Le Pain Quotidien passe par la case tribunal pour se réorganiser

Plombé par les marchés britannique etr américain, le Pain Quotidien doit se réorganiser. Cela passera par la case tribunal. ©Photo News

Plombé par les marchés britannique et américain, le Pain Quotidien doit se réorganiser. Il va introduire une demande de réorganisation judiciaire (PRJ), quitter la Grande-Bretagne et les États-Unis et créer une nouvelle entité avec le soutien de Cobepa, son actionnaire principal, qui rachète la dette bancaire.

Mauvaise nouvelle et grosse restructuration en vue pour le Pain Quotidien. La chaîne, plombée par les marchés britannique et américain et rattrapée par la crise du coronavirus, a dû se résoudre à se tourner vers le tribunal de l'entreprise de Bruxelles pour se mettre à l'abri de ses créanciers par le biais de la procédure de réorganisation judiciaire (PRJ), a-t-on appris à bonne source. L'information a été confirmée par Cobepa, l'actionnaire principal du Pain Quotidien. 

Hors de la Grande-Bretagne et des États-Unis

La nouvelle de cette vaste réorganisation en soi n'est qu'une demi-surprise. En Grande-Bretagne, on savait que la chaîne était sur le point de nommer un administrateur provisoire et cherchait un repreneur. "La filiale britannique est exsangue et confrontée à une série de frais fixes et semi-variables, alors qu'elle n'engrange plus aucun revenu. Il a été demandé aux managers locaux de trouver une solution", nous expliquait un proche du dossier il y a quelques jours. La situation aux États-Unis n'était guère plus brillante. Selon la presse locale, la chaîne a licencié 2.000 collaborateurs et la plupart des employés du siège américain.

80
millions €
La dette bancaire de la chaîne du Pain Quotidien s'élève à près de 80 millions d'euros.

Il semble que les choses se sont accélérées ces derniers jours et que la crise sanitaire mondiale provoquée par le Covid-19 n'a pas arrangé les choses. D'après nos informations, le Pain Quotidien a décidé de se tourner vers le tribunal de l'entreprise pour se mettre à l'abri de ses créanciers par le biais de la procédure en réorganisation judiciaire (PRJ). Mais il nous revient que la chaîne a un plan dans sa besace. Cobepa, l'actionnaire majoritaire du Pain Quotidien (qui détient 43% du capital) a trouvé un accord avec les banques pour racheter la dette bancaire qui, selon les derniers résultats, s'élève à près de 80 millions d'euros. 

"Nous avons demandé aux managers locaux de ces deux marchés de trouver une solution pour leur avenir, mais sans le soutien financier du Pain Quotidien".
Jean-Marie Laurent Josi
CEO de Cobepa

Il est également acquis que le Pain Quotidien n'exploitera plus de magasins en son nom propre aux États-Unis et en Grande-Bretagne. "Nous avons demandé aux managers locaux de ces deux marchés de trouver une solution pour leur avenir, mais sans le soutien financier du Pain Quotidien", nous a expliqué Jean-Marie Laurent Josi, le CEO de Cobepa, par ailleurs président du Pain Quotidien. Si la chaîne n'exploitera plus de magasins en propre dans ces deux pays, il semble que des discussions soient déjà bien avancées avec des master franchisés pour reprendre l'exploitation. 

Jusqu'à présent, le Pain Quotidien exploitait environ 90 boutiques aux États-Unis contre 26 en Grande-Bretagne. Si les discussions avec un master franchisé sont plus avancées aux États-Unis qu'en Grande-Bretagne, une certitude se dégage déjà: le nombre de boutiques sera revu à la baisse dans ces deux pays; on parle d'une cinquantaine de magasins aux États-Unis et une quinzaine en Grande-Bretagne. D'après nos informations, rien ne change pour les franchises internationales présentes dans les autres pays (Japon, Mexique, Brésil, Argentine et Moyen-Orient). 

Pain Quotidien bis

On l'a dit, à l'heure de se tourner vers le tribunal, le Pain Quotidien a un plan dans sa besace. En plus du rachat de la dette bancaire et de la sortie des marchés britannique et américain, Cobepa a l'intention de créer une nouvelle entité, une sorte de Pain Quotidien bis dans laquelle le groupe logera la marque mondiale, l'atelier de production du pain, le Pain Quotidien Belgique et France et les master franchisés. Les nouvelles master franchises pour la Grande-Bretagne et les États-Unis devraient également être logées dans cette nouvelle entité. 

"Nous pensons mettre fin à l'incertitude qui portait sur l'avenir du Pain Quotidien et nous permettons au groupe de repartir sur de bonnes bases".
Jean-Marie Laurent Josi
CEO de Cobepa

"De cette façon, nous pensons mettre fin à l'incertitude qui portait sur l'avenir du Pain Quotidien et nous permettons au groupe de repartir sur de bonnes bases. Au moment de la reprise, après la crise du coronavirus, le consommateur ne devrait rien remarquer", a encore précisé le CEO de Cobepa.  On l'a compris, la Cobepa – une société d'investissement détenue à plus de 50% par la famille de Spoelberch, actionnaire historique d'Ab InBev – jouera un rôle majeur dans la restructuration de cette société redevenue belge à 100% à la fin de l'année 2019. À l'automne dernier, les actionnaires historiques ont racheté la participation (25%) du groupe alimentaire Norac de l'entrepreneur français Bruno Caron. Depuis ce moment, Cobepa détient 43% aux côtés d'une poignée d'entrepreneurs. C'est également à ce moment que Vincent Herbert, l'un des fondateurs, avait été rappelé à la barre. 

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité