analyse

Le politique tente de répondre aux inquiétudes des entreprises sur le coronavirus

©Thierry du Bois

Call center renforcé, rappel de l'existence des prêts ou des garanties bancaires pour les PME, possibilité d'étendre le chômage temporaire,...Le politique tente de contenir l'inquiétude des entreprises par une série de rappels.

À côté de l’urgence sanitaire qui mobilise depuis quelques jours le monde politique belge, le Fédéral et les entités fédérées planchent sur une série de mesures à prendre face au choc économique qui pourrait secouer les entreprises en Belgique. Avec cette question: comment protéger les entreprises face aux effets du coronavirus?

Au Fédéral, une task-force doit accoucher dans les prochains jours sur une série de mesures concrètes en faveur des PME et des indépendants.

Les réunions se déroulent à tous les étages. Au Fédéral, une task-force doit accoucher dans les prochains jours sur une série de mesures concrètes en faveur des PME et des indépendants. En première ligne, le ministre des Classes moyennes, le libéral Denis Ducarme, pourrait annoncer un étalement des paiements des cotisations patronales et des reports des versements TVA et du précompte professionnel comme le suggèrent différentes organisations patronales. L’usage du chômage temporaire est une autre piste explorée.

Du côté de la Région wallonne, le ministre de l’Économie, Willy Borsus (MR), a réuni ce mardi après-midi une série d’acteurs du monde économique. Ici aussi, il s’agissait de plancher sur des mesures à prendre éventuellement "afin d’atténuer l’impact face à la crise internationale du coronavirus sur notre activité économique", précise l’invitation envoyée aux membres de cette task-force wallonne où on retrouve tant des acteurs publics comme la Sriw, la Sowalfin, la Sogepa, l’Awex et le SPW que ceux du monde des entreprises comme l’UWE et l’UCM. "Le but de cette task-force sera d’aider, d’accompagner et de suivre la situation de nos entreprises de très près", estime Willy Borsus.

L’Awex prend la température

Tête de pont pour la Région wallonne sur les marchés internationaux, l’agence wallonne à l'exportation (Awex) est bien placée pour évoquer les premiers effets de la crise qui touchent la Chine et l’Italie, deux des plus importants marchés wallons pour l’exportation. "Actuellement, 5 salons ou foires où devaient se rendre nos entreprises ont été annulés", explique Dominique Tourneur, inspectrice générale, marché Europe à l'Awex. "D'autres évènements comme aux États-Unis ou en Italie sont reportés. C’est un frein pour les entreprises dans leurs prospections commerciales. L'Awex prendra en charge les frais d’inscription comme c’était initialement prévu. C’est un premier soutien face à cette crise."

"Outre le risque de manquer de matières premières ou de pièces électroniques pour la production chez certaines entreprises, on note une hausse des coûts du transport."
Dominique Tourneur
Awex

Afin d’évaluer au mieux l’impact sur les entreprises et leur venir en aide, l'Awex appelle les entrepreneurs à se manifester. "On va mettre sur notre site internet un lien où les entreprises pourront faire part de leurs difficultés", explique l'Awex qui relève d’autres effets indirects de la crise pour les entreprises. "Outre le risque de manquer de matières premières ou de pièces électroniques pour la production chez certaines entreprises, on note une hausse des coûts du transport. Il y a moins de possibilités de transport aujourd'hui."

Call center pour les employeurs

Sur le sol wallon, c’est la Sowalfin qui se retrouve en première ligne avec son guichet unique et le numéro d’appel 1890 au service des PME. Sur le pied de grue dès huit heures ce mercredi matin, l'équipe renforcée du 1890 tentera de répondre aux questions des employeurs. Parmi celles-ci, il y a par exemple les obligations des employeurs en matière de protection comme la fourniture de masques ou de savon. Le problème des indemnités en cas d’arrêt de la production ou de la rupture de la chaîne d’approvisionnement est également soulevé.

Le 1890 sera d’ailleurs "le numéro unique de référence pour les entreprises wallonnes et les indépendants ayant des demandes d’information sur l’épidémie", a fait savoir Willy Borsus à l’issue de la réunion de la task-force wallonne.

Le banc patronal a préparé ses doléances même "si l’impact de la crise du coronavirus sur les indépendants et les PME reste pour l’instant limité".

Le banc patronal a lui préparé ses doléances même "si l’impact de la crise du coronavirus sur les indépendants et les PME reste pour l’instant limité". L’Union des classes moyennes (UCM) suggère par exemple à la Région wallonne, via la Sowalfin, de "prévoir un soutien de trésorerie aux entreprises affaiblies via un système temporaire d'octroi de garanties et de crédits de crise, à l'instar de ce qui avait été mis en place par le gouvernement bruxellois après les attentats de 2016". Le gouvernement wallon rappelle à cet effet que la Sowalfin, la Sogepa et la Sriw sont là pour apporter "une réponse aux entreprises en difficulté de trésorerie sous forme de garantie bancaire ou de prêt, en concertation avec le secteur bancaire".

La Région wallonne va enfin assouplir les délais "pour les entreprises soumises à un engagement vis-à-vis de la Région wallonne" comme le délai de remboursement d’une aide.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité