Le fonds "voucher" destiné aux voyagistes recalé par le Conseil d'État

De nombreux vouchers, qui avaient été distribués par les voyagistes suite à l'annulation de voyages à cause de la crise sanitaire, n'ont pas pu être utilisés par les clients. ©Photo News

Le Conseil d'État a recalé le fonds "voucher" qui avait été envisagé par le gouvernement fédéral pour aider les voyagistes.

Mauvaise nouvelle pour le secteur du tourisme. Alors que ce dernier attend que le Premier ministre Alexander De Croo annonce, dans la foulée du Comité de concertation de ce vendredi, le sort réservé aux voyages non essentiels, le Conseil d'État a recalé le fonds envisagé par le gouvernement fédéral pour aider les voyagistes, selon De Standaard.

201.757
vouchers
201.757 vouchers ont été délivrés entre le 20 mars et le 19 juin 2020 pour des voyages annulés, et ce, pour un total de 356 millions d'euros.

Le Conseil d'État estime que cette prérogative relève des Régions, explique le quotidien flamand dans son édition de ce vendredi. Vu que ce fonds s'apparente à une forme d'aide aux entreprises, il revient aux gouvernements des différentes Régions de se positionner.

De nombreux vouchers inutilisés

Ce fonds avait été annoncé par Eva De Bleeker, secrétaire d'État à la Protection des consommateurs. Le besoin s'en était fait ressentir alors que nombre de clients de tour-opérateurs ayant dû annuler leur voyage en raison de la pandémie possèdent encore un bon à valoir d'un an.

Le Fédéral envisageait un fonds dans lequel les agences de voyages pourraient emprunter à taux zéro pour honorer les remboursements.

Pour rappel, 201.757 vouchers ont été délivrés entre le 20 mars et le 19 juin 2020 pour des voyages à forfait, pour un total de 356 millions d'euros. Ceux-ci peuvent, à l'échéance, être retournés aux voyagistes en exigeant un remboursement. Mais les voyages non essentiels sont toujours interdits et donc, le secteur, déjà mis à mal, va devoir puiser dans ses caisses. Compliqué.

Le Fédéral envisageait un fonds dans lequel les agences de voyages pourraient emprunter à taux zéro pour honorer les remboursements. Mais le Conseil d'État ne veut donc pas de cette initiative au niveau fédéral.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité