1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Le nombre de patients hospitalisés continue de diminuer en Belgique

195 nouveaux cas de coronavirus ont été rapportés en Belgique pour la journée de samedi. On dénombre également 40 nouvelles hospitalisations ainsi que 14 décès.
  • Les maisons de repos flamandes vont pouvoir accueillir de nouveaux résidents

     
    En Flandre, les maisons de repos pourront à nouveau accueillir de nouveaux résidents à partir du 8 juin. Les nouvelles admissions en maisons de repos au nord du pays n'étaient plus possibles depuis le 12 mars. Cette mesure signe la fin du confinement pour les maisons de repos du nord du pays, après le retour des visites.

  • Premier jour sans décès depuis mars en Suède

    Pour la première fois depuis le mois de mars, aucun décès dû au nouveau coronavirus n'a été rapporté en 24 heures en Suède. Près de 4.400 décès ont été enregistrés dans le pays depuis le 11 mars et environ 37.500 personnes ont été contaminées.

     De nombreux cas ont été recensés dans des maisons de repos et de soins à Stockholm et dans les environs. Contrairement à d'autres pays, la Suède n'a pas fermé ses écoles. Les Suédois devaient garder une distance de sécurité et respecter les mesures d'hygiène en vigueur.

  • La Côte belge sous le soleil

    La présence de touristes et de seconds résidents à la Côte, en ce week-end de Pentecôte, se passe sans gros problèmes malgré le beau temps. Les mesures sont globalement bien respectées.

    • A Ostende, destination prisée des touristes d'un jour, cela reste relativement calme, selon la police. 
    • A Blankenberge, autre destination-phare des touristes d'un jour, on ne peut pas non plus parler de grande foule. "Il y a certes plus de monde que les semaines précédentes mais on ne peut pas parler d'un monde fou. Les gens respectent les règles et nous n'avons à aucun moment dû fermer le centre-ville", explique le commissaire Philip Denoyette. 
    • A La Panne, de nombreux touristes français ont visiblement franchi la frontière. Ils respectent également bien les règles, selon le bourgmestre Bram Degrieck. 
    • A Knokke, la police ne constate pas de hausse des interventions ni du nombre d'amendes infligées. Là aussi, la plupart des gens respectent les règles de distanciation sociale. 
    • Enfin, à Bredene, l'affluence est relativement importante. "Ce n'est pas facile pour mes services de tout garder sous contrôle mais c'est une très bonne préparation en vue de l'été. Nous évaluerons tout ça après ce week-end et ferons les adaptations nécessaires", indique le bourgmestre, Steve Vandenberghe. 
    ©BELGA

  • L'esplanade des Mosquées a rouvert

    A Jérusalem, l'esplanade des Mosquées a rouvert après deux mois de fermeture pour cause de pandémie, au lendemain de la mort d'un Palestinien qui suscite un vif émoi. Fidèles au visage barré de masque sanitaire, ruban collé sur les tapis pour les séparer pendant la prière... Aucun incident majeur n'a été rapporté, mais huit résidents arabes ont toutefois été interpellés pour avoir "perturbé la visite" encadrée d'une centaine de Juifs, selon la police israélienne.

  • Prolongation de l'état d'alerte en Espagne

    Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a annoncé dimanche une "dernière prolongation" de l'état d'alerte, qui permet de limiter la circulation des personnes durant le déconfinement progressif du pays, jusqu'au 21 juin.  Cette prolongation est la sixième depuis le début du confinement.

    L'Espagne, l'un des pays les plus endeuillés du monde par la pandémie avec plus de 27.000 morts, vit un déconfinement par phases qui devrait s'achever fin juin ou au plus tard début juillet selon les régions. Jusqu'à la fin de ce déconfinement, les Espagnols n'ont pas le droit de sortir de leur province.

  • Nouveau bilan mondial

    La pandémie a fait au moins 369.086 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine.
    Plus de 6.075.070 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie, dont au moins 2.502.600 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

  • Contaminations en hausse en Belgique

    D'après le centre de crise, il y a eu ces dernières 24 heures en Belgique

    • 195 nouveaux cas (contre 125 samedi)

    • 40 nouvelles hospitalisations

    • 14 décès (8 à l'hôpital, 6 dans une maison de repos et de soins)

     Le nombre de patients hospitalisés continue par ailleurs de diminuer malgré les nouvelles hospitalisations, passant de 890 samedi à 821 dimanche. Aux soins intensifs, on recense 168 patients, soit une diminution de 5 unités. Le Centre de crise ajoute que 118 personnes sont sorties de l'hôpital et ont été déclarées guéries au cours des 24 dernières heures. Les nouveaux cas rapportés concernent surtout la Flandre avec 129 patients, devant la Wallonie (46) et Bruxelles (20). Le nombre de cas confirmés s'élève désormais à 58.381. Au total, 9.467 personnes sont décédées depuis le début de l'épidémie; 

  • Le Brésil 4e pays le plus touché par le coronavirus

    Le Brésil est devenu le quatrième pays au monde ayant enregistré le plus de décès liés au coronavirus, avec 28.834 morts, selon le ministère de la Santé. Pays de 210 millions d'habitants, le géant sud-américain a enregistré 956 décès supplémentaire en 24 heures et un nouveau record quotidien du nombre de personnes contaminées (26.928), ce qui porte le total à 465.166 personnes infectées depuis le début de la pandémie.  Les trois pays officiellement les plus endeuillés sont les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Italie, la France occupant la cinquième place.

    Dans ce contexte, le président brésilien Jair Bolsonaro, voudrait que le football reprenne au pays du "Roi" Pelé. Les championnats sont arrêtés depuis mi-mars.  

    Comme les footballeurs sont jeunes et sportifs, le risque de mort s'ils attrapent le virus est infiniment réduit.

    Jair Bolsonaro
    Président brésilien

    En mars, le président d'extrême droite avait déjà affirmé qu'il ne ressentirait qu'un "petit rhume" s'il était infecté, grâce à son "passé de sportif". 

  • La Belgique confirme son soutien à l'OMS

    Alors que le président américain Donald Trump a annoncé vendredi la fin de la relation des États-Unis avec l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo, le ministre des Affaires étrangères Philippe Goffin et la ministre de la Santé Maggie De Block ont réaffirmé samedi leur soutien à cette structure. "Alors que la pandémie de Covid-19 bat son plein, notre pays préconise de soutenir au mieux l'organisation", ont-ils affirmé dans un communiqué commun.

    "L'OMS joue en effet un rôle crucial dans la coordination de la réponse internationale à cette pandémie. L'organisation tente d'empêcher la propagation du virus, entre autres en distribuant du matériel médical, en déployant des équipes d'intervention rapide et en conseillant et en informant le grand public", soulignent-ils.

    L'OMS, "qui travaille sur une base scientifique et fait appel aux recommandations d'organismes composés de spécialistes issus du monde entier", contribue par ailleurs à la recherche d'un traitement et vaccin.

    "Ce n'est qu'une fois la crise résolue que nous pourrons tirer des enseignements objectifs et informés. Il sera alors opportun de proposer des améliorations aux approches de l'OMS et de ses États membres à l'avenir", estiment les ministres belges.

    La Belgique continue de son côté de soutenir les efforts de l'OMS et examinera avec ses partenaires de l'UE comment le pays peut continuer à les soutenir. "Nous avons accordé une contribution supplémentaire de 2 millions d'euros et étudions la possibilité d'une deuxième contribution supplémentaire de 2 millions d'euros. Notre pays a en outre octroyé 5 millions d'euros au CEPI en vue de développer un vaccin", ont conclu les trois ministres par voie de communiqué.

  • Les maires néerlandais surpris par le retour des Belges pour le shopping

    Aux Pays-Bas, la décision du gouvernement belge d'autoriser la population à se rendre aux Pays-Bas pour y faire des achats surprend les autorités locales. "Les Belges sont doués pour les tactiques surprises", écrit samedi le maire de Sluis sur Twitter. Le maire de Hulst veut lui renvoyer les Belges à la frontière s'il y a trop de monde.

    Les autorités des zones frontalières se disent surprises, rapporte le journal zélandais Provinciale Zeeuwse Courant. "Je pense que les bourgmestres belges ont été tout aussi surpris, il n'y a pas eu de concertation à ce sujet", ajoute le maire de Sluis. "Bien sûr, nous aurions préféré le savoir à l'avance pour voir s'il fallait prendre des mesures supplémentaires."

    Jan-Frans Mulder de Hulst confirme ce sentiment. "Nous étions prêts pour le 8 juin, une date fixée depuis longtemps pour la réouverture des frontières. Désormais, nous surveillerons de près combien de voitures belges veulent rejoindre Hulst. Si nous constatons qu'il y a trop de monde, nous renverrons des Belges à la frontière."

  • Caroline Désir a rencontré les syndicats des enseignants

    Les dates annoncées du 2 juin et du 8 juin restent inchangées. La ministre rappelle toutefois qu'il s'agit des dates "à partir" desquelles les leçons peuvent reprendre. Les pouvoirs organisateurs peuvent décider de différer la reprise de quelques jours et fixer son moment exact "pour qu'elle se déroule dans des conditions sereines", précise-t-elle.

  • Il ne sera plus nécessaire de signer lors de la réception d'un recommandé

    Il sera possible de réceptionner un envoi recommandé sans signature, prévoit un arrêté royal de pouvoirs spéciaux approuvé samedi lors de la réunion du gouvernement élargie aux dix partis associés aux pouvoirs spéciaux.

    Le facteur devra simplement mentionner le nom et la date sur le récépissé. La mesure entrera en vigueur avec effet rétroactif au 13 mars.

    Un autre arrêté permet également la signature électronique de conventions collectives de travail et la réunion électronique des organes paritaires.

  • Les Belges ne peuvent toujours pas se rendre en France

    Depuis ce samedi, les Belges sont autorisés à rendre visite aux membres de leur famille résidant en Allemagne, au Grand-Duché de Luxembourg ou aux Pays-Bas. Ils peuvent également traverser la frontière pour faire des achats dans ces pays, à condition de respecter les mesures en vigueur.

    Ces autorisations ne concernent cependant pas la France, où seuls les déplacements essentiels sont permis, précisent les Affaires étrangères. Il reste nécessaire de se munir ainsi que de remplir une attestation pour un déplacement international.

  • Feu vert du gouvernement autrichien pour deux Grands Prix de F1 en Autriche les 5 et 12 juillet

    Le gouvernement autrichien a donné son feu vert pour deux courses de Formule 1 en Autriche les 5 et 12 juillet, ce qui marquerait le retour de la catégorie reine du sport automobile, a annoncé l'Agence de presse autrichienne APA.

    "Les deux courses de Formule 1 les 5 et 12 juillet 2020 à Spielberg, en Styrie, se dérouleront sans spectateurs", a précisé le ministère de Santé autrichien dans un communiqué, estimant que "les organisateurs ont présenté un concept de sécurité complet et professionnel" de prévention contre l'épidémie de nouveau coronavirus.

    Les dix premiers Grands Prix de la saison ont été soit annulés, soit reportés. La Formule 1 espérait pouvoir relancer son championnat 2020 le 5 juillet sur le circuit de Spielberg en Autriche.

    Le gouvernement autrichien a donc donné son aval pour la tenue de deux courses, ce qui pourrait bien lancer la saison de Formule 1 cette année.

    La FIA, la fédération internationale, doit composer encore son calendrier. Le GP de Belgique devrait pouvoir se tenir le 30 août, également sans la présence du public.

  • Le prince Joachim testé positif à la suite d'un événement privé en Espagne

    Le prince Joachim de Belgique, âgé de 29 ans, fils de l'archiduc Lorenz et de la princesse Astrid, a été testé positif au coronavirus, a indiqué samedi le Palais royal. Il était présent à une réunion privée en Espagne.

    Selon le journal espagnol El Confidencial, le prince a participé à une fête à Cordoue. Il avait rejoint Madrid en avion le 24 mai avant de se rendre en Andalousie en train. Le 26 mai, il a participé à un événement privé avec des amis et des membres de sa famille.

    Le lendemain, il a développé des symptômes de la maladie et a été testé le 28 mai. Le résultat s'est révélé positif.

    Le Palais précise que le prince s'était en effet rendu en Espagne le 24 mai "pour un déplacement professionnel dans le cadre d'un stage dans une entreprise". "Le 26 mai, il a assisté à une réunion familiale."

    Dans le cadre du déconfinement, l'Espagne a assoupli certaines mesures et autorise désormais les réunions privées de maximum 15 personnes. Mais d'après El Confidencial, qui se base sur un document du gouvernement andalou, davantage de personnes se trouvaient à cet événement (27 au total). Étant donné la suspicion d'infraction, le document a été transmis aux autorités compétentes, précise-t-il.

  • La discussion sur le plan du gouvernement se poursuit la semaine prochaine

    La discussion autour du troisième volet du plan fédéral de protection sociale et économique du gouvernement se poursuivra la semaine prochaine avec des représentants des dix partis associés aux pouvoirs spéciaux, a indiqué samedi le cabinet de la Première ministre, Sophie Wilmès, à l'issue de la réunion du "kern +10".

    Aucune décision n'a été prise quant aux mesures. Des textes sont attendus pour mardi ou mercredi. Une nouvelle réunion aura lieu samedi prochain pour définir le "périmètre" du plan mais il paraît acquis qu'il se limitera aux mesures ponctuelles de soutien.

    Les mesures de relance et structurelles sont renvoyées à la formation du prochain gouvernement fédéral, a-t-on appris à bonnes sources. Ce plan fédéral contient la prolongation de certaines mesures, comme le chômage temporaire et le droit passerelle, des nouvelles mesures de soutien aux entreprises, notamment sous la forme d'un incitant fiscal, des mesures de soutien à l'Horeca et l'octroi d'une prime unique à différents allocataires sociaux.

    Ces propositions seront mises en lien avec d'autres propositions de loi déposées au parlement, entre autres pour soutenir les artistes. La concertation se poursuivra par ailleurs avec les partenaires sociaux.

  • Le point de la situation à 12h00

    Le nombre d’hospitalisations et de décès reste faible;

    • Trump a mis à exécution sa menace de couper les ponts avec l'OMS;

    Le retour des amendes pour le non-respect de la LEZ à Bruxelles, c'est pour le 1er juillet;

    Une entreprise horeca sur deux se trouve au bord de l'asphyxie;

     Les visites transfrontalières à nouveau autorisées ce samedi

  • 23 décès et 29 nouvelles hospitalisations

    D’après le Centre de crise, ces dernières 24 heures, il y a eu ...

    • 29 nouvelles hospitalisations de personnes contaminées par le coronavirus, soit un total de  890 patients hospitalisés actuellement (-47), dont 173 en soins intensifs (-14);

    • 23 décès, soit 9.453 morts au total, dont 48% sont mortes à l'hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins, 0,3% à la maison et 0,6% à un autre endroit.

    Depuis le 15 mars dernier, 15.769 patients sont sortis de l'hôpital et ont été déclarés guéris (+87). 

    Au total, 58.186 cas confirmés de coronavirus ont été rapportés dont 32.689 cas (56%) en Flandre, 18.544 (32%) cas en Wallonie et 5.901 (10%) cas à Bruxelles. 125 nouveaux cas confirmés ont été rapportés au cours des dernières 24h, dont 20 en maison de repos rapportés par la plateforme nationale.

  • Les Italiens pourront à nouveau voyager librement au sein de leur pays

    L'Italie se prépare à mettre en œuvre une nouvelle phase de son déconfinement. À partir de ce mercredi 3 juin, les Italiens pourront à nouveau voyager librement d'une région à l'autre du pays.

    Il n'y a actuellement plus de raison de maintenir une telle interdiction, a déclaré le ministre de la Santé, Roberto Speranza.

    Les ressortissants européens pourront également retourner en Italie à partir de mercredi, sans devoir rester en quarantaine.

  • Le PIB belge s'est contracté de 3,6% au premier trimestre. Et ailleurs?

    Au premier trimestre de 2020, le Produit intérieur brut (PIB) de la Belgique a reculé de 3,6% par rapport au trimestre précédent. Cette nouvelle estimation fournie par la Banque nationale (BNB) est un peu moins mauvaise que celle du 29 avril où elle estimait la contraction au premier trimestre à -3,9%. Comparé à la période correspondante de l’année précédente, le PIB a baissé de 2,5%.

    Quid ailleurs dans le monde? En Italie et en France – qui entre en récession –,  le PIB chute de 5,3% au premier trimestre par rapport au précédent, et de 2,9% en Autriche.

    L'économie canadienne s'est contractée de 8,2% en rythme annuel au premier trimestre, la chute la plus prononcée depuis début 2009.

    L'économie indienne a connu, pour le trimestre de janvier à mars, sa croissance la plus faible depuis 20 ans, tandis que le PIB du Brésil a reculé de 1,5% au premier trimestre par rapport aux trois derniers mois de 2019, selon des chiffres officiels rendus publics vendredi.

    En Espagne, la crise a aggravé la pauvreté, poussant le gouvernement à approuver vendredi la création d'un revenu minimum vital.

  • Magnette pour un "choc de reprise" de 37,5 milliards d'euros

    Paul Magnette, président du PS, estime qu'il faut un "choc de reprise" pour l'économie. Le PS dépose sur la table du super-kern une batterie de mesures, d'un total de 37,5 milliards d'euros, visant le secteur horeca, les hôpitaux, la culture ou encore le pouvoir d'achat, lit-on samedi dans Le Soir.

    Paul Magnette a, dit-il, "consulté largement" dans les secteurs concernés, aussi des économistes en Belgique, "pas forcément des socialistes", et s'inspire notamment des travaux de Gert Peersman (UGent), néo-keynésien en substance, jugeant qu'"injecter de l'argent aujourd'hui permet de protéger les recettes fiscales de demain en sauvant des entreprises et des emplois".

    Le "choc" préconisé par Paul Magnette comprend la dizaine de milliards engagés déjà par la Belgique à ce stade et prévoit aussi "la prolongation" , jusqu'à fin 2020 du système de chômage temporaire et du droit-passerelle pour les indépendants. Coût: 12 milliards d'euros. Additionnés aux 10 déjà engagés, cela fait 22 milliards.

    Le PS ajoute un peu plus de 15 milliards pour ficeler le fameux paquet de 37,59 milliards, "un montant nécessaire pour produire un choc".

  • La saison NBA pourrait reprendre le 31 juillet

    Le patron de la NBA Adam Silver a dit vendredi aux propriétaires des franchises qu'il visait un reprise de la saison le 31 juillet (suspendue depuis le 11 mars 2020), rapportent plusieurs médias.,

    Plus tôt vendredi, The Athletic et ESPN ont également dévoilé les résultats d'un sondage effectué par la NBA ces derniers jours, auprès des managers généraux des 30 franchises, où il apparaît qu'une courte majorité (53%, 16 sur 30) d'entre-eux voudrait que le championnat reprenne dès les play-offs, avec 16 qualifiés déterminés par le classement au soir du 11 mars.

  • Trump coupe les ponts avec l'OMS

    Donald Trump a mis à exécution sa menace de couper les ponts avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qu'il accuse de complaisance envers Pékin.

    Les Etats-Unis, qui sont traditionnellement les premiers bailleurs de fonds de l'agence onusienne, vont "rediriger ces fonds vers d'autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent", a-t-il déclaré à la presse.

    Cette rupture constitue "un sérieux revers pour la santé mondiale", a jugé samedi le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, sur Twitter.

    Soulignant la nécessité de réformer l'institution, il a insisté sur le fait que l'Union européenne devait "s'engager plus" financièrement. "Afin que l'OMS ait un avenir, elle a besoin de réformes", a estimé Jens Spahn dans un tweet publié en allemand, anglais et français.

    Il a souligné que renforcer le rôle de l'UE dans l'organisation serait l'une des priorités de l'Allemagne qui prend le 1er juillet la présidence tournante de l'UE.

     

  • Merkel n’ira pas au G7 à Washington

    Angela Merkel refuse de se rendre en personne à un sommet du G7 aux Etats-Unis en juin, comme l'a proposé le président américain Donald Trump, en raison de la pandémie de coronavirus. 

    Scientifique de formation, elle est la première dirigeante du G7 (Japon, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie) à décliner formellement cette invitation.

    Son âge, 65 ans, qui est aussi celui du Premier ministre japonais Shinzo Abe, l'expose à un risque plus élevé que la moyenne par rapport à l'épidémie de Covid-19.

    Le président français Emmanuel Macron ou celui du Conseil européen, Charles Michel, ont dit être disposés à participer "si les conditions sanitaires le permettent".

    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a souligné pour sa part l'importance d'étudier "les recommandations des experts".

  • Retour des amendes pour le non-respect de la LEZ à Bruxelles

    Les amendes – 350 euros – pour non-respect des critères d'accès à la Zone de Basses Emissions (LEZ-Low Emission Zone) de la Région bruxelloise, temporairement suspendues en raison de la pandémie de COVID-19, seront à nouveau imposées à partir du 1er juillet prochain, a annoncé samedi Bruxelles Environnement.

    Comme avant la suspension, afin de permettre au propriétaire du véhicule de prendre les dispositions nécessaires, une nouvelle amende ne pourra être envoyée que trois mois après la précédente.

    Entrera aussi en vigueur de manière effective, la nouvelle dérogation introduite récemment avec effet rétroactif au 1er avril, en faveur des personnes titulaires d'une carte de stationnement pour personnes handicapées qui bénéficient de l'intervention majorée dans les soins de santé.

  • Une entreprise horeca sur deux se trouve au bord de l'asphyxie

    Même en cas de réouverture des établissements le 8 juin, en faisant l'hypothèse que les entreprises horeca engrangeront 50% de leurs revenus habituels jusqu'à la fin de l'été, 25% continueront à faire face à de sérieux problèmes, selon une étude menée par l'expert en données d'entreprises Graydon. Il faut s'attendre à une déferlante de faillites des cafés, restaurants et hôtels lorsque les tribunaux de commerce pourront reprendre leurs activités.

    S'ils doivent rester fermés jusqu'à la fin de l'été, deux établissements sur trois seront menacés de faillite.

  • Les visites transfrontalières à nouveau autorisées ce samedi

    Les visites au-delà des frontières du pays sont à nouveau possibles ce samedi (à l’exception de la France, où seuls les déplacements essentiels sont permis), d'après une annonce du ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem. Ces visites n'étaient plus possibles depuis le 20 mars, lorsque les frontières ont été fermées aux déplacements non essentiels.

    Dans le cadre de la stratégie de sortie, il est autorisé, depuis le 10 mai, de rendre visite à maximum quatre personnes sur le territoire national. Le ministre a demandé au Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES) un avis sur une application de la mesure aux visites transfrontalières. Il a en outre eu plusieurs entretiens avec ses confrères des cinq pays voisins (Pays-Bas, France, Allemagne, Luxembourg et Grande-Bretagne) sur ce dossier. Il en a également discuté avec ses 26 homologues européens.

    Le ministre souligne la nécessité de respecter strictement la mesure afin de limiter au maximum l'éventuel impact sur la santé publique

    Notez que le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères a indiqué, via une publication sur son compte Facebook, que les courses alimentaires et non-alimentaires transfrontalières sont également autorisées à partir de ce samedi 30 mai 2020.

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Merci de nous suivre ce week-end dans ce direct.

    Retrouvez ici les nouveaux bilans, les nouvelles mesures et les faits marquants liés à la pandémie de Covid-19.

    Pour suivre les dernières informations dans ce direct tout au long du week-end: Caroline Sury, Olivier Samois, Isabelle Dykmans et Sophie Leroy.

    Bonne journée.

    Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

    La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

    Par thématique:

Publicité
Publicité

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.