La tension monte dans les entrepôts d'Amazon en France

Les syndicats français maintiennent leurs appels à la grève. ©REUTERS

Après des appels à la grève, les discussions se poursuivent entre syndicats et directions des 6 centres logistiques français d'Amazon. Au centre des débats, la sécurité sanitaire des employés.

Plusieurs syndicats français avaient appelé à une grève, jeudi, dans les entrepôts d’Amazon en France. "Après des échanges infructueux entre les organisations syndicales et la direction d'Amazon et malgré les injonctions publiques du gouvernement à assurer la sécurité sanitaire des salariés de l'entreprise, la situation est au point mort", selon la CFDT qui demande aux "salariés d'exercer leur droit de grève" dès jeudi.

Une demande d'assignation en référé au tribunal de Nanterre pour réclamer la fermeture des six sites d'Amazon France Logistique sous astreinte d'un million d'euros par jour avait été déposée dans le même temps.

"Nous allons plus loin que ce que demande le gouvernement français."
Emilie Creuillenet
Responsable Communication d’Amazon France

Contacté par nos soins, le géant de l’e-commerce explique que les appels à la grève ont été très peu suivis et qu’il n’y a eu aucun impact sur les livraisons en France ou en Belgique pour les prochains jours.

Quant aux accusations liées aux risques sanitaires, Amazon les réfute en bloc: "Nous allons plus loin que ce que demande le gouvernement français, nous demandons une distance de deux mètres entre les travailleurs et nous faisons des prises de températures quotidiennes des employés", nous explique, Émilie Creuillenet, la responsable de la communication d’Amazon France.

La prise de température est justement l’une des mesures critiquées par les syndicats, car elle augmenterait le risque de contagion en créant des files à l’entrée des entrepôts. Le mouvement pourrait se poursuivre dans les prochains jours. Des discussions entre syndicats et direction sont prévues ce vendredi.

Lire également

Publicité
Publicité