La Wallonie a déjà dépensé 1,3 milliard pour la crise du Covid

Le ministre wallon du Budget, Jean-Luc Crucke (MR), veut "une opération vérité à l'égard de la situation de la Wallonie". ©Photo News

Les dépenses de la Wallonie pour tenter de venir en aide à une série de secteur ou soutenir le monde de la santé face à la crise du Covid sont passée de 900 millions en avril à 1,3 milliard aujourd'hui.

Bien que réconforté par la dernière opération financière qui a permis à la Région wallonne d’aller chercher un montant record de 2 milliards d’euros sur les marchés financiers, le ministre du Budget Jean-Luc Crucke (MR) voit la tempête budgétaire arriver à grands pas. Le scénario n’a évidemment rien de surprenant. Avec une crise du Covid-19 qui a obligé le gouvernement wallon PS-MR-Ecolo à délier les cordons de la bourse pour venir en aide aux indépendants ainsi qu’à certains secteurs comme celui de la santé, les compteurs de la Wallonie sont dans le rouge en 2020. Mais le ministre du Budget veut "une opération vérité à l’égard de la situation de la Wallonie".

"Le PIB va chuter de 10,6% en 2020. Les ventes dans des secteurs comme celui de l’automobile neuve ou d’occasion vont reculer de 18% et 14%. Ces données sont importantes parce qu’elles ont un impact sur les impôts générés directement par la Wallonie."
Jean-Luc Crucke
Ministre wallon du Budget

Avant de plonger dans le tableau des recettes et des dépenses, le ministre rappelle le cadre dans lequel la Wallonie va devoir jouer suite à la publication des indicateurs du Bureau fédéral du plan vendredi dernier. "Le PIB va chuter de 10,6% en 2020. Les ventes dans des secteurs comme celui de l’automobile neuve ou d’occasion vont reculer de 18% et 14%. Ces données sont importantes parce qu’elles ont un impact sur les impôts générés directement par la Wallonie."

632 millions pour le secteur de l'économie

Voilà pour le contexte. Et forcément, ces nouveaux paramètres vont dégrader les recettes de la Région. En avril, la Région s’attendait à une baisse des recettes de 646 millions pour l’année. Les nouvelles simulations parlent aujourd’hui de 720 millions. Cette dégradation s’explique notamment par un manque à gagner de 30 millions au niveau des compétences transférées et une baisse de 21 millions au niveau des impôts régionaux perçus par le Fédéral pour la Wallonie.

La situation n’est guère plus réjouissante sur le front des dépenses avec des besoins pour faire face à la crise Covid qui sont passés depuis les estimations d’avril de 900 millions à 1,34 milliard, auxquels s'ajouteraient 709 millions de dépenses hors trajectoire budgétaire et l'impact de l'accord prosumer. Jean-Luc Crucke pointe par exemple les 632 millions supplémentaires dégagés depuis la fixation du budget initial 2020 dans l’aide aux entreprises et indépendants ou les 300 millions pour soutenir le secteur de la santé.

Si une partie des moyens nécessaires pour combler les trous sont venus de réallocations de budgets existants comme ceux du plan wallon de transition, la Wallonie a financé la majorité de ses besoins par l’emprunt. Sur l’ensemble de l’année, les besoins de financement passeront de 2,8 milliards à 4,2 milliards. "Mais on a déjà assuré 85% des besoins de la Wallonie", se félicite le ministre, qui annonce que le prochain conclave budgétaire régional devrait débuter la semaine du 13 juillet.

Lire également

Publicité
Publicité