Le MR propose une gigantesque baisse d'impôts

"Il faut une véritable vision pour l'avenir, avec des stratégies structurantes", explique le président du MR, Georges-Louis Bouchez. ©Kristof Vadino

Grosse réforme fiscale, globalisation de tous les chèques en une formule unique pour consommer local... Le MR a, comme le PS, travaillé à un plan de relance post-Covid-19.

Le MR a planché sur un plan de relance, tout comme l'a fait le PS. "Les mesures de soutien urgentes, c'est bien, mais ça ne suffit pas. Il faut une véritable vision pour l'avenir, avec des stratégies structurantes", explique Georges-Louis Bouchez. Que proposent concrètement les libéraux francophones? "Nous voulons un véritable changement fiscal, avec de gigantesques baisses d'impôts", précise le président du MR. "Le genre de mesures que ne risque pas de proposer le PS..." Qui sera concerné, et dans quelle mesure?Les bas et moyens salaires ainsi que les petites entreprises bénéficieraient d'une révision de la progressivité de l’impôt. "Cela, c'est à négocier avec les autres partis. Je ne vois pas l'utilité de donner des montants actuellement."

"Nous voulons un véritable changement fiscal, avec de gigantesques baisses d'impôts."
Georges-Louis Bouchez
Président du MR

Autre mesure forte: la transformation des différents chèques existants (ticket restaurant, écochèques, etc.) en une formule unique de type "Consommons belge" qui permettrait au bénéficiaire d'utiliser ces montants pour des achats de proximité (produits locaux, manifestation culturelle...) "et non pas auprès d'Amazon ou ces autres géants", indique Georges-Louis Bouchez.

Le plan du MR s'appuie aussi sur des investissements technologiques. Mais pas question de faire cavalier seul. Ces axes devront s'insérer dans le fonds de relance de 500 milliards d'euros présenté lundi par Angela Merkel et Emmanuel Macron. "Nous devons négocier avec les autres partis, mais aussi dans le cadre du plan européen pour pouvoir chiffrer précisément notre stratégie... plutôt que de parler vaguement d'"entre 30 et 50 milliards d'euros", glisse le président du MR, en référence au montant évoqué par Paul Magnette pour son plan.

Lire également

Publicité
Publicité