1. Dossiers
  2. Coronavirus

Le nombre d'hospitalisations en baisse, 230 nouveaux décès

Depuis le début de l'épidémie, on totalise 5.683 décès en Belgique. Au total, 4.871 personnes sont toujours hospitalisées (144 de moins en 24 heures) dont 1.081 en soins intensifs (soit 38 de moins).
  • Le confinement, c'est plus de 36.000 PV en un mois

    Le bilan d'un mois de confinement se solde, pour la police fédérale, par un total de 36.114 procès-verbaux pour non-respect des mesures de confinement. Près de la moitié des contrevenants avaient entre 18 et 29 ans.

    A ce total, établi depuis le début du confinement le 18 mars, s'ajoutent les sanctions administratives communales (SAC). Et ce bilan n'est pas définitif: en raison du délai entre le PV et son enregistrement dans la base de données, l'ensemble des infractions constatées par exemple lors du week-end de Pâques ne sont pas encore comptabilisées dans ce total.

    Selon la police, les infractions concernent principalement des déplacements non-essentiels et des regroupements. Près d'un tiers des contrevenants avaient entre 18 et 24 ans et 15% d'entre eux étaient âgés de 25 à 29 ans.

    Depuis un mois, la police fédérale a dressé plus de 36.000 procès-verbaux pour non-respect des règles du confinement. ©Photo News

  • Plus de 160.000 morts du coronavirus dans le monde

    La pandémie de Covid19 a fait au moins 160.685 morts dans le monde depuis son apparition en Chine en décembre dernier, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. Avec 101.493 décès enregistrés, l'Europe est le continent le plus durement touché. Par pays, ce sont les Etats-Unis qui comptabilisent le plus de morts (39.090 pour quelque 735.000 cas).

    En Russie, les autorités ont annoncé dimanche une hausse record du nombre de cas de Covid-19 détectés en 24 heures, qui était de 6.060 patients. Le nombre de contaminations a rapidement augmenté début de ce mois pour atteindre au total 42.853 cas de coronavirus dans le pays.

    En Espagne, le virus semble amorcer un recul. Le pays a enregistré 410 morts du nouveau coronavirus au cours des dernières 24 heures, contre 565 la veille. C'est le bilan quotidien le plus bas depuis près le 22 mars. "C'est la première fois que nous passons en dessous des 500 morts depuis que les décès quotidiens ont commencé à grimper", a souligné le chef du Centre d'alertes sanitaires, Fernando Simon. Le bilan total de la pandémie, dans le troisième pays le plus frappé au monde derrière les Etats-Unis et l'Italie, s'élève à 20.453 morts.

    Au Royaume Uni, le gouvernement fait état 596 morts supplémentaires à l'hôpital, ce qui porte à 16.060 - 5.850 de plus que la veille - le nombre total de décès dus au virus dans le pays.

  • Boris Johnson "récupère", son gouvernement cible de critiques

    Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, "récupère" après avoir été victime du coronavirus. Selon le ministre d'Etat Michael Gove, il transmet ses instructions au gouvernement. Mais ce dernier est la cible de critiques sur sa réponse à la pandémie. Le dirigeant conservateur "a eu l'occasion de parler à Dominic Raab", le ministre des Affaires étrangères qui le remplace pendant sa convalescence. Ce dernier a transmis "les instructions du Premier ministre au reste du gouvernement" lors d'une conférence téléphonique.

    "Le nombre de décès reste très préoccupant", a expliqué Michael Gove. "Les taux d'infections et de mortalité s'aplanissent, mais nous ne sommes pas absolument certains d'être déjà sur une trajectoire descendante", condition que le gouvernement se fixe avant d'assouplir les mesures de confinement.

      Depuis le début de la pandémie, le gouvernement se voit reprocher d'avoir tardé à réagir. Le Sunday Times est revenu à la charge dimanche, accusant le gouvernement d'avoir ignoré les alertes des scientifiques et les appels à s'approvisionner en combinaisons médicales. L'hebdomadaire accuse aussi Boris Johnson d'avoir manqué plusieurs réunions de crise consacrées au virus. 

    Le Royaume-Uni est l'un des pays en Europe les plus touchés par le Covid-19. Le nombre de personnes atteintes et mortes à l'hôpital a atteint 15.464, selon le dernier bilan communiqué par le gouvernement samedi.

  • 230 nouveaux décès en Belgique, mais le nombre d'admissions diminue

    D'après les derniers chiffres de l'institut Sciensano, 230 nouveaux décès liés au Covid-19 ont été rapportés au cours des dernières 24 heures en Belgique. Par contre, le nombre de nouvelles admissions à l'hôpital continue de diminuer.

    Dans le détail, la situation se présente comme suit.

    - 1.313 nouveaux cas ont été rapportés, dont 693 en Flandre, 473 en Wallonie et 132 à Bruxelles. Le nombre total de cas confirmés s’élève désormais à 38.496.

    - 4.871 patients sont toujours hospitalisés. 265 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24 heures.

    - 8.757 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 409 au cours des 24 dernières heures. Par rapport aux nouvelles hospitalisations, cela donne un solde net de 144 patients en moins dans les hôpitaux.

    144
    patients
    On recense un solde net de 144 patients en moins dans les hôpitaux.

    - 1.081 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 38 patients au cours des 24 dernières heures.

    - On déplore un total de 5.683 décès depuis le début de l'épidémie, soit une augmentation de 230 décès au cours des dernières 24 heures. Parmi ces 230 décès, 76 ont eu lieu à l’hôpital, 154 en maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 3,9% a été confirmé par un test Covid-19.

    - Sur les 5.683 personnes décédées, 47% sont mortes à l’hôpital, 51% en maison de repos et de soins. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès en maison de repos et de soins concernent des cas confirmés (4,1%) ou des cas suspects (96%).

  • Le laboratoire chinois nie toute responsabilité

    Le directeur du laboratoire pointé du doigt par des médias américains comme une possible source du nouveau coronavirus a catégoriquement démenti samedi toute responsabilité. "C'est impossible que ce virus vienne de chez nous", a déclaré dans une interview à la chaîne étatique CGTN, Yuan Zhiming, directeur de l'Institut de virologie de Wuhan, ville épicentre de la pandémie.

    Selon la plupart des scientifiques, le nouveau coronavirus a probablement été transmis à l'homme par un animal. Un marché de la ville de Wuhan a été incriminé car il aurait vendu des animaux sauvages vivants.

    Le laboratoire de Wuhan qui alimente bien des spéculations. ©AFP

    Mais la présence à quelques kilomètres de là de cet Institut de virologie alimente depuis des mois les hypothèses d'une fuite depuis ces installations sensibles. Par la simple localisation de l'institut à Wuhan, "les gens ne peuvent pas s'empêcher de faire des associations", a-t-il déploré, accusant des médias qui "essayent délibéremment de tromper les gens" avec des informations "entièrement basées sur des spéculations", sans "preuves".

    Selon le Washington Post, l'ambassade des Etats-Unis à Pékin, après plusieurs visites à l'institut, a alerté en 2018 les autorités américaines sur des mesures de sécurité apparemment insuffisantes dans un laboratoire qui étudiait les coronavirus issus de chauves-souris.

  • L'Europe a atteint le cap des 100.000 décès

    Le bilan mondial des victimes du coronavirus ne cesse d'augmenter. Selon le décompte réalisé samedi à 21h00 par l'AFP depuis l'apparition de la maladie en décembre en Chine, au moins 157.539 personnes ont perdu la vie dans le monde, alors que le cap des 100.000 morts a été franchi en Europe.

    Aux Etats-Unis, pays le plus touché tant en nombre de morts (au moins 38.664) que de cas (au moins 732.197), des manifestations hostiles au confinement adopté dans certains Etats, et encouragées par des tweets du président Donald Trump, ont eu lieu samedi au Texas, dans le Maryland et le New Hampshire.

    Pendant que plus de la moitié de l'humanité reste à domicile afin de limiter la propagation du Covid-19, le président américain républicain a ouvertement appelé à braver les règles de confinement dans des Etats dirigés par des gouverneurs démocrates.

    Avec plus de 190 pays et territoires touchés, la pandémie a gagné l'ensemble de la planète. Le seuil des 1.000 morts officiellement recensés a été franchi en Afrique, dont les trois quarts en Algérie, en Egypte, au Maroc et en Afrique du Sud.

    Au Brésil, la situation sanitaire apparaît particulièrement préoccupante dans les favelas. Le président brésilien a cependant répété son opposition au confinement. "Il ne faut pas se débiner face à ce virus, il faut l'affronter la tête haute, Dieu est avec nous", a lancé Jair Bolsonaro samedi à l'attention de croyants qui manifestaient contre l'avortement devant le palais présidentiel à Brasilia.

    Des Brésiliens ont manifesté hier contre le confinement. ©REUTERS

    En Europe, quelques pays se sont engagés dans la voie d'un prudent déconfinement comme l'Autriche ou le Danemark. Berlin a jugé la pandémie désormais "sous contrôle" en Allemagne, qui apparaît comme le grand Etat européen à avoir le mieux géré la crise (moins de 4.000 morts), grâce notamment à un large recours aux tests.

    Mais pour l'OMS, la pandémie est loin d'être jugulée, avec des "chiffres constants ou accrus" dans l'est de l'Europe et au Royaume-Uni, où le gouvernement a décidé de prolonger le confinement "pour au moins trois semaines". En Espagne, les autorités ont annoncé samedi la prolongation jusqu'au 9 mai des mesures strictes de confinement.

    Après les Etats-Unis, l'Italie (23.227 morts), l'Espagne (20.043), la France (19.323) et le Royaume-Uni (15.464) sont les pays les plus durement frappés. Les statistiques britanniques n'incluent pas les morts en maisons de retraite, estimées à 7.500.

  • Pâques en confinement pour les orthodoxes

    Des millions de fidèles célèbrent dimanche la Pâques orthodoxe confinés et parfois de manière inédite en raison de la pandémie qui a fait près de 160.000 morts dans le monde, les deux tiers environ en Europe.

    Une semaine après les catholiques et les protestants, c'est donc au monde orthodoxe de fêter Pâques dans des circonstances exceptionnelles. Un confinement intégral a ainsi été imposé en Serbie et en Macédoine du Nord jusqu'à lundi matin.

    En Roumanie, les fidèles sont appelés à célébrer Pâques depuis leur balcon, et en Grèce, des milliers de policiers soutenus par des hélicoptères et des drones sont mobilisés tout le week-end pascal pour éviter que les Grecs ne partent à la campagne comme le veut la tradition.

  • Taylor Swift, Rolling Stones... Un concert virtuel géant pour spectateurs confinés

    Depuis leurs canapés, des spectateurs confinés du monde entier ont pu assister à un concert en ligne hors norme rassemblant des dizaines de stars, dont Taylor Swift et les Rolling Stones, en soutien aux soignants, en première ligne dans la lutte contre la pandémie.

    L'évènement, dans la nuit de samedi à dimanche, était l'occasion de découvrir les stars jouant depuis chez elles, dans l'intimité de leurs salons, comme de nombreux musiciens qui se sont mis à donner des concerts privés sur les réseaux sociaux, depuis leur cuisine ou leur terrasse.

    Les quatre membres des Rolling Stones ont ainsi joué, chacun depuis son salon, leur tube "You can't always get what you want", la vidéo de chacun apparaissant sur un écran divisé en quatre, Charlie Watts improvisant une batterie avec des objets du quotidien, Mick Jagger lançant un baiser à la caméra à la fin.

    Taylor Swift a opté quant à elle pour une sobre interprétation au piano de "Soon you'll get better". "Vous êtes des héros... Nous vous serons éternellement reconnaissants des sacrifices que vous avez fait pour préserver la santé de la communauté", a lancé l'actrice Sarah Jessica Parker, héroïne de la série "Sex and the city" dans une de ces mutliples interventions réalisées par les stars depuis chez elles.

    Les Stones ont proposé aux internautes "You can't always get what you want". ©EPA

    Initié par la chanteuse Lady Gaga, le concert mondial virtuel "One World: Together At Home" ("Un monde, ensemble chez soi"), soutenu par le mouvement Global Citizen en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé, se voulait un "cri de ralliement" en faveur des soignants et des ONG locales. Quelque 35 millions de dollars (plus de 32 millions d'euros) ont été récoltés pour aider différentes organisations impliquées dans la gestion de la crise sanitaire.

    De nombreuses célébrités y ont participé, dont Angèle, Christine and the Queens ou Annie Lennox, avant un concert retransmis sur les grandes chaînes américaines, avec à l'affiche une ribambelle de vedettes: Billie Eilish, Elton John, Jennifer Lopez, Celine Dion, Paul McCartney ou encore Stevie Wonder.

    Les Rolling Stones confinés.

  • L'Espagne prolonge le confinement jusqu'au 9 mai

    L'Espagne, l'un des pays les plus endeuillés du monde par le nouveau coronavirus, va prolonger le confinement de sa population deux semaines de plus, jusqu'au 9 mai inclus, a déclaré samedi son Premier ministre Pedro Sanchez.

    Pedro Sanchez a toutefois annoncé que ce confinement extrêmement strict allait être assoupli pour les enfants qui allaient pouvoir sortir de façon "limitée" à partir du 27 avril alors qu'ils n'en avaient pas le droit depuis le début du confinement général le 14 mars.

    L'Espagne a dépassé samedi les 20.000 morts, le troisième bilan le plus lourd du monde, derrière ceux des Etats-Unis et de l'Italie. Ce comptage - qui n'inclut que les personnes testées positives au nouveau coronavirus - est cependant de plus en plus contesté par certaines régions selon lesquelles des milliers de personnes supplémentaires sont mortes après avoir présenté des symptômes de la maladie mais sans avoir pu être testées.

  • Sur 22.000 tests dans les maisons de repos, 15% sont positifs

    Plus de 46.000 tests ont été distribués jusqu'à présent dans les maisons de repos belges. Ce week-end, 41.000 d'entre eux devraient arriver dans les laboratoires pour y être analysés. La semaine prochaine, les tests livrés aux établissements devraient par ailleurs être supérieurs de 20% à ce qui avait été initialement prévu, selon les chiffres diffusés samedi soir par la task force testing coronavirus pilotée par le ministre Philippe De Backer.

    "La semaine passée, on a trouvé un accord pour utiliser une grande partie de la capacité de tests pour les maisons de repos et de soins et d'autres collectivités. Le groupe cible pour ces tests est le même pour toutes les régions: l'ensemble du personnel soignant et tous les habitants qui n'ont pas encore été testés sur le COVID-19", précise la task force.

    85
    %
    85% des tests analysés étaient négatifs.

    Entre-temps, pas moins de 30.000 tests ont été enregistrés, dont environ 22.000 qui ont été entièrement analysés. Seuls 74 prélèvements d'échantillons étaient inutilisables. Il ressort de leur analyse que 85% des tests étaient négatifs au covid-19 et 15% positifs.

    "Le processus de testing qui tourne actuellement à 100% est un énorme défi logistique. Mais nous avons grâce à lui un bon aperçu de la situation dans les maisons de repos et de soins et dans les autres collectivités, ce qui nous permettra de prendre les mesures adéquates", commente pour sa part le ministre De Backer (Open Vld).

  • 642 décès en France ces dernières 24 heures

    L'épidémie de coronavirus a fait au moins 19.323 morts en France depuis début mars, soit 642 de plus en 24 heures, mais le nombre de patients hospitalisés et en réanimation poursuit sa décrue, a indiqué samedi la direction générale de la Santé.

    Un total de 11.842 décès a été enregistré dans les hôpitaux (+364) et 7.481 (+278) dans les maisons de retraite médicalisées (Ehpad) et autres établissements médico-sociaux, a précisé la Direction générale de la Santé (DGS).

  • Dans 30% des cas, le test passe à côté de la contamination

    Les tests actuels de dépistage du coronavirus sont loin d'être parfaits. Celui qui est testé positif est certes infecté, mais pour 30 personnes infectées sur 100, le test donne un faux résultat négatif, affirme Patrick Vankrunkelsven, chargé de cours à temps partiel au Centre universitaire de la médecine générale de la KU Leuven, sur le site web du Centre belge pour l'Evidence-Based Medicine (CEBAM).

    "Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un test peut être faussement négatif: présence insuffisante de virus dans le mucus nasal, qualité et moment du prélèvement, conditions de transport et marge d'erreur du test lui-même. Le résultat du test n'est donc pas toujours fiable. L'exactitude des chiffres n'existe pas, mais une hypothèse prudente est d'estimer que parmi toutes les personnes infectées qui subissent un tel test, seuls 70% sont déclarés positifs et, dans les autres cas, la personne concernée est incorrectement étiquetée comme non infectée", explique Patrik Vankrunkelsven.

    ©Photo News

    Les personnes qui souffrent du COVID-19 s'avèrent souvent positifs au début pour le frottis nasal, mais plus après environ une semaine, alors que le virus est encore bien présent dans le liquide pleural et dans la toux. "Ces individus ont très souvent un résultat négatif (...) alors qu'ils peuvent être contagieux pendant 14 jours supplémentaires", précise le spécialiste. Selon lui, les tests sont utiles pour donner une image épidémiologique globale de la propagation et de l'évolution du virus, mais leur utilité au niveau individuel est limitée.

  • Forte hausse de l'anxiété et des troubles dépressifs

    L'anxiété et les troubles dépressifs ont considérablement augmenté en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Les personnes les plus affectées par la situation sont les femmes, les jeunes âgés de 16 à 24 ans, mais aussi les adultes jusqu'à 50 ans, ressort-il d'une enquête en ligne du centre fédéral de recherche Sciensano menée du 2 au 9 avril auprès de 44.000 personnes.

    L'enquête montre que les troubles anxieux (20%) ont augmenté de manière significative depuis le début de la crise liée au COVID-19 par rapport aux résultats de l'enquête santé 2018 (11%). Les femmes (24%) sont plus susceptibles de souffrir de ce type de troubles que les hommes (16%).

    20
    %
    Les troubles anxieux affectent en ce moment 20% des Belges, contre 11% en temps normal.

    Par ailleurs, environ un personne âgée de 16 à 44 ans sur quatre souffre de troubles anxieux (20% pour les hommes et 30% pour les femmes). Leur prévalence diminue avec l'âge à partir de 45 ans. Chez les adolescents âgés de 16 à 24 ans, leur incidence a doublé chez les garçons et triplé chez les filles.

    Selon Sciensano, le soutien de la famille et des amis réduit le stress causé par la crise sanitaire, de même que le risque de dépression. Mais plus différents aspects de la vie (travail, revenus, santé, avenir) sont affectés par la crise, plus le risque d'anxiété et/ou de trouble dépressif est important.

  • 888 décès supplémentaires au Royaume-Uni, 15.464 morts au total

    Le Royaume-Uni a annoncé samedi 888 morts supplémentaires à l'hôpital de patients atteints par le nouveau coronavirus, ce qui porte à 15.464 le nombre total de victimes de cette maladie dans le pays. Ce chiffre est en hausse par rapport aux 847 décès annoncés vendredi par le ministère de la Santé. Le nombre de personnes testées positives au coronavirus a atteint au total 114.217, en augmentation de 5.526 par rapport à la veille, selon le ministère de la Santé.

    Les chiffres publiés quotidiennement par les autorités sanitaires britanniques ne comprennent que les décès à l'hôpital de patients testés positifs, une méthode critiquée car elle ne tient pas compte des décès dans les maisons de retraite ou à domicile et atténue ainsi l'impact réel de la pandémie. Après avoir collecté ses propres données, Care England, qui représente des maisons de retraites indépendantes, estime que le nombre réel de décès est bien supérieur et pourrait atteindre 7.500.

  • L'Espagne passe la barre des 20.000 morts

    Le nombre de morts du nouveau coronavirus a dépassé la barre des 20.000 en Espagne, troisième pays le plus endeuillé du monde derrière les Etats-Unis et l'Italie, a annoncé samedi le ministère de la Santé.
    Depuis le début de l'épidémie, 20.043 personnes ont succombé à la maladie Covid-19. En 24 heures, le nombre de morts s'est élevé à 565, une légère baisse par rapport aux 585 notifiés vendredi. 

  • Réouverture progressive des magasins de bricolage

    Plusieurs magasins de bricolage ont rouvert leurs portes samedi matin. "La grande distribution du bricolage (Brico, Hubo, Gamma...) a pour objectif de rouvrir au plus tard lundi à condition que toutes les mesures de sécurité soient en place", observe Delphine Latawiec, responsable du secteur commerce à la CNE.

    Le Conseil national de sécurité a décidé mercredi d'autoriser les jardineries et les magasins de bricolage à ouvrir dans les mêmes conditions que les magasins d'alimentation. Dans l'ensemble, le secteur du bricolage semble mieux préparé que ne l'était la grande distribution alimentaire un peu prise de court au début de la crise, ajoute Delphine Latawiec. "Tous les magasins de bricolage se sont mis en ordre de bataille avec pour objectif d'ouvrir le plus vite possible car les vacances de Pâques se terminent dimanche. D'un point de vue commercial, il restait donc un jour ou deux pour réaliser un bon chiffre." 

    Pour les enseignes où le syndicat chrétien dispose de délégués sur le terrain, tout se passait bien samedi matin, ajoute Mme Latawiec. "Tout a l'air d'être mis en place" en termes de sécurité dans les Brico, confirme Jalil Bourhidane, secrétaire permanent CNE Commerce (Bruxelles et Brabant wallon). A l'exception du Brico Planit d'Anderlecht, où le personnel n'a pas voulu prendre le travail, jugeant les mesures déployées insuffisantes, indique-t-il. Les employés travailleront lundi si cela a été amélioré. Par ailleurs, de longues files étaient constatées devant les magasins à Bruxelles et dans le Brabant wallon, indique M. Bourhidane.

  • "Quand on présente des symptômes, le premier réflexe doit être de s'isoler"

    80% des Belges attendent un contact avec leur médecin avant de se mettre en quarantaine, alors qu'ils présentent des symptômes du coronavirus. C'est ce qui ressort d'une enquête de Sciensano communiquée à l'occasion du point presse de ce samedi. "Dès qu'on présente des symptômes, le premier bon réflexe est de s'isoler des autres (avant même d'avoir des consignes de son médecin, ndlr.)", a expliqué Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19.

    Par ailleurs, la majorité des Belges respectent les mesures de confinement mises en place pour limiter la propagation du coronavirus dans le pays. 90% des sondés affirment également être assez informés sur les mesures sanitaires en vigueur mais 14% de la population ne respecte pas les conseils d'hygiène de base, comme le lavage régulier des mains et 9% des sondés ne respectent pas la distanciation sociale.

    Comme l’on pouvait s’y attendre, les troubles anxieux (20%) ont fortement augmenté depuis le début de la crise du coronavirus

    Ce sondage a été réalisé sur 44.000 personnes du 02 au 09 avril. 

  • Le bilan belge des dernières 24h

    Le vendredi 17 avril, 1.045 nouveaux cas ont été rapportés. 608 patients résident en Flandre, 298 en Wallonie et 128 à Bruxelles. Les autorités sanitaires n'ont pas d’information concernant le lieu de résidence des 11 dernières personnes. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 37.183.

    La situation se présente comme suit :

    • Au total, 5.069 patients sont hospitalisés. 303 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. 
    • Au total, 1.119 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 92 patients au cours des 24 dernières heures. 
    • 8.348 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 387 au cours des 24 dernières heures
    • 5.453 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 290 décès au cours des dernières 24h. Sur les 5.453 personnes décédées, 47% sont mortes à l’hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins,

  • Revoir le point presse du Centre de crise

    Conférence de presse du Centre de crise

    ©BELGA

  • Le coronavirus fait 7.000 morts dans les maisons de repos américaines

    Au moins 7.000 personnes sont mortes dans des maisons de repos à travers les États-Unis à cause de Covid-19, selon un rapport du New York Times de vendredi.

    Le virus s'est propagé à plus de 4.100 maisons de repos et autres établissements de soins aux États-Unis, selon le décompte national établi par le quotidien.  Le pays compte plus de 700.000 cas et plus de 37.000 décès, selon les derniers chiffres de l'université Johns Hopkins publiés vendredi. Les établissements de soins ont été particulièrement vulnérables dans cette épidémie, à la fois parce que les personnes âgées et les personnes immunodéprimées sont plus exposées au virus et parce que le risque d'infection est plus élevé lorsque de nombreuses personnes vivent à proximité les unes des autres.

  • L'OMS met en garde contre les tests sérologiques

    Les tests sérologiques, qui permettent de savoir si une personne a été infectée par le coronavirus en détectant les anticorps de la maladie dans le sang, doivent être utilisés avec précaution, explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Et pour cause: il reste beaucoup de questions autour de la façon dont l'immunité au Covid-19 se construit

    "De nombreux pays estiment qu'utiliser des tests sérologiques rapides peut permettre de mesure l'immunité de groupe", explique la Dr Maria van Kerkhove, épidémiologiste à l'OMS. "Pour le moment, il n'y a pas de preuve qu'un test sérologique peut nous montrer si quelqu'un est immunisé ou est protégé d'une nouvelle infection", a-t-elle ajouté, d'après la BBC.

    "Ces tests sérologiques vont montrer le niveau d'anticorps, mais quelqu'un qui dispose d'anticorps n'est pas forcément une personne immunisée", détaille la Dr van Kerkhove, ajoutant le développement de tels tests est une bonne chose, mais qu'il est important de comprendre ce qu'ils mesurent.

    Dr Maria van Kerkhove ©REUTERS

  • Trump appelle à "libérer" des Etats gouvernés par des démocrates

    Le président américain, Donald Trump, a semblé soutenir vendredi des manifestants qui protestent contre les consignes de confinement visant à lutter contre la propagation du coronavirus, en appelant à "libérer" trois Etats gouvernés par des démocrates.

    En majuscules, et à une poignée de minutes d'intervalle, M. Trump a écrit sur son compte aux près de 80 millions d'abonnés: "Libérez le Minnesota!", "Libérez le Michigan!" et "Libérez la Virginie"
    Pour ce dernier Etat, il a ajouté, en référence au droit des Américains à porter des armes: "Et sauvez votre formidable deuxième amendement. Il est assiégé!"

    Ces trois Etats sont dirigés par des gouverneurs démocrates qui ont ordonné à leurs habitants de rester chez eux. La pandémie a fait plus de 30.000 morts aux Etats-Unis, qui recensaient vendredi près de 700.000 cas de coronavirus, selon l'université Johns Hopkins. Le Michigan compte près de 2.000 morts, la Virginie 208 et le Minnesota 87 décès. 

  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Un Comité de concertation a eu lieu ce vendredi sur la reprise des visites en maisons de repos, un sujet qui a créé la polémique cette semaine. Les différents niveaux de pouvoir sont d'accord sur la nécessité de d'abord se concerter avec le secteur. La reprise est donc reportée.

    ► Ce jeudi, la barre des 5.000 décès a été dépassée en Belgique. 1.329 nouveaux cas positifs au coronavirus ont été rapportés. 5.161 patients sont hospitalisés. 320 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées ces dernières 24h. 5.163 décès au total ont été rapportés depuis le début de la pandémie. "La force du virus diminue", a indiqué Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise.

    ► "Je l'admets franchement. Nous aussi, des autorités, faisons des erreurs. Experts et politiques sont également des humains, qui font de leur mieux pour gérer cette crise, que l'on n'avait jamais connue", a indiqué ce vendredi le ministre-président flamand Jan Jambon, via un message transmis sur les réseaux sociaux.

    ► En France, le nombre de personnes décédées du coronavirus était de 18.681 ce vendredi, soit 761 personnes de plus en 24 heures. Pour le troisième jour consécutif, le nombre de personnes hospitalisées à cause du Covid-19 a baissé, de 115, et celui des personnes en réanimation, un indicateur très suivi, a reculé de 221. De son côté, l'Italie a annoncé la guérison de 2.563 malades du Covid-19 en une journée, un record depuis le début de la pandémie dans ce pays où elle a officiellement tué près de 23.000 personnes. C'est "le chiffre le plus élevé de guérisons depuis le début de la crise", s'est félicité Angelo Borrelli, chef de la protection civile, en annonçant toutefois le décès de 575 personnes en 24 heures.

    La Foire agricole de Libramont, dont la 86e édition devait se tenir en juillet, n'aura pas lieu cette année et est reportée à juillet 2021, en raison de la crise du coronavirus. Même décision pour la 38e édition de la foire internationale d'art contemporain Art Brussels qui est reportée à avril 2021. L'événement devait se tenir sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles.

    ► La perte de chiffre d'affaires qu'entraîne la crise du coronavirus pour les entreprises belges s'est stabilisée, autour de -34%, mais les entreprises reportent massivement leurs investissements, ressort-il de l'enquête hebdomadaire réalisée dans le cadre de l'Economic Risk Management Group (ERMG).

    ► Les besoins nets de financement du gouvernement fédéral devraient atteindre 31,41 milliards d'euros en 2020, soit 21,8 milliards d'euros de plus que prévu initialement, a annoncé l'Agence de la dette. Cette dernière a été contrainte de revoir son plan de financement pour 2020 afin de tenir compte des conséquences de la crise sanitaire et économique dues au Covid-19 qui fait exploser le déficit public.

    ► Les bourgmestres des communes belges du littoral n'étaient pas encore parvenus ce vendredi à s'accorder sur les mesures sanitaires à mettre en place pour les vacances d'été afin d'endiguer la propagation du coronavirus. Les partisans de mesures restrictives s'opposent à ceux qui veulent étendre les zones de baignade, tandis que d'autres réclament surtout un consensus.

    ► Reprise allégée chez Volvo Gand, situation bloquée chez Audi Brussels. Les deux usines automobiles belges restantes voulaient reprendre la production ce lundi 20 avril. Mais relancer la production d'automobiles tout en respectant la distanciation sociale n'est pas chose aisée. La tension monte donc entre les travailleurs et les directions des deux usines. 

    ► La nuit dernière, les partenaires sociaux de la construction ont bouclé un accord. Il cadre les règles sanitaires et de sécurité pour la reprise des chantiers théoriquement prévue le 4 mai prochain.

    ► L'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) a ajusté les critères de reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle, a-t-elle annoncé vendredi par communiqué. Elle a principalement clarifié les catégories professionnelles pour lesquelles il existe un risque accru de contamination par le virus.

    ► Le secteur du logement a élaboré un plan de relance en vue de réactiver ce marché de façon progressive. La Fédération du notariat (Fednot), l’IPI, Federia et CIB ont préparé un plan en plusieurs étapes qu’ils ont envoyé au groupe d’expert chargé du déconfinement.

    ► Les bureaux de poste vont progressivement rouvrir leurs portes au public les samedis, un total de près de 350 bureaux d'entre eux étant accessibles dès ce samedi 18 avril, annonce Bpost.

    ► Le bilan du Covid-19 en Chine s'est brutalement alourdi ce vendredi, la mairie de Wuhan, où le virus est apparu fin 2019, révisant ses chiffres à la hausse avec 1.290 décès supplémentaires. Ce nouveau décompte porte à 4.632 le bilan des décès enregistré dans le pays le plus peuplé du monde. Lire aussi | D'où vient vraiment le coronavirus? D'un labo chinois?

  • Deceuninck relance une usine en Belgique et supprime 230 emplois aux USA

    Le producteur de portes et fenêtres Deceuninck a partiellement redémarré sa production à Hooglede-Gits, en Flandre occidentale, afin de répondre à la demande de certains clients. La société précise qu'elle a obtenu de bons résultats au premier trimestre. Le chiffre d'affaires a augmenté de 5,7%, à 153 millions d'euros, et l'ebitda ajusté (bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement) a presque doublé pour atteindre 14 millions d'euros.

    Déterminer l'impact de la crise du coronavirus reste difficile pour le moment car cela dépendra de la date de redémarrage du secteur, poursuit l'entreprise. Les usines Deceuninck en Belgique, en France, au Royaume-Uni, en Croatie et en Russie ont été temporairement fermées, tandis que la plupart des travailleurs sont en chômage temporaire.

    En Belgique, environ 650 personnes travaillent pour Deceuninck, qui possède des usines à Dixmude et Hooglede-Gits. La production sur le site de Hooglede-Gits a repris en douceur lundi avec une partie du personnel. En France également, l'entreprise affirme être à nouveau partiellement active.

    Aux États-Unis, où Deceuninck possède des installations dans l'Ohio et du Nevada, les commandes sont aussi en diminution. L'entreprise a donc décidé de supprimer 230 emplois, soit un tiers des effectifs américains.

  • Des contrôles pour vérifier que les médecins se limitent aux prestations essentielles

    Les services d'inspection de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (INAMI) et du Service public fédéral (SPF) Santé publique vérifieront si les médecins effectuent uniquement des consultations et prestations essentielles. Cette mesure prise dans le cadre de la lutte contre le coronavirus n'est pas toujours respectée. Des lignes directrices ont été émises dès le 14 mars en vue de l'annulation et du report des consultations, examens et interventions non essentiels dans tous les hôpitaux généraux, universitaires et de revalidation ainsi que dans les cliniques privées de Belgique, afin de pouvoir garantir les meilleurs soins possibles aux patients atteints de Covid-19.

    Une directive de Sciensano, l'institut scientifique de santé publique, a ensuite élargi cette mesure aux soins ambulatoires des cabinets privés. Selon une lettre envoyée ce vendredi aux prestataires de soins de santé et à leurs associations professionnelles, ces lignes directrices ne seraient toutefois parfois plus appliquées de manière cohérente, indiquent l'Inami, le SPF Santé Publique, le Risk Management Group et l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé). D'après Jo De Cock, administrateur général de l'Inami, certains médecins chefs sont mis sous pression pour effectuer des interventions non essentielles en raison de la concurrence avec d'autres hôpitaux.

    Les services d'inspection compétents des administrations publiques développent un monitoring afin de suivre ce qu'il se passe sur le terrain et pourront procéder à des contrôles ponctuels.

  • 150.142
    morts
    La pandémie de coronavirus a fait 150.142 morts dans le monde (pour 2.207.730 cas), dont près des deux tiers en Europe (96.721 décès pour 1.100.677 cas), continent le plus touché. Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (34.575), devant l'Italie (22.745), l'Espagne (19.478), la France (18.681) et le Royaume-Uni (14.576).

  • Les visites dans les maisons de repos reportées

    Le fédéral et les entités fédérées ont discuté ce vendredi en Comité de concertation virtuel de la reprise partielle des visites en maisons de repos, un sujet qui a secoué le secteur des soins aux personnes âgées cette semaine. Il ressort de la réunion que les différents niveaux de pouvoir sont bien d'accord sur la nécessité de d'abord se concerter avec le secteur à ce sujet, afin d'organiser ces visites sans mettre en danger la santé des résidents et du personnel.

    Cette concertation se fera "via les Régions et les Communautés", afin de mettre en place un "système de visites des résidents des structures d'hébergement, par un membre de la famille qui ne présente aucun symptôme depuis quinze jours, dans les conditions de sécurité sanitaires requises".

    Ce mercredi, le Conseil national de sécurité avait annoncé prolonger de deux semaines les mesures générales de confinement et de distanciation sociale. Parallèlement, il mettait en avant quelques assouplissements, dont la possibilité, pour lutter contre la détresse psychologique générée par l'isolement, d'autoriser sous conditions les visites aux résidents de maisons de repos ou centres pour personnes handicapées. Un seul proche, toujours le même, pourrait s'y rendre s'il ne démontre depuis deux semaines au moins aucun symptôme de la maladie liée au coronavirus.

    La nouvelle avait surpris, et parfois choqué, entre autres parmi les professionnels des soins de santé. Si bien que plusieurs bourgmestres ont formellement interdit de telles visites. Rapidement, les trois Régions ont fait savoir qu'elles ne pouvaient envisager dès lundi la reprise de visites en maisons de repos. L'heure est donc à la temporisation, ce vendredi: à l'occasion du comité de concertation, "il a été réaffirmé la volonté partagée par l'ensemble des régions et le fédéral de procéder au testing approfondi du personnel et des résidents des maisons de repos et de soins. Il a été en outre réaffirmé la volonté partagée d'organiser, via les Régions et les Communautés, une concertation préalable avec le secteur", communique le cabinet Wilmès.

  • 18.681 morts en France, +761 ce vendredi

    Le nombre de personnes décédées du coronavirus était de 18.681 ce vendredi, en prenant en compte les hôpitaux, ainsi que les Ehpad et autres établissements médicaux-sociaux, soit 761 personnes de plus en 24 heures.

    Pour le troisième jour consécutif, le nombre de personnes hospitalisées à cause du Covid-19 a baissé, de 115, et celui des personnes en réanimation, un indicateur très suivi, a reculé de 221. "C'est une baisse lente mais régulière", a souligné le directeur général de la Santé français Jérôme Salomon.

  • La foire internationale Art Brussels reportée à avril 2021

    La 38e édition de la foire internationale d'art contemporain Art Brussels n'aura pas lieu cette année à cause de la crise sanitaire et est reportée à avril 2021. L'événement devait se tenir sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles. La 38e édition d'Art Brussels, initialement programmée en avril, avait été reportée à fin juin dans un premier temps mais n'aura finalement pas lieu cette année, en raison des mesures de lutte contre la propagation du coronavirus.

    Art Brussels indique mettre dès à présent tout en oeuvre "pour créer la meilleure version d'elle-même en 2021". "La foire bénéficie d'un public fidèle, majoritairement national et en provenance des pays frontaliers, elle peut compter sur nombre de collectionneurs, d'amateurs d'art et divers acteurs du monde de l'art et au-delà qui, en véritables ambassadeurs d'Art Brussels, seront sans nul doute présents en 2021", ajoutent les organisateurs.

    L'événement se tiendra du jeudi 22 avril au dimanche 25 avril à Tour & Taxis.

  • En commission Santé de la Chambre, Maggie De Block laisse les parlementaires sur leur faim

    Si les parlementaires réunis par écrans interposés en commission Santé de la Chambre avaient de nombreuses questions à poser à Maggie De Block ce vendredi après-midi, les réponses de la ministre - qui a toutefois promis de répondre par écrit à une série d'interrogations - les ont manifestement laissés sur leur faim. "Je veux mettre les choses au point: j'ai déjà répondu à de très nombreuses questions. Ce n'est pas correct de dire que je ne suis pas assez présente. Il y a une hiérarchie et c'est la Première ministre qui fixe les réunions", a-t-elle d'emblée expliqué. "Il y a aussi une hiérarchie dans la constitution et cette hiérarchie dit que le gouvernement doit répondre de ses actes devant le Parlement", lui a rétorqué le président de la commission, Thierry Warmoes (PTB).

    Après cet échange inaugural à fleurets mouchetés, les parlementaires ont pu poser leurs très nombreuses questions, tournant principalement autour des tests, du matériel de protection, de l'approvisionnement en médicaments ou encore de la situation dans les hôpitaux et les maisons de repos. Se retranchant derrière les réponses déjà apportées par son collègue Philippe De Backer en matière de masques et de testing, la ministre a toutefois rappelé qu'une des principales préoccupations était de garder libres des capacités hospitalières.

    Maggie De Block a promis de répondre par écrit à toute une série de questions, sans pour autant parvenir à apaiser les parlementaires. "Nous restons avec beaucoup d'interrogations en suspens alors que sur le terrain, nous sommes fort sollicités", a ainsi regretté Caroline Taquin (MR). Même constat du côté du PTB où Sofie Merckx a pointé "l'absence de réponses actualisées alors que la crise évolue de jour en jour".

  • L'Italie annonce un nombre record de guérisons

    L'Italie a annoncé la guérison de 2.563 malades du Covid-19 en une journée, un record depuis le début de la pandémie dans ce pays où elle a officiellement tué près de 23.000 personnes. C'est "le chiffre le plus élevé de guérisons depuis le début de la crise", s'est félicité Angelo Borrelli, chef de la protection civile, en annonçant toutefois le décès de 575 personnes en 24 heures.

    Il y a ce vendredi près de 107.000 malades recensés dans la péninsule, soit 355 de plus que la veille. Dans plusieurs régions, comme celles de Turin, Naples ou de Rome, ce chiffre est même en baisse.

    Autre record en Italie, celui du nombre de tests réalisés par les services sanitaires, plus de 65.000 en une journée. Or sur ce chiffre, un peu plus de 5% se sont avérés positifs, là encore un chiffre qui est un "autre indicateur de l'efficacité des mesures prises en termes de confinement pour contenir la contagion", selon Franco Locatelli, le patron du Conseil supérieur de la Santé. "Le 3 avril, nous avions 4.068 patients en soins intensifs, aujourd'hui un peu plus de 2.800", a relevé Franco Locatelli lors d'une conférence de presse.

  • Jan Jambon: "Nous avons également fait des erreurs"

    "Je l'admets franchement. Nous aussi, des autorités, faisons des erreurs. Experts et politiques sont également des humains, qui font de leur mieux pour gérer cette crise, que l'on n'avait jamais connue", a indiqué ce vendredi le ministre-président flamand Jan Jambon, via un message transmis sur les réseaux sociaux. "Chaque jour, nous tentons de trouver des solutions pour sortir de cette crise de manière humainement digne, et un jour nous tirerons les leçons de nos erreurs", ajoute le ministre N-VA. Il se fait pour le reste encourageant, appelant à poursuivre l'effort.

    "Nous allons encore devoir maintenir ces mesures simples quelques semaines", indique-t-il, faisant sans doute référence au confinement et à la distanciation sociale. "Si bientôt vous allez dans une jardinerie ou un magasin de bricolage et voyez qu'il y a la file, retournez chez vous et revenez une autre fois", ajoute le ministre-président flamand.

    Samedi, les jardineries et surfaces de bricolage seront en effet autorisées à rouvrir. Toutes ne le feront pas, ou pas immédiatement, car certains commerces ont besoin de se préparer à reprendre du service après plusieurs semaines de fermeture. Quoi qu'il en soit, les mesures habituelles, comme celles qui valent dans les supermarchés, continuent de s'appliquer lors des achats dans ces magasins, soit le maintien d'une distance suffisante entre les personnes, la limitation du nombre de clients simultanément présents à un maximum d'un par 10 mètres carrés et une durée des achats de maximum 30 minutes, selon un rappel tweeté par le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem.

  • 3.000 tests ont déjà été réalisés dans les maisons de repos bruxelloises

    Selon le ministre bruxellois Alain Maron, chargé de la Santé et de l'Action sociale au sein de la Cocom, 3.000 tests ont déjà été effectués dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins de la Région-capitale. Le testing se poursuit d'ailleurs, avec l'envoi progressif de milliers de tests dans les différentes institutions ainsi que dans les structures d'hébergement pour personnes handicapées, dans un second temps.

    Le MR, notamment, s'était dit interpellé par les chiffres du bulletin épidémiologique de Sciensano, l'institut scientifique de santé publique. Selon les données présentées par l'Institut, il y a eu, depuis le 10 avril, un total de 14.013 tests effectués en Belgique en maisons de repos et dont les résultats sont connus, personnel et résidents confondus. Mais parmi ceux-ci, seulement 364 en Région bruxelloise. Ce n'est qu'une question d'heures, précise ce vendredi après-midi le cabinet d'Alain Maron (Ecolo).

    Des milliers de tests, 3.000 environ, ont bien été effectués, dans 25 maisons de repos différentes, mais les prélèvements doivent ensuite parvenir au laboratoire et cela prend un peu de temps ("48 à 72 heures après l'envoi au laboratoire") avant que les résultats ne soient connus. On attend ainsi rapidement les résultats de ces milliers de tests, qui n'étaient cependant pas disponibles à temps pour le bulletin du jour de Sciensano. Selon les chiffres transmis par le ministre bruxellois, 2.050 tests sont parvenus à douze maisons de repos et de soins en fin de semaine dernière. Il s'agissait du premier envoi de kits vers ces institutions.

    Cette semaine, un total de 4.854 tests ont été ou vont être envoyés à 31 maisons de repos et de soins. Une fois que la maison de repos a reçu le matériel, il lui faut cependant organiser le prélèvement en lui-même, et le renvoyer au laboratoire. Ces tests concernent le personnel soignant et les résidents. Selon le plan mis en place, 9.653 autres tests parviendront la semaine prochaine à six structures pour personnes handicapées et 55 maisons de repos et de soins.

    Puis encore 9.653 tests la semaine suivante, celle du 27 avril. On est "en vitesse de croisière", indique-t-on au cabinet Maron. "Avant la fin du mois, nos 139 maisons de repos et de soins et plus de 50 autres institutions seront testées", affirme le ministre par communiqué.

  • La Foire agricole de Libramont ne se tiendra pas cette année

    La Foire agricole de Libramont, dont la 86e édition devait se tenir en juillet, n'aura pas lieu cette année et est reportée à juillet 2021, en raison de la crise du coronavirus.

    La Foire agricole de Libramont draine chaque année plus de 200.000 visiteurs. La prochaine édition de la grand-messe du monde agricole et rural se tiendra, dès lors, du 23 au 26 juillet 2021.

  • La perte de chiffre d'affaires des sociétés stabilisée, mais report des investissements

    La perte de chiffre d'affaires qu'entraîne la crise du coronavirus pour les entreprises belges s'est stabilisée, autour de -34%, mais les entreprises reportent massivement leurs investissements, ressort-il de l'enquête hebdomadaire réalisée dans le cadre de l'Economic Risk Management Group (ERMG). La perte de chiffre d'affaires pour les entreprises belges est estimé à 34% durant la semaine du 10 au 16 avril, contre -37% la semaine précédente (3 au 9 avril) et -33% durant la semaine du 27 mars au 2 avril.

    "Les entreprises interrogées indiquent que la baisse du chiffre d'affaires ainsi que les problèmes de solvabilité et de liquidité se maintiennent à peu près au même niveau depuis quelques semaines", résume l'enquête hebdomadaire réalisée par les fédérations d'entreprises et d'indépendants (Beci, SNI, Unizo, Uwe et Voka) et coordonnée par la BNB et par la FEB. Si les disparités restent faibles entre les Régions, elles se renforcent en revanche entre les secteurs. Les entreprises des secteurs de l'horeca et des arts, spectacles et activités récréatives indiquent en moyenne un risque de faillite qui reste sensiblement plus élevé.

    L'incertitude latente semble pousser les entreprises à retarder certains plans d'investissement. Un tiers des entreprises interrogées ont reporté à une date ultérieure en 2020 ou 2021 des investissements initialement prévus et un tiers des entreprises interrogées les ont reportés à une date postérieure encore inconnue. Dans l'échantillon, seule une entreprise interrogée sur huit a maintenu ses plans d'investissement. Au total, 5.005 entreprises et indépendants ont répondu à l'enquête de cette semaine.

  • Ouverture des jardineries et magasins de bricolage: Comeos lance un appel à la sécurité

    Les magasins de bricolage et les jardineries peuvent ouvrir leurs portes dès samedi. Comeos, la fédération belge du commerce et des services, lance un appel aux clients: "respectons au maximum les mesures de sécurité". Comeos rappelle que les mesures mises en place dans les supermarchés s'appliquent aux jardineries et magasins de bricolage: garder les distances (1,5m), un client par 10 m2, visite limitée à 30 minutes et déplacement seul.

    "Nous constatons que ces règles fonctionnent dans les supermarchés. Nous partons du principe que ces règles garantiront également une sécurité maximale dans les magasins. Chacun doit prendre ses responsabilités, tant le client que le commerçant", indique vendredi Dominique Michel, CEO de Comeos.

  • Une solution aux pénuries de médicaments a été trouvée, affirment l'AFMPS et l'Absym

    "Le service d'aide d'urgence a pu solutionner les pénuries de médicaments temporaires rencontrées par les hôpitaux", affirment vendredi l'Agence fédérale pour les médicaments et produits de santé (AFMPS) et l'Association belge des Syndicats Médicaux (Absym) dans un communiqué commun. "L'ensemble des craintes des médecins" a pu être levée lors d'une réunion, mercredi.

    Les commandes excessives de médicaments de certains acteurs hospitaliers au début de la pandémie de Covid-19 avaient entraîné une pénurie de médicaments disponibles sur le marché belge, affirme le communiqué. Afin d'assurer un approvisionnement continu de médicaments ainsi que la continuité des soins, l'AFMPS a fait état de "solutions exceptionnelles", toujours en cours à l'heure actuelle.

    L'agence fédérale a notamment fait appel à des producteurs dont les médicaments à usage humain ne disposent pas d'autorisation de mise sur le marché (AMM). Après un contrôle strict, certains de ces médicaments d'ordinaire non agréés en Belgique ont été considérés comme équivalents aux normes européennes permettant de garantir leur usage chez le patient belge sans aucun risque supplémentaire à encourir pour le patient.

  • Les partenaires sociaux de la construction se mettent en ordre de marche pour le 4 mai

    La nuit dernière, les partenaires sociaux de la construction ont bouclé un accord. Il cadre les règles sanitaires et de sécurité pour la reprise des chantiers théoriquement prévue le 4 mai prochain. 

    -> Notre article est à lire ici

  • Moody's craint que la hausse de la dette publique ne se maintienne à terme

    La dette publique de la Belgique va fortement augmenter cette année et l'agence de notation Moody's craint que cette hausse ne se maintienne à long terme. Selon Moody's, les mesures de soutien économique des autorités belges vont contribuer à limiter l'impact négatif de la crise du coronavirus.

    L'agence évoque une approche "proactive", avec notamment la mise sur pied de l'Economic Risk Management Group (ERMG). Mais l'impact sur l'économie sera tout de même "considérable". Moody's s'attend à ce que le PIB réel de la Belgique recule de 4,9% en 2020. Le déficit budgétaire va augmenter jusqu'à 7,2% du PIB et la dette, qui pour la première fois en huit ans était passée sous la barre des 100% du PIB, va à nouveau repartir à 111%, estime Moody's.

  • Le groupe Lufthansa a rapatrié 90.000 personnes, plus de 6.000 pour Brussels Airlines

    Les compagnies aériennes du groupe Lufthansa, dont Brussels Airlines, ont rapatrié 90.000 vacanciers et voyageurs depuis le 13 mars dernier, indique vendredi Lufthansa dans un communiqué. La compagnie Brussels Airlines, filiale de Lufthansa, a organisé 37 vols de rapatriement concernant 6.086 passagers. 437 vols ont été opérés par les différentes compagnies depuis 106 aéroports dans le monde. Onze nouveaux vols suivront ces prochains jours.

  • Un nouveau test sérologique pour détecter les anticorps du Covid-19

    Un nouveau test sérologique pour détecter les anticorps du Covid-19 a été mis au point par Roche, importante société de biotechnologie, a-t-elle annoncé par communiqué vendredi. Ce test est destiné à être utilisé dans le cadre de la recherche épidémiologique pour aider à mieux comprendre la propagation de la maladie. Il devrait être disponible début mai selon l'entreprise.

  • Au Royaume-Uni, 847 décès supplémentaires et 14.576 morts au total

    Le Royaume-Uni a dénombré vendredi 847 morts supplémentaires à l'hôpital de patients atteints par le nouveau coronavirus, un bilan proche de celui de la veille (+861 morts), qui porte à 14.576 le nombre total de victimes du Covid-19 dans le pays. Le nombre de personnes testées positives a atteint au total 108.692, en augmentation de 5.599 par rapport à la veille, selon le ministère de la Santé.

    Cette relance de l'épidémie intervient juste après que le gouvernement britannique a prolongé jeudi soir d'"au moins trois semaines" le confinement, instauré depuis le 23 mars pour tenter d'endiguer la propagation du nouveau coronavirus. Le Royaume-Uni est un des pays en Europe les plus touchés par la pandémie, tandis que le gouvernement de Boris Johnson a été vivement critiqué pour avoir tardé à décréter le confinement.

  • Les bureaux de poste vont progressivement rouvrir leurs portes les samedis

    Les bureaux de poste vont progressivement rouvrir leurs portes au public les samedis, un total de près de 350 bureaux d'entre eux étant accessibles dès ce samedi 18 avril, annonce Bpost. Depuis le 14 mars et les premières mesures de confinement, les bureaux de poste étaient fermés les samedis. "L'ouverture des bureaux de poste le samedi constitue un élément important du service de Bpost à la population et permettra aux clients de mieux répartir leurs visites au cours de la semaine", souligne l'entreprise dans un communiqué.

  • Les notaires et le secteurs immobilier préparent leur relance

    Le secteur du logement a élaboré un plan de relance en vue de réactiver ce marché de façon progressive. La Fédération du notariat (Fednot), l’IPI, Federia et CIB ont préparé un plan en plusieurs étapes qu’ils ont envoyé au groupe d’expert chargé du déconfinement

    "Le plan de relance du secteur immobilier, qui est soutenu par l'ensemble du marché, permet d'organiser le travail de manière socialement et économiquement responsable pendant la crise et dès la sortie progressive du confinement. Le plan prend comme point de départ la santé publique et fournit une base pour reprendre efficacement le travail qui pourra être fait en toute sécurité", expliquent-ils dans un communiqué.

    Le temps que nécessite la préparation des dossiers de vente, de location, etc. étant souvent de plus d’un mois, "il est crucial que les bureaux puissent déjà se lancer dans les préparatifs, ce qui peut se faire en toute sécurité (demande de certificats, préparation de la publicité ...)", pointe le secteur, "le cas échéant, il existe un risque réel que le marché puisse reprendre, au mieux, en septembre. D'ici là, les professionnels de l'immobilier ne pourront pas aider les vendeurs, acheteurs, bailleurs et locataires ".(Mathilde Ridole)

  • Quelque 4,5 milliards d'humains appelés à se confiner

    4,5 milliards
    de confinés
    Au moins 4,5 milliards de personnes dans 110 pays ou territoires sont contraintes ou incitées par leurs autorités à rester confinées chez elles pour lutter contre la propagation du Covid-19. Cela représente près de six humains sur dix (environ 58%), la population mondiale étant évaluée par l'Onu à 7,79 milliards de personnes en 2020.

  • Des chercheurs de la VUB analysent le système immunitaire avant et après infection

    Des chercheurs de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) vont analyser des échantillons sanguins de patients Covid-19 pour déterminer la manière dont leur système immunitaire réagit pendant et après la maladie. Les résultats permettront d'améliorer le diagnostic, le traitement et la prévention du coronavirus.

  • Pour la Stib, prendre le bus pour acheter des fleurs n'est pas un déplacement essentiel

    Alors que les magasins de bricolage et pépinières vont pouvoir rouvrir leurs portes malgré la pandémie de Covid-19, la société de transports en commun bruxellois appelle vendredi ses voyageurs à laisser les véhicules disponibles pour les personnes qui doivent effectuer des déplacements essentiels et qui n'ont pas d'autre solution.

    La Stib craint que le nombre de déplacements non essentiels augmente à nouveau dans les transports publics, à la veille d'un nouveau week-end ensoleillé et après que les autorités ont annoncé que les magasins de bricolage et pépinières pourront rouvrir. La société de transport a en effet constaté que la fréquentation de ses véhicules avait augmenté de 10 à 15% pendant le week-end de Pâques. La plupart des gens n'avaient pourtant pas de déplacements professionnels à effectuer, déplore la Stib.

  • L'Italie se dote d'une application de traçage

    L'Italie a choisi une application de traçage des contacts dans sa lutte contre l'épidémie de Covid-19, qui sera déployée à très court terme dans plusieurs régions tests. Cette application, créée avec le soutien d'un centre médical, respecte les règles énoncées par l'Union européenne, selon le site. Elle est basée sur la technologie Bluetooth et non sur la géolocalisation; chacun peut choisir de la télécharger ou non et dispose du contrôle de ses données personnelles qui ne quittent pas le téléphone de l'utilisateur.

  • Près de 19.500 morts en Espagne

    19.478
    morts
    L'Espagne a recensé 19.478 morts du Covid-19 depuis le début de l'épidémie. En 24 heures, 585 morts ont été enregistrées, a précisé le ministère de la Santé dont la méthodologie a changé afin d'homogénéiser les statistiques envoyées par les différentes régions, entraînant une modification des bilans des jours précédents.

  • La société liégeoise Any-Shape va produire près de 100.000 écouvillons par semaine

    La société Any-Shape, basée à Flémalle et spécialisée dans la fabrication additive (en 3D), va commencer dès ce week-end à produire des écouvillons, à raison de près de 100.000 unités par semaine. "Dès le début de la pandémie en Europe, une large pénurie en dispositifs de prélèvement, essentiellement des écouvillons naso-pharyngés (NP), a été observée en Belgique mais également dans de nombreux pays européens. En fait, la majorité (plus de 90%) des écouvillons utilisés mondialement sous différents labels sont fabriqués par une seule et même firme italienne", explique Any-Shape dans un communiqué.

    En réponse à cette situation, Any-Shape a réalisé une "reconception" complète d'un écouvillon pour permettre d'en produire entièrement en impression 3D. Une étude clinique a ensuite été menée avec le CHU de Liège sur base de ce nouvel écouvillon, d'abord en laboratoire, ensuite sur une centaine de patients. Les résultats, positifs, ont mené à la validation de cet écouvillon auprès de l'AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé) pour une mise sur le marché immédiate. "La demande est énorme: rien que pour la Belgique, on parle d'un besoin d'environ 20.000 écouvillons par jour pour les prochaines quatre à six semaines", souligne encore Any-Shape qui va donc en produire près de 100.000 par semaine dès ce week-end.

    Spécialisée dans la fabrication de pièces pour l'aéronautique, Any-Shape produit par ailleurs depuis le début de la crise du coronavirus des pièces pour respirateurs, des visières de protection et des éléments de masques FFP2. 

  • Le FabLab de l'ULB a produit de 20.000 visières

    Le FabLab de l'ULB a déjà produit plus de 20.000 visières de protection en trois semaines. Il en a fourni 12.000 aux soignants des hôpitaux de la Ville de Bruxelles, se réjouit celle-ci dans un communiqué.

    Plus de 12.000 surmasques ont été fournis aux hôpitaux de la Ville de Bruxelles, soit Saint-Pierre, Bordet, Brugmann et Huderf. Les visières ont aussi été distribuées à d'autres hôpitaux, tels qu'Erasme, l'UZ Brussel, ZN Antwerpen, CHU Epicura de Mons... et les demandes continuent d'affluer, aussi de la part de plusieurs CPAS, maisons de repos et de soins, médecins généralistes, entre autres.

  • La Côte belge hésite entre restrictions d'accès et extension des zones de baignade

    Les bourgmestres des communes belges du littoral n'étaient pas encore parvenus vendredi à s'accorder sur les mesures sanitaires à mettre en place pour les vacances d'été afin d'endiguer la propagation du coronavirus. Les partisans de mesures restrictives s'opposent à ceux qui veulent étendre les zones de baignade, tandis que d'autres réclament surtout un consensus.

    La Côte belge anticipe un afflux d'estivants d'autant plus important cette année que les voyages à l'étranger devraient soit rester interdits soit connaître une forte baisse.

    Ostende, la "reine des plages" dont l'étendue est pourtant relativement faible, a pris les devants en réclamant des restrictions d'accès. On y évoque la piste d'un laissez-passer pour la plage octroyé aux clients d'hôtels et aux résidents. "Je comprends que ce ne soit pas à l'ordre du jour pour des communes plus petites, elles ne connaissent pas de tels afflux" de vacanciers, fait observer le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein (Open Vld).

    Sa collègue de Blankenberge, Daphné Dumery (N-VA), partage ce souci. "Je comprends la piste envisagée à Ostende, car ici aussi la plage est assez petite. Il faudra une solution, mais la base de la relance du tourisme à la Côte doit être la même pour tout le littoral", plaide-t-elle. A ses yeux, il convient surtout d'écouter les experts.

    Jean-Marie Dedecker (indépendant), bourgmestre de Middelkerke, envisage quant à lui d'ouvrir des zones de baignade supplémentaires pour espacer les estivants. Il refuse le principe de limiter le nombre de touristes. "L'horeca et les commerce sont déjà prêts à se noyer. Ils ont besoin des touristes", affirme-t-il.

  • Pékin dément toute "dissimulation" dans le bilan du Covid-19

    Le gouvernement chinois a démenti vendredi toute "dissimulation" dans le bilan du Covid-19, après une brusque augmentation du nombre de décès comptabilisés dans le pays. "Il n'y a jamais eu aucune dissimulation et nous n'autoriserons jamais aucune dissimulation", a assuré devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, après l'annonce de près de 1.300 morts supplémentaires à Wuhan, la ville où le virus est apparu à la fin de l'année dernière.

    M. Zhao a reconnu "des retards, des omissions et des imprécisions" dans l'enregistrement des décès au début de l'épidémie, du fait de l'engorgement des hôpitaux, mais "la réponse de la Chine à l'épidémie est irréprochable", a-t-il affirmé.

  • L'épidémie désormais "sous contrôle" en Allemagne

    L'épidémie de nouveau coronavirus est désormais "sous contrôle et gérable" en Allemagne, s'est félicité vendredi le ministre de la Santé Jens Spahn. "Nous pouvons maintenant dire que cela a réussi, nous sommes parvenus à passer d'une croissance dynamique à une croissance linéaire, les taux d'infection ont diminué de manière significative", a fait valoir lors d'une conférence de presse le ministre, précisant que l'Allemagne avait testé à ce jour quelques 1,7 million de personnes.

    Le taux d'infection, c'est-à-dire le nombre de personnes que contamine en moyenne un malade du Covid-19, est ainsi inférieur à 1, atteignant vendredi 0,7 selon l'estimation publiée par l'institut Robert Koch, l'autorité fédérale chargée de la veille épidémiologique.

  • Un bracelet intelligent renseignant la distance sociale en test dans le port d'Anvers

    Un bracelet intelligent, émettant notamment un signal lorsque son porteur ne respecte pas la distance sociale, va être testé dans le port d'Anvers. L'outil technologique, développé en partenariat avec Rombit, doit permettre de freiner les contaminations au Covid-19 sur le lieu de travail.

    Le bracelet Romware Covid Radius s'inspire d'un outil similaire déjà testé dans le port anversois depuis l'année passée et qui permet aux ouvriers de détecter les situations à risque. De nouvelles fonctionnalités doivent permettre aujourd'hui au personnel du port de mieux respecter les prescriptions de l'OMS contre la pandémie de coronavirus.

  • Un nouveau pic après le week-end pascal?

    Les autorités sanitaires ne pensent pas que nous aurons un nouveau pic, il n'y a pas d'indication allant ce sens. Mais ce qu'elles savent, c'est que ce que nous faisons aujourd'hui a toujours un impact pour les deux semaines suivantes. "Ce que nous voyons aujourd'hui, c'est le résultat de ce que nous avons fait il y a deux semaines et ce que nous faisons aujourd'hui aura un impact dans les deux semaines qui suivent", précise Emmanuel André, porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19. 

    "Donc, oui, s'il y a un relâchement dans certaines mesures, nous pouvons nous attendre à avoir un impact, dans un sens ou dans l'autre, dans les deux semaines."

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    Le jeudi 16 avril, 1.329 nouveaux cas ont été rapportés. 585 patients résident en Flandre, 581 en Wallonie et 143 à Bruxelles. Les autorités sanitaires n'ont pas d’information concernant le lieu de résidence des 20 dernières personnes. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 36.138.

    La situation se présente comme suit :

    • Au total, 5.161 patients sont hospitalisés. 320 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. 
    • Au total, 1.140 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 42 patients au cours des 24 dernières heures. 
    • 7.961 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 399 au cours des 24 dernières heures
    • 5.163 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 313 décès au cours des dernières 24h. Des décès des dernières 24h, 114 ont eu lieu à l’hôpital, 199 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 24% a été confirmé par un test Covid-19. Sur les 5.163 personnes décédées, 44% sont mortes à l’hôpital, 54% dans une maison de repos et de soins, 0,6% à la maison et 0,2% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (7,8%) ou des cas suspects (92%).

  • Le taux d'infection est descendu de 3 à 0,8 en Belgique

    Le taux d'infection, quand il est chiffré, représente le nombre de personnes qu'une personne infectée va contaminer autour d'elle. Dans le cadre de cette épidémie, la vitesse de propagation qui a été décrite était d'environ 3 personnes, au début de l'épidémie. Autrement dit, chaque personne infectée peut transmettre le virus à 3 autres personnes. Ce qui en explique la croissance exponentielle. 

    "Toutes les mesures que nous prenons, et que nous continuons à prendre, ont pour but de ralentir l'épidémie", explique Emmanuel André, porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19. "Le but est que chaque personne touchée par le virus infecte le moins de personnes possible autour d'elle."

    Aujourd'hui en Belgique, une nouvelle personne infectée contamine environ 0,8 personne. C'est-à-dire moins d’une personne. Ce qui montre que les mesures que nous prenons ont un effet sur le ralentissement sur la propagation de l'épidémie. 

    "Au plus nous nous rapprocherons de zéro, au plus nous aurons le contrôle sur la propagation du virus. Mais reprendre le contrôle nécessite de maintenir un certain nombre de mesures, d'en ajouter d'autres et de faire extrêmement attention à la façon dont, au quotidien, chacun se comporte. Et surtout lorsque l'on est malade, ne pas exposer les personnes autour de soi."

  • Les règles à respecter dans les jardineries et les magasins de bricolage

    Comme nous le savons, les pépinières et les magasins de bricolage peuvent rouvrir leurs portes à partir de ce samedi. Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise explique que cette décision a été prise afin de rendre plus supportable le temps que nous passons chez nous. 

    "Travailler à la maison, dans son jardin, dans les appartements, sur son balcon... demande certains efforts physiques qui permettent aussi à nos pensées de s'évader quelque peu."
    Benoît Ramacker
    Porte-parole du Centre de crise

    L'ouverture des pépinières et des magasins de bricolage doit se dérouler dans le respect le plus strict des mesures contre le coronavirus qui ont été mises en place. Ce sont les mêmes mesures que celles qui sont aujourd'hui d'application dans les supermarchés.

    Petit rappel de ces mesures:

    • La distance physique doit être respectée. Que ce soit entre clients ou entre le personnel du magasin. Une distance d'1m50 qui doit être respectée dans le magasin, mais également à la caisse ou au sein du parking. 
    • Dans chaque magasin, il faut un client par 10 mètres carrés.
    • Les exploitants des magasins veilleront au flux entrant et au flux sortant
    • Dans le magasin, chaque client peut rester au maximum 30 minutes
    • Se rendre dans ce type de magasins n'est pas une excursion familiale. Une personne peut se rendre dans le magasin afin de prendre le matériel nécessaire. 
    • S'il y a trop de monde dans le magasin, il faudra revenir plus tard

    Les exploitants et le personnel des magasins feront tout ce qu'ils peuvent afin de faire respecter ces consignes de santé publique. Mais il en va surtout de la responsabilité de chacun d'entre nous

  • La force du virus diminue

    "La force du virus diminue", ce sont les mots utilisés par Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise durant la conférence de presse des autorités sanitaires.

    "Mais la situation reste toujours difficile dans le secteur des soins. Nous ne pouvons que saluer les efforts de chacun de rester à la maison et de se déplacer uniquement lorsque c'est essentiel."

  • Boeing va reprendre graduellement la production d'avions civils aux États-Unis

    Boeing a annoncé ce jeudi une reprise graduelle, dès la semaine prochaine, de sa production d'avions commerciaux aux États-Unis, après une interruption de plusieurs semaines en réponse aux mesures de confinement pour endiguer la propagation du coronavirus.

    Les usines du groupe dans l'État de Washington, dans le nord-ouest du pays, qui emploient 70.000 personnes, sont concernées par cette annonce. Elles assemblent le 737, le 747, le 767, le 777 et une partie des 787. Le site de production du 787 dans l'Etat de Caroline du Sud va rester fermé.

    Ce sont environ 27.000 salariés, qui vont être les premiers à reprendre le travail. Certains d'entre eux sont attendus dans les usines de production du 737 NG, du 747, du 767 et du 777 dès le lundi 20 avril. La reprise de la production du 787 est prévue à partir du 23 avril. Les employés travaillant sur la production du 737 MAX, avion cloué au sol depuis plus d'un an après deux accidents ayant fait 346 morts, vont patienter.  Mais le géant de Seattle explique s'atteler à la relance de la production de cet avion, suspendue depuis janvier.

    Boeing, comme son concurrent Airbus, est affecté par la crise sanitaire, qui a réduit à peau de chagrin le transport aérien. Les compagnies aériennes, qui ont réduit plus de 90% de leurs vols, ont suspendu et/ou reporté les livraisons de nouveaux avionsLe constructeur aéronautique a ainsi demandé au gouvernement fédéral une aide financière de 60 milliards de dollars pour lui et ses fournisseurs. En attendant, Boeing, dont la dette s'élevait à plus de 27 milliards de dollars fin décembre, explore d'autres pistes de financement, comme obtenir des crédits de la part de sociétés de capital investissement. La valeur de la société a fondu en Bourse: la capitalisation était de 75,7 milliards de dollars jeudi, contre 137,4 milliards au constructeur de véhicules électriques Tesla, créé seulement en 2003.

  • Revoir la conférence de presse des autorités sanitaires

    La conférence de presse du 17 avril

  • Les besoins nets de financement du fédéral gonflent de 21,8 milliards d'euros en 2020

    Les besoins nets de financement du gouvernement fédéral devraient atteindre 31,41 milliards d'euros en 2020, soit 21,8 milliards d'euros de plus que prévu initialement, a annoncé vendredi l'Agence de la dette. Cette dernière a été contrainte de revoir son plan de financement pour 2020 afin de tenir compte des conséquences de la crise sanitaire et économique dues au Covid-19 qui fait exploser le déficit public.

    Le scénario sur lequel se base l'Agence de la dette est celui d'un déficit public atteignant cette année 7,5% du produit intérieur brut (PIB) et d'une récession de 8% du PIB. Dans ce cas de figure, les besoins nets de financement du gouvernement fédéral s'élèveraient alors à 31,41 milliards d'euros en 2020 tandis que les besoins bruts s'élèveraient à 51,87 milliards d'euros.

  • Fedris ajuste les critères de reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle

    L'Agence fédérale des risques professionnels (Fedris) a ajusté les critères de reconnaissance du Covid-19 comme maladie professionnelle, a-t-elle annoncé vendredi par communiqué. Elle a principalement clarifié les catégories professionnelles pour lesquelles il existe un risque accru de contamination par le virus.

    Sont ainsi explicitement mentionnés, en plus des autres catégories professionnelles, le personnel des centres de triage, le personnel qui réalise des examens ou prélève des échantillons cliniques, les laborantins, le personnel des maisons de repos et maisons de repos et de soins, le personnel des établissements d'hébergement et le collectif pour personnes malades et handicapées.

  • MSF forme les volontaires de maisons médicales qui aident en maison de repos

    Les professionnels de la santé (infirmiers, généralistes, kinés, psychologues...) des maisons médicales qui ont du temps peuvent se porter volontaires pour venir en aide aux maisons de repos, indique la Fédération des maisons médicales (FMM) qui collabore avec Médecins sans frontières pour les former. La FMM centralise les offres d'aide et les demandes précises de chaque maison de repos, puis la coordination s'organise par régions: Bruxelles, Namur, Brabant wallon, Luxembourg, Hainaut et Liège.

  • L'usine de Volvo à Gand redémarrera lundi

    L'usine gantoise du constructeur automobile suédois Volvo Cars reprendra sa production lundi, à un rythme réduit, annonce le constructeur. Un redémarrage est également en préparation dans l'usine automobile du constructeur allemand Audi à Forest, mais aucune date exacte n'y a été donnée jusqu'à présent. 

  • Le gouvernement flamand fournira des tablettes aux maisons de repos

    Le gouvernement flamand a dégagé 375.000 euros pour soutenir la distribution de tablettes informatiques dans les maisons de repos afin que leurs résidents puissent entrer en contact visuel avec leurs proches, ont annoncé les ministres de la Santé Wouter Beke et des Affaires intérieures Bart Somers. Cette mesure vise à lutter contre la solitude des personnes âgées confinées dans ces institutions fermées aux visiteurs en raison de la crise du coronavirus.

    "Ce n'est pas la même chose qu'une vraie visite, mais de cette façon, nous essayons de lutter autant que possible contre la solitude des résidents, sans mettre en danger leur santé ni celle du personnel."
    Wouter Beke et Bart Somers

    "Les tablettes seront fournies avec des manuels simples, une aide téléphonique et une boîte mail afin que les résidents aient besoin d'aussi peu d'assistance que possible pour visualiser et écouter le message numérique de leurs proches. Ce n'est pas la même chose qu'une vraie visite, mais de cette façon, nous essayons de lutter autant que possible contre la solitude des résidents, sans mettre en danger leur santé ni celle du personnel", expliquent MM. Beke (CD&V) et Somers (Opel Vld) dans un communiqué.

    L'initiative vient de la multinationale Deloitte (consultance), de l'entreprise sociale Close The Gap (lutte contre la fracture numérique) et de l'université VUB. Des tablettes déjà utilisées seront remises à jour et d'autres seront achetées neuves. Les citoyens, eux, peuvent participer via le site www.virtualhugs.net

    Pour rappel, l'annonce par la Première ministre d'une autorisation de visite aux personnes isolées dans des maisons de soins a suscité beaucoup de réactions négatives, tant au niveau des Régions (pourtant associées à la décision au sein du Conseil national de sécurité) que du secteur des maisons de repos. 

  • Le marché automobile européen chute de 55% en mars

    Le marché automobile européen, déjà en recul les mois précédents, a chuté de 55,1% en mars, essentiellement affecté par la fermeture de concessionnaires à cause du confinement lié au Covid-19 dans de nombreux pays, selon des chiffres publiés ce vendredi. Comme les mois précédents, le groupe Renault (avec Alpine, Dacia, Lada) a davantage reculé que le marché européen avec des livraisons en recul de 64,7%. Idem pour son rival français PSA (Peugeot, Citroën, DS, Opel, Vauxhall), en baisse de 68,1%, d'après les données publiées par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

  • Chine: le bilan du virus révisé à la hausse

    Le bilan du Covid-19 en Chine s'est brutalement alourdi ce vendredi, la mairie de Wuhan, où le virus est apparu fin 2019, révisant ses chiffres à la hausse avec 1.290 décès supplémentaires. Ce nouveau décompte porte à 4.632 le bilan des décès enregistré dans le pays le plus peuplé du monde.

    Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, la ville de 11 millions d'habitants placée sous quarantaine à partir de fin janvier explique qu'au plus fort de l'épidémie, certains patients sont décédés chez eux faute de pouvoir être pris en charge dans les hôpitaux. Ils n'avaient donc pas été comptabilisés jusqu'à présent dans les statistiques officielles qui ne prennent en compte que les personnes décédées à l'hôpital.

    Ces nouvelles statistiques font bondir de 50% le bilan de la seule ville de Wuhan, qui s'inscrit désormais à 3.869 morts. Le total des cas de contamination constaté à Wuhan est lui aussi révisé en hausse mais de seulement 325, à 50.333 cas pour la ville, située dans le centre du pays. Pour l'ensemble de la Chine, le nombre de contaminations dépasse les 80.000.

    Pékin affirme avoir largement endigué l'épidémie mais, à l'étranger, de nombreuses voix ont mis en doute le bilan officiel diffusé par les autorités chinoises. Le président français Emmanuel Macron a ainsi estimé jeudi qu'il existait des zones d'ombre dans la gestion de l'épidémie par la Chine, déclarant au Financial Times qu'il y avait "manifestement des choses qui se sont passées qu'on ne sait pas".

  • Donald Trump dévoile son plan de déconfinement

  • Le PIB chinois subit un recul historique

    -6,8%
    pour le PIB chinois
    Au premier trimestre, le PIB chinois s'est contracté de 6,8% par rapport au T1 2019. Du jamais vu.

    L'économie chinoise a connu un repli pour la première fois de son histoire au 1er trimestre, avec une baisse de 6,8% sur un an, largement imputée à l'épidémie de Covid-19 qui a quasiment mis à l'arrêt l'activité du pays, selon des statistiques officielles publiées ce vendredi. Il s'agit de la plus mauvaise performance depuis le début des publications trimestrielles du PIB au début des années 90. Au dernier trimestre 2019, la croissance s'était inscrite à 6% sur un an.

    En termes annuels, la Chine n'a pas connu de contraction de son PIB depuis 1976. Bien que sujet à caution, le chiffre du PIB de la Chine est toujours scruté, vu le poids du pays dans l'économie mondiale. En pleine propagation du virus dans le monde, la Chine "doit affronter de nouvelles difficultés et défis pour redémarrer l'activité et la production", a admis devant la presse un porte-parole du Bureau national des Statistiques, Mao Shengyong.

    Entre avril et juin, la Chine devrait renouer avec la croissance après avoir signé au 1er trimestre son "ralentissement le plus sévère depuis la Révolution culturelle" qui a pris fin en 1976, estime l'analyste Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics. Le géant asiatique ne sera pas pour autant tiré d'affaire. Les difficultés devraient même s'intensifier, à en croire M. Evans-Pritchard: hausse du chômage, faible demande intérieure et conjoncture difficile à l'étranger, qui plomberont les exportations.

  • Ce qu'il faut retenir de la journée de jeudi

    ► "Il ne fait aucun doute que tout ne peut pas continuer comme si de rien n'était et nous devrons poser les questions difficiles concernant l'apparition du virus et pourquoi il n'a pas pu être stoppé plus tôt", a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab. Dans un entretien au Financial Times, Emmanuel Macron a estimé lui aussi qu'il existait des zones d'ombre dans la gestion de l'épidémie de coronavirus par la Chine. En outre, les États-Unis ne semblent pas exclure que le coronavirus à l'origine de la pandémie qui a déjà tué plus de 137.000 personnes dans le monde provienne d'un laboratoire chinois à Wuhan et évoquent désormais une "enquête" pour faire la lumière sur son origine.

    ► Les syndicats et les employeurs sont étroitement associés à l'élaboration des lignes directrices pour permettre la réouverture des entreprises après le 3 mai, a déclaré la ministre de l'Economie Nathalie Muylle (CD&V) ce jeudi à la Chambre. Des directives "génériques" sont en cours d'élaboration et s'appliqueront à tout le monde. En outre, il y aura également des directives sectorielles et même spécifiques par entreprise.

    ► En Belgique, les autorités sanitaires ont annoncé l'hospitalisation de 310 personnes ces dernières 24 heures, soit 206 en moins. Le nombre total de personnes hospitalisées est donc de 5.309. 1.182 patients se trouvent aux soins intensifs, c'est une diminution de 22 par rapport aux chiffres de ce mercredi. Malheureusement, 127 personnes sont décédées dans les hôpitaux ce mercredi et 287 dans les maisons de repos. Ces dernières 24 heures, 417 personnes sont donc décédées. Le bilan total de décès en Belgique est de 4.857.

    ► Allons-nous compter différemment le nombre de décès en Belgique? Maggie De Block a annoncé qu'avec les huit autres ministres de la Santé, il avait été décidé de changer notre système de comptage.

    ► Les députés de la Chambre ont convenu en séance plénière d'abandonner des économies de 48 millions d'euros prévues pour le secteur hospitalier. Cette mesure figurait dans un projet de loi de la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) visant à réaliser 96 millions d'économies dans le secteur des médicaments.

    ► L'épidémie de coronavirus a fait au moins 17.920 morts en France, en augmentation de 753 décès en 24 heures. Le nombre de patients hospitalisés et de patients graves placés en réanimation sont tous deux de nouveau en baisse (-474 et -209 respectivement). En Italie, on dénombre 22.170 morts, en augmentation de 525 décès en 24 heures. On compte également 3.786 nouvelles infections, soit un total de 168.941 cas de coronavirus.

    ► Le gouverneur de New York a annoncé le prolongement jusqu'au 15 mai des mesures de confinement dans cet État à l'épicentre de l'épidémie américaine, malgré un nombre de morts journalier au plus bas depuis 10 jours. Même décision au Royaume-Uni qui a prolongé ce jeudi "d'au moins trois semaines" le confinement instauré depuis le 23 mars. Le Royaume-Uni est un des pays en Europe les plus touchés. Le nombre des morts y est reparti à la hausse avec 861 cas mortels supplémentaires enregistrés ce jeudi dans les hôpitaux, portant le bilan total des décès à 13.729. Aux États-Unis, c'est la barre des 30.000 morts recensés qui a été franchie aujourd'hui.

    ► Les seniors placés en maison de repos sont en manque de contact à cause du confinement. Raison pour laquelle Sophie Wilmès a de nouveau autorisé les visites dès lundi. Sauf que la mesure ne passe pas dans les 3 Régions du pays... Lire notre analyse | Le délicat dilemme des visites en maison de repos

    ► Les magasins de bricolage Hubo rouvriront leurs portes samedi, a indiqué Erwin Van Osta le CEO de la chaîne qui compte près de 150 établissements dans notre pays. Les questions de sécurité doivent toutefois être réglées avant toute réouverture, a indiqué la CNE

    ► Alors que les entreprises et les commerçants dont la fermeture est rendue obligatoire par le Conseil national de sécurité ont droit à une prime de 4.000 euros, le gouvernement bruxellois devait encore se mettre d'accord sur la manière de soutenir les autres entreprises touchées par la crise. C'est désormais chose faite: réuni ce jeudi, l'exécutif régional a décidé qu'une prime unique de 2.000 euros serait accordée aux entreprises bruxelloises qui ne sont pas obligées de fermer leurs portes mais dont l'activité a fortement diminué en raison de la crise sanitaire.

    ► Pour prendre des décisions sur la relance économique, il serait plus sûr d’avoir un gouvernement majoritaire, a expliqué sur LN24 Sophie Wilmès la cheffe d'un gouvernement minoritaire, soutenu par une partie de l'opposition et qui dispose des pouvoirs spéciaux pour trois mois. Lire aussi | La relance ne passera pas par Wilmès II

    ► La Première ministre avait annoncé hier une série de nouvelles mesures concernant la crise du Covid-19. Parmi celles-ci: le confinement est prolongé jusqu'au 3 mai. Les mesures concernent aussi le commerce, les festivals d'été... Voici les 7 principales.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Merci de nous suivre.

    Tout au long de la journée, Camille Berkenbaum, Corentin Di Prima et François Witvrouw se relaieront, avec l'appui de toute la rédaction, pour vous informer dans ce direct.

    Si vous n'avez pas suivi les infos ce jeudi, vous trouverez le résumé de tout ce qu'il faut savoir ici.

    Bonne journée!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés