La plateforme QVAX victime de son succès

Pas moins de 170.000 personnes patientaient ce mardi matin dans la "file d'attente" pour s'inscrire au portail QVAX. ©BELGA

QVAX, le portail de "réserve nationale" qui permet aux citoyens belges de se faire vacciner en last minute, est saturé depuis son lancement, ce mardi à minuit.

Ils sont des dizaines de milliers de Belges à avoir cédé à l’engouement pour la plateforme QVAX qui a été lancée ce mardi à minuit. Au bout d’une attente interminable, pas de tickets de festival ou de concert, mais une place sur le banc des réservistes. Il faut dire qu'à ce jour, seuls 16,3% des Belges de plus de 18 ans ont reçu au moins une dose de vaccin, soit 13,1% de la population totale. Pas surprenant, donc, que le principe séduisent de nombreux citoyens.

16,3%
Des plus de 18 ans
À ce jour, à peine 16,3% des Belges de plus de 18 ans ont reçu une première dose du vaccin anti-Covid.

La plateforme QVAX, pourrait contribuer à faire évoluer favorablement ces chiffres. Elle promet d'utiliser "chaque dose de vaccin disponible" pour éviter le gaspillage et atteindre l’immunité collective plus rapidement. À peine opérationnel, le portail a été victime de son succès: au-delà de la file attente interminable (170.000 personnes en ce moment), des utilisateurs indiquent également rencontrer des problèmes dans l’inscription auprès du centre de vaccination de leur choix.

QVAX, comment ça marche?

Pour tenter de remporter le fameux sésame, le principe est assez simple. Il suffit de se rendre sur le site de QVAX, de s’inscrire sur la liste d’attente et d'y encoder une série d’informations, dont son numéro de registre national. L'utilisateur doit également indiquer ses disponibilités pour les sept prochains jours.

Les rendez-vous ne sont accessibles qu'aux personnes âgées de plus 18 ans résidant en Flandre ou en Wallonie

Et ensuite? Lorsqu'un centre de vaccination dispose encore de doses à distribuer et qu’il lui reste des plages horaire vides, ce dernier prend contact avec une personne inscrite et lui propose un rendez-vous. Celle-ci devra alors confirmer en ligne, et dans la demi-heure, l'heure et la date auxquelles elle se fera vacciner. Sans réaction de la personne convoquée dans le délai imparti, l'invitation sera envoyée à quelqu'un d'autre.

Attention, ces rendez-vous ne sont accessibles qu'aux personnes âgées de plus 18 ans et résidant en Flandre ou en Wallonie Bruxelles, les inscriptions se feront via le système Doctena à compter de la mi-avril).

Premier arrivé, premier servi?

Une inscription garantit-elle une vaccination dans les jours qui viennent? Oui et non. Tout dépendra du nombre de doses "perdues" dans le centre de vaccination sélectionné lors de l'inscription, des disponibilités et du nombre de personnes reprises sur la liste de réserve.

"L'ordre de distribution suit les règles mises en place par les autorités: à savoir, par ordre décroissant d'âge."
Frank Robben
Responsable informatique du gouvernement fédéral

En outre, la phase de vaccination 1B, qui privilégie notamment les sujets de plus de 65 ans, venant d’être déployée, QVAX suivra aussi une certaine ligne de conduite dans sa sélection.

"Le système ne fonctionne pas suivant la règle du premier arrivé, premier servi. L'ordre de distribution suit les règles mises en place par les autorités: à savoir, par ordre décroissant d'âge", confirme Frank Robben, responsable informatique du gouvernement fédéral.

MyHealthyViewer: le site dédié aux sujets à risque

À compter du 8 avril, les citoyens belges pourront vérifier, en se connectant sur le portail  www.myhealthviewer.be, s'ils sont bien repris dans la liste des sujets à risque. En cas d'erreur ou d'oubli, ces personnes pourront prendre contact avec leur généraliste pour qu'il fasse le nécessaire.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité