La VUB et Audi Brussels vont produire des respirateurs

L'UCLouvain a aussi conçu un respirateur dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. ©Photo News

La VUB a développé des prototypes de respirateurs. Les tests sont en cours et l'objectif est de commencer la production chez Audi Brussels dans quelques jours.

Alors que de nombreux projets de respirateurs voient le jour, une quarantaine de personnes sont en effervescence autour d’un projet de la VUB visant à produire très rapidement des respirateurs.

"On a vraiment dû brûler les étapes. On est passé du prototype à la production en 10 jours. On est conscients du risque. C’est pour cela que l’on teste énormément", pointe Mark Runacres, professeur à la VUB. Quatre prototypes sont déjà en laboratoire. Une dizaine de copies finales doivent être produites pour effectuer tous les tests mécaniques, électriques, de fonctionnalités, etc. La VUB a lancé une campagne de financement.

"L’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé ne paraît pas avoir l’intention de prévoir une procédure accélérée pour la Belgique, mais sans procédure accélérée, une certification complète sera impossible dans les temps. On va donc suivre les spécifications du Royaume-Uni où une procédure de ce type existe", détaille le professeur.

"Les autorités disent qu’il ne manquera pas de respirateurs en Belgique, mais on entend aussi d’autres sons de cloche."
Mark Runacres
Professeur à la VUB

L’objectif est de produire dans un premier temps une cinquantaine de respirateurs à Forest dans l’usine d’Audi, peut-être dès jeudi si tous les composants arrivent à temps. À l’usine, on estime qu’il est trop tôt pour communiquer et on nous reviendra "quand le projet sera plus concret".

Des moteurs d'essuie-glaces

Plusieurs entreprises aident la VUB et fournissent nombre de composants gratuitement. Une machine coûterait 3.000 euros à produire, mais son coût de développement n’a pas été calculé. Une quarantaine de personnes parmi lesquelles des ingénieurs de haut vol, cela reviendrait très cher s’il fallait les payer. "On n’ose presque pas le dire tout haut. Nos étudiants et les externes sont contents d’être là. Ils sont en train de faire quelque chose qu’ils maîtrisent et certains travaillent jusqu’à 2h du matin."

"Si la Belgique n’a pas besoin de respirateurs, d’autres pays sûrement."
Mark Runacres
Professeur à la VUB

Les ingénieurs d’Audi ont travaillé une journée sur le projet à la VUB et ont donné leurs recommandations pour ce qui est de la production et du design de la machine. Au sein du groupe Volkswagen, un projet similaire a lieu chez Seat en Catalogne, où des respirateurs prototypes sont déjà sur les lignes. Comme dans le projet espagnol, la VUB utilise des moteurs d’essuie-glaces.

"Les autorités disent qu’il ne manquera pas de respirateurs en Belgique, mais on entend aussi d’autres sons de cloche. On préfère avancer. Si la Belgique n’en a pas besoin, d’autres pays sûrement", dit Runacres. La VUB est en contact avec des équipes au Canada ou en Italie pour peut-être les coacher. Audi pourrait aussi décider de produire ce type de machine ailleurs dans le monde.

Lire également

Publicité
Publicité