La campagne de vaccination belge chamboulée suite à des retards de Pfizer: qui va attendre?

Cette semaine, la Belgique a déjà reçu 7.000 doses du vaccin Pfizer/BioNTec de moins que prévu. ©EPA

Pfizer tâtonne dans ses livraisons de vaccins. La Belgique recevra moins de doses que prévu la semaine prochaine. Et ensuite ? On ne sait pas encore. Les hôpitaux flamands ont donc arrêté de vacciner leur personnel. En Wallonie, on poursuit, même si à vitesse réduite.

Pfizer va fournir moins de vaccins que prévu. Cela fait quelques jours déjà que des manquements étaient apparus. Vendredi dernier, dans une terrible cacophonie de communication, il apparaissait que la Belgique recevrait cette semaine 93.000 doses sur les 100.000 prévues. Pfizer avait d'abord parlé d'un trou de 40.000 doses.

112.000
injections
112.000 Belges ont déjà reçu leur première dose de vaccin contre le Covid

Ouf... Mais pas pour longtemps. L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a annoncé ce mardi que Pfizer fournirait à nouveau moins de vaccins que prévu la semaine prochaine. L'augmentation de la capacité de production, pour s'adapter au rythme effréné de la demande mondiale pour le Comirnaty, a un impact temporaire sur le nombre de doses livrées aux pays européens. Mais cette organisation n'est pas seule en cause. Vu que la Belgique extrait six doses de ses flacons et que le contrat est relatif au nombre de doses, Pfizer a décidé de diminuer le nombre de flacons livrés. Quelle sera l'ampleur du trou ? On ne le sait pas, ce qui complique plus encore la gestion de la campagne.

La Belgique n'est pas la seule à être impactée. L'Italie envisage même des actions légales contre le laboratoire Pfizer en raison de ces retards de livraisons...

Arrêt dans les hôpitaux flamands, pas à Bruxelles ni en Wallonie

"Si une Région doit modifier sa planification, toutes les Régions doivent le faire."
Sabine Stordeur
Coresponsable de la task-force fédérale vaccination

La Belgique commence à comprendre que la sécurité d'approvisionnement annoncée par l'entreprise pharmaceutique ne sera pas garantie. Les premières conséquences sont déjà là : les vaccinations du personnel sont provisoirement reportées dans tous les hôpitaux flamands.

Côté wallon, la décision vient de tomber. Pas question de stopper la machine, qui vient de démarrer. Par contre, évidemment on adapte la cadence. Si la vaccination se poursuit dans les hôpitaux, ce sera avec une voilure réduite. À quel point? Il est encore trop tôt pour livrer des chiffres précis. Même combat dans les institutions de soins collectives, autres que les maisons de repos. La vaccination devait y débuter la semaine prochaine; ce sera toujours le cas, mais avec des ambitions revues à la baisse.

À Bruxelles également, on maintient la vaccination dans les hôpitaux, pour cette semaine du moins - pour les semaines d'après, les conséquences sont encore floues.

Maisons de repos, toujours prioritaires

"Il se peut qu'il y ait d'autres fluctuations à l'avenir, également dans le sens positif."
Pfizer

Et pour la suite ? Pfizer a averti qu'il y pourrait y avoir d'autres fluctuations à l'avenir, également dans le sens positif.

Le calendrier de la campagne doit donc être réévalué, mais les résidents des maisons de repos et soins restent le groupe prioritaire pour la vaccination. Il n'y aura pas de conséquences pour eux en Wallonie et de la Région de Bruxelles-Capitale. Le planning et l'intégralité des vaccinations y sont maintenus.

Dans les institutions pour personnes handicapées en Wallonie, la campagne commencera la semaine prochaine mais sera plus lente que prévu.

Actuellement, il apparaît que 112.000 Belges ont déjà reçu leur première dose, quelque 38% des résidents et membres du personnel de maison de repos et soins seraient ainsi primo vaccinés. Et 290.000 vaccins (Pfizer/BioNTech et Moderna, dans une moindre mesure) auraient été livrés à la Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité