La Belgique vaccinera contre le Covid à partir du 5 janvier, mais selon quelle stratégie?

Le Premier ministre Alexander De Croo affirme que le but est de vacciner à partir du 5 janvier en Belgique. ©Photo News

Les ministres de la Santé planchent sur la stratégie de vaccination. C'est urgent, les premières doses arriveront en Belgique dans quelques semaines. Mais de nombreuses inconnues subsistent.

Le Premier ministre Alexander De Croo a affirmé que la Belgique commencerait à vacciner dès le 5 janvier prochain, si les vaccins étaient prêts et les autorisations européennes accordées. Il a également annoncé que le pays achèterait deux millions de vaccins Moderna. La Belgique sera-t-elle en ordre de bataille pour réussir sans faille cette gigantesque campagne de vaccination? De Croo le croit: "Quand les vaccins seront prêts, notre pays sera prêt. Nous aurons alors des accords clairs sur qui sera vacciné en premier et sur la manière dont cela se passera."

Mais la Conférence interministérielle Santé publique organisée ce mercredi matin s'est terminée sans accord sur la stratégie de vaccination contre le Covid-19. Le "plan concret", qui est prêt depuis mardi selon Alexander De Croo, doit encore être avalisé par les différents gouvernements du pays. "Cela sera le cas à très court terme", promettait-il ce mercredi. La stratégie de déploiement du programme de vaccination leur sera présentée jeudi pour accord.

Qui exactement?

"Quand les vaccins seront prêts, notre pays sera prêt."
Alexander De Croo
Premier ministre

Les publics prioritaires doivent être arrêtés lors de ce rendez-vous. La task force interfédérale vaccin Covid-19 a proposé de vacciner d'abord le personnel des soins de santé, les plus de 65 ans et ensuite les 45-65 ans présentant des facteurs de comorbidité. Environ 4 millions de personnes, qui devraient toutes avoir reçu leur vaccin pour la mi-2021. La stratégie qui devait être présentée en kern mercredi soir affine cette répartition avec sept publics prioritaires qui pourront être vaccinés simultanément selon des procédures spécifiques: les résidents et le personnel des maisons de repos, le personnel de santé de première ligne confronté à la covid, les autres personnels hospitaliers et de santé au sens large, les 65 ans et plus, les 45-65 ans présentant des comorbidités (obésité, hypertension, problèmes cardio-vasculaires, etc.), les personnels de certains services publics (policiers, militaires et pompiers notamment) et enfin certaines fonctions critiques dans le secteur privé.

Ce public sera ciblé lors d'une première phase, avant une extension au public non prioritaire. Selon l'agenda prévu, quelque 1,2 million de personnes pourraient être vaccinées entre janvier et mars. Et 3 millions supplémentaires entre mars et juin 2021. Il y a un peu plus de 2 millions de plus de 65 ans à vacciner et la catégorie à risque âgée de 45 à 65 ans est estimée à 1,3 million de personnes.

Mais la stratégie de vaccination doit largement dépasser la détermination des profils. La logistique et la communication sont des chantiers cruciaux.

Organiser la chaîne

Alors que plusieurs vaccins sont déjà en cours de production, avant d'avoir reçu leur approbation par les autorités compétentes, il faut finaliser le plan de bataille pour le transport, le stockage et la distribution afin notamment que les acteurs privés (transporteurs, etc.) puissent s'organiser, même si de nombreuses inconnues subsistent, comme la date exacte d'arrivée des doses sur notre marché ou les avantages respectifs des différents produits qui seront disponibles par rapport aux profils à vacciner.

Pour le personnel de soins et les résidents d'instituts de soins, l'intention est d'aller les vacciner dans les hôpitaux, centres d'hébergement, maisons de repos... Pour le reste de la population, il va falloir décider des lieux de vaccination. Les Régions devront gérer cela. Mais l'organisation en amont est dans les mains du Fédéral à partir d'un hub de disribution unique: négociation au niveau européen des contrats d'achat des vaccins, achat du matériel (seringues, etc.), transport et stockage de millions de doses, pour cinq vaccins attendus (Pfizer/BioNTech, AstraZeneca/Oxford Johnson & Johnson, CureVac et Moderna).

Cette fois, bien communiquer...

70%
Pour couper les chaînes de transmission du virus, il faudrait que 70% des Belges se fassent vacciner

L'objectif est que 70% de la population soit vaccinée. Environ 50% des Belges seraient d'accord, mais entre 30 à 40% se montreraient toujours hésitants. Différentes stratégies seront nécessaires pour persuader de l'intérêt du vaccin. Les médecins généralistes devraient être impliqués dans ce travail.

Mais "le 5 janvier, nous serons prêts, comme d'autres pays", a promis Alexander De Croo.

À découvrir en podcast | "Dire qu'il ne faut pas se faire vacciner, c'est criminel"

Dans ce podcast, le chercheur-entrepreneur mondialement connu Cédric Blanpain nous parle de lutte contre le cancer, d'enjeux du vieillissement et de vaccination.

"Dire aux gens qu'il ne faut pas se faire vacciner, c'est criminel" - Écoutez notre podcast avec Cédric Blanpain (Chromacure)

Lire également

Publicité
Publicité