La Flandre craint de perdre le contrôle de l'épidémie

La Flandre se retrouve en orange sur la carte européenne des contaminations, ce qui amène les autorités provinciales et locales à plancher sur de nouvelles restrictions, sans attendre le fédéral. La Wallonie et Bruxelles, elles, restent en jaune.

L'inquiétude ne fait que grandir en Flandre au vu de la progression rapide des contaminations. Des restrictions nouvelles pourraient bientôt être décidées au niveau local, sans attendre le prochain Conseil national de sécurité, prévu vendredi.

Sur la nouvelle carte de l'évolution de la pandémie de coronavirus publiée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) sur son site web, la Flandre a reçu la couleur orange. Cela signifie que la région flamande a dépassé la barre des 20 contaminations par 100.000 habitants ces deux dernières semaines.

La mise à jour date déjà de vendredi. La Flandre est passée de la couleur jaune à la couleur orange, qui indique que la région compte dorénavant entre 20 et 59,9 contaminations pour 100.000 habitants. La Wallonie et Bruxelles restent elles en jaune, ce qui signifie qu'elles comptent moins de 20 cas par 100.000 habitants.

Le jaune est également la couleur de presque tous les pays voisins de la Belgique, sauf pour le Luxembourg. Le Grand-Duché est affiché en rouge, soit plus de 120 infections par 100.000 habitants.

Anvers la plus touchée

Anvers est la région la plus touchée, semble-t-il. La cellule de crise de la province d'Anvers est actuellement en réunion, sous la direction de la gouverneure Cathy Berx pour voir s'il y a lieu de prendre de nouvelles mesures.

Une piste serait de réduire la bulle de 15 personnes fixée par le fédéral. A combien de personnes? C'est là toute la question. Une autre restriction envisagée serait de ne plus permettre de changer de bulle toutes les semaines ou encore de tenir un registre de qui se trouve dans quelle bulle.

Maggie De Block souhaite avancer le prochain CNS

La ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open Vld), souhaite que le prochain Conseil national de sécurité (CNS) se réunisse plus tôt que vendredi prochain, a indiqué samedi son porte-parole Peter Poulussen.

"La ministre est très inquiète, surtout à propos de la situation à Anvers", a expliqué M. Poulussen, renvoyant au nombre de nouveaux cas de Covid-19 qui augmente plus vite dans la province d'Anvers que dans le reste du pays.

Selon le porte-parole, Mme De Block estime qu'il ne faut pas attendre vendredi avant de réunir le CNS, comme c'est prévu pour le moment. Elle plaide pour une réunion en début de semaine "pour évaluer la situation et prendre éventuellement de nouvelles mesures".

De leur côté, les villes côtières d'Ostende, Coxyde, Nieuport et La Panne ont décidé d'étendre l'obligation du port du masque à tous les lieux publics. L'obligation entre en vigueur à partir de lundi 8 heures du matin. "Les autorités locales ont décide de prendre le relais de l'autorité fédérale, qui tarde trop", justifie le bourgmestre de La Panne Bram Degrieck.

A l'issue du Conseil national de sécurité, jeudi dernier, le gouverneur de Flandre occidentale avait déjà décidé d'imposer le port du masque sur l'ensemble de la digue, en bord de mer.

"La récréation est vraiment finie cette fois-ci."
Geert Vanden Broucke
bourgmestre de Nieuport

Le bourgmestre de Nieuport, Geert Vanden Broucke (CD&V), a prévenu que la police serait sévère. "C'est simple et clair, la récréation est vraiment finie cette fois-ci."

Lire également

Publicité
Publicité