La vaccination sera avancée pour certains profils

Les premières doses du vaccin AstraZeneca arriveront en Belgique dimanche, mais elles ne pourront pas être administrées au public le plus à risque, les personnes résidant en maison de repos. ©BELGA

Que faire du vaccin AstraZeneca qui ne sera pas administré aux plus de 55 ans? Les enseignants sont-ils un public prioritaire? Ou les jeunes?

La stratégie de vaccination belge doit être légèrement remodelée, et les ministres de la Santé se sont réunis ce mercredi matin pour y travailler. En cause, deux paramètres.

"On ne change rien à la stratégie vaccinale."
Paul Magnette
Président du PS

Le vaccin d'AstraZeneca, qui devait être le "vaccin de masse" pour ce début d'année, sera livré en quantité moindre que prévu. Le bras de fer avec la Commission européenne est entamé. Mais aussi, la Belgique a décidé de n'autoriser provisoirement ce vaccin que jusqu'à 55 ans, faute de données suffisantes disponibles auprès des groupes plus âgés. Les premières doses arriveront dimanche prochain: 80.000 sont attendues. 200.000 devraient suivre dans les semaines suivantes. Elles ne pourront donc pas être utilisées dans les maisons de repos. Les experts de la task force vaccination se réunissent pour peaufiner le processus.

À qui iront ces doses AstraZeneca? "Par exemple, en priorité aux enseignants qui, comme le personnel soignant, sont en contact avec les jeunes. Pourquoi pas pour les étudiants du supérieur, pour leur permettre de retrouver une vie sociale?", glissait Paul Magnette, président du PS, sur La Première. Rappelons que ces catégories ne sont pour l'heure pas considérées prioritaires. "On ne change rien à la stratégie vaccinale", a pourtant assuré le socialiste.

Personnes avec comorbidités

De nombreuses voix s'élèvent pour redessiner les profils à vacciner lors des prochaines phases. Les ministres de la Santé ont pris quelques décisions ce mercredi, selon le ministre flamand Wouter Beke.

La tranche "45-65 ans avec comorbidités" est, elle, élargie. Les 18-64 ans souffrant d'une maladie chronique des reins ou du foie ainsi que ceux atteints du syndrome de Down seront vaccinés prioritairement, tout comme les malades du sida et les patients en attente d'une greffe. S'y ajouteront, dans le groupe de 45-64 ans, les personnes atteintes d'une maladie respiratoire chronique, celles souffrant d'obésité (BMI supérieur à 30), les diabétiques, les personnes atteintes de démence et celles ayant une tension artérielle trop élevée. Ce groupe sera vacciné après les plus de 65 ans, sans doute en mars et avril.

Quid des jeunes?

Le PS, lui, plaide " pour que les vaccins soient utilisés là où ils sont le plus utile" selon Paul Magnette, qui a confirmé la volonté de son parti d'intégrer le personnel enseignant parmi les publics prioritaires, qui devraient être vaccinés au printemps. Christie Morreale en fera la demande lors de la réunion.

 Et quid des étudiants? "Si on veut donner des perspectives aux jeunes, il ne suffit pas de les vacciner en premier", a précisé le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, sur la VRT. "Mais ça ne veut pas dire non plus qu'ils devront attendre jusqu'à la fin de la campagne. On n'a jamais dit ça", a-t-il précisé alors que la Belgique a décidé de ne pas vacciner, pour l'instant, les plus de 55 ans avec le vaccin AstraZeneca, faute de données suffisantes pour les plus âgés.

La Task force Vaccination, qui se réunit ce mercredi soir, discutera des questions non tranchées par les ministres de la Santé ce matin. Une décision est attendue "pour la fin de la semaine".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité