Publicité

La référence à la "Grande Dépression"

Gita Gopinath, la chef économiste du FMI. ©BELGA

C'est la pire crise depuis les années 30. Mais on n'atteint pas encore les chiffres de l'époque.

On vous l’avait dit dans ces colonnes l'an dernier: elle sera l’économiste à suivre. Mardi, Gita Gopinath, la chef économiste du Fonds monétaire international (FMI), a presque buté au moment de prononcer le chiffre attendu de la croissance de l’économie mondiale en 2020. Le FMI prévoit une contraction de 3% alors qu'en janvier, elle prévoyait encore un chiffre de +3,3%.

Une révision d’une telle ampleur (6,3%) sur une aussi courte période, c’est du jamais vu. Ce qu’elle a baptisé le "Great Lockdown" (le Grand Confinement) constitue la pire récession depuis la Grande Dépression des années 30. Elle est bien plus grave que la Grande crise financière de 2008-2009, où la contraction n’était finalement que de 0,1%. À l’époque, les marchés émergents, Chine en tête, tiraient encore la croissance mondiale. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Lire aussi | Les prévisions du FMI

Gita Gopinath, la chef économiste du FMI, a baptisé cette crise "The Great Lockdown".

Seule consolation, nous n’en sommes pas encore aux chiffres de la crise de 1929. Sur la période de 1929 à 1932, la croissance globale avait chuté de 10% (contre -3% aujourd’hui) et celle des pays avancés de -16% (contre -6% aujourd’hui), a-t-elle dit. Et si tout va bien, la croissance devrait rebondir à 5,8% en 2021, même si la perte cumulée de PIB mondial en 2020 et 2021 devrait atteindre quelque 9.000 milliards de dollars, "soit un montant supérieur à celui des économies du Japon et de l'Allemagne réunies."

Visiblement, Gita Gopinath, 48 ans, a le sens de la formule. Cette citoyenne américaine était professeur d'économie à Harvard avant de débarquer au FMI. Mardi, elle a demandé de ne pas oublier dans cette crise les pays en développement. L'empreinte sans doute de ses origines indiennes.  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité