Publicité

Le coronavirus ralentit les essais de Galapagos

©Bloomberg

Galapagos ne recrute temporairement aucun nouveau patient pour tester ses médicaments phares en raison de la crise du coronavirus. Mais la biotech belgo-néerlandaise est en bonne voie pour le reste de l'année 2020.

L'impact du coronavirus se fait également sentir pour Galapagos. Cela se reflète dans les résultats trimestriels de la biotech. Certains essais cliniques sur le filgotinib sont retardés parce que la société a temporairement interrompu le recrutement de nouveaux patients dans les phases 2 et 3 de l'étude. Toutefois, Galapagos souligne que le déploiement de l'organisation commerciale pour le lancement éventuel du filgotinib comme agent rhumatoïde est en marche.

La biotech remarque également un retard dans le recrutement des patients pour l'étude cruciale d'Isabela, dans laquelle la société teste un médicament contre la maladie pulmonaire IPF. En raison des retards, elle dépensera moins d'argent que prévu cette année. La société prévoit que la consommation de liquidités pour 2020 sera de l'ordre de 400 à 430 millions d'euros, contre 420 à 450 millions d'euros précédemment.

"En bonne voie"

Galapagos a enregistré un chiffre d'affaires de 106,9 millions d'euros au premier trimestre, soit plus du double de l'année précédente. La société a enregistré une perte d'exploitation de 44,6 millions d'euros. La perte nette, de 50,6 millions d'euros, a été à peine plus élevée qu'au premier trimestre de 2019.

Le CEO Onno van de Stolpe souligne que les réserves financières de Galapagos sont très solides. L'entreprise a 5,7 milliards d'euros en poche grâce à l'énorme apport de fonds de son partenaire Gilead l'année dernière. "Nous sommes dans une position très forte, à la fois financièrement et opérationnellement, et restons en bonne voie pour rendre compte d'une série d'essais cliniques d'ici à fin 2020", a déclaré le CEO.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité