Pas de renforcement mais une prolongation du confinement en Belgique

Le pic de l'épidémie semble prévu dans les prochaines semaines en Belgique... ©BELGA

Les experts ont les yeux rivés sur la courbe d'expansion de l'épidémie. Les autorités les écoutent et ont décidé ce vendredi de prolonger les mesures de confinement pour deux semaines, sans toutefois les renforcer.

Le Conseil national de sécurité (CNS) s'est réuni ce vendredi sous la présidence de la Première ministre Sophie Wilmès. Il a pris connaissance du rapport des experts du "risk management group" et a décidé de prolonger le confinement de 2 semaines en Belgique.

Le gouvernement a laissé une certaine largesse pour permettre à la population de s'aérer malgré l'épidémie de Covid-19. Mais de nombreux porteurs de la maladie ignorent leur état. Lâchés dans la nature, ils peuvent, s'ils ne respectent pas le 1m50 de distanciation sociale décidé par le Conseil National de Sécurité, transmettre le virus à d'autres personnes qui, à leur tout, pourraient développer la maladie.

Les contrôles se sont intensifiés et les sanctions administratives tombent alors que, chaque jour, experts et politiques insistent pour le respect des règles. Mais l'épidémie est toujours en phase ascendante et le pic n'est pas encore atteint. Le virologue et porte-parole interfédéral pour la pandémie, Steven Van Gucht, avait confirmé le scénario de la prolongation sur les ondes de Radio 1 ce vendredi matin.

En France, les règles ont été durcies en début de semaine: il est toujours possible de sortir (muni d'une déclaration) pour promener ses enfants ou pour faire du sport, mais dans un rayon de 1 km de chez soi au maximum, pour 1 heure, et une seule fois par jour. En Espagne, même les promenades ou joggings sont interdits. On ne peut parler à personne en rue.

Dans de nombreuses villes du monde, un couvre-feu a été instauré. Certains pays imposent aussi des amendes très élevées aux contrevenants, ou des peines de prison importantes. Chez nous, le contrevenant est passible d'un emprisonnement de huit jours à trois mois.

Combien de temps?

"La prolongation des mesures de confinement me semble inévitable. Pour combien de temps: un mois? Trois mois? On ne sait pas..."
Michel Moutschen
Infectiologue à l'ULiège

On voit que le pays s'organise dans une optique de durée. Les universités francophones ont d'ailleurs annoncé qu'elles en resteraient à enseignement à distance jusqu'au 30 juin.

Pour l'infectiologue Michel Moutschen, la prolongation des mesures de confinement semblait en effet "inévitable". "Pour combien de temps: un mois? Trois mois? On ne sait pas d'autant qu'il y a plusieurs inconnues. D'abord, la saison. Certains soutiennent que le beau temps aura une incidence sur le virus, d'autres disent le contraire. On verra... Ce que l'on sait, c'est qu'il en a un effet important sur la majorité des coronavirus qu'on connaît bien."

Comment la météo agit-elle sur un virus? Le beau temps réduit les carences en vitamine D de la population, il améliore l'état des muqueuses respiratoires et les rend moins propices au développement de maladies. Il réduit aussi la taille des gouttelettes nasales, actives dans la propagation du virus, explique le professeur.

Autre inconnue pour déterminer la durée des mesures: l'immunité de groupe qui va se mettre progressivement en place. "Se baser sur l'immunité grégaire, comme l'ont fait certains pays, est hasardeux. Mais in fine, celle-ci finira par se mettre en place!", assure l'infectiologue de l'ULiège.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité