1. Dossiers
  2. Coronavirus

Le coronavirus fait 200.000 morts à travers le monde

Le coronavirus a déjà fait 200.000 victimes à travers le monde, d'après les chiffres de l'université Johns Hopkins. Les Etats-Unis, l'Italie, l'Espagne et la France dénombrent chacun plus de 20.000 décès.
  • Jan Jambon propose une "fête des mères" flamande retardée d'une semaine

    Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) a proposé samedi soir de reporter d'une semaine la fête des mères dans sa région, cette année, de quoi faire tourner les affaires des fleuristes et autres commerces qui ne seront pas encore rouverts le 10 mai. Selon son idée, exprimée lors du JT de la chaîne VTM, la fête des mères aurait donc lieu le 17 mai plutôt que le 10, alors que la réouverture des commerces est envisagée le 11, sous conditions. Cela permettrait d'"aller déposer des fleurs ou une tarte devant la porte", a-t-il commenté.  En effet, les réunions de famille ne seront pas encore autorisées à cette date-là, dans le cadre du déconfinement. Elles pourraient l'être... à partir du 18 mai, si la sortie de crise se confirme.

  • Le point sur la situation

    • Le bilan mondial atteint les 200.000 morts

    La barre symbolique des 200.000 morts du nouveau coronavirus a été franchie samedi, au moment où l'OMS émettait des réserves sur la délivrance de "passeports immunitaires" risquant de favoriser la propagation de la pandémie, une idée émise dans certains pays pour accompagner le déconfinement.

    La moitié de l'humanité reste confinée et en Espagne, troisième pays le plus endeuillé du monde, les enfants trépignent, pressés de sortir de leur maison pour la première fois depuis six semaines. Le pays, soumis depuis le 14 mars à un confinement extrêmement strict prolongé jusqu'au 9 mai inclus, interdisait jusqu'à présent aux moins de 14 ans de sortir, même accompagnés de leurs parents. À partir de dimanche, les petits pourront "sortir pour se promener ou jouer dans la rue une fois par jour durant une heure et dans un rayon d'un kilomètre de leur domicile".

    L'OMS a douché samedi les espoirs de ceux qui misaient sur une éventuelle immunité des personnes ayant été confrontées au coronavirus, au moment où certains pays mettent en place des programmes de tests sérologiques en vue du déconfinement. "Il n'y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection", a prévenu l'Organisation mondiale de la santé, incitant à ne pas relâcher les efforts, car la menace d'une deuxième vague mortelle plane toujours. 

    • En Belgique, le nombre d'hospitalisations continue de baisser

    Le nombre d'hospitalisations a continué à diminuer de 160 personnes en 24h en Belgique. Le nombre total de patients à l'hôpital se situe à 4.195, c'est 160 en moins que ce vendredi. Surtout, le nombre de patients en soins intensifs continue de diminuer. Il sont désormais 934, c'est 36 de moins sur 24 heures. 635 personnes sont sous respirateur, soit 46 en moins que la veille. 

    Par contre, le nombre de décès annoncé ce samedi est, lui, en hausse à 241 décès. Cela vient du fait que 58 des décès datent encore d'avant-hier dans des maisons de repos de Flandre.

    • Le retour à l'école se précise

    Les élèves francophones de 6e primaire, de rhéto et de 7e professionnelle retrouveront partiellement les bancs de l'école à partir du 18 mai prochain. Si leur rentrée se déroule bien, les jeunes de 1re et de 2e primaires ainsi que ceux de 2e secondaire suivront le lundi 25 mai. > Lire la suite <

    Lire aussi 

  • Le gouvernement de la FWB valide les mesures qui encadrent la fin d'année dans le supérieur

    Le gouvernement de Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté vendredi l'arrêté précisant les mesures à respecter dans l'enseignement supérieur pour l'organisation de la fin de l'année académique et, entre autres, les examens. Un certain nombre de "balises" ont été définies "pour protéger les étudiants" et veiller à une égalité de traitement, assure le lendemain en soirée le cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR). 

     Le gouvernement a essentiellement confirmé les mesures qu'il avait déjà annoncées, ajustant le calendrier et prévoyant des "aides directes" aux étudiants pour un total de plus de deux millions d'euros. 

    La question des examens à distance, qui inquiétait la Fef (fédération des étudiants francophones), est notamment abordée. La possibilité est donnée aux universités et hautes écoles de faire des évaluations de fin d'année via un tel système, mais "des balises sont fixées". L'établissement devra dans ce cas demander à chaque étudiant concerné de "lui notifier formellement, jusqu'au 4 mai inclus, s'il ne se trouve pas dans les conditions matérielles adéquates lui permettant" de passer l'examen. L'établissement pourra ainsi proposer, à temps, une "solution adaptée", qui n'est pas prédéfinie. 

    Les modalités d'évaluation (matières, forme de l'évaluation, etc.) doivent être communiquées aux étudiants, par chaque université ou haute école, pour lundi au plus tard, rappelle le cabinet de la ministre. Si le 2e quadrimestre se terminera cette année officiellement le 10 juillet, on donne aussi la possibilité aux établissements d'enseignement supérieur d'allonger également le 3e quadrimestre, "jusqu'au 30 septembre 2020". On pourra même aller jusqu'au 30 janvier 2021 "en cas de force majeure" et "en dernier recours" uniquement, s'il s'agit des stages et évaluations d'une année diplômante, impossibles à organiser à distance. 

    Pour les stages en général, qui n'auraient pas pu avoir lieu en tout ou en partie, une circulaire sera envoyée prochainement.

  • 369 décès en France en 24 heures

    L'épidémie de coronavirus a fait 22.614 morts en France depuis début mars, avec 369 nouveaux décès enregistrés en 24 heures, mais le nombre de patients hospitalisés en réanimation poursuit sa baisse, continue depuis 17 jours, a indiqué samedi la direction générale de la Santé. L'épidémie a tué 14.050 personnes dans les hôpitaux, soit 198 décès de plus en 24 heures, le bilan quotidien le plus faible depuis un mois, et 8.564 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux (+171), a précisé la DGS dans un communiqué. Au total, 7.525 patients sont hospitalisés en réanimation toutes causes confondues, dont 4.725 pour le Covid-19.

  • Plus de 20.000 tests par jour la semaine prochaine

    Le ministre Philippe De Backer, en charge de la stratégie de testing, s'est félicité, par voie de communiqué, de l'augmentation du nombre de dépistages Covid-19 effectués tous les jours dans le pays. "Jeudi dernier, nous avons même pu constater 11.934 résultats de tests validés sur une journée", indique le communiqué.

    La semaine prochaine, le cap des 20.000 tests quotidiens devrait être dépassé, d'après le communiqué, avant de grimper jusqu'à 25.000 par jour. 

    Par ailleurs, 53 millions de masques chirurgicaux sont arrivés dans le pays depuis le début de la pandémie dont 20 millions ont été distribués. 5 millions de masques FFP2, qui procurent une protection optimale au personnel soignant, ont été livrés. Un million de ces masques ont été distribués aux acteurs de la santé. 

  • La réouverture des magasins sera entourée de règles strictes

    Selon le vice-Premier ministre Alexander De Croo, il n'était plus tenable de garder les commerces fermés ou de les différencier, a-t-il expliqué jeudi midi au JT de VTM, ce qui justifie la décision des autorités de prévoir, sous conditions, une réouverture de tous les magasins le 11 mai. Cela doit bien sûr encore être confirmé, en fonction de l'évolution de la pandémie. Mais dans tous les cas, cela se fera "de manière sûre". "Nous serons stricts sur le respect des règles", prévient-il. 

     Ces règles seront précédemment établies. "Nous organiserons cela avec les villes et communes et les organisations de classes moyennes. Nous devrons éviter que trop de gens ne se promènent en même temps dans les rues commerçantes", explique le ministre. Il faudra aussi voir si l'on impose le port de masques buccaux dans les magasins.

    La réouverture de tous les commerces sera en tout cas un soulagement sur le plan budgétaire. Selon Alexander De Croo, les mesures de chômage temporaire coutent "environ un milliard d'euros par mois". 

  • Plus de 20.000 morts au total dans les hôpitaux britanniques

    Le Royaume-Uni a dépassé les 20.000 morts à l'hôpital de patients atteints par le nouveau coronavirus, selon le dernier bilan publié samedi par le ministère de la Santé.

    Selon le ministère, 20.319 personnes atteintes par le virus sont mortes dans les hôpitaux au Royaume-Uni, soit 813 de plus que le précédent bilan publié vendredi.

  • Pour Ecolo, les réunions en famille doivent être autorisées dès la phase 1 du déconfinement

    Pour Ecolo, les réunions en famille, dont l'autorisation n'est actuellement pas envisagée avant le 18 mai, doivent être permises dès la phase 1 du déconfinement. Les écologistes ont expliqué ce samedi qu'ils estiment incompréhensible que le plan de déconfinement, présenté vendredi soir par la Première ministe Sophie Wilmès, prévoie d'autoriser la réouverture des commerces (dès le 11 mai) sans permettre préalablement les retrouvailles familiales en cercle restreint. "Nous ne pouvons concevoir que l'économie passe avant l'humain", expliquent-ils. 

    Les écologistes, qui, en mars dernier, ont accordé leur confiance au gouvernement Wilmès, demandent dès lors au CNS d'envisager que l'autorisation des réunions privées soit prévue lors de la phase 1 du déconfinement, dans le respect des consignes d'hygiènes en vigueur. Ils réclament également que l'exécutif précise d'ici lundi la date et les modalités de livraison des masques à l'ensemble de la population. "Cette information est nécessaire pour permettre aux Belges d'envisager le déconfinement avec sérénité et de s'organiser pour le vivre au mieux", concluent-ils. 

  • Forte croissance pour le port de Zeebrugge, malgré le coronavirus

    Le port de Zeebrugge a vu son trafic augmenter de 34,3% au cours du premier trimestre 2020, malgré la crise du coronavirus, a-t-il annoncé. La croissance a été soutenue par un triplement du trafic GNL (gaz naturel liquéfié). Au total, 14.388.471 tonnes ont été traitées par le port au cours des trois premiers mois de l'année.

      Certains segments ont tout de même souffert du coronavirus, comme le trafic ro-ro (roulier, -12%) ou celui des voitures (-15,6%), l'une des spécialités du port flamand. 

    Les mouvements de bateaux de passagers sont aussi en fort recul. Depuis le 11 mars, aucun navire de croisière n'a d'ailleurs accosté dans le port. 

  • Le Tec retournera progressivement à une offre scolaire

    Les transports en commun wallons vont revenir progressivement vers une offre scolaire qui desservira toutes les écoles en Wallonie, a indiqué samedi à l'agence Belga le directeur du marketing et de la mobilité du Tec, Stéphane Thiery. Celui-ci souligne l'importance, encore accrue vu les circonstances, d'un comportement civique. Alors qu'en temps "normal", le Tec comptabilise chaque jour 30.000 voyages d'élèves de primaire, 230.000 voyages dans le secondaire et 50.000 voyages dans le supérieur, les transports en commun wallons sont depuis quelques semaines sous un régime de vacances scolaires, en raison des mesures de confinement, de la fermeture des écoles et d'un taux d'absentéisme à la hausse.

    Le retour à "une offre scolaire" s'opérera progressivement au cours des prochaines semaines de mai, d'autant que le taux d'absentéisme au sein du Tec est revenu à un niveau normal. Dans l'enseignement, une reprise partielle et sous conditions des cours est prévue à partir du 18 mai. Le Conseil national de sécurité a annoncé vendredi soir la stratégie de déconfinement progressive de la Belgique. Elle prévoit aussi l'obligation, à partir du 4 mai, de se couvrir la bouche et le nez dans les transports en commun pour les usagers de 12 ans et plus.  Une obligation qui va dans le sens de ce que demandaient les sociétés de transport public en Belgique, selon Stéphane Thiery, et qui s'appliquera "dans les transports en commun mais également aux arrêts et dans les zones d'attente." "Ce sera obligatoire quand je monte dans le transport en commun mais aussi pendant que je l'attends", précise-t-il.

    Le Tec va mettre à profit les prochains jours pour mettre en œuvre concrètement ce qui a été annoncé, mais beaucoup de questions pratiques doivent encore être éclaircies. Le directeur du marketing et de la mobilité du Tec souligne également qu'il faudra organiser les choses "avec beaucoup de souplesse" et de la "flexibilité." Stéphane Thiery attire l'attention sur la nécessité, plus grande que jamais, de faire montre de civisme. "On peut d'ores et déjà dire que pour réussir cette stratégie de déconfinement, il faudra une accentuation du civisme et un changement des comportements. Chacun devra observer un comportement de civisme pour se protéger lui-même, les autres et le conducteur car si celui-ci tombe malade, il n'y a plus de transport en commun." Il donne au passage un coup de chapeau au personnel du Tec, et aux 120 métiers du groupe, "qui sont restés sur le pont" et ont permis aux bus, trams et métros de continuer à rouler au sud du pays.

  • L'ABSyM annonce un plan de relance de la médecine spécialisée

    Un plan de relance de la médecine spécialisée, par étape, est en cours de réalisation par le Groupement Belge des médecins Spécialistes (GBS), annonce ce samedi l'ABSyM. Ce plan permettra, entre autres, de s'assurer prioritairement que les ressources nécessaires à la sécurité des patients et des soignants (masques, etc.) soient disponibles en quantité suffisante, précise l'Association belge des syndicats médicaux. 

    Le redémarrage se fera par phase, en privilégiant d'abord les soins semi-urgents, ensuite les soins planifiables qui, eux, peuvent attendre sans aucune conséquence pour la santé du patient. Les différentes étapes devraient être connues et rendues publiques dans le courant de la semaine prochaine.

  • Plus de 197.000 morts dans le monde

    La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 197.303 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles ce samedi.

    Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 51.949 décès pour 905.333 cas. Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont l'Italie avec 25.969 morts pour 192.994 cas, l'Espagne avec 22.902 morts (223.759 cas), la France avec 22.245 morts (159.828 cas), et le Royaume-Uni avec 19.506 morts (143.464 cas).

    La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté en décembre, a officiellement dénombré au total 82.816 cas (12 nouveaux entre vendredi et samedi), dont 4.632 décès (0 nouveaux).

    Plus de 2.821.030 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, beaucoup de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 766.300 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

  • Les citoyens européens gardent confiance en leur classe politique malgré la crise

    La crise sanitaire n'a pas remis en cause la confiance de la population envers les politiques, selon une étude réalisée dans 15 pays européens et relayée ce samedi par l'UCLouvain.

     Le sondage avait débuté début mars, avant que les mesures de confinement ne soient prises. "Il portait sur les préférences des citoyen.nes par rapport aux systèmes politiques", explique l'un des chercheurs, Damien Bol, collaborateur scientifique à l'UCLouvain et professeur au King's College London. Ce sondage a été mené durant tout le mois de mars et il a donc permis aux chercheurs de "mesurer l'impact des dispositions drastiques prises par les gouvernements respectifs sur l'attitude politique des citoyen.nes", souligne Damien Bol. 

    Résultat? Les scientifiques ont constaté que si des élections avaient été organisées juste après la prise de décisions liées au confinement, le parti au pouvoir (ou celui du·de la premier·e ministre) aurait gagné 5% de votants supplémentaires. "Nous avons également constaté que les personnes sondées (...) étaient davantage satisfaites du mode de 'fonctionnement' de leur démocratie dans leur pays. Et ce, quel que soit le pays et la manière dont les mesures ont été mises en place". 

  • Dans l'enseignement, les syndicats s'interrogent sur la faisabilité des mesures

    Les syndicats s'interrogent sur la faisabilité des mesures annoncées vendredi soir par le Conseil national de sécurité en matière d'enseignement, avec notamment la reprise des cours, partielle et sous conditions, le 18 mai. "Les discussions s'annoncent acharnées", a averti Joseph Thonon, responsable de la CGSP Enseignement, ce samedi matin, avant le début de la réunion entre les acteurs du secteur et la ministre de l'Enseignement obligatoire en FWB.

    "Contrairement à son homologue flamand, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, n'est pas rentré dans les détails de cette reprise des cours, laissant la place à la concertation pour son organisation. Mais nous connaissons l'état des écoles en FWB et nous avons de grandes craintes en ce qui concerne la faisabilité des mesures annoncées", a-t-il ajouté. Des craintes partagées par son homologue de la CSC. "Une reprise des cours à trop large échelle sera compliquée en termes d'organisation", a ainsi déclaré Roland Lahaye.

    Il y a 700.000 jeunes scolarisés en primaire et en secondaire en FWB. Si seuls 150.000 d'entre eux rentraient, par groupe de 10, il faudrait déjà 15.000 locaux. Est-ce réaliste?
    Roland Lahaye
    CSC

    Au nord du pays, le ministre-président Jan Jambon a déjà annoncé une phase pilote de réouverture dès le 15 mai. Mais, comme en Fédération Wallonie-Bruxelles, les acteurs de terrain y craignent le chaos. "Les classes devront être scindées mais on ne peut évidemment pas couper les élèves en deux. En outre, les enseignants devront poursuivre leur pre-teaching et organiser les garderies où il y aura de plus en plus d'élèves", souligne Nancy Libert de l'ACOD-Onderwijs, l'équivalent de la CGSP-Enseignement.

  • 17% des résidents de maisons de repos testés positifs jusqu'à présent en Wallonie

    Alors que près de 10.000 tests de dépistage ont été désormais réalisés sur des résidents de maisons de repos en Wallonie, 17% d'entre eux se sont jusqu'ici avérés positifs au Covid-19, selon les chiffres actualisés samedi par Sciensano.

    À Bruxelles, 4.107 tests ont déjà été réalisés sur des résidents de maisons de repos et 10% se sont avérés positifsEn Flandre, 16% étaient positifs sur les 11.658 tests réalisés.

    Les maisons de repos ont payé un lourd tribut depuis le début de l'épidémie de coronavirus, avec 3.678 décès estimés/confirmés, sur un total de 6.917 morts en Belgique, selon les derniers chiffres communiqués samedi par les autorités sanitaires

  • Amende salée pour un chef australien qui promouvait une "machine à lumière" contre le virus

    Le célèbre chef australien Pete Evans a écopé d'une amende de 25.000 dollars australiens (14.750 euros) pour avoir fait la promotion d'une "machine à lumière" dont il prétendait qu'elle pouvait aider à traiter le coronavirus. Dans une vidéo diffusée en direct sur Facebook courant avril, il assurait que l'appareil appelé "Biocharger", et vendu au prix de 13.850 euros, pouvait être utilisé pour combattre le "coronavirus de Wuhan", du nom de la ville du centre de la Chine où l'épidémie a commencé.

    L'Administration des produits thérapeutiques (TGA) d'Australie a déclaré que les affirmations du cuisinier étaient "manifestement sans fondement" et qu'elle avait reçu de nombreuses plaintes à propos de la vidéo de M. Evans.

  • "Le masque devient un élément du bon sens civique"

    Le masque devient un élément du bon sens civique, a indiqué Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise, lors du point presse de samedi sur le Covid-19. La meilleure garantie, dans la perspective d'un plan de déconfinement réussi, est avant tout "le comportement responsable de chacun d'entre nous", a-t-insisté. 

    " Notre comportement et notre sens civique déterminent la courbe aujourd'hui comme demain. Un masque buccal deviendra désormais un élément de bon sens civique. En portant ce masque, vous vous protégez mais vous protégez surtout les autres de ce virus. C'est pourquoi le port du masque est fortement recommandé dans les espaces publics et, dans plusieurs endroits, il sera rendu obligatoire à partir du 4 mai: dans les transports publics, au travail lorsque la distance physique ne peut pas être respectée ou dans les écoles pour les enfants qui ont plus de 12 ans et pour le personnel", a-t-il précisé.
  • La crise du Coronavirus va favoriser le paludisme en Afrique

    En raison de problèmes de distribution de moustiquaires et de médicaments à cause du coronavirus, près de 400.000 personnes supplémentaires pourraient mourir du paludisme cette année, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Déjà au Zimbabwe, le nombre de cas de paludisme a bondi de près de 50% par rapport à l'an dernier.
    Le bilan des morts du paludisme en Afrique sub-saharienne pourrait approcher les 770.000 cette année, soit "deux fois plus qu'en 2018", a relevé l'OMS. Le coronavirus, lui, a fait 200.000 victimes à ce jour.
  • OMS: "Aucune preuve que l'on est protégé contre une réinfection"


    Dans un communiqué, l'agence des Nations Unies a mis en garde contre l'idée de délivrer des "passeports d'immunité" ou des "certificats sans risque" pour les personnes qui ont été infectées, en disant que la pratique peut en fait
    augmenter le risque de propagation car ils peuvent ignorer les conseils standards.

    Le Chili a déclaré la semaine dernière qu'il commencerait à distribuer "la santé passeport "aux personnes réputées guéries. Une fois dépistés pour déterminer s'ils ont développé des anticorps contre les immuniser contre le virus, ils pourraient rejoindre immédiatement le travail.
  • Revoir la conférence de presse de ce samedi

    Conférence de presse du 25 avril

  • Le nombre de personnes en soins intensifs baisse à nouveau

    Le nombre d'hospitalisations a continué à diminuer de 160 personnes en 24h en Belgique. Le nombre total de patients à l'hôpital se situe à 4.195, c'est 160 en moins que ce vendredi.

    Surtout, le nombre de patients en soins intensifs continue de diminuer. Il sont désormais 934, c'est 36 de moins sur 24 heures. 635 personnes sont sous respirateur, soit 46 en moins que la veille. 

    Par contre, le nombre de décès annoncé ce samedi est, lui, en hausse à 241 décès. Cela vient du fait que 58 des décès datent encore d'avant-hier dans des maisons de repos de Flandre.

    Les maisons de repos paient le plus lourd tribu dans le nombre de décès total (6.917 décès). Seuls 46% des décès ont eu lieu à l'hôpital et l'essentiel des autres décès est survenu en maison de repos.

    "Nous avons réussi à aplanir cette courbe. Nous pouvons passer à une nouvelle phase, où nous devrons rester vigilants face à ce virus. La situation reste délicate et fragile", insiste Benoît Ramacker, du centre de crise Covid-19.

  • "A ce stade", Brussels Airlines compte toujours reprendre ses vols le 15 mai

    A ce stade", Brussels Airlines compte toujours reprendre ses vols le 15 mai, a indiqué samedi matin une porte-parole de la compagnie aérienne. Une décision définitive sera prise "dans les prochains jours".

    "Il va de soi que nous suivons la situation de très, très près. A ce stade, nous misons toujours sur le 15 mai. Dans les prochains jours, nous verrons si cette date est toujours réaliste et nous prendrons une décision définitive", a précisé la porte-parole, au lendemain d'un Conseil national de sécurité qui n'a pas encore réautorisé les voyages à l'étranger.
    Début avril, Brussels Airlines avait prolongé de 4 semaines, jusqu'au 14 mai inclus, la suspension de ses vols en raison de La crise mondiale du coronavirus et des restrictions de voyage imposées par de nombreux pays.
    A l'époque, la compagnie avait affirmé vouloir travailler, pour relancer ses activités, à une offre de vols réduite mais stable qui augmentera progressivement en fonction de la demande et des besoins des marchés qu'elle dessert. 
  • L'État français envisage un prêt garanti à 5 milliards pour Renault

    Après avoir décidé d'une aide 7 milliards d'euros pour Air France-KLM, l'État français étudie un prêt garanti 5 milliards d'euros pour Renault. Le but est d'aider le groupe automobile Renault à traverser la crise du coronavirus, a annoncé vendredi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire précisant que ce montant était "encore en négociation".

    "Qu'est-ce qui est en jeu ? C'est notre industrie automobile, c'est un fleuron industriel qui appartient à notre culture, à notre histoire, Renault ! C'est un million d'emplois sur tout notre territoire qui sont liés à la filière de l'industrie automobile", a déclaré M. Le Maire. Cette aide de l'Etat était dans l'air depuis plusieurs semaines: dès le 8 avril, Bruno Le Maire avait ouvert la porte à un soutien de l'Etat français au constructeur, dont il contrôle 15% du capital.

    Renault s'est montré confiant, jeudi, sur sa solvabilité, malgré un chiffre d'affaires qui a plongé de 19,2% au premier trimestre, à 10,1 milliards d'euros, victime de l'effondrement du marché mondial provoqué par l'épidémie de coronavirus. Le groupe, dégradé par les agences de notation, a brûlé 5,5 milliards de cash sur trois mois pour la seule activité automobile. Celle-ci disposait toutefois encore de 10,3 milliards de réserves de liquidités à fin mars, a néanmoins souligné Renault.

  • Pourquoi l'Espagne est un des pays les plus frappés par le coronavirus ?

    En Espagne, troisième pays comptant le plus de morts du Covid-19, le virus s'est répandu rapidement sans être détecté, en particulier parmi les personnes âgées, selon les experts interrogés par l'AFP.

    Ils expliquent l'ampleur du bilan notamment par le mode de vie et les contacts étroits entre générations.

    Si l'Espagne compte plus de morts par habitant que tout autre pays à l'exception de la Belgique, le taux de décès parmi les cas confirmés y est de 10,4%, inférieur à celui de l'Italie, de la France ou du Royaume-Uni. "Le problème ici est la dimension de l'épidémie, le grand nombre de personnes infectées quand elle a atteint son pic", affirme Fernando Rodriguez, professeur de Santé publique à l'Université autonome de Madrid.

    L'Espagne est devancée seulement par les Etats-Unis en nombre de cas diagnostiqués, une statistique qui dépend cependant de la quantité de tests réalisés. Une étude mathématique de l'Université polytechnique de Catalogne estime qu'il y a plus de 2 millions de cas, contre les quelque 220.000 détectés.

  • 152.000 cas en Allemagne et 5.500 morts

    Le nombre de cas positifs au coronavirus a augmenté de 2.055 en Allemagne à 152.438 cas.

    Le nombre de décès est désormais de 5.500 en Allemagne, soit une augmentation de 179 morts recensés en 24h.

  • 4,3% de la population belge a développé des anticorps contre le coronavirus (Sciensano)

    À peine 4,3% de la population en Belgique a développé des anticorps contre le coronavirus et l'immunité au Covid-19 de la population flamande a doublé en deux semaines, ressort-il ce samedi d'une étude menée par Sciensano, l'Institut belge de santé, en collaboration avec la Croix-Rouge section Flandre et le Service du Sang.

    Pour l'instant, des échantillons sanguins ont été collectés en Flandre le 30 mars et le 14 avril et en Wallonie et à Bruxelles, entre le 14 et le 16 avril.

    En combinaison avec d'autres données épidémiologiques, qui sont actuellement enregistrées par Sciensano, ces résultats pourront donner une meilleure vue du nombre de Belges ayant probablement contracté le Covid-19, et développé ainsi une possible immunité.
    Dr. Isabelle Desombere
    Immunologiste chez Sciensano

    En Flandre, la séroprévalence, c'est-à-dire la présence d'anticorps dans le sang qui fait qu'une personne est probablement immunisée contre le Covid-19, a doublé en deux semaines (de 2,1% dans les échantillons du 30 mars à 4,1% dans ceux du 14 avril). Il apparait encore que, le 14 avril, 4,3% de la population en Belgique avaient fabriqué des anticorps contre le coronavirus.

    À noter que lors de cette étude, seuls des échantillons sanguins de personnes qui n'ont pas présenté de symptômes du Covid-19 les semaines précédentes ont été analysés. "Le pourcentage de la population ayant fabriqué entre-temps des anticorps contre le SARS-CoV-2 a probablement augmenté", selon Isabelle Desombere, immunologiste chez Sciensano.

  • Doel 1 et 2 à l'arrêt plus longtemps pour leur maintenance

    Les réacteurs nucléaires de Doel 1 et Doel 2 seront à l'arrêt pour des périodes de maintenance plus longues que prévues, a déclaré le directeur d'Engie-Electrabel vendredi soir.

    Ce retard fait suite aux adaptations au sein de l'organisation interne en raison du coronavirus mais aussi des tests supplémentaires qui doivent encore être effectués. Le redémarrage de Doel 1 sera reporté du 15 mai au 28 juin et celui de Doel 2 du 30 avril au 31 mai.

      Les réacteurs nucléaires sont à l'arrêt pour maintenance respectivement depuis fin septembre et début octobre dans le cadre de la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires

  • Le plan de déconfinement exposé par Sophie Wilmès

    La Première ministre Sophie Wilmès a détaillé, lors d'une conférence de presse vendredi soir, la stratégie de "sortie de crise" de la Belgique. Le déconfinement progressif se fera en trois étapes, en sachant que "les mesures strictes de confinement sont maintenues, au plus tôt, jusqu’au 3 mai inclus".

    → Tout ce que vous devez retenir, on l'a mis dans cet article de synthèse: Travail, écoles, commerces... Le déconfinement très progressif de la Belgique

    Voici le communiqué du Centre national de crise

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de vendredi

    • Après "sept semaines de sacrifice, il est temps de se tourner vers l'avenir". La Première ministre Sophie Wilmès et les ministres-présidents des entités fédérées ont détaillé les phases du déconfinement de la Belgique. Un déconfinement toujours au conditionnel. → Tout ce que vous devez retenir, on l'a mis dans cet article de synthèse: Travail, écoles, commerces... Le déconfinement très progressif de la Belgique
    • En Belgique, 210 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures en raison de leur infection au coronavirus. Au total, 4.355 lits (-172) sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19, dont 993 en soins intensifs (-23 en un jour). 6.679 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie, soit 190 de plus par rapport au bilan de la veille.
    • L'épidémie de coronavirus a fait 22.245 morts en France depuis début mars, avec 389 nouveaux décès enregistrés en 24 heures, mais le nombre de patients hospitalisés en réanimation poursuit sa baisse, continue depuis 16 jours.
      De leur côté, les États-Unis recensaient vendredi 50.031 morts dues au coronavirus, le pire bilan officiellement enregistré au monde. Le pays compte plus de 870.000 personnes atteintes par le virus. Entre mercredi soir et jeudi soir, les États-Unis avaient enregistré 3.176 morts, l'un des pires bilans journaliers.
      Au Royaume-Uni, le bilan s'est alourdi de 684 morts à l'hôpital, soit plus que la veille (+616), portant à 19.506 dans le pays le nombre total de décès depuis le début de la pandémie. 
      L'Espagne dénombrait, vendredi, 367 décès au cours des dernières 24 heures, ce qui fait descendre le bilan quotidien espagnol au plus bas depuis un mois et porte le nombre total de décès à 22.524.
    • Le géant américain de la logistique Amazon a annoncé qu'il allait prolonger jusqu'à mardi "l'arrêt temporaire" de ses centres de distribution en France, après une nouvelle décision de justice lui imposant une véritable évaluation des risques liés à l'épidémie de Covid-19.
    • Selon la dernière enquête hebdomadaire de l'Economic Risk Management Group (ERMG), qui monitore pour le gouvernement fédéral l'état de l'économie dans le cadre de la crise du Covid-19, une majorité des entreprises sont matériellement prêtes à reprendre leur activité "au moins à 50 % du niveau d’avant crise à la fin du confinement". Selon l'ERMG, un tiers des 3.528 entreprises qui ont répondu à l'enquête ont même indiqué pouvoir reprendre leur activité quasiment au même niveau que précédemment.
    • La confiance des chefs d'entreprise est tombée à son niveau le plus bas jamais enregistré, après une chute vertigineuse en avril, sur fond de pandémie de Covid-19, a indiqué la Banque nationale de Belgique (BNB).
    • La Fédération néerlandaise de football (KNVB) a mis officiellement fin au championnat 2019-2020 sans désigner le champion de cette saison, la saison ayant été prématurément clôturée en raison de la crise du Covid-19. Les Pays-Bas sont ainsi le premier pays membre de l'UEFA à mettre un terme définitif à leur championnat.
  • "Nous veillerons au respect de la vie privée"

    Le ministre-président wallon Elio Di Rupo s'explique à présent sur le tracing. "Nous veillerons au respect de la vie privée", assure-t-il. "Il y aura des contact centers. Des personnes pourront prendre contact avec les personnes qui présentent des symptômes et qui se sont signalées auprès de leur médecin traitant. S'il est avéré que cette personne a le coronavirus, on prendra contact avec les personnes qui ont été en contact au cours des deux dernières semaines avec cette personne contaminée et leur demander de se faire dépister. Le nom de la personne contaminée ne sera bien évidemment pas divulgué", indique-t-il.

  • "Le testing et le tracing joueront un rôle prépondérant"

    "Pour assurer le déconfinement dans les meilleurs conditions possibles, le testing et le tracing joueront un rôle prépondérant. En ce qui concerne le dépistage, l’objectif est de pouvoir offrir un test de laboratoire à toutes les personnes qui en nécessitent, c’est-à-dire ceux qui présentent des symptômes et pour qui un médecin suspecte une infection, les personnes fortement exposées au virus de par leur profession et les personnes exposées au virus après un contact intense avec une personne infectée", indique Sophie Wilmès.

    "La capacité de nos laboratoires atteindra 25.000 tests PCR par jour pour le 4 mai, et cette capacité sera extensible jusqu’à 45.000. Afin de fournir un appui à la réalisation des tests, les laboratoires publics et privés ainsi que la plateforme fédérale sont pleinement mobilisés. Concernant l’approvisionnement en matériel médical, les livraisons continuent et nous disposons d’un stock de matériel d’achat suffisant. A propos des tests sérologiques, ils seront destinés à: étudier le niveau d’exposition au virus et l’immunité dans des groupes sélectionnés, suivre l’épidémie, suivre le personnel de soins et lié à des groupes vulnérables, réaliser des tests sur prescription du médecin. Notre capacité pour les prochains mois est sécurisée", a-t-elle ajouté.

  • Réouverture potentielle des restaurants le 8 juin

    "La phase 3 démarrera au plus tôt le 8 juin. Plusieurs points devront être examinés:

    - La réouverture progressive des cafés, bars, restaurants et autres lieux comme les cinémas, par exemple. Ceci devra probablement se faire sous conditions également

    - Se posera également la question des différentes activités de l’été: les voyages à l’étranger, les camps des mouvements de jeunesse (une décision devrait être prise d’ici la fin mai), les stages, les attractions touristiques

    Nous savons déjà que les événements de masse de type festival ne pourront pas avoir lieu jusqu’au 31 août. Nous évaluerons la possibilité d’autoriser des événements en plein air de plus petite envergure en concertation avec les pouvoirs locaux."

  • Les cours pourront reprendre progressivement à partir du 18 mai

    "Les écoles pourront reprendre les cours à partir du 18 mai mais de façon très progressive. Les modalités devront être définies, une réunion en Fédération Wallonie-Bruxelles aura lieu ce samedi sur la question. Les cours dans les classes maternelles restent suspendus. En primaire et en secondaire, un maximum de trois années pourra reprendre, avec une priorité accordée aux 6e primaire et secondaire, années certifiantes. Cette reprise se fera à temps partiel, sur un nombre de jours que chaque Communauté déterminera. Ce sera également le cas pour l'enseignement spécialisé. La distance physique, l'hygiène et les masques seront de rigueur. Les élèves de plus de 12 ans et le personnel devront porter des masques. Le personnel d'entretien devra également porter des gants", indique le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet. 

    "Les classes seront divisées en petits groupes avec un maximum de 10 élèves, avec des places fixes, 4 mètres carrés pour chacun et 8 mètres carrés pour l'enseignant. Les classes devront être nettoyées après chaque utilisation par un groupe d'élèves différents. Les élèves de plus de 12 ans et le personnel des écoles devront porter un masque. L'accès aux toilettes est limité en fonction du nombre d'éviers disponibles. Les déplacements vers les écoles seront considérés comme essentiels", ajoute-t-il.

  • Une deuxième phase le 18 mai, avec une éventuelle réouverture pour les coiffeurs

    "La 2ème phase s’envisage à partir du 18 mai prochain. Au niveau de la vie économique, pour les commerces:

    - Il sera examiné si et sous quelle conditions les professions impliquant des contacts physiques (par exemple, les coiffeurs) pourraient reprendre leur activité

    - Il ne sera malheureusement toujours pas possible pour les cafés, les restaurants, les dancings et les autres lieux qui sont susceptibles de brasser du monde de reprendre leurs activités

    - L’ouverture des musées pourra être envisagée, sous conditions également. Par exemple, via le développement d’un système de ticketing

    Au niveau de la vie quotidienne, nous étudierons plusieurs pistes comme:

    - La possibilité d’autoriser les réunions privées à domicile

    - Celle d’autoriser la présence d’un plus grand nombre de personnes aux mariages et enterrements

    - Celle de permettre à plus de 2 personnes de pratiquer une activité en extérieur

    Pour les sports d’équipe, l’entrainement physique en plein air sera permis dans le cadre d’un club uniquement, à condition que: ce club soit reconnu par une fédération sportive reconnue, qu’un entraîneur se trouve sur place, que les distances de sécurité soient respectées. Et enfin, la possibilité d’organiser des excursions d’une journée dans certaines régions du pays, comme la Côte belge ou les Ardennes, ou de se rendre dans sa seconde résidence.

    Au niveau de l’enseignement, la reprise des cours sera très progressive. Cette reprise ne concernera pas tous les élèves. Chaque communauté aura la charge d’élaborer, en concertation avec le secteur, l’opérationnalisation de cette décision."

  • Le ministre-président flamand Jan Jambon prend maintenant la parole pour décrire les mesures mises en place en Flandre lors du retour partiel des élèves à l'école le 18 mai.

  • Tous les commerces vont rouvrir le 11 mai

    La deuxième partie de la première phase concerne la réouverture de l'ensemble des commerces le 11 mai. "Tous les commerces pourront rouvrir le 11 mai, sans discrimination. Nous allons prendre le temps cette semaine de préciser les conditions qui vont encadrer cette réouverture", indique ainsi Sophie Wilmès.

    Dans un premier temps, il avait été envisagé d'en ouvrir certains le 4 et les autres le 18, mais nombreux étaient ceux qui avaient crié à la discrimination. La distinction entre les deux catégories aurait également été compliquée à établir. La poire a donc été coupée en 2 avec une ouverture pour tous le 11 mai.

    Pas de réponses aux questions du monde sportif

    Aucune mesure n'a été prise en ce qui concerne les compétitions sportives. Sophie Wilmès a toutefois assuré qu'une décision devrait être prise rapidement, évoquant l'échéance de la semaine prochaine. Les championnats professionnels de football (D1A et D1B) ainsi que la Coupe de Belgique sont à l'arrêt depuis mi-mars à cause de la pandémie de Covid-19. Outre le football, les championnats nationaux de cyclisme (20 - 23 août) et le Grand Prix de Formule 1 à Spa-Francorchamps (30 août) sont aussi concernés par les futures décisions du Conseil national de sécurité.

    Pour rappel, le conseil d'administration de la Pro League de football a recommandé l'arrêt définitif des compétitions mais cet avis doit encore être approuvé lors de l'assemblée générale, prévue lundi 27 avril. Cette assemblée générale devait se tenir d'abord le 15 avril, puis le 24. Mais la Pro League et la Fédération royale belge de football (RBFA) voulaient d'abord connaître la position du Conseil de sécurité national avant de décider de la fin définitive de la saison 2019-2020. Il n'est donc pas exclu qu'elle soit reportée pour la troisième fois consécutive.

  • L'activité physique en extérieur élargie à 2 personnes

    "Au niveau de la santé, notre volonté est que, le plus rapidement possible, chacune et chacun puisse avoir accès aux soins de santé de manière, à nouveau, normale, tout en évitant de saturer les infrastructures médicales nécessaires à la prise en charge des malades du virus", déclare Sophie Wilmès.

    "Au niveau de l’enseignement, il n’y aura pas de changement dans cette première phase: les cours restent suspendus. Les garderies continuent à être organisées en tenant compte des différentes phases du déconfinement.

    Au niveau de la vie quotidienne, la règle générale reste la même : les citoyens doivent rester chez eux, sauf exception comme, par exemple:

    - Lorsqu’ils doivent aller travailler

    - Lorsqu’ils doivent faire des courses

    - Ou encore quand ils doivent se rendre à un rendez-vous médical

    L’activité physique en extérieur sera permise avec 2 personnes maximum (en plus de celles qui vivent sous le même toit). La règle actuelle qui vous permet de vous promener ou de faire du sport avec une personne qui ne fait pas partie de votre foyer est élargie à deux personnes. À condition, toujours, que les distances de sécurité soient respectées.

    Il sera permis également de pratiquer d’autres activités sportives à condition qu’elles se pratiquent: à l’air libre, sans contact et en respectant les distances de sécurité. Exemples: le tennis, l’athlétisme, la pêche, le kayak, le golf… Bien entendu, pour l’ensemble de ces sports pratiqués à l’extérieur, s’ils nécessitent une infrastructure, l’accès aux douches communes, aux vestiaires ou encore aux cafétarias restent interdites", explique-t-elle.

  • Une première phase le 4 mai

    "La 1ère phase sera déployée en deux temps. La première partie devrait se mettre en place le 4 mai prochain", indique Sophie Wilmès en utilisant le conditionnel "car l’évolution de la situation sanitaire pourrait retarder l’application des phases successives de déconfinement".

    "Au niveau de la vie économique, pour les industries et les services B2B (Business to Business), c’est-à-dire les relations entre professionnels ou entre entreprises:

    - Le télétravail reste la norme dans la mesure du possible

    - En ce qui concerne l’organisation du travail, le groupe des 10 a validé un guide général de bonnes pratiques. Celui-ci sera la base d’accords sectoriels à conclure.

    - Il sera donc désormais permis de pallier à l’impossibilité de respecter les distances de sécurité dans une entreprise par le biais du respect d’une série de recommandations sanitaires dont le port du masque. 

    Pour le reste, en ce compris les commerces et l’horeca, les règles ne changent pas à ce stade sauf pour ce qui concerne les magasins de tissus et merceries qui elles – vu le rôle important des protections couvrant le nez et la bouche dans le déconfinement - pourront ouvrir leurs portes, toujours en respectant les règles imposées aux commerces actuellement", précise la Première ministre.

  • "Une stratégie de déconfinement en plusieurs phases"

    "Le Conseil National de Sécurité a arrêté une stratégie de déconfinement en plusieurs phases, avec une première phase en deux parties. Afin de gagner en lisibilité, nous allons parcourir les mesures d’assouplissement, phase par phase, en les répartissant sur quatre niveaux:

    - Celles qui concernent la vie économique au sens large

    - Celles qui concernent le monde de la santé

    - Celles relatives à l’enseignement

    - Et enfin, les mesures qui ont attrait à notre vie quotidienne

    Je rappelle qu'une règle de confinement reste d’application jusqu’à ce que cette règle soit explicitement changée. Autrement dit, si une règle n’est pas explicitement modifiée ce soir, c’est que la mesure d’application aujourd’hui est maintenue", précise-t-elle.

  • Déconfinement: le masque jouera un rôle clé

    "Nous proposerons des tutoriels et autres modes d’emploi facilement accessibles au public afin de guider les citoyens et leur permettre de créer des masques en toute sécurité mais aussi, de les porter de la manière la plus adéquate qu’il soit", indique la Première ministre. "Mais aussi pour les informer sur la qualité des masques durables qu’ils achètent."

    "Les protections de type foulard et bandana, etc. permettent aussi un niveau de protection. Il est cependant important qu’ils couvrent la bouche et le nez. Tout ceci vient en plus de la responsabilité des employeurs (y compris publics) de fournir des moyens de protection aux travailleurs si nécessaire", ajoute-t-elle.

    Le CNS demande une utilisation "durable" des masques. Il convient de garantir que les masques chirurgicaux et FFP2 restent réservés aux professionnels des soins de santé, des maisons de repos, des collectivités et des services de sécurité.

    "Le masque n'est pas une protection en soi et doit être envisagé dans le respect des règles de sécurité et d'hygiène, en l'utilisant de manière rigoureuse", insiste Sophie Wilmès, en citant le lavage des mains avant et après manipulation, le positionnement correct sur le visage ou encore le lavage du masque en tissu à haute température après chaque utilisation.

  • Masque obligatoire à partir de 12 ans dans les transports en commun dès le 4 mai

    "Le port d’une protection qui couvre la bouche et le nez sera obligatoire dans les transports en commun à partir du 4 mai pour les voyageurs à partir de 12 ans. Par ce terme, il faut entendre le port d’un masque ou de toute autre alternative qui permette de se couvrir la bouche et le nez, comme une écharpe ou un foulard. Cette obligation devra s’appliquer dès l’entrée dans une gare, une station de métro ou à un point d'arrêt de bus. Les masques seront aussi utilisés dans le cadre du travail si les distances de sécurité ne peuvent pas être respectés", indique Sophie Wilmès.

    La Première ministre garantit également que "chaque citoyen recevra gratuitement au moins une protection en tissu normé couvrant la bouche et le nez."

    "Nous souhaitons également distribuer 2 filtres par personne afin que chaque citoyen qui le souhaite puisse les intégrer dans les masques qu’il a déjà acquis ou confectionnés", ajoute-t-elle.

  • Prêts de 7 milliards d'euros du gouvernement français pour sauver Air France

    La compagnie aérienne Air France va recevoir un total de 7 milliards d'euros de prêts bancaires et de l'Etat français pour faire face à la crise du coronavirus, mais sa nationalisation n'est pas à l'ordre du jour, a annoncé ce vendredi le ministre de l'Economie français Bruno Le 

    Maire. Ces prêts se décomposeront en 4 milliards de prêts bancaires garantis à 90% par l'Etat et 3 milliards de prêt direct de l'Etat, a précisé M. Le Maire lors d'une interview sur TF1. "Il faut sauver notre compagnie nationale", a-t-il ajouté qualifiant ce plan d'"historique".

    Il a en revanche souligné que la nationalisation de la compagnie n'était "pas à l'ordre du jour".

    Par ailleurs, le gouvernement néerlandais a de son côté promis 2 à 4 milliards d'euros pour aider la compagnie aérienne KLM.

  • "Trop de personnes tardent à contacter leur médecin"

    "Avant d’entamer le détail de cette stratégie, laissez-moi parcourir avec vous les règles qui resteront en vigueur en tout état de cause, qu’elles que soient les phases envisagées aujourd’hui", indique Sophie Wilmès.

    "Tout d’abord, la limitation autant que possible des contacts entre personnes, c’est-à-dire réduire au maximum le nombre de personnes différentes que vous côtoyez. Ensuite, lors de ces rencontres, respectez les distances de sécurité. En tout état de cause, il faut continuer les bons réflexes en matières d’hygiène et les distances de sécurité.

    - Se laver les mains au savon régulièrement

    - Éternuer dans son coude

    - Utiliser des mouchoirs jetables

    - Rester chez soi quand on est malade

    En tout état de cause, si vous ne vous sentez pas bien – que vous ayez des symptômes grippaux ou autres – prenez contact avec votre médecin. Il y a de trop de personnes qui tardent à contacter leur médecin et qui se trouve, du coup, dans des situations médicales compliquées", prévient-elle.

  • "Nous ne pourrons jamais exclure de faire marche arrière si le virus reprend de l'ampleur"

    "Nous voyons bien, chaque jour à 11h, que l’évolution du nombre d’entrées journalières à l’hôpital diminue. Ce vendredi, nous comptons 210 nouvelles admissions. Il y a environ un mois, nous comptions près de 500 à 600 admissions par jour", indique Sophie Wilmès.

    "La stratégie de déconfinement sera progressive, évolutive et pas définitive. Nous ne pourrons jamais exclure de faire marche arrière si le virus reprend de l'ampleur. Il est essentiel de trouver un équilibre entre plusieurs éléments: la santé, les effets du confinement sur le bien-être des personnes, les effets économiques et l'enseignement pour nos enfants", déclare-t-elle ensuite.

  • "Rien n'est gravé dans le marbre et certainement pas les échéances"

    "Si nous pouvons aujourd’hui vous présenter une stratégie de sortie, c’est aussi parce que les citoyens ont également mené la lutte contre le Covid-19", indique d'emblée Sophie Wilmès. "Sans vous, cela n’aurait pas été possible. Merci", ajoute-t-elle.

    "Beaucoup d’entre vous attendent des perspectives claires pour les prochaines semaines. Nous en donnerons autant que possible. Mais il est impossible de vous offrir des garanties, de répondre à toutes les incertitudes en ce qui concerne notre futur", déclare la Première ministre. "Rien n'est gravé dans le marbre et certainement pas les échéances", insiste-t-elle alors.

  • Amazon prolonge la suspension de ses activités en France jusqu'à mardi

    Le géant américain de la logistique Amazon a annoncé qu'il allait prolonger jusqu'à mardi "l'arrêt temporaire" de ses centres de distribution en France, après une nouvelle décision de justice lui imposant une véritable évaluation des risques liés à l'épidémie de Covid-19.

    Amazon a fait part dans un communiqué de la "prolongation de la suspension temporaire d'activité de ses centres de distribution en France", fermés depuis le 16 avril, et indiqué qu'il "sera demandé aux collaborateurs d'Amazon de rester chez eux jusqu'au 28 avril inclus", tout en percevant leur plein salaire.

  • Le syndicat chrétien a déposé un préavis de grève chez bpost

    La CSC-Transcom a déposé un préavis de grève au sein de Bpost, le syndicat chrétien voulant dénoncer une hausse de la charge de travail consécutive à un volume croissant de colis traités par l'entreprise. La CSC-Transcom avance deux préoccupations. "La sécurité et la santé du personnel sont extrêmement importantes en ces temps de crise de coronavirus. Nous avons le sentiment que personne nous suit sur ce point", explique Annick Boon, de l'aile flamande ACV-Transcom. Mais sur la charge du travail, autre préoccupation importante, cela semble être moins le cas.

    "Avec la crise du coronavirus, la charge de travail a fortement augmenté, surtout avec la hausse du nombre de colis et avec les différents formats de paquets. A cet égard, nous avons le sentiment que la direction ne nous écoute pas assez et qu'on ne fait pas assez", poursuit la responsable syndicale.

  • Deux points du protocole d'accord dans la construction illégaux, selon la CSC et la CGSLB

    Deux points figurant dans le protocole d'accord conclu entre les employeurs du secteur de la construction et le syndicat socialiste sont illégaux, estiment la CSC-BIE et la CGSLB, qui ont refusé de signer le texte négocié. Le Groupe des 10, la plus haute instance de concertation sociale en Belgique réunissant employeurs et syndicats, a approuvé mercredi un guide de recommandations élaboré par le Conseil supérieur pour la prévention en vue de la sortie progressive du confinement.

    "Le secteur de la construction doit prendre des mesures mais ne peut aller à l'encontre du Groupe des 10", estime le président du syndicat chrétien, Patrick Vandenberghe, pour qui deux points du protocole (concernant le port obligatoire d'un masque durant le transport vers les chantiers et le port du masque sur chantier) sont en contradiction avec le guide approuvé par le Groupe des 10.

    Le protocole conclu manque "de force morale et légale", juge Patrick Vandenberghe. Les deux syndicats non signataires du protocole ont demandé au président de la commission paritaire de remettre toutes les parties autour de la table et au SPF Emploi, Travail et Concertation sociale de clarifier la situation.

  • Les Pays-Bas, premier pays européen à stopper définitivement sa saison

    La Fédération néerlandaise de football (KNVB) a mis officiellement fin au championnat 2019-2020 sans désigner le champion de cette saison, prématurément clôturée en raison de la crise du Covid-19. Les Pays-Bas sont ainsi le premier pays membre de l'UEFA à mettre un terme définitif à son championnat.

    Le FC Utrecht et l'AZ Alkmaar ont déjà annoncé s'opposer à la distribution des ticket européens après cette décision. Le FC Utrecht devait disputer la finale de la Coupe des Pays-Bas contre Feyenoord pour tenter de se qualifier directement pour la phase de groupes de l'Europa League. Mais la Coupe ayant été arrêtée définitivement et il n'en aura pas l'occasion. De plus, le club était 6e au classement avec trois points et une rencontre de moins que Willem II, dernier club qualifié pour l'Europe, au moment de l'arrêt des compétitions. Le club a écrit qu'il n'hésiterait pas à saisir la justice pour se faire entendre.

    L'AZ Alkmaar partageait lui la tête du classement avec l'Ajax Amsterdam mais, avec une bonne moins bonne différence de buts, a dû se contenter du ticket pour le 2e tour qualificatif de la Ligue des champions. "Nous avons tenté d'élaborer plusieurs scénarios pendant des semaines afin d'éviter la situation actuelle", a déclaré le directeur général de l'AZ Robert Eenhoorn, déçu de n'avoir reçu aucune réponse à ses propositions.

    D'autres nations préparent la reprise de la compétition: en Allemagne, la Bundesliga s'est dite prête à reprendre le jeu à huis clos le 9 mai, sous réserve de l'accord des autorités. En France, la levée progressive du confinement à partir du 11 mai laisse entrevoir un retour de la compétition en juin. En Espagne, la date de reprise de l'entraînement doit encore être validée par le ministère de la Santé - les 4 ou 11 mai sont évoqués. Une date de reprise n'a pas encore été arrêtée en Italie, ni en Angleterre.

    La Belgique va, elle, prendre sa décision lundi. Le conseil d’administration de la Pro League a demandé il y a plusieurs semaines l'arrêt définitif du championnat, mais cette décision doit encore être validée par l'Assemblée générale. 

  • 13.441 entreprises ont sollicité la prime de fermeture à Bruxelles

    Quelque 13.441 entreprises de type PME et TPE ont jusqu'ici sollicité la prime de fermeture de 4.000 euros que destine la Région bruxelloise à celles qui ont été contraintes de suspendre leurs activités en raison des mesures de confinement, a affirme la secrétaire d'Etat bruxelloise en charge de la Transition économique, Barbara Trachte (Ecolo).

    Le délai moyen de décision pour les demandes est de deux jours; celui du paiement, de neuf jours. Jusqu'à présent, l'administration a rejeté 173 demandes, tandis que 60% du budget réservé est consommé. Dans les prévisions budgétaires, il a été mentionné que toutes les demandes seront honorées, a toutefois souligné Barbara Trachte.

    Le gouvernement bruxellois travaille par ailleurs toujours avec Bruxelles Economie et Emploi à l'introduction d'une prime compensatoire d'un montant de 2.000 euros destinée à soutenir les entrepreneurs et les micro-entreprises (entre 0 et 5 ETP) qui connaissent une baisse significative d'activité en raison des mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid-19.

  • Trump signe un nouveau plan d'aide de près de 500 milliards de dollars

    Le président américain Donald Trump a signé un nouveau plan d'aide de près de 500 milliards de dollars pour soutenir l'économie durement touchée par les restrictions imposées par l'épidémie de coronavirus. "C'est une bonne nouvelle pour les petites entreprises et c'est une bonne nouvelle pour les travailleurs", a-t-il déclaré lors d'une cérémonie de signature dans le Bureau ovale au lendemain de l'adoption du texte par le Congrès.

  • Blankenberge supprime ses événements jusqu'au 31 août

    La cité balnéaire de Blankenberge supprime tous ses événements jusqu'au 31 août inclus. La 125e édition du Corso fleur, prévue le dernier dimanche d'août, n'aura donc pas lieu. Blankenberge a pris cette décision afin d'éviter tout rassemblement de masse durant l'été.

    "Nous tentons de maintenir Blakenberge sûre et saine. Des décisions drastiques seront prises dans ce sens", a indiqué la bourgmestre Daphné Dumery. Les personnes qui souhaitent organiser un événement de leur propre chef doivent introduire une demande qui sera profondément analysée par la commune.

  • 50.031
    morts
    Les Etats-Unis recensaient ce vendredi 50.031 morts dues au coronavirus, le pire bilan officiellement enregistré au monde. Le pays compte plus de 870.000 personnes atteintes par le virus. Entre mercredi soir et jeudi soir, les Etats-Unis avaient enregistré 3.176 morts, l'un des pires bilans journaliers.

  • La Défense présente dans six autres maisons de repos, vingt au total

    L'armée a intensifié ses interventions dans les maisons de repos dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 en déployant des ambulanciers et des infirmier(-ère)s dans six autres établissements. Cette aide ponctuelle s'est étendue jeudi dans des maisons de repos de Tirlemont (province de Brabant flamand), Binche, Frameries et Mons, en province de Hainaut, et depuis ce vendredi 24 avril à Heverlee (Brabant flamand) et à Auvelais (province de Namur), ont indiqué le ministre de la Défense, Philippe Goffin, et le chef de la Défense, le général Marc Compernol, dans un communiqué.

    La Défense a également procédé jeudi aux tests Covid-19 sur les résidents de la maison de repos Sainte-Gertrude à Bruxelles. "Jusqu'à présent, vingt maisons de repos ont déjà reçu une aide logistique et médicale de la Défense via sa composante médicale", ont précisé M. Goffin (MR) et le "patron" de l'armée.

  • Une prime unique de 214,68€ pour les locataires bruxellois impactés par la crise

    Le gouvernement bruxellois s'est mis d'accord ce vendredi sur l'octroi d'une prime unique de 214,68 € pour les locataires bruxellois confrontés à une perte de revenus en raison de la crise du coronavirus.

    Destinée uniquement aux locataires dans le secteur privé, la prime s'adresse aux ménages ayant une baisse ou une perte totale de revenus entre le 16 mars 2020 et le 3 mai 2020 en raison par exemple d’un chômage temporaire partiel ou complet pendant au moins 15 jours ouvrables ainsi qu'aux indépendants qui bénéficent du droit passerelle ou de toute autre prime régionale réservée aux indépendants qui sont exclus du droit passerelle.

    Autre condition: les revenus nets imposables du ménage (avant la crise du coronavirus) sont égaux ou inférieur à 150% du plafond d’admission prévu pour le logement social en fonction de la composition du ménage.

    Un montant global de près de 18 millions d'euros a été réservé pour l’octroi de cette prime, précise la Secrétaire d’État bruxelloise au Logement Nawal Ben Hamou (PS).

  • 7 entreprises sur 10 prêtes à reprendre leur activité à plus de 50 % du niveau d'avant crise

    Selon la dernière enquête hebdomadaire de l'Economic Risk Management Group (ERMG), qui monitore pour le gouvernement fédéral l'état de l'économie dans le cadre de la crise du Covid-19, une majorité des entreprises sont matériellement prêtes à reprendre leur activité "au moins à 50 % du niveau d’avant crise à la fin du confinement". Selon l'ERMG, un tiers des 3.528 entreprises qui ont répondu à l'enquête ont même indiqué pouvoir reprendre leur activité quasiment au même niveau que précédemment.

    - 33%
    de chiffre d'affaires
    La baisse du chiffre d’affaires moyen est de 33% par rapport à l'avant-crise, selon les entreprises qui ont répondu à l'enquête.

    Cependant, "la situation reste préoccupante, que ce soit au niveau de la baisse du chiffre d’affaires ou du risque de faillite, en particulier pour les petites entreprises et les secteurs les plus affectés comme l’horeca ou l’évènementiel", relate l'enquête coordonnée par la Banque nationale et la FEB.

    Ainsi, la baisse du chiffre d’affaires moyen est de 33% par rapport à l'avant-crise. A noter que les secteurs "banques et assurances" et "services d’information et communication" sont parmi les secteurs les moins touchés "parce que l’activité principale au sein de ces branches n’est pas interdite et d’autre part parce que le travail à distance est possible pour de nombreux employés", note l'ERMG. À l'inverse le secteur des arts et de l'événementiel et l’horeca sont dans une situation "alarmante", relate l'enquête, avec une baisse moyenne du chiffre d’affaires de respectivement 88 % et 95 %.

    Au niveau du commerce, la situation s'est un peu améliorée, semble-t-il. Les entreprises qui ont répondu à l'enquête point une baisse du chiffre d’affaires de 43 % par rapport au niveau d’avant crise, contre une baisse de 64 % une semaine auparavant. Cette amélioration "peut être reliée à la réouverture de certaines activités commerciales depuis le 18 avril", note encore l'ERMG.

     

    La perception du risque de faillite est, dans les grandes lignes, similaire à celle observée la semaine précédente et, à titre d’illustration, 7 % des entreprises interrogées évoquent à nouveau une faillite "probable" ou "fort probable". Ce chiffre atteint 10% pour l’échantillon réunissant les indépendants et les entreprises de moins de dix employés

  • Pharma.be ne veut pas d'une "taxe supplémentaire sur l'innovation"

    Pharma.be, qui représente 130 sociétés pharmaceutiques et biotechnologiques en Belgique, dénonce une "taxe supplémentaire sur l'innovation" adoptée par la Chambre jeudi dans le budget des médicaments. "Ce ne sont désormais que les producteurs de nouveaux médicaments qui seront soumis à cette taxe", déplore l'association.

    Selon pharma.be, il est discriminatoire de demander le remboursement des dépassements du budget des médicaments aux seules sociétés pharmaceutiques innovantes. Cette mesure transforme la "taxe clawback" existante, soit la contribution fixe du secteur pharmaceutique en cas de dépassement budgétaire, en une "lourde taxe supplémentaire sur l'innovation", considère la fédération sectorielle.

    "Avec une telle mesure, la renommée de la Belgique en tant que 'vallée pharmaceutique' est en jeu", souligne Karel Van De Sompel, président de pharma.be. "Alors que le monde entier se tourne vers les entreprises innovantes et attend qu'elles développent des vaccins et des traitements pour lutter contre la pandémie mondiale, ces mêmes entreprises vont être davantage imposées, tandis que la contribution d'autres diminuera."

  • La Belgique défend sa prise en charge du coronavirus à l'étranger

    "La Belgique a le meilleur système de surveillance dans le monde. Nous comptons beaucoup mieux que les autres pays", a défendu ce vendredi Steven van Gucht, porte-parole interfédéral Covid-19. Le virologue a réalisé une série d'entretiens avec la presse à l'étranger pour défendre la gestion de la pandémie en Belgique, après que le président américain Donald Trump eut pointé du doigt le taux de mortalité belge comme le plus élevé au monde. Le virologue rappelle que le total des décès en Belgique inclut les cas suspects, non confirmés par un test de dépistage. Sur les 6.679 décès belges, 46% sont des cas confirmés de Covid-19, soit plus de 3.000. C'est donc moins que les 4.177 décès aux Pays-Bas, un pays relativement comparable à la Belgique en terme de densité et de mobilité de la population selon le virologue.

    "La Suède, par exemple, a implémenté des règles moins strictes. C'est vrai qu'ils comptent moins de morts que nous, mais ils en ont plus que leurs voisins", analyse Steven van Gucht. "Le pays est plus vaste, avec une population moins dense. Les gens peuvent s'isoler plus facilement", poursuit-il. La contamination initiale et la distribution du virus dans le pays jouent aussi un rôle important, rappelle-t-il. "Le virus touche la Belgique de manière relativement homogène. Aux Pays-Bas, c'est surtout le sud-est qui est impacté. Ramener le nombre de cas sur toute la population du pays n'a pas de sens. Les décès américains sont plus nombreux à New-York, mais le dénominateur est la population entière des Etats-Unis. Il faudrait comparer avec la population de New York", détaille le spécialiste.

    En matière de dépistage non plus, la Belgique n'est pas mauvaise élève, estime le virologue. "Nous ne sommes pas les champions mais nous testons plus qu'aux Pays-Bas et qu'au Royaume-Uni par exemple. La Belgique a une capacité de dépistage importante", juge-t-il. "Nous avons aussi l'un des meilleurs systèmes de santé", ajoute Steven van Gucht. "Même au pic, les soins intensifs étaient à 58% de leur capacité. Tout le monde a pu recevoir les soins nécessaires, ce qui n'a pas été le cas dans tous les pays. Je pense que c'est sur cette base qu'il faut évaluer la gestion", argumente-t-il. "Ceux qui comparent les pays pour le moment le font pour des raisons politiques. Ce n'est ni scientifique ni justifié. Les analyses viendront", conclut l'expert.

  • La confiance des chefs d'entreprise au plus bas après une "chute abyssale" en avril (BNB)

    La confiance des chefs d'entreprise est tombée à son niveau le plus bas jamais enregistré, après une chute vertigineuse en avril, sur fond de pandémie de Covid-19, indique la Banque nationale de Belgique (BNB).

    La courbe synthétique globale (brute) qui mesure cette confiance a ainsi perdu 25,2 points en un mois, du jamais vu, pour atteindre un niveau là aussi jamais atteint de -36,1

    "Dans chacune des branches d'activité sondées, les chefs d'entreprise ont massivement répondu de manière négative à toutes les questions composant l'indicateur. En outre, dans l'ensemble des branches, aucune activité n'est épargnée. Même le commerce alimentaire n'échappe pas au mouvement de repli général ce mois-ci."
    La BNB

     

  • La justice française impose à Amazon de restreindre son activité aux produits essentiels

    La Cour d'appel de Versailles a rendu son verdict concernant le recours déposé par Amazon contre une décision l'obligeant à restreindre son activité en France. La justice ordonne à présent au site d'e-commerce de restreindre son activité aux commandes de produits alimentaires, d'hygiène et médicaux. La cour a élargi la liste des produits qu'Amazon peut continuer à livrer (informatique, santé, nutrition, épicerie, boissons...) et a limité l'astreinte à 100.000 euros par infraction au lieu d'un million d'euros. 

    Cette décision confirme donc en partie l'ordonnance du 14 avril qui imposait à Amazon de procéder à une évaluation des risques professionnels liés à l'épidémie de Covid-19 et de restreindre en attendant son activité. 

  • La ligne d'information fédérale sur le coronavirus inondée d'appels

    260.000
    Appels
    Le numéro d'appel gratuit d'information du gouvernement fédéral sur le coronavirus (0800/14.689) a reçu 260.000 appels depuis l'entrée en vigueur des mesures de confinement, indique vendredi le Centre de crise. Depuis le 12 mars, la ligne d'information est sollicitée environ 6.000 fois par jour, avec des pics journaliers grimpant à 12.000 appels. La ligne d'information est également joignable par mail: info-coronavirus@health.fgov.be.

  • Liège Airport plane au-dessus du coronavirus

    Alors que toute la Belgique parle de relancer l'activité économique, à Bierset, elle ne s'est jamais arrêtée. Le niveau d'activité est même en hausse dans ce qui est devenu un centre mondial logistique de la lutte contre le coronavirus.

    Lire | Liège Airport plane au-dessus du coronavirus

     

  • Ice-Watch va vendre 5 millions de masques

    Le fabricant de montres Ice-Watch a commandé 5 millions de masques à Honk-Kong. D'ici le 15 mai, il va les mettre sur le marché sous la marque Ice-Health. L'idée est de rendre ces masques accessibles au plus grand nombre et accélérer le déconfinement.

  • Emmanuel André se retire de la cellule de crise

    Emmanuel André, l'une des figures marquantes de la conférence de presse quotidienne de la cellule de crise sur l'évolution du coronavirus dans notre pays, a préféré se retirer de ses fonctions de porte-parole francophone interfédéral.

    Après quelques jours de repos en famille, il donnera la priorité à sa fonction et à ses compétences de médecin dans le cadre de groupes d'experts, notamment dans le groupe consacré au déconfinement qui doit livrer ses conclusions cet après-midi. 

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    • 210 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures en raison de leur infection au nouveau coronavirus, indiquent les autorités sanitaires dans leur bulletin quotidien, précisant que 322 patients ont quitté l'hôpital. 10.122 patients sont sortis de l’hôpital depuis le début de l'épidémie. 

    • Au total, 4.355 lits (-172) sont occupés par des personnes atteintes du Covid-19, dont 993 en soins intensifs (-23 en un jour). 703 patients nécessitent une assistance respiratoire (-22 en un jour). 

    6.679 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie, soit 190 de plus par rapport au bilan de la veille. Parmi ces décès, 91 personnes sont décédées dans les hôpitaux et 97 dans les maisons de repos et de soins. Les chiffres des maisons de repos flamandes n'ont pas été communiqués en raison d'un problème technique. 

    44.293
    Cas confirmés en Belgique
    1.496 nouveaux cas ont été rapportés. 602 patients résident en Flandre, 646 en Wallonie et 106 à Bruxelles. Nous n’avons pas d’information concernant le lieu de résidence des 142 dernières personnes. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 44.293.

     

     

  • Ryanair menace de poursuites contre les aides d'État

    La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair n'a pas l'intention de se résigner à ce que les pays européens maintiennent leurs compagnies aériennes nationales à flot grâce à des aides d'État. C'est ce qu'a écrit Michael O'Leary, patron du groupe aéronautique irlandais, dans une lettre adressée à Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la Concurrence. Il menace d'intenter des poursuites judiciaires.

    Dans son courrier, Michael O'Leary s'oppose au "don arbitraire de milliards d'euros des pays de l'UE à leurs compagnies nationales inefficaces". Il estime que toutes les compagnies aériennes européennes, en ce compris Ryanair, devraient pouvoir bénéficier de prêts garantis par les pays de l'UE et d'"autres avantages". Cela devrait se faire sur la base du volume de trafic aérien qu'ils fournissent dans un pays donné, soutient-il. Si ce n'est pas le cas, Ryanair ira en justice, prévient Michael O'Leary.

    Selon le patron, en cas de victoire, l'UE sera "forcée de prendre un virage embarrassant". La menace de la compagnie aérienne à bas coûts comporte le risque que le soutien aux compagnies aériennes européennes soit retardé. La France et les Pays-Bas sont pratiquement d'accord avec Air France-KLM pour garantir des milliards d'euros de prêts et Lufthansa est en pourparlers avec les gouvernements allemand et belge, notamment concernant Brussels Airlines (où il est question d'une aide de 290 millions d'euros). L'Italie veut, pour sa part, reprendre la compagnie Alitalia en faillite.

  • Pourquoi est-il si compliqué de commander des masques de qualité?

    Alors que les livraisons de masques de protection non conformes s’enchaînent, suscitant énervement et railleries, L’Echo s’est rendu dans un laboratoire qui effectue des contrôles. Dans le contexte de pénurie mondiale, mettre la main sur des masques de qualité n’a visiblement rien d’une sinécure. 

    REPORTAGE | Pourquoi est-il si compliqué de commander des masques de qualité?


     

     

  • Le nombre de patients en soins intensifs reste inférieur à 1.000

    graph hospitalisations

  • Avoir plusieurs masques est préférable

    Les porte-parole fédéraux de la cellule de crise l'ont rappelé lors de la conférence de presse quotidienne, l'usage du masque répond à quelques règles pour être efficace.

    La durée de vie des masques en tissu tels que ceux que l'on peut coudre soi-même dépend de la qualité du tissu. Il convient de les laver et de les décontaminer une fois par jour par un lavage à 60° au moins durant 30 minutes. Il est donc préférable de disposer de plusieurs masques que l'on peut alterner. 

  • Peu d'impact du week-end de Pâques

    Pour le porte-parole de la cellule de crise Coronavirus, le weekend de Pâques, durant lequel les mesures de confinement ont été moins respectées par une partie de la population, n'a pas eu d'impact notable sur l'évolution de l'épidémie. "La tendance à la baisse se poursuit depuis quelques jours, donc on ne peut pas déceler un effet néfaste de ce weekend", note le porte-parole interfédéral. 

  • La Région wallonne réactive les délais de rigueur

    La majorité des bureaux d’architectes et des entreprises de construction sort peu à peu groggy de longues semaines de confinement passées presqu’à l’arrêt. Eclaircie dans la brume: le Gouvernement wallon réenclenche le mécanisme des délais de rigueur au 30 avril. L’UWA (Union wallonne des architectes) et la CCW (Confédération construction wallonne) saluent cette décision et se réjouissent d’avoir été entendus. 

    "Nous sommes soulagés de cette décision", annoncent les deux fédérations. "Nous avons vu certains services communaux faire des efforts pour garder une activité adaptée, mais nous avons hélas aussi été confrontés à d’autres situations moins agréables, certaines communes ayant a priori fermé leur service d’urbanisme", poursuivent les mêmes acteurs, qui se réjouissent de la clarification apportée par le gouvernement wallon. 

    Pour rappel, le 18 mars, le gouvernement wallon avait adopté un arrêté qui activait la suspension temporaire des délais de rigueur et de recours dans l’ensemble de la législation et réglementation wallonnes. Les délais d’instruction des demandes de permis étaient suspendus depuis ce 18 mars au départ jusqu’au 16 avril. Le secteur craignait une nouvelle prolongation d’un mois, qui aurait pu être utilisée à mauvais escient par certaines administrations.

  • Des visites virtuelles dans les prisons

    La distribution d' ordinateurs portables dans les prisons afin d'organiser des visites virtuelles pour les détenus, a débuté ce vendredi, indique le ministre de la Justice Koen Geens.
    Un portable pour 100 détenus est prévu. Ces ordinateurs portables sont configurés pour garantir la sécurité. Le logiciel pour les visites y a été installé et ils sont donc prêts à l'emploi. 
    Les visiteurs qui figurent déjà sur les listes de visites et ceux qui sont autorisés par la loi peuvent prétendre à cette initiative. Le détenu peut choisir une personne par session vidéo et doit transmettre au préalable l'adresse e-mail du visiteur.
    La "vidéovisite" est prévue pour une durée de 20 minutes. Le nombre d'ordinateurs disponibles doit permettre au moins un rendez-vous virtuel par semaine
  • 160.000 crédits reportés en 3 semaines

    Les banques ont accepté le report de 160.000 crédits pour les particuliers et les entreprises depuis trois semaines, indique Febelfin.

    Au total, pour les particuliers, 66.514 crédits hypothécaires ont été reportés, représentant un encours sous-jacent total de 6,9 milliards d’euros. Du côté des crédits aux entreprises, 96.826 reports de paiement ont été acceptés, pour un total de 13,8 milliards d’euros.

    "Plus de trois quarts des reports de paiement ont été accordés à des PME et travailleurs indépendants."
    Febelfin
    Fédération du secteur financier belge

  • S&P dégrade les notes de plusieurs banques du Benelux, dont Argenta

    L'agence de notation S&P a dégradé les notes de plusieurs banques du Benelux en raison des conséquences économiques de l'épidémie de coronavirus, annonce-t-elle ce vendredi. En Belgique, la note d'Argenta passe de stable à négative, alors que celles d'Axa, Belfius et KBC sont maintenues pour le moment.

  • Lufthansa bientôt à court de liquidité

    Deutsche Lufthansa AG risque de manquer de liquidités d’ici quelques semaines, avertit la compagnie aérienne allemande, maison mère de Brussels Airlines. Lufthansa négocie actuellement un paquet d’aides de près de 10 milliards d’euros sous forme de garanties, de prêts ou de capitaux avec l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche et la Belgique. Les pourparlers portent, pour l’instant, davantage sur la forme que prendra le plan de sauvetage que sur son montant. La compagnie aérienne tente de limiter les conditions qui accompagneront le plan. L’Allemagne, tout comme la Belgique, pourrait profiter de ce sauvetage pour (re)prendre une partie du capital de la compagnie ou de ses filiales.

    Les actions de Lufthansa ont chuté de 5% ce matin à Francfort. Le titre a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis le début de l'année. La compagnie a réduit sa flotte de plus de 60 avions et fermé sa filiale Germanwings. Le groupe se redimensionne dans la perspective d’une baisse des voyages aériens qui pourrait durer des années.

    Comme de nombreuses compagnies aériennes européennes, Lufthansa couvre ses coûts massifs de carburant pour se prémunir contre une hausse soudaine des prix. La société a dépensé 6,7 milliards d'euros en kérosène l'année dernière, utilisant des instruments financiers liés aux prix du pétrole pour stabiliser son exposition. Mais après la chute inattendue des prix, ces couvertures lui coûtent très cher.

    Avant la crise sanitaire, Lufthansa estimait qu'une baisse du baril à 45 dollars entraînerait 800 millions de dollars de pertes de couverture cette année. Le Brent s'échange à environ 22 USD ce matin.

    Aide ou faillite

    La liquidité de la société est "inquiétante, et elle dépend d’une décision politique", estiment les analystes de Bernstein. "Les marchés du crédit sont presque fermés, même au groupe possédant la plus grande flotte inutilisée d'Europe. Il s'agit littéralement d'une aide d'État ou d'une faillite."

    Lufthansa a déclaré que le chiffre d'affaires du premier trimestre avait chuté de 18% par rapport à l'année précédente, mais avait baissé de 47% en mars après que les blocages se soient étendus d'Asie à son territoire d'origine en Europe. La perte sur résultats avant intérêts et impôts s'élève à 1,2 milliard d'euros sur les trois mois.

    Le groupe a encore environ 4,4 milliards d'euros de liquidités.

  • Test Achat dénonce une multiplication des arnaques

    Fin mars, Test Achats a lancé sa plateforme Stopabuscorona pour permettre aux consommateurs de signaler les éventuelles arnaques auxquelles ils auraient été confrontés.

    À ce jour, plus 250 signalements ont déjà été recensés. Une bonne moitié de ceux-ci porte sur la problématique générale des hausses de prix tant sur le matériel de protection (masques, gants et gel hydroalcoolique) que sur les denrées alimentaires et les biens de première nécessité.

  • Le groupe Facebook #BelgesSolidaires des Affaires étrangères salué au niveau international

    L'étude annuelle "Twiplomacy", publiée jeudi, met à l'honneur la communication des Affaires étrangères belges pour la création d'un "centre de crise en ligne" sous la forme du groupe Facebook #BelgesSolidaires #BelgenVoorElkaar #BelgierFürEinander, se réjouit le ministre Philippe Goffin. La plateforme a été mise en place pour aider les Belges bloqués à l'étranger lors de l'épidémie de coronavirus.

    "Afin d'aider ses ressortissants bloqués à l'étranger, le ministère belge des Affaires étrangères a décidé d'ouvrir un centre de crise en ligne sur Facebook, réseau social le plus populaire chez les Belges. Il a opté pour un groupe Facebook avec des accès contrôlés et vérifiés par des questions" avant d'approuver toute admission, cite l'étude.  En deux jours, le groupe avait atteint 1.744 membres et ce nombre a rapidement grimpé à plus de 7.000 membres dans une cinquantaine de pays.

  • Proximus booste la vitesse d'envoi de ses connexions Internet

    Ces dernières semaines, Proximus a procédé à une mise à niveau à grande échelle des profils de ses clients Internet fixe. "Grâce à cette opération, 1,65 million de clients bénéficient désormais d'une vitesse d'envoi nettement supérieure", selon cet opérateur.

    Cette vitesse correspond au temps dont l'utilisateur a besoin pour transférer des données de son propre appareil vers internet. Une vitesse d'envoi plus élevée permet donc de transférer plus rapidement les fichiers, les pièces jointes, les photos et les vidéos. Elle améliore également l’expérience d’utilisation d’applications de visioconférence, de jeux en ligne ou de médias sociaux.

    "En particulier dans un contexte où les utilisateurs sont nombreux à travailler depuis leur domicile et sollicitent intensivement leur connexion internet, la vitesse d'envoi constitue un facteur déterminant pour leur confort général et le confort d'utilisation global."

    Cette vitesse atteindra désormais 20 Mbps de manière temporaire pour les clients Internet Start (qui bénéficiaient jusqu’ici de 4 Mbps) et de manière permanente pour les autres clients, et cela sans surcoût.

    Notez qu’il s’agit d'une vitesse maximale théorique. "La vitesse réelle perçue est déterminée par plusieurs éléments, tels que la distance entre le lieu de résidence du client et l'équipement du réseau Proximus, la disponibilité de VDSL et de fibre, le câblage interne et l'utilisation d'une connexion câblée ou de wifi."

  • Le Congrès américain adopte un nouveau plan de soutien

    La Chambre des représentants américaine a adopté jeudi un nouveau plan de soutien de 484 milliards de dollars pour contrer les conséquences économiques de l'épidémie de coronavirus, notamment avec une aide à destination des PME et des hôpitaux faisant face à une flambée des patients atteints du Covid-19.

    Le texte, issu d'un compromis bipartisan, a été adopté par 388 voix pour et cinq contre à la Chambre, après avoir été voté à l'unanimité par le Sénat mardi. Il va désormais être transmis au président Donald Trump pour promulgation. Celui-ci a fait savoir qu'il entendait signer le texte dans la soirée.

    La Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires, a aussi approuvé la mise en place d'une commission d'enquête sur la réponse des États-Unis à la crise sanitaire. Cette commission, qui disposera d'un pouvoir d'assignation, aura autorité pour se pencher sur la manière dont les fonds fédéraux sont utilisés ou sur les délibérations de l'administration républicaine de Donald Trump.

  • Brussels Airlines en très mauvaise posture

    D'après nos confrères de La Libre Belgique, la compagnie aérienne Brussels Airlines perd actuellement un million d'euros par jour et n'aura, par conséquent, plus de liquidités dès le 15 mai prochain.

    Pour éviter la faillite, le gouvernement fédéral serait prêt à mettre la main au portefeuille sous la forme d'un crédit-pont de 290 millions d'euros. L'activité de la compagnie aérienne serait également réduite d'un quart. 

    Ce prêt sera accordé sous condition d'avoir des garanties de la part de Lufthansa, la maison mère allemande de Brussels Airlines, pour le maintien de l’activité en Belgique. 

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés