Le CEB passera à la trappe si le confinement se prolonge

Si le confinement se poursuit, les épreuves certificatives n'auront pas lieu dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. ©Photo News

C’était dans l’air, c’est désormais officiel: les épreuves certificatives externes (CEB, CE1D et CESS) dans les écoles seront toutes annulées si les cours ne reprennent pas le 20 avril.

L'exécutif communautaire a tranché: les épreuves certificatives externes dans les écoles primaires et secondaires passeront à la trappe si les jeunes ne reprennent pas les cours directement après les vacances de Pâques. En d'autres termes, une prolongation du confinement serait fatale au CEB en fin de 6e primaire, au CE1D à l'issue de la 2e secondaire et au CESS au terme de la 6e secondaire.

Le 20 avril, date couperet

Si une prolongation des mesures d'application pour lutter contre la propagation du coronavirus est probable, elle n'est toutefois pas encore actée. Dans l'attente de nouvelles annonces du Conseil national de sécurité, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a donc entériné mardi deux scénarios.

Le premier part du principe, très optimiste, que les cours pourront reprendre directement après les vacances de Pâques. Dans ce cas, les élèves, qui n'auront perdu "que" trois semaines d'apprentissage en présentiel, termineront l'année normalement: les épreuves et les examens seront maintenus.

"En raison des matières non vues et du manque de pratique, les épreuves certificatives risquaient de ne pas être adaptées au niveau de la majorité des élèves."
Cabinet de la ministre Caroline Désir (PS)

Dans le scénario, nettement plus plausible, d'une rentrée au-delà du 20 avril, ce sera une tout autre histoire. Les épreuves certificatives, que sont le CEB, le CE1D et le CESS, seront purement et simplement annulées. "En raison des matières non vues et du manque de pratique, elles risquaient de ne pas être adaptées au niveau de la majorité des élèves", explique le cabinet de la ministre de l'Éducation, Caroline Désir (PS). Modifier les contenus de ces épreuves est par ailleurs apparu "impossible" vu que les apprentissages ne sont pas abordés dans le même ordre dans toutes les écoles.

Et les épreuves internes?

En ce qui concerne les sessions d'examens habituellement organisées en juin dans les autres années, le gouvernement demande aux enseignants de les "éviter". Attention, cela ne signifie pas que les élèves ne pourront plus être soumis à des évaluations (contrôles...), mais bien que celles-ci devront être organisées de préférence au fur et à mesure et non condensées sur une session.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Le temps, habituellement consacré aux passages des épreuves et examens en fin d'année, pourra ainsi être mis à profit pour récupérer les périodes d'apprentissage perdues, espère l'exécutif. Concrètement, les leçons devraient se poursuivre jusqu'au 26 juin, avant les délibérations qui s'achèveront le 30 juin.

Dans ces conditions pour le moins particulières, tous les élèves seront évalués par les conseils de classe. Il appartiendra à ces derniers de se prononcer sur leur réussite sur la base de leur travail régulier.

Nouveaux apprentissages

Alors que la Flandre a décidé d'enseigner de nouvelles matières à distance si les cours in situ ne reprennent pas après Pâques, la FWB s'en tient dans un premier temps aux règles établies. Les enseignants peuvent donner des travaux à domicile à leurs élèves, à condition de ne pas aborder de nouveaux apprentissages

"Dans l'hypothèse d'un confinement au-delà du 30 avril, la réflexion sur les conditions dans lesquelles de nouveaux apprentissages pourraient éventuellement être abordés doit être poursuivie pour les élèves du 3e cycle du secondaire et en particulier ceux de dernière année."
Caroline Désir
Ministre de l'Education

Dans l'hypothèse d'un confinement au-delà du 30 avril, "la réflexion sur les conditions dans lesquelles de nouveaux apprentissages pourraient éventuellement être abordés doit être poursuivie pour les élèves du 3e cycle du secondaire et en particulier ceux de dernière année", ajoute toutefois Caroline Désir. Une ouverture donc, mais pas encore de décision.

Aussi détaillés soient-ils, les scénarios et les hypothèses du gouvernement pourraient tomber à l'eau si le confinement s'éternise. Pour l'heure, la possibilité que les cours ne reprennent pas du tout cette année n'est toutefois pas envisagée...

Lire également

Publicité
Publicité