Publicité

Le Fédéral reprend la main sur la gestion de la crise covid

Jan Jambon et Rudi Vervoort en déplacement à l'étranger, Oliver Paasch excusé, Alexander De Croo était entouré par Elio Di Rupo, Pierre-Yves Jeholet et Frank Vandenbroucke pour une conférence de presse du Codeco moins peuplée que d'habitude. ©Photo News

Actant du début d'une "vague automnale" de Covid-19 sur l'ensemble du territoire, le Comité de concertation s'est accordé pour renforcer le socle national de mesures et demander à la population d'observer les gestes barrières.

Ce n'est pas le retour au confinement, loin de là. Mais la parenthèse estivale est terminée et la gestion de crise repasse à l'heure d'hiver. Le Comité de concertation (Codeco) a donné ce mardi un nouveau signal que la page de l'épidémie de Covid-19 n'était pas encore tournée. Depuis la mi-octobre, les indicateurs qui guident la gestion de la pandémie ont montré des signes de détérioration. Selon le dernier bilan de Sciensano, la tendance à la hausse est forte, dans tout le pays, pour les contaminations (+75%), mais aussi des admissions à l'hôpital (+56% en moyenne). À ce stade, elle l'est moins pour les soins intensifs (+14%).

Certes, cette reprise de la circulation du virus était attendue, avec l'arrivée des jours plus froids qui nous poussent à l'intérieur, combinée à une forte reprise des contacts sociaux depuis la rentrée. Mais elle est plus intense que prévu. Les vaccins nous protègent plutôt bien, mais le variant Delta est très contagieux. Ne rien faire signifierait potentiellement perdre le contrôle, a estimé le Codeco, qui a donc annoncé le renforcement d'une série de mesures.

8,5
millions
Plus de 8,5 millions de Belges sont complètement vaccinés.

D'une part, le Fédéral a déclaré la "situation d'urgence épidémique" pour une durée de trois mois, ouvrant la voie à une utilisation de la loi pandémie. Cela signifie qu'il gardera la main sur la gestion de la crise dans les prochaines semaines, là où le Codeco de mi-septembre avait laissé le champ à une décentralisation permettant à la Flandre d'assouplir fortement les mesures de prévention. On en revient donc à un socle fédéral plus contraignant.

Concrètement, cela signifie plusieurs choses. La première, c'est que le port du masque sera à nouveau obligatoire dès ce vendredi dans tous les espaces publics intérieurs sur l'ensemble du territoire. Cela vaut également dans l'horeca et dans les salles de fitness.

"Le virus est de nouveau partout et il faut se protéger davantage pour que notre vie puisse continuer à se dérouler normalement."
Alexander De Croo
Premier ministre

La deuxième annonce concerne le Covid Safe Ticket (CST). Il sera désormais imposé aux quatre coins du pays pour les événements de plus de 200 personnes à l'intérieur et 400 personnes à l'extérieur. Cela ne change donc rien en Wallonie et à Bruxelles, qui ont déjà décidé de jauges plus strictes. Cette mesure, comme celle concernant le masque d'ailleurs, concerne avant tout la Flandre, où la N-VA, à la barre au gouvernement flamand, a plié, elle qui avait fait savoir qu'elle s'opposait à une généralisation du CST.

Enfin, le Comité de concertation a rappelé qu'il conseillait fortement le télétravail. L'importance de la ventilation des espaces intérieurs, notamment les classes d'école, a été soulignée à plusieurs reprises, de même que l'importance de se faire vacciner, pour endiguer ce que le Premier ministre Alexander De Croo a qualifié de "nouvelle vague automnale". "À la différence de la 2e vague, 8,5 millions de Belges sont aujourd'hui vaccinés. Mais le virus est de nouveau partout et il faut se protéger davantage pour que notre vie puisse continuer à se dérouler normalement."

"Il faut se réveiller."
Frank Vandenbroucke
Ministre de la Santé (Vooruit)

Les membres du Codeco ont insisté sur le fait qu'aucune fermeture ou restriction d'activités n'était décidée: "Tout reste possible, mais en étant prudent", a souligné le Premier ministre. Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a lancé un avertissement: "Il faut se réveiller. Il ne faut pas paniquer, mais il est nécessaire d'agir", appelant à être "prudent dans ses contacts".

Pas d'alarmisme, mais de la vigilance, c'était le leitmotiv d'un Codeco qui a rendez-vous le 19 novembre prochain pour un nouveau point sur la situation sanitaire. Ou avant, si la vague automnale n'est pas contenue par les mesures annoncées.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité