reportage

Le CHR de Verviers s'équipe d'un "hôpital de campagne"

©BELGA

Le centre hospitalier régional de Verviers ouvre une "unité auxiliaire" sous chapiteau, entièrement dédiée à des patients Covid légers.

L'idée est clairement de prendre ou de reprendre un coup d'avance sur cette pandémie dont les compteurs s'affolent, particulièrement en province de Liège. Pour tenter de maîtriser la situation et les hospitalisations qui ne cessent de grimper, le Centre hospitalier régional de Verviers (CHRV) a construit un "hôpital de campagne" sur l'un de ses parkings.

Les chapiteaux, montés en 6 jours et nuits par des équipes d'ouvriers généralement actifs dans l'événementiel, pourront accueillir 34 lits réservés à des patients atteints du Covid mais à un stade léger. Pas question ici de malades intubés que l'on retrouve en soins intensifs, mais des personnes sous assistance respiratoire tout de même, fait remarquer Stéphane Lefebvre, directeur général du CHRV.

Gagner en capacité et en efficacité

"Il y a quelques semaines déjà, nous avons réfléchi à la manière d'anticiper la recrudescence que l'on voyait arriver. On ne peut compter que sur nous-mêmes. A nous donc d'être créatifs pour gagner en capacité d'accueil et en efficacité compte tenu des ressources dont nous disposons", commente encore Lefebvre.

La solution, ce sont ces tentes, entièrement isolées et hermétiques évidemment, qui pourront accueillir 34 patients à partir de ce mercredi. "Les ouvriers y mettent la dernière main. La grande difficulté était de raccorder ces unités mobiles au réseau de distribution de l'oxygène du bâtiment principal. Pour des raisons de sécurité et de logistique, on ne pouvait pas se contenter de bonbonnes", note Lefebvre.

"Il y a quelques semaines déjà, nous avons réfléchi à la manière d'anticiper la recrudescence que l'on voyait arriver. On ne peut compter que sur nous-mêmes."
Stéphane Lefebvre
Directeur général du Centre hospitalier régional de Verviers

On l'a vu ailleurs déjà, l'augmentation des capacités d'accueil des malades permet d'éviter cette image que tout le monde redoute de patients "stockés" dans les couloirs des hôpitaux faute de place dans les salles et les chambres. D'autres solutions sont à l'étude, comme la réquisition de l'ancien Hôpital Saint-Joseph à Liège.

100.000
euros
Le coût de l'hôpital de campagne du Centre hospitalier régional de Verviers pour les trois prochains mois.

25% d'infirmiers en moins

Mais dans tous les cas de figure, se pose la question essentielle du personnel pour soigner et s'occuper de ces malades supplémentaires. "Cette structure d'accueil est aussi une manière d'optimiser la présence du personnel infirmier", pointe Lefebvre. Pour une surveillance et une attention équivalentes, l'organisation en alcôve sur un plateau unique exige la présence de 25% d'infirmiers en moins.

La construction de cette unité auxiliaire a évidemment un coût, évalué à 100.000 euros pour les trois prochains mois. "Mais c'est le prix à payer pour éviter de se voir déborder par la crise", affirme encore le directeur du CHRV.

"Il ne faut plus perdre de temps à réfléchir. Il faut trouver des solutions à très très court terme. On ne peut pas attendre que l'armée arrive à notre rescousse!"
Stéphane Lefebvre
Directeur général du Centre hospitalier régional de Verviers

Les solutions de transferts de malades vers d'autres hôpitaux existent naturellement, mais les institutions des villes les plus proches comme Liège sont également saturées. "Nous avons pu assurer des transferts vers le Limbourg ou même vers Louvain. Nous sommes également en contact avec nos voisins allemands. Mais Aix-la-Chapelle est également proche de la saturation. Il faudra donc aller plus loin, ce qui n'est pas pratique pour les patients et leurs proches naturellement."

Et le directeur du CHRV d'affirmer encore: "Il ne faut plus perdre de temps à réfléchir. Il faut trouver des solutions à très très court terme. On ne peut pas attendre que l'armée arrive à notre rescousse!"

©BELGA

Lire également

Publicité
Publicité