La vaccination débutera dès lundi en Belgique

Jeudi dernier, un test à blanc a eu lieu en Belgique, où l'on a fait mine d'acheminer le vaccin du site de Pfizer, à Puurs, jusque dans les maisons de repos. ©BELGA

Ça y est. Le vaccin développé par BioNTech et Pfizer a reçu le feu vert européen ce lundi. Les vaccinations peuvent démarrer en Europe. Dès le 28 décembre en Belgique.

C'était plus qu'attendu; espéré même. Et c'est à présent confirmé. Ce lundi, l'Agence européenne du médicament a émis une opinion positive quant à la mise sur le marché d'un premier vaccin contre le Covid-19. Développé par le tandem BioNTech/Pfizer, et baptisé Comirnaty, d'après l'ARN (RNA en anglais), à la base de son fonctionnement. Calculée sur quelque 36.000 personnes de plus de 16 ans, son efficacité est de 95%.

Vu cet avis positif, la Commission européenne n'a guère tardé à délivrer une autorisation de mise sur le marché. Dans la foulée, dès la fin de l'après-midi. Le tout accompagné d'une bonne nouvelle, et d'un doute qui plane. La bonne nouvelle: l'Agence européenne estime que ce vaccin devrait également être efficace contre le nouveau variant du virus découvert en Grande-Bretagne. Le doute: d'après des documents consultés par Reuters, l'Union européenne paiera 15,5 euros la dose, ce qui fait 31 euros par personne vaccinée. Soit plus que les 24 euros accidentellement dévoilés la semaine dernière par la secrétaire d'État au Budget Eva De Bleeker (Open Vld).

10.000
doses
En Belgique, la campagne de vaccination débutera le lundi 28 décembre dans les maisons de repos. 10.000 doses ont été promises par Pfizer, permettant de vacciner 5.000 personnes. Pour le passage à une plus grande échelle, il faudra attendre le 5 janvier.

La voie européenne est donc libre pour le début des campagnes de vaccination dans les États membres, la Commission ayant désiré que les festivités démarrent entre le 27 et le 29 décembre - déjà en 2020, tout un symbole. En Belgique, ce sera à partir du 28 décembre. Avec un nombre limité de doses, à savoir les 10.000 promises par Pfizer, ce qui permettra de vacciner 5.000 personnes.

Démarrage en douceur le 28 décembre

Pourquoi pas 10.000? "Parce que nous avons décidé de sécuriser la deuxième dose pour toutes les personnes ayant reçu la première, du moins jusqu'au jour où les approvisionnements deviendront réguliers", explique Yvon Englert, délégué général Covid-19 pour la Wallonie. Histoire d'être certain qu'aucune seconde dose ne soit administrée avec retard.

"Nous avons décidé de sécuriser la deuxième dose pour toutes les personnes ayant reçu la première, du moins jusqu'au jour où les approvisionnements deviendront réguliers."
Yvon Englert
Délégué général Covid-19 pour la Wallonie

Le 28 décembre fait donc office de lancement à petite échelle - pour la grande, il faudra attendre le 5 janvier, véritable démarrage de la campagne de vaccination des résidents et du personnel des maisons de repos. Qui seront les élus pour ce premier acte presque confidentiel? "En Wallonie, nous avons opté pour la maison de repos impliquée dans le test à blanc de la semaine dernière, poursuit Yvon Englert. À laquelle nous avons ajouté une autre. Ce qui nous permettra de voir si les leçons tirées de cet exercice à blanc peuvent facilement s'appliquer à un autre établissement. Vous savez, le but n'est pas de gagner une semaine, mais que tout se passe le mieux possible."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité