La Wallonie crée un réseau de prévention suicide des indépendants

Pour Christie Morreale, la ministre wallonne de l'Emploi, la crise du coronavirus va changer notre rapport au travail et surtout au télétravail. ©BELGA

À côté d’une série de nouvelles mesures d’aide pour les travailleurs, la Wallonie va créer un réseau de sentinelles en prévention suicide, composé de juges des tribunaux de commerce, de comptables, du SNI et de l’UCM.

Alors que la crise sanitaire s’améliore progressivement, les dirigeants politiques s’apprêtent à gérer un autre front: celui de l’emploi. "Les conséquences sur l’emploi ne sont pas encore mesurables aujourd’hui. Mais il faut éviter un choc", avertit Christie Morreale (PS), la ministre de l’Emploi en Région wallonne.

Les chiffres du Forem sont d’ailleurs interpellants. Fin mai, la Wallonie comptait 206.771 demandeurs d’emploi inoccupés, soit 7,6% de plus par rapport au mois de mai 2019. Le nombre de demandeurs d’emploi sollicitant une allocation a, lui, augmenté de 11% sur un an. Ils sont aujourd’hui 139.822. Plus inquiétant encore, ces chiffres ne seraient qu’un léger reflet de la réalité. "À ce stade, nous avons des personnes qui ne sont pas encore comptabilisées car en chômage temporaire. On espère évidemment que le chômage temporaire va amortir le choc mais nous n’avons pas encore vu aujourd’hui la partie totale de l’iceberg. Je dois donc me préparer à tous les scénarios", prévient-elle en pointant une série de secteurs à risque comme l’intérim, l’Horeca et les PME.

"Les juges des tribunaux de commerce, les comptables, le SNI, l’UCM seront sollicités pour repérer les indépendants qui ont besoin d’aide."
Christie Morreale
Ministre wallonne de l'Emploi

Éviter les suicides

Au 1718, la ligne téléphonique ouverte par la Wallonie, "30% des appels viennent d’indépendants en détresse", frappés par la fermeture de leur magasin ou de leur entreprise. Afin d’éviter des drames, et leur apporter un soutien psychologique, le gouvernement wallon va créer un réseau de sentinelles en prévention du suicide grâce à l’appui des acteurs du terrain. "Les juges des tribunaux de commerce, les comptables, le SNI, l’UCM seront sollicités pour repérer les indépendants qui ont besoin d’aide. Leur rôle sera de lancer une alerte afin qu’une prise de contact soit initiée par un psychologue", explique la ministre.

À côté de ce soutien, la Wallonie va intensifier les mesures d’aide et d’accompagnement pour éviter que certains secteurs ne s’effondrent après le déconfinement. "La Région wallonne doit pouvoir jouer le rôle de filet social et amortir le choc pendant la crise. Nous avons aidé une série de secteurs pendant le plus haut de la crise. Il faut maintenant faire en sorte qu’ils ne reviennent pas en arrière."

Mesures de soutien

Concrètement, la ministre a adopté avec le gouvernement une série de mesures de soutien. Le secteur de la culture, en particulier les artistes et les arts de la scène, va pouvoir accéder aux aides "impulsion 12 mois +" jusqu’au 30 juin. Cela signifie que les employeurs pourront recevoir jusqu’à 500 euros de réduction sur le paiement de salaire de chaque artiste sous contrat. Les 40.000 travailleuses du secteur des titres-services vont, elles, recevoir un soutien supplémentaire jusque fin août afin qu’elles ne perdent pas de salaire même si elles n’ont pas récupéré toutes leurs heures chez leurs clients. Au niveau des 55.000 travailleurs APE, les employeurs ne doivent plus respecter un volume global d’emploi pendant 4 mois. On parle aussi d’une "souplesse de l’aide Sesam" pour les TPE et PME.

"Nous allons nous entourer de personnes du monde académique et de spécialistes pour voir comment on peut profiter de la crise pour rebondir."
Christie Morreale

Le gouvernement a aussi débloqué 4 millions pour "booster les formations à distance" en exploitant les opportunités du numérique. "Il est essentiel de relancer la dynamique de la formation des chercheurs d’emploi afin de les remettre au plus vite sur le marché du travail."

Voilà pour l’urgence. Mais la ministre sait qu’elle ne fera pas l’économie de mesures structurelles plus profondes, à travers le plan de relance Get Up Wallonia ou la réforme annoncée de l’accompagnement au sein du Forem. "Le monde après le Covid devra changer et nous devrons en tenir compte. Cette crise va changer notre rapport au travail et surtout au télétravail. Cette crise va transformer la société et ce qu’il faut, c’est qu’elle se transforme en mieux. Nous allons nous entourer de personnes du monde académique et de spécialistes pour voir comment on peut profiter de la crise pour rebondir. Il n’y aura pas de tabou. Il faudra peut-être accélérer le numérique ou travailler sur une réduction collective du temps de travail. Nous verrons mais il faudra des mesures basculantes."

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité