne des médicaments ont été invités à évaluer le plus rapidement possible le lien entre le décès et l'administration du vaccin."
La CIM Santé

Sa mort est-elle liée à la vaccination? S'il est trop tôt pour l'affirmer, il faut cependant souligner que la cause du décès est une thrombose sévère associée à un déficit de plaquettes. Combinaison qui peut être considérée comme un "effet secondaire très rare" du vaccin Johnson & Johnson, établissait il y a plus d'un mois l'Agence européenne des médicaments (EMA). Et qui a conduit la Belgique à limiter l'usage d'AstraZeneca pour les personnes de 41 ans et plus, sans que pareille restriction pèse jusqu'ici sur son cousin Johnson & Johnson.

Enquête de l'EMA

Jusqu'à ce mercredi, du moins, et la tenue de cette CIM. Qu'en ressort-il? Que la Belgique demande à l'EMA "d'évaluer le plus rapidement possible le lien entre le décès et l'administration du vaccin". Et attend d'elle qu'elle établisse un point plus poussé sur les avantages et inconvénients, en fonction de l'âge, du vaccin produit par Janssen.

142.800
Les livraisons en provenance de chez Janssen sont restreintes. Sur les 142.800 doses réceptionnées jusqu'ici, quelque 40.000 à peine ont été injectées – notamment en raison de la difficulté de contacter leur public cible.

D'ici là, la Belgique jouera la carte de la prudence. En limitant l'administration, via les centres de vaccination, du Johnson & Johnson aux personnes à partir de 41 ans.

Publics spécifiques

Pour l'heure, les livraisons en provenance de Janssen ont été très limitées, puisque l'on parle de 142.800 doses. Les administrations (environ 40.000) ont aussi été limitées en raison de la difficulté à contacter le public cible. "80% des doses administrées à ce jour l'ont été à des personnes âgées de plus de 45 ans", rappelle la CIM. Vu l'arrivage restreint, ce vaccin est majoritairement utilisé pour des publics spécifiques: personnes âgées ne pouvant se déplacer ou groupes en situation de précarité, comme les personnes ne disposant pas de papiers ou de domicile.

"Aucun arrivage de Johnson & Johnson n'est prévu dans les semaines qui viennent."
Christopher Barzal
Porte-parole de la task force vaccination

Précarité qui conférait un avantage indéniable à ce vaccin ne nécessitant qu'une seule dose. À défaut d'alternative efficace, la CIM a décidé de garder le cap pour ces publics particuliers, estimant que les bénéfices de la vaccination excédaient largement les risques encourus, quel que soit l'âge.

Impact "très limité" à court terme

Pour le grand public, par contre, l'offre disponible se limitera à Pfizer et Moderna pour les moins de 41 ans. Avec quel impact sur la campagne? "Très limité à court terme", assure la task force vaccination.

5 millions
De doses Johnson & Johnson commandées
Le contrat passé par la Belgique porte sur 5 millions de doses. Vu les retards rencontrés, la task force vaccination avait déjà revu ses attentes à la baisse, tablant plutôt sur un arrivage d'un million, à injecter dans la campagne au fur et à mesure des livraisons. Sauf qu'aucune n'est programmée pour les semaines qui viennent.

Et pour cause. La Belgique a commandé 5 millions de doses de J&J, mais tablait plutôt, dans le meilleur des cas, sur un million. Ca, c'est pour la théorie. Car dans la pratique, les livraisons ne suivent pas. "Aucun arrivage n'est prévu dans les semaines qui viennent." Par ailleurs, la décision du jour est temporaire. Impossible, dès lors, de se livrer à des projections à plus long terme.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité