La Côte belge mise sur la réouverture de l'horeca pour les vacances de Pâques

À Knokke-Heist, comme dans les autres communes de la Côte, on s'attend à une affluence de touristes au retour des beaux jours. ©JONAS LAMPENS

Les bourgmestres des communes côtières espèrent voir le secteur de l'horeca rouvrir pour les vacances de Pâques.

Une reprise de l'horeca sur la Côte belge était au menu d'une réunion de concertation entre les bourgmestres concernés mercredi. La réouverture des terrasses et bars de plage a aussi été abordée. Les bourgmestres voulaient dégager une position commune à présenter au gouvernement, a fait savoir, ce jeudi, celui de Bruges, Dirk De fauw (CD&V).

Ils s'attendent à de l'affluence durant les vacances de Pâques, et tous souhaitent dès lors que le secteur horeca puisse redémarrer. "Ces derniers weekends ensoleillés prouvent que les gens se dirigent vers la Côte dès que le soleil est là. Durant les vacances de printemps, cela ne sera en rien différent. C'est pourquoi il est important que les dix bourgmestres des communes côtières défendent la même ligne", selon Dirk De fauw.

Meilleure répartition des touristes

Il est ressorti de leur concertation, qu'une réouverture des terrasses, bars de plage et même de l'horeca pourrait offrir plus de possibilités de diffusion des touristes dans l'espace public. Ils sont même d'avis que les cabines de plage privées et les bars de plage devraient commencer à rouvrir dès le 15 mars. Il n'y a pas encore d'autres aspects concrets, mais diverses pistes ont été abordées.

"Si une ouverture totale n'est pas possible, l'ouverture des terrasses pourrait être une solution."
Dirk De fauw
Bourgmestre de Bruges

Les mayeurs ont évoqué, par exemple, l'idée de ventes au comptoir par les bars de plage. Les exploitants pourraient aussi louer des sièges de plage. "Tout comme l'année passée, ces exploitants de plage peuvent disposer des places par bulles avec suffisamment de distance", selon Dirk De fauw.

Les élus se sont aussi penchés sur l'ouverture des terrasses des établissements horeca. "Si une ouverture totale n'est pas possible, cela pourrait être une solution. Les gens pourraient de la sorte rester en plein air et il y aurait à nouveau assez d'installations sanitaires pour tous les visiteurs à la Côte. C'est souvent un problème actuellement", commente encore le bourgmestre brugeois.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité