Publicité

La saga des masques s'invite à l'école

Le port du masque dans les écoles est obligatoire pour tous élèves dès la 6e primaire et les enseignants. ©REUTERS

Les cours en présentiel dans les écoles catholiques ne devraient reprendre que le mardi 19 mai, soit un jour plus tard que prévu. En cause: une distribution tardive des masques promis par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Encore une histoire de masques! Cette fois, ce sont les incertitudes quant à leurs arrivées dans les écoles qui occupent le devant de la scène. En théorie, les élèves francophones de 6e primaire et des années terminales du secondaire doivent reprendre le chemin des classes le lundi 18 mai. Cette reprise est toutefois conditionnée au respect d'un certain nombre de règles, dont le port du masque pour les jeunes et les enseignants.

Bien que des commandes aient été passées par la FWB, les précieuses protections pourraient ne pas être fournies avant le dimanche 17 mai aux centres de distribution où les écoles peuvent les récupérer. "Il conviendra d’aller les y chercher, de vérifier les colis, de s’assurer de la conformité des masques avec les attentes et de leur disponibilité en nombre suffisant, de les trier et d’en préparer la distribution aux élèves et aux membres du personnel", souligne le secrétariat général de l'Enseignement catholique.

500.000
masques en tissu
La livraison de 500.000 masques en tissu pour les écoles est attendue en fin de semaine.

Dans ces conditions, il recommande à ses écoles de ne reprendre les cours en présentiel que le mardi 19 mai, soit un jour plus tard que prévu.

A la suite de cette recommandation, la ministre Caroline Désir (PS), a tenu à souligner que les dispositions prévoyant la reprise des cours restaient "pleinement d'application" à partir du 18 mai "dans toutes les écoles où les normes sanitaires sont rencontrées, en ce compris celles du SeGEC".

Quoi qu'il en soit, l' annonce de ce pouvoir organisateur laisse présager des rentrées en ordre dispersé côté francophone, où l'on ne badine pas avec la sécurité.

En Flandre, où les premiers élèves seront de retour vendredi, on a plutôt tendance à assouplir les règles. Le ministre Ben Weyts (N-VA) vient en effet d'annoncer que les garderies pourront accueillir jusqu'à 20 enfants de maternelle par local, sans se soucier de la distanciation sociale. Au nord et au sud, les approches divergent... 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité