1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Le nombre de décès et de cas à la hausse en Italie

Le nombre de décès et de nouvelles contaminations au nouveau coronavirus sont repartis à la hausse en Italie ces 24 dernières heures. Le Covid-19 a emporté 117 personnes, contre 78 la veille. La maladie pulmonaire a coûté la vie à 33.072 personnes au total dans le pays.
  • Feu vert pour une réouverture des casinos à Las Vegas le 4 juin

    Les casinos de Las Vegas, fermés depuis plus de deux mois à cause de la pandémie, vont pouvoir rouvrir progressivement à partir de la semaine prochaine à condition de limiter leur capacité et de mettre en œuvre des mesures sanitaires appropriées, a annoncé le gouverneur du Nevada. Le gouverneur Steve Sisolak a pris cette décision d'autoriser la réouverture des casinos à partir du 4 juin après s'être entretenu avec des experts sanitaires et la commission de contrôle des jeux du Nevada.

  • Toutes les maternelles de retour à l'école le 2 juin, toutes les primaires le 8 juin

    Tous les élèves de maternelles sont invités à reprendre le chemin des classes dès le mardi 2 juin. Tous ceux de primaire devraient faire de même le lundi 8 juin, ont convenu mercredi soir l'Etat fédéral et les entités fédérées lors d'un comité de concertation, et ce en accord avec le groupe d'experts chargé de la stratégie de déconfinement (GEES), a-t-on appris à bonne source.

  • Zeebrugge et Blankenberge veulent collaborer pour répartir les touristes sur les plages

    Blankenberge et Zeebrugge veulent collaborer cet été pour mieux répartir les touristes sur les plages, ont indiqué mercredi le bourgmestre de Bruges Dirk De fauw et sa collègue de Blankenberge Daphné Dumery. Il y a en effet beaucoup plus d'espace pour les touristes sur les plages de la seconde station balnéaire que sur la plus petite plage de la première. Les deux édiles envisagent donc une collaboration pour orienter les touristes qui n'auraient plus de place disponible à Blankenberge vers Zeebrugge lors des jours de grande affluence.

    Bruges travaille actuellement sur un plan concernant les plages afin de pouvoir accueillir les touristes en toute sécurité à Zeebrugge cet été. Il y a de la place pour 45.000 personnes, en tenant compte de l'éloignement social, tandis que les jours de pointe, un maximum de 9.000 baigneurs sont prévus.

  • Surmortalité en Espagne de 43.000 décès par rapport à la moyenne des 10 dernières années

    L'Espagne a enregistré entre le 13 mars et le 22 mai une surmortalité de 43.000 décès supplémentaires par rapport à la moyenne des dix dernières années, a indiqué mercredi un organisme d'investigation dépendant du ministère de la Santé.

    Les données fournies par l'Institut sanitaire Carlos III - référence en matière de recherches biomédicales en Espagne - se basent sur les certificats de décès établis ces dernières semaines, pendant lesquelles la pandémie de coronavirus a sévi avec virulence dans le pays.

  • Le nombre de plaintes pour dépôts clandestins a doublé à Bruxelles durant le confinement

    Le nombre de plaintes pour dépôts clandestins a plus que doublé à Bruxelles de mi-mars à mi-avril, durant la période du confinement, ressort-il de chiffres obtenus par la députée Bianca Debaets (CD&V) auprès du ministre bruxellois en charge de la Propreté publique, Alain Maron (Ecolo). Le nombre de visiteurs des Recyparcs bruxellois a quant à lui diminué au cours de la même période.

    En 2019, Bruxelles-Propreté a enregistré un total de 677 plaintes pour dépôt illégal entre la mi-mars et la mi-avril, alors que, cette année, 1.524 plaintes ont été comptabilisées pour la même période, a indiqué la députée, sur la foi de la réponse du ministre.

  • Le nombre de décès et de cas à la hausse en Italie

    Le nombre de décès et de nouvelles contaminations au nouveau coronavirus sont repartis à la hausse en Italie ces 24 dernières heures, a rapporté mercredi l'agence de presse italienne Ansa sur base des chiffres de la Protection civile. En 24 heures, le Covid-19 a emporté 117 personnes, contre 78 la veille. La maladie pulmonaire a coûté la vie à 33.072 personnes au total dans le pays. Par ailleurs, 584 nouvelles contaminations ont été détectées, pour un total de 231.139 infections. Mardi, Rome avait annoncé 397 nouveaux cas.

  • La France déplore 66 morts en 24 heures, la baisse se poursuit en réanimation

    L'épidémie de coronavirus a fait 66 nouveaux décès en 24 heures en France et le nombre de patients en réanimation continue à baisser, selon le bilan communiqué mercredi par la Direction générale de la Santé. Alors que le gouvernement doit lancer jeudi une nouvelle étape du déconfinement, 1.501 malades gravement touchés par le coronavirus étaient soignés en réanimation mercredi, soit 54 de moins que la veille.

    28.596
    décès
    Depuis début mars, le Covid-19 a tué 28.596 personnes, dont 18.260 dans les hôpitaux.

  • "Pas d'erreur d'appréciation" de ne pas avoir isolé les gens revenus du ski d'Italie VKB

    Ne pas avoir placé en quarantaine les vacanciers revenus des stations de ski du nord de l'Italie après les vacances de carnaval ne constitue pas une erreur d'appréciation, estime mercredi le virologue Marc Van Ranst, en réaction à un reportage de l'émission Pano de la VRT qui sera diffusé mercredi soir. Selon ce reportage, un grand nombre des premières infections au coronavirus en Belgique peuvent être attribuées à un hôtel du nord de l'Italie. Les auteurs du document se demandent donc si les personnes qui sont revenues des stations de ski italiennes n'auraient pas dû être mises en quarantaine.

    "Si vous regardez en arrière, avec toutes les données que nous avons maintenant, vous devriez répondre 'oui'. Il n'y a aucun doute à ce sujet", affirme M. Van Ranst dans une réaction à Belga. Il pense cependant que le coronavirus aurait atteint la Belgique d'une autre manière. "Aucun autre pays n'a pu l'arrêter."

  • Un plan de relance touristique via des circuits thématiques pour le Brabant wallon

    Un plan de relance pour le tourisme en Brabant wallon a été présenté mercredi par la députée provinciale en charge de cette matière, Isabelle Kibassa-Maliba, et la présidente de la Maison du tourisme du Brabant wallon (MTBW) Stéphanie Bury.

    Réfléchi déjà durant le confinement pour associer tous les acteurs publics et privés du secteur du tourisme, il s'appuiera sur la création de circuits thématiques. Quatre thèmes ont été définis pour structurer cette offre touristique: un parcours artistique, un autre sur le Moyen-Âge, un troisième sur la naissance de l'Europe et un dernier sur le thème "fun et sensation"

  • La Belgique pourrait puiser 5,48 milliards dans le fonds de relance

    La Belgique pourrait faire appel à 5,48 milliards d'euros de subsides dans le fonds de relance post-coronavirus de l'UE, selon un document de travail de la Commission européenne, qui a présenté mercredi ce fonds "Next Generation EU".

    Alimenté par un emprunt commun de 750 milliards d'euros, le fonds serait réparti entre États membres sous formes de subsides (500 milliards) et/ou de prêts (250 milliards) aux pays, régions et secteurs les plus touchés par les crises sanitaire et économique.

  • Ben Weyts: "La Flandre est compétente pour décider de la réouverture des années scolaires"

    Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts (N-VA) a rejeté mercredi les critiques de cavalier seul en matière de réouverture d'années d'enseignement supplémentaires dans les écoles flamandes, sans concertation avec ses homologues des autres Communautés ou du Conseil national de sécurité. M. Weyts avait annoncé à la fin de la semaine dernière la réouverture d'années supplémentaires, dont les maternelles, dès le 2 juin, alors que la prochaine réunion du CNS n'est théoriquement prévue que ce 3 juin. 

    Interrogé mercredi en plénière du parlement flamand sur son attitude, M. Weyts a indiqué qu'il avait pris cette position après une concertation avec une quarantaine de représentants du monde scolaire flamand la semaine passée ainsi qu'un avis positif du GEES, le groupe d'experts chargé de la stratégie de déconfinement. Selon lui, attendre le 3 ou le 8 juin pour cette annonce n'aurait aucun sens.

    "Il faut laisser un temps suffisant aux écoles pour se préparer. Si l'on avait attendu après le 3 ou le 8 juin, on n'aurait pu redémarrer qu'à la mi-juin, ce qui n'aurait aucun sens."
    Ben Weyts

     De plus, la Flandre est, selon lui, parfaitement compétente pour décider seule de l'élargissement de la reprise scolaire à d'autres années scolaires. Attendre un feu vert du CNS n'est donc pas formellement nécessaire.

    ©Photo News

  • L'UZ Brussel ferme son atelier couture sur une production de 14.000 masques

    L'UZ Brussel a annoncé mercredi arrêter son atelier de couture, fort d'un bilan de 14.000 masques buccaux, 3.650 blouses de protection et 400 bonnets produits en un peu plus de deux mois.

    L'hôpital n'accueille en effet plus que 25 patients COVID-19. Seuls six patients restent hospitalisés au service de Soins intensifs. Sur les 123 patients qui se sont présentés mardi au service des urgences, 22 ont été hospitalisés dont un seul dans la zone d'admissions COVID-19. Depuis le début de la pandémie, 454 patients confirmés Covid-19 ont été admis à l'UZ Brussel. Parmi eux, 354 ont depuis pu rentrer chez eux et 72 sont décédés.

  • Ryanair assure que les pertes d'emplois seront limitées en cas d'accord avec les syndicats

    Alors que Ryanair a annoncé le licenciement de près de 3.000 personnes en Europe à la suite de la crise du coronavirus, parmi lesquelles 30 membres du personnel de cabine seraient menacés en Belgique, le syndicat chrétien CNE demande une réponse claire à la compagnie low-cost. "Nous souhaitons que la procédure Renault soit lancée au plus vite", a exigé son secrétaire permanent pour le secteur aéronautique Didier Lebbe.

    De son côté, Ryanair a affirmé mercredi que les pertes de jobs seraient limitées en cas d'accord. "Dans certains pays, comme l'Irlande et le Royaume-Uni, nous sommes arrivés à un accord sur les coupes salariales", confie Michael O'Leary, le patron du groupe Ryanair, à Belga. Les pertes d'emplois sont importantes partout à travers l'Europe, "sans exception", reconnait-il. "La crise sanitaire entraînera une diminution du trafic aérien (de Ryanair) de 50% dans les 12 prochains mois", insiste le CEO. "Nous n'utilisons pas cette crise mais nous tentons d'y survivre."

  • USA: plusieurs États restreignent l'accès à l'avortement sous prétexte du coronavirus

    Plusieurs États américains limitent les avortements sous prétexte d'endiguer la pandémie de coronavirus et mettent ainsi la santé des femmes en danger, ont dénoncé mercredi des observateurs des Nations Unies.

    Le Texas, l'Oklahoma, l'Alabama, l'Iowa, l'Ohio, l'Arkansas, la Louisiane et le Tennessee, des États qui traînent derrière eux "une longue histoire de pratiques restrictives en matière d'avortement", usent en effet de la décision de suspendre temporairement les actes médicaux non urgents et "manipulent la crise du coronavirus" pour restreindre l'accès à l'avortement, ont souligné ces experts de l'Onu en droits.

    Cette politique force les femmes à se rendre dans d'autres États pour se faire avorter, a pointé Elizabeth Broderick, chargée d'un groupe de travail sur la discrimination envers les femmes et les filles au sein de l'Onu.

  • Plus de 62.000 médecins et infirmières contaminés aux États-Unis

    Des dizaines de milliers de professionnels de la santé ont contracté le coronavirus aux États-Unis, selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). L'agence publique indique mercredi que 62.344 médecins et infirmières ont été infectés, parmi lesquels 291 ont perdu la vie.

    Le 15 avril, le CDC avait comptabilisé 9.282 contaminations parmi le personnel des soins de santé. Ce nombre a depuis explosé. Médecins et infirmières pointent depuis longtemps le manque de matériel de protection à leur disposition.

  • Les terrasses des cafés et restaurants de Mons devraient être agrandies

    Les terrasses des cafés et des restaurants de l'entité de Mons devraient être agrandies, notamment sur certains endroits de l'espace public. Le dossier devrait être soumis à l'approbation du collège communal le 4 juin, à condition que le Conseil national de sécurité (CNS) autorise la sortie de crise progressive de l'horeca.

    La Ville de Mons entend aider ses acteurs du secteur horeca dans la sortie de crise, qui doit encore être autorisée par le CNS. Le projet d'élargir les terrasses de cafés et restaurants sur certaines zones de l'espace public, quand cela est possible, devrait être analysé par le collège communal le jeudi 4 juin.

  • Chypre ouvre ses frontières à certains touristes, mais pas encore aux Belges

    Chypre accueillera les touristes de 19 pays à partir du 20 juin, sans obligation de quarantaine, a annoncé mercredi à la télévision nationale Savvas Perdios, ministre en charge du Tourisme. La Belgique n'est pas reprise dans cette liste. Les 19 pays concernés ont été divisés en deux sous-catégories, A et B. Les ressortissants des pays repris dans la catégorie A n'auront pas l'obligation de prouver, grâce à un test négatif, qu'ils ne sont pas atteints par le coronavirus. Il s'agit de l'Allemagne, l'Autriche, Malte, la Grèce, Israël, la Bulgarie, la Finlande, la Slovaquie, la Slovénie, la Lituanie, la Norvège, le Danemark et la Hongrie.

    La catégorie B reprend la Suisse, la République tchèque, la Pologne, la Roumanie, la Croatie et l'Estonie. Les vacanciers issus de ces pays devront, eux, présenter un test négatif pour se rendre sur l'île. La liste chypriote des touristes bienvenus sera régulièrement mise à jour en fonction de l'évolution de l'épidémie dans les différents pays du globe, a conclu M. Perdios.

  • Une solution financière pour permettre aux PME d'accélérer leur reprise

    La plateforme de crowdlending, Look&Fin, lance un nouveau type de crédit pour permettre aux PME de renforcer leurs fonds propres. Sa particularité: d'une durée de 5 ans, ce crédit offre la possibilité de n'effectuer aucun remboursement les deux premières années.

  • Un jeune sur six privé d'emploi en raison de la pandémie

    Les jeunes sont les principales victimes du marasme économique né de la pandémie du coronavirus, révèle l'Organisation internationale du travail dans une étude, avec un jeune sur six qui se retrouve sans emploi. Présentant le rapport aux médias, le directeur général de l'OIT, Guy Ryder a expliqué que les jeunes sont touchés de manière disproportionnée par la crise, en raison des perturbations dans le marché du travail et dans les domaines éducatif et de la formation.

    Selon l'étude menée par l'OIT parmi les moins de 29 ans, un jeune sur six interrogés a arrêté de travailler depuis l'apparition du Covid-19. Et ceux qui ont conservé leur emploi ont vu leur temps de travail diminuer de 23%. De plus, environ la moitié des jeunes étudiants font état d'un "retard probable" dans la réalisation complète de leurs études tandis que 10% d'entre eux s'attendent à ne pas être en mesure de les terminer. Avec un taux de 13,6% en 2019, le chômage des jeunes était déjà plus élevé que dans tout autre groupe de population. Environ 267 millions de jeunes étaient sans emploi tout en étant ni scolarisés ni en formation. Et les 15-24 ans qui travaillaient occupaient généralement des formes d'emploi les rendant plus vulnérables, soit parce qu'il s'agissait d'emplois mal rémunérés ou d'emplois informels, soit du fait de leur statut de travailleurs migrants.

  • L'investisseur belge hyperactif durant la crise du coronavirus

    Le volume d'actions du Bel20 négociées par des investisseurs belges a plus que quintuplé durant la crise du coronavirus (entre le 24 février et le 20 avril) par rapport à la période précédant la crise, indique une étude de l'Autorité des services et marchés financiers (FSMA) sur la base des données de déclarations de transactions qu'elle reçoit. Les achats d'actions ont été beaucoup plus nombreux que les ventes d'actions et les investisseurs jeunes et occasionnels ont été nettement plus actifs pendant la période de crise.

     L'étude du gendarme boursier belge est basée sur un échantillon de plus de trois millions de transactions, effectuées par près de 323.000 personnes physiques distinctes, pour une valeur négociée totale dépassant les 10 milliards d'euros.

  • La Commission propose un plan de relance à 750 milliards d'euros

    750 milliards
    d'euros
    La Commission européenne s'apprête à proposer un plan de relance post-coronavirus à 750 milliards d'euros, a indiqué le commissaire à l'Économie, Paolo Gentiloni.

    "La Commission propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros qui s'ajoute aux instruments communs déjà lancés. Un tournant européen pour faire face à une crise sans précédent", a tweeté le commissaire italien Gentiloni.

     

    Ce paquet serait composé de 500 milliards d'euros de dotations – rejoignant ainsi la proposition franco-allemande formulée la semaine dernière – et de 250 milliards d'euros de prêts.

    Notre décryptage :

  • Les nouvelles infections en baisse structurelle

    Le mardi 26 mai, 137 nouveaux cas ont été rapportés. 91 patients résident en Flandre, 31 en Wallonie et 15 à Bruxelles. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 57.592.

    Au total:

    - 1.128 patients sont actuellement hospitalisés. 36 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h.

    - 220 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 29 patients au cours des 24 dernières heures.

    - 15.465 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 145 au cours des 24 dernières heures.

    - 9.364 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 36 décès au cours des dernières 24h.

    À noter que le nombre de tests réalisés ces dernières 24h s'élève à 9.443, portant le nombre total de tests effectués à 804.890.

  • Sciensano déconseille également l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19

    L'Institut scientifique de santé publique Sciensano déconseille désormais fortement l'hydroxychloroquine pour soigner les personnes hospitalisées pour le Covid-19, selon ses directives de traitement mises à jour mardi.

    Pour ces patients, l'Institut ne recommande le médicament que dans le cadre d'essais cliniques en cours, après avoir réévalué les risques et les avantages de l'étude. Sciensano se base sur une recherche menée auprès de 96.000 patients, qui n'a pu montrer aucun bénéfice lié à l'hydroxychloroquine.

    L'étude publiée dans la revue médicale The Lancet vendredi dernier montre au contraire que le médicament peut même provoquer certains effets nocifs. L'Agence fédérale du médicament (AFMPS) a enregistré en Belgique 8 cas d'effets indésirables potentiellement associés à la molécule antipaludique dans le traitement du Covid-19, indique Sciensano. Trois d'entre eux concernent des réactions cardiaques qui n'ont pas provoqué le décès du patient.

    ©Photo News

  • L'hydroxychloroquine n'est plus autorisée en France contre le Covid-19

    Le gouvernement français a abrogé mercredi les dispositions dérogatoires autorisant la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital, hors essais cliniques. Cette décision fait suite à un avis défavorable du Haut conseil de la santé publique, selon un décret au Journal officiel.

    Depuis fin mars, l'hydroxychloroquine – molécule composant un médicament dérivé de l'anti-paludéen chloroquine – pouvait être prescrite à titre dérogatoire à l'hôpital et uniquement pour les patients gravement atteints, sur décision collégiale des médecins.

    Mardi, le Haut conseil de la santé publique (HCSP), saisi par le ministre de la Santé Olivier Véran, avait recommandé de "ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19" hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique. L'Agence du médicament (ANSM) a annoncé en parallèle mardi avoir "lancé" la procédure de suspension "par précaution" des essais cliniques évaluant l'hydroxychloroquine chez les patients atteints de Covid-19.

    Ces avis ont été émis à la lumière d'une étude parue dans la prestigieuse revue médicale The Lancet, qui a pointé l'inefficacité et les risques de ce médicament, promu en France par le Pr Didier Raoult, ainsi que dans plusieurs pays, notamment par les présidents américains Donald Trump et brésilien Jair Bolsonaro.

    ©REUTERS

  • Une décision sur la rentrée des primaires et des maternelles peut-être ce mercredi soir

    Une décision sur le retour à l'école des enfants de maternelle et de primaire pourrait intervenir dès ce mercredi soir, au cours d'un comité de concertation. "Nous devons encore avoir un contact avec les experts pour leur poser des questions très précises. Nous déciderons ensuite sur base de leurs recommandations", a précisé mercredi matin le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR), sur l'antenne de Bel RTL.

    "Pour l'instant, on a mis beaucoup de conditions pour le retour à l'école. Si l'on veut que davantage d'enfants rentrent, il faut assouplir ces conditions, mais les assouplir intelligemment."
    Pierre-Yves Jeholet
    Ministre-président de la FWB

    Pierre-Yves Jeholet a souligné qu'une distinction serait faite entre la situation des enfants de maternelle, où la distanciation physique est difficile à faire respecter, et ceux du primaire. "Il n'y a pas de désaccord politique" entre la Flandre et le sud du pays, a poursuivi Pierre-Yves Jeholet, tout en regrettant les "effets d'annonce" de Ben Weyts (N-VA), le ministre flamand de l'Enseignement. "Ces effets d'annonce ne servent à rien et mettent une pression inutile. En Conseil national de sécurité, on a prouvé que l'unité nationale fonctionne", a-t-il estimé.

    "Aujourd'hui, il faut un message clair et cohérent pour le mois de juin, mais surtout pour la rentrée de septembre", quand l'obligation scolaire redeviendra effective alors qu'une certaine tolérance est actuellement d'application, a encore souligné le ministre-président. "Nous avons réussi la rentrée du 18 mai. Anticipons celle de septembre", en travaillant notamment sur le volet numérique afin de "ne pas renforcer la fracture sociale". "Nous ferons tout pour qu'un maximum d'enfants soient équipés" le plus rapidement possible, a-t-il conclu.

  • Le bilan de la pandémie dans le monde

    350.000
    morts
    Depuis son apparition en Chine en décembre dernier, la pandémie de coronavirus a fait plus de 350.000 morts dans le monde – dont plus des trois quarts en Europe et aux États-Unis – selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

    Au total, 350.196 décès ont été recensés dans le monde (pour 5.589.389 cas), dont 173.713 en Europe (2.057.414 cas), continent le plus touché.

    Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (98.929), devant le Royaume-Uni (37.048), l'Italie (32.955), la France (28.530) et l'Espagne (27.117).

  • L'UCLouvain renonce à un logiciel contesté pour certains examens

    Les examens à distance à l'UCLouvain commencent ce vendredi. Mais un logiciel prévu pour mener à bien ces examens, la plateforme TestWe, fait face à des bugs. Résultat? L'angoisse monte chez les étudiants qui dénoncent une désorganisation de l'université. Afin de calmer les esprits, l'UCLouvain annonce abandonner le logiciel pour 40 examens, relaient divers médias depuis mardi soir. "Ce sont les nombreux couacs survenus lors des tests à blanc qui ont suscité l'inquiétude", précise la RTBF.

    Les tests avaient lieu ce mardi dans plusieurs facultés à la fois et le trop grand nombre d'étudiants connectés a eu raison du système. L'UCLouvain a donc choisi de faire glisser sur d'autres plateformes, telles que Moodle ou Teams, une quarantaine d'examens. Ces logiciels pouvant mieux supporter un nombre important de connexions simultanées. 

    "On ne veut prendre aucun risque et nous souhaitons prendre en compte le très grand stress dans lequel ce système plongeait de nombreux étudiants".
    Isabelle De Coster
    Porte-parole de l'UCLouvain

  • Accord sur une réouverture partielle du Bois de la Cambre aux voitures

    À partir de jeudi, le Bois de la Cambre, à Bruxelles, sera rouvert partiellement à la circulation automobile dans sa partie nord, du lundi au samedi. Durant ces journées, il restera fermé dans la zone sud, entourant le lac. Celle-ci restera réservée aux activités récréatives. Le dimanche, la circulation y sera interdite partout, hormis dans deux espaces dédiés au stationnement. La Région bruxelloise adaptera les feux sur les voiries régionales autour du Bois afin de fluidifier le trafic routier. Elle prévoit aussi une étude pour renforcer l'alternative en matière de transports en commun et vélo. Tels sont les principaux axes d'un accord conclu mardi entre la Ville de Bruxelles, la commune d'Uccle et la Région bruxelloise, rendu public ce mercredi matin.

    Pour la rentrée, en septembre, un cadre a été fixé. Les différents intervenants ont convenu que "leurs services respectifs" plancheront "sur la mise en en place d'un plan qui permettra au public de s'approprier amplement le Bois de la Cambre et de garantir une connexion Nord-Sud et Ouest-Est pour la circulation automobile". Selon leur communication commune, tenant compte des objectifs du plan de mobilité Good Move, cette connexion ne se fera pas nécessairement via le Bois.

    "Garantir l'accessibilité à la Ville de Bruxelles, tout en assurant des espaces verts et récréatifs n'est pas une quadrature du cercle mais l'expression d'une volonté politique. Il est possible de mettre les gens autour de la table et de trouver des accords ambitieux", a souligné le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close (PS). Pour le bourgmestre d'Uccle, Boris Dilliès (MR), "assurer aussi la circulation des gens qui travaillent et doivent utiliser une voiture est essentiel. De nombreux Ucclois retrouveront, jeudi, un accès vers et depuis l'avenue Louise. Cela va dans le bon sens. Tous les citoyens de la Région peuvent aussi continuer à profiter de ce poumon vert. L'équilibre entre ces deux impératifs de qualité de vie doit rester au centre de l'attention". 

      La ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), estime quant à elle que la concertation a permis de dégager des solutions créatives à court et moyen terme. "Je me réjouis que l'application des principes de Good Move ait permis de trouver une solution qui améliorera la circulation entre le Sud et le Nord de la Région, ainsi que le cadre et la qualité de vie de tous les Bruxellois."

    Le bourgmestre de Bruxelles a proposé à ses deux interlocuteurs précités d'adjoindre aux discussions les communes d'Ixelles et de Watermael-Boitsfort pour la suite des opérations. 

    ©Kristof Vadino

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de mardi

    Le bilan sanitaire belge du jour: ces dernières 24 heures, 198 nouveaux cas ont été rapportés, 39 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées et 23 nouveaux décès sont à déplorer. 

    ► Selon Sciensano et l'Institut de médecine tropicale, 8,4% des professionnels de la santé ont développé des anticorps contre le nouveau coronavirus début mai

    ► Quelque 200 établissements horeca installés sur le territoire de la Ville de Bruxelles ont demandé jusqu'à présent, sans attendre la décision sur leur future réouverture, une extension de terrasse pour autoriser un accès à un nombre significatif de clients en respectant les règles de distanciation sociale

    ► "Le secteur hospitalier risque de perdre cinq à sept milliards dans cette crise. Nous sommes en fait dans la situation de Brussels Airlines mais personne n'en parle", affirment dans Le Soir Philippe Leroy, directeur du CHU Saint-Pierre à Bruxelles, et Sylvianne Portugaels, CEO du CHR La Citadelle à Liège. Sans intervention publique, le bilan des hôpitaux devrait passer dans le rouge.

    ► L'Association belge des syndicats médicaux (ABSyM) a demandé au gouvernement d'autoriser la mise à disposition des tests sérologiques pour l'ensemble de la population.

    La baisse des exportations de biens et services des entreprises belges pourrait atteindre 92 milliards d'euros en valeur absolue (101 milliards de dollars) par rapport à 2019, selon la dernière étude de l'assureur-crédit Euler Hermes. Il s'agirait d'un recul historique provoqué par la crise du coronavirus.

    ► La commission des Finances de la Chambre a approuvé, à l'unanimité moins l'abstention du PTB, le projet de loi qui couvre les crédits fédéraux pour avril, mai et juin. Le texte accorde un milliard d'euros à la provision interdépartementale afin de faire face aux dépenses urgentes de la crise. Une grande partie sera affectée aux dépenses sanitaires, a indiqué le ministre du Budget, David Clarinval (MR).

    ► La CGSP organisera plusieurs actions symboliques dans les hôpitaux publics de Belgique ce mercredi pour réclamer un refinancement des soins de santé et une revalorisation des métiers, annonce-t-elle. Le syndicat socialiste demande au gouvernement fédéral de fixer rapidement un agenda de concertation sociale.

    ► Le président Emmanuel Macron a annoncé mardi un plan à plus de 8 milliards d'euros pour soutenir l'industrie automobile française durement touchée par la crise du coronavirus, avec l'objectif de faire du pays le premier producteur de "véhicules propres" en Europe

    Les plaines de jeux extérieures seront à nouveau accessibles aux enfants jusqu'à 12 ans inclus dès mercredi. Les autorités communales, provinciales et régionales pourront décider elles-mêmes si les aires de jeux de quartier et les espaces de grande taille dans les parcs pourront rouvrir, peut-on lire sur le site www.info-coronavirus.be.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Pour retrouver les infos de mardi, rendez-vous ici.

    Bonne journée.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés