La culture devra encore patienter

Les petites mains qui s'affairent en coulisses sont les plus exposées par la crise qui a mis tout le secteur culturel à l'arrêt. ©Photo News

La conférence interministérielle culture, qui se tenait ce mardi à l’initiative de la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a validé la réouverture des musées, le 18 mai, mais pas l’agenda et les modalités de la relance globale du secteur.

En matière de culture, les Conseils nationaux de sécurité se suivent et risquent de ressembler encore longtemps. Après une montée au créneau du secteur sans précédent, le week-end dernier, la conférence interministérielle Culture qui devait donner le cadre de la communication de Sophie Wilmès, ce mercredi, a accouché d’une souris mardi.

Est acquis ce que l’on savait déjà: les musées pourront bien rouvrir dès le 18 mai, selon le protocole sanitaire accepté il y a 15 jours par le GEES (le groupe d'experts pour le déconfinement) à l’initiative des Musées royaux des Beaux-Arts et du ministre du Budget et de la Politique scientifique, David Clarinval (MR). On cite aussi les activités artistiques individuelles.

C’est la note conjointe proposée par les ministres de la Culture des deux Communautés, Jan Jambon (N-VA) et Bénédicte Linard (Ecolo), qui a, semble-t-il, fait l’objet d’un blocage politique.

Mais pour ce qui est des questions sociales (l’accès au chômage temporaire et l’assouplissement du statut de l’artiste), cruciales au moment où l’activité culturelle est à l’arrêt à 93%, il n’y a rien de plus sur la table que ce qui a été proposé vendredi par la ministre de l’Emploi, Nathalie Muylle (CD&V), ni pour le Tax shelter, déjà adapté par son collègue Alexander De Croo.

L’élargissement des aides, notamment du Fonds d’urgence de 8,4 millions décidé par la Fédération Wallonie-Bruxelles, doit également être discuté ultérieurement. Mais c’est la note conjointe proposée par les ministres de la Culture des deux Communautés, Jan Jambon (N-VA) et Bénédicte Linard (Ecolo), qui a, semble-t-il, fait l’objet d’un blocage politique et n’aura pu être proposée au GEES et au Conseil national de sécurité de ce mercredi.

Blocage politique

Cette note, tant attendue, qui devait baliser l’agenda et les modalités du déconfinement de l’ensemble du secteur culturel pour les mois de juin, juillet et d’août, a été réalisée après une large consultation du secteur, rappelle-t-on au cabinet Linard. Le protocole d’accord impliquant neuf cabinets, il est normal, nous dit-on, que cela prenne du temps, mais qu’il y aura d’autres conférences (dès jeudi, croit savoir une autre source) pour faire avancer ces questions, et d’autres, comme le statut de l’artiste.

D’autres voix sont moins amènes et parlent d’un échec cuisant pour la ministre Linard, qui était à l’initiative de cette conférence interministérielle Culture. Trop peu sérieuse? Trop flamande? Cette note est en tout cas un enjeu de plus dans la guerre que se livrent actuellement Ecolo et le MR qui a pris tout le monde de court, en publiant en long et en large son projet pour la Culture dans Le Soir de ce week-end.

On y retrouvait des propositions déjà sur la table en termes de protocole sanitaire, de Tax shelter, d’assouplissement du chômage temporaire, d’accès aux droit passerelle et au statut de l’artiste, quelques propositions différentes, comme taxer le Gafam, mobiliser la RTBF (dont Ecolo a la présidence du CA) pour générer des droits d’auteurs, étendre à la culture et au tourisme les chèques-repas et constituer un fonds d’aide mixte, ouvert aux entreprises et aux citoyens.

Un plan copieux, mais qui devra, comme les autres propositions sur la table, faire l’objet de débats ultérieurs. La note complète de relance des activités culturelles sera validée définitivement lors d’une nouvelle conférence interministérielle Culture. Elle sera ensuite soumise au GEES et au Conseil national de sécurité. "Il est important qu’un accord puisse être trouvé sur les perspectives de reprise des activités culturelles et d’éviter l’application de mesures contradictoires au niveau belge", a déclaré Bénédicte Linard. "C’est un signal attendu par le secteur."

Lire également

Publicité
Publicité