1. Dossiers
  2. Coronavirus
live

Le premier million de masques commandés par la Défense attendu vendredi

Le premier million des masques de protection en tissu commandés par la Défense nationale est attendu ce vendredi à la base militaire de Peutie (Vilvorde), a indiqué le ministre de la Défense Philippe Goffin en commission de la Chambre.
  • Ce qu'il faut retenir de la journée

    ► Ce mercredi a eu lieu le Conseil national de Sécurité. Pas mal de réouvertures sont programmées pour la phase 2 du déconfinement, le 18 mai: écoles, musées, zoos... Coiffeurs et esthéticiennes reprennent le travail et les entraînements sportifs recommencent. Tout cela sous conditions strictes! -> Tous les détails sont à lire ici

    ► Le bilan sanitaire du jour: 70 hospitalisations ont été enregistrées pour la journée de mardi et 2.014 patients restent en clinique. Sur les derniers jours, la baisse reste nette. 420 personnes sont toujours aux soins intensifs, dont 260 sous respirateur artificiel. -Clim, toilettes...: nouveaux conseils pour réduire les risques de propagation du virus 

    ► La France a franchi la barre des 27.000 morts dus à l'épidémie de coronavirus avec 83 décès supplémentaires enregistrés en 24 heures, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser. En Grande-Bretagne, au cours des dernières 24 heures, 494 personnes sont décédées  à cause du coronavirus. Au total, 33.186 personnes ont déjà succombé à la maladie dans le pays.

    ► Assuralia, la fédération des assureurs, indique qu'un ajustement de la politique de primes d'assurance automobile ne pourra être envisagé qu'après avoir digéré la crise du coronavirus et après que les chiffres définitifs des assureurs seront connus pour cette année. Le secteur reçoit de plus en plus de questions d'assurés à propos d'un remboursement partiel de leurs primes d'assurance automobile.

    ► "La réouverture progressive de nos lieux culturels dès le 18 mai, journée internationale des musées, est un énorme signal d'espoir pour le secteur qui souhaite vivement retrouver son public", indique l'asbl Brusselsmuseum. -> Tous les détails sont à lire ici

    Plombé par les marchés britannique et américain, le Pain Quotidien doit se réorganiser. Il va introduire une demande de réorganisation judiciaire (PRJ), quitter la Grande-Bretagne et les États-Unis et créer une nouvelle entité avec le soutien de Cobepa, son actionnaire principal qui rachète la dette bancaire.

    ► Ces derniers jours, 2 millions de masques FFP2 supplémentaires ont été commandés par la taskforce censée gérer l'approvisionnement en matériel de protection, et 80.000 ont été livrés, a communiqué jeudi soir le ministre responsable Philippe De Backer (Open Vld).

    ► Le premier million des masques de protection en tissu commandés par la Défense nationale est attendu ce vendredi à la base militaire de Peutie (Vilvorde), a indiqué le ministre de la Défense Philippe Goffin en commission de la Chambre. Les modalités de distribution de ces masques doivent encore faire l'objet de concertation, a-t-il précisé.

    ► Le voyagiste allemand TUI annonce qu'il compte supprimer 8.000 postes dans le monde, soit plus de 10% de ses effectifs, conséquence de la pandémie de coronavirus qui a mis à l'arrêt la plupart de ses activités. -> Les 2.600 salariés belges de TUI doivent-ils craindre pour leur job?

    ► De nombreux parents sont inquiets de voir leurs enfants reprendre le chemin de l'école. L'angoisse qu'ils risquent d'y être infectés par le coronavirus prend le pas sur celle d'un retard d'apprentissage, selon un sondage réalisé par iVox la semaine passée auprès de 800 parents, cité dans Het Laatste Nieuws mercredi. 

    ► La Commission européenne appelle à un retour progressif de l'activité touristique dans les pays de l'UE, après les mesures de restrictions mises en place pour faire face au coronavirus. 

    ► La commission de l'Economie de la Chambre a approuvé mercredi à l'unanimité une proposition de loi du Cd&V, de l'Open Vld et du MR prévoyant un report des soldes de juillet au mois d'août. Celles-ci débuteront dès lors le 1er août. La commission a demandé que le texte soit voté dès demain/jeudi en séance plénière.

    ► Ryanair demande une réduction de 10% des salaires du personnel de cabine et de 20% de ceux des pilotes, indique mercredi la CNE/ACV Puls. Le syndicat chrétien souhaite en outre avoir de la clarté quant aux 3.000 suppressions d'emploi qu'envisage la compagnie à bas coûts à travers l'Europe à la suite de la crise du coronavirus, dont plusieurs centaines à Charleroi et Zaventem, selon les déclarations de Michael O'Leary, le patron du groupe irlandais, la veille dans la presse.

    ► La Belgique figure parmi une douzaine d'États membres de l'Union qui pourraient être en infraction au droit de l'Union sur le remboursement obligatoire d'un voyage annulé par un opérateur, a indiqué mercredi le commissaire européen à la Justice Didier Reynders, en charge de la protection des consommateurs.

    ► La Commission européenne a autorisé le régime d'aides de 25 millions d'euros destiné à soutenir des activités de recherche et de développement (R&D) liées au coronavirus en Wallonie.

    ► Les maux de tête et la perte d'odorat sont les symptômes les plus fréquents du Covid-19 chez les patients européens atteints d'une forme légère à modérée, selon une étude qui souligne que la maladie prend des formes différentes selon l'âge et le sexe.

  • Des départements infirmiers réclament le retrait de l'AR relatif au personnel non qualifié

    Les directions des départements infirmiers de 14 hôpitaux de Fédération Wallonie-Bruxelles réclament le retrait d'un arrêté royal publié le 4 mai, relatif à l'exercice de l'art infirmier par du personnel de santé non qualifié moyennant une formation préalable. "C'est l'indignation la plus complète", s'étranglent les signataires dans une lettre ouverte. Ces derniers reprochent à la ministre de la Santé publique, Maggie De block, "sous prétexte d'une crise sanitaire mal anticipée et des dotations infirmières depuis trop longtemps insuffisantes", de balayer "du revers d'une main les multiples compétences complexes mais nécessaires pour exercer la profession d'infirmier dans toutes ses dimensions bio-psycho-sociale en la réduisant à un simple exécutant d'actes".

    Pour le bureau des directions des départements infirmiers, qui réunit celles des cliniques universitaires Saint-Luc, d'Erasme, d'Epicura, du CHR de la Citadelle à Liège ou encore du CHU de Charleroi, les professionnels infirmiers, en première ligne de la lutte contre le Covid-19, "ont besoin du soutien du monde politique et non d'un manque flagrant de reconnaissance". Déjà interpellée par les syndicats et l'Union générale des infirmiers de Belgique (UGIB) sur cet arrêté controversé, la ministre avait affirmé lundi qu'elle espérait ne pas devoir y recourir, à l'instar d'un autre arrêté publié le même jour sur la réquisition de professionnels de la santé pour faire face à la pandémie de Covid-19 jusqu'à la fin de l'année.

    Outre le retrait de l'arrêté visé, les départements infirmiers réclament qu'une "concertation réelle avec le secteur" soit mise en œuvre afin de relever les défis à venir. "Il est indispensable qu'une politique de planification concertée des besoins et des moyens, en termes de santé, soit entamée afin de fournir des soins de qualité à nos patients tout en garantissant la sécurité et le bien-être de nos équipes. Nous voulons de réelles mesures structurelles et non un pis-aller de mesures qui leurrent la population", concluent-ils.

  • Pas d'ajustement des primes d'assurance automobile pour l'instant

    Assuralia, la fédération des assureurs, indique qu'un ajustement de la politique de primes d'assurance automobile ne pourra être envisagé qu'après avoir digéré la crise du coronavirus et après que les chiffres définitifs des assureurs seront connus pour cette année. Le secteur reçoit de plus en plus de questions d'assurés à propos d'un remboursement partiel de leurs primes d'assurance automobile.

    Pendant le confinement, beaucoup ont laissé leur voiture au garage, entraînant une nette diminution de la charge des dommages pour les assureurs. Mais Assuralia se demande si cette situation va perdurer. "Les entreprises ont redémarré leurs activités depuis le début de ce mois de mai. Pour des raisons de sécurité, nombreux seront les travailleurs à préférer leur voiture aux transports en commun", indique Assuralia dans un communiqué. "Pendant les mois d'été, il faudra sans doute renoncer aussi aux voyages en avion à l'étranger pour privilégier des vacances en voiture et des excursions d'une journée à l'intérieur du pays. Enfin, le niveau de la charge des sinistres annuelle est déterminé dans une mesure importante par un nombre limité de sinistres graves pour lesquels il est difficile aujourd'hui de faire des prévisions."

    Des adaptations éventuelles de primes se font sur la base de données historiques portant sur de plus longues périodes. Cela permet aux assureurs de répartir les risques sur un plus long terme. "Pour les assurés qui recherchent davantage de flexibilité ou qui ne parcourent qu'un nombre limité de kilomètres par an, il existe du reste des contrats d'assurance dont les primes sont calculées sur la base du nombre de kilomètres parcourus ou qui prévoient une formule pour un nombre forfaitaire de kilomètres", ajoute la fédération, précisant aussi que le développement de la numérisation du secteur et du parc automobile "pourrait faire augmenter le nombre de telles formules flexibles."

  • L'entreprise liégeoise OncoRadiomics va développer un outil de diagnostic du coronavirus

    L'entreprise OncoRadiomics, située à Liège, a reçu un subside européen pour le développement d'un projet international consacré à un outil de diagnostic du virus SARS-CoV-2. L'"Innovative medicines initiative" (IMI), qui vise à améliorer la compétitivité de l'UE dans le domaine de la recherche pharmaceutique, a débloqué 11,4 millions d'euros pour le projet Dragon, indique OncoRadiomics.

    Le projet Dragon, mené par l'entreprise liégeoise, réunit vingt partenaires dont des PME innovantes, des instituts de recherche universitaires, des partenaires des secteurs des biotechnologies et pharmaceutique, des organisations axées sur les patients et des associations professionnelles de Belgique, de Chine, d'Italie, des Pays-Bas, de Suisse et du Royaume-Uni. Dragon mettra en application de l'intelligence artificielle et des techniques d'apprentissage automatiques pour fournir des supports décisionnels permettant un diagnostic et un pronostic améliorés et plus rapides.

  • La barre 27.000 morts franchie en France

    La France a franchi la barre des 27.000 morts dus à l'épidémie de coronavirus avec 83 décès supplémentaires enregistrés en 24 heures, mais le nombre de patients en réanimation continue de baisser.

    Le Covid-19 a fait 27.074 morts depuis le 1er mars, mais la pression sur les services d'urgence continue de se réduire, avec moins de 2.500 patients (2.428) pour la première fois depuis le 24 mars, et 114 malades de moins que mardi.

  • Tous les marchés de Namur maintenus

    À partir de lundi, les marchés seront autorisés mais limités à cinquante stands, selon les nouvelles mesures instaurées par le Conseil national de sécurité. Tous seront donc ouverts dès lundi à Namur, avec des limitations pour le plus grand d'entre eux. Le problème du nombre de marchands ne se pose pas pour le marché de Jambes et les autres petits marchés organisés sur le territoire namurois. Il y a toujours moins de cinquante étals.

    En revanche, le nombre de marchands va être fortement réduit sur le principal marché de la ville, qui se déroule le samedi. "Nous n'allons retenir que les échoppes alimentaires, les marchands de fleurs et de plantes ainsi qu'un vendeur de volaille vivante", a précisé Maxime Prévot, bourgmestre de Namur. "De cette manière, on arrive tout juste à cinquante." En outre, seuls les commerçants abonnés au marché à l'année seront autorisés à exercer.

    Un sens de circulation sera également établi et l'allée divisée en deux. Parallèlement, trois mètres au moins devront séparer les échoppes, qui devront mettre du gel hydroalcoolique à disposition. Enfin, chaque vendeur devra porter un masque.

  • Pas de retour au trafic aérien d'avant-crise avant 2023

    Le transport aérien ne devrait pas retrouver son niveau de trafic avant 2023 avec d'abord un redémarrage sur les liaisons intérieures cet été suivi par une reprise beaucoup plus lente du trafic international, estime l'Association internationale du transport aérien (Iata). En 2021, l'organisation qui regroupe 290 compagnies aériennes estime que le trafic (mesuré en kilomètres-passagers payants, RPK) devrait être inférieur de 24% au niveau de 2019, sur la base d'une reprise qui débuterait au troisième trimestre 2020 par la réouverture de liaisons intérieures.

    Mais la reprise dépend de la vitesse à laquelle les frontières vont rouvrir et du rythme de la croissance mondiale et l'impact sur le segment du voyage long-courrier "sera bien plus sévère et durera plus longtemps", souligne l'organisation. Dans un scénario plus pessimiste, où les restrictions de circulation persisteraient au troisième trimestre de cette année, l'Iata envisage un trafic en RPK en baisse de 34% en 2021. Selon un sondage réalisé par l'Iata, 58% des passagers interrogés limiteraient dans un premier temps leurs déplacements à des séjours dans leur pays. "Cela rend des mesures de sécurité sanitaire communes pour le voyage en avion encore plus importantes", a commenté le directeur général de l'Iata, Alexandre de Juniac, redoutant l'impact de mesures unilatérales. Selon lui, des discussions sont en cours au niveau international pour déterminer un certain nombre de mesures de contrôles et de mesures sanitaires communes.

  • Réouverture progressive des musées dès le 18 mai

    "La réouverture progressive de nos lieux culturels dès le 18 mai, journée internationale des musées, est un énorme signal d'espoir pour le secteur qui souhaite vivement retrouver son public", indique l'asbl Brusselsmuseum.

    • Plusieurs institutions ont d'ores et déjà annoncé leur réouverture dès lundi. A Bruxelles, ce sera le cas d'Autoworld, de Choco-story, d'experience.brussels, du Jardin botanique de Meise, du musée BELvue et des musée et jardins Van Buuren.
    • D'autres prévoient d'accueillir les visiteurs dès le mardi 19 à l'instar d'Africa Museum, CIVA, BOZAR, avec quatre expositions jusqu'au 21 juillet (Keith Haring, Mondo Cane - Jos de Gruyter & Harald Thys, The World as a Pavilion - Vjenceslav Richter et Jacqueline Mesmaeker "Ah, quelle aventure! "), la Fondation Boghossian - Villa Empain avec l'exposition Mappa mundi, Grand Serment Royal et de St-Georges des Arbalétriers, la Fonderie, la Maison d'Erasme, la Maison Maurice Béjart, le Musée d'Art Spontané, le Musée Juif de Belgique, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique: Old Masters Museum, le Muséum des Sciences naturelles, le Palais du Coudenberg, le WIELS avec deux expositions, Train World et le Musée du Moulin et de l'Alimentation.
    • D'autres, comme le musée du Tram, ouvriront le 20, puis le 21 (ADAM) et les jours suivants.
    • A Liège, l'exposition "Toutankhamon - A la découverte du pharaon oublié", sera à nouveau accessible à la gare des Guillemins dès lundi. "Cette réouverture est une réelle bouffée d'oxygène", estiment les organisateurs. Le port du masque sera notamment obligatoire.
    • Le musée de la photographie à Charleroi annonce lui aussi que ses portes rouvriront le 21 mai, du jeudi au dimanche, de 10h à 18h. D'après le site du museumpassmusées, le Grand Curtius, le Musée de la Vie wallonne et l'aquarium (Liège), le Bois du Cazier, le musée d'art contemporain de Grand-Hornu, ou encore le Musée d'art de la Province de Hainaut seront également ouverts dès lundi.
  • Les contacts physiques toujours à éviter lors de funérailles

    A partir de lundi, jusqu'à 30 personnes pourront assister à des funérailles, mais les contacts physiques tels que les poignées de main et les embrassades restent à éviter. "Les familles peuvent convier un peu plus de monde, mais les contacts physiques sont toujours à éviter, ce qui reste désolant pour les proches des défunts", regrette Johan Dexters, président de la Fédération royale des entrepreneurs de pompes funèbres de Belgique.

    "Il n'est pas encore question de revenir à des obsèques normales", ajoute-t-il. A l'exception du nombre élargi d'invités, les mesures annoncées ce mercredi ne changent rien. Aucune réception ne peut encore être organisée à l'issue des enterrements. Et l'embaumement pour le transport international et le don des corps à la science restent interdits. Depuis les restrictions imposées pour freiner la propagation du coronavirus, M. Dexters constate cependant une tendance grandissante au streaming de funérailles, de sorte que celles et ceux qui le souhaitent puissent y participer à distance.

  • À Liège, le marché hebdomadaire de Chênée rouvrira avant l'emblématique Batte

    Les marchands et chalands habitués à l'ambiance dominicale de la Batte à Liège devront encore prendre leur mal en patience plusieurs semaines, malgré la réouverture des marchés décidée par le Conseil national de sécurité (CNS). "Nous n'avons pas de plan pour la Batte. Nous sommes autorisés à organiser des marchés avec cinquante ambulants. La Batte en compte six fois plus et nous devons prendre de nombreux facteurs en compte. Nous rouvrirons d'abord celui de Chênée, qui servira de test", annonce Elisabeth Fraipont, échevine du Commerce de la ville de Liège.

    L'administration et l'échevinat du Commerce de la ville de Liège planche effectivement depuis quinze jours sur la nouvelle organisation du marché de Chênée, qui accueille une cinquantaine de marchands chaque mardi. Jeudi, une vidéoconférence sera organisée par l'échevinat du Commerce afin de présenter aux marchands représentant l'alimentaire et le non-alimentaire une série de propositions. Le rapport de cette réunion sera débattu et validé en collège vendredi, afin de permettre une réouverture de ce marché dès le 19 mai.

  • Le premier million de masques commandés par la Défense attendu vendredi

    Le premier million des masques de protection en tissu commandés par la Défense nationale est attendu ce vendredi à la base militaire de Peutie (Vilvorde), a indiqué le ministre de la Défense Philippe Goffin en commission de la Chambre. Les modalités de distribution de ces masques doivent encore faire l'objet de concertation, a-t-il précisé.

    Un recours aux pharmacies est envisagé, mais doit être encore confirmé. Interrogé par de nombreux députés, M. Goffin a défendu le choix des deux entreprises finalement retenues par la Défense, dont la Luxembourgeoise Avrox, dont il a assuré la crédibilité et la compétence dans la vente de produits textile. Le ministre s'est dit confiant que les 18 millions de masques commandés seraient livrés pour le 24 mai au plus tard, comme convenu contractuellement. Il a répété que la Belgique n'avait encore effectué aucun paiement. "Les entreprises ne seront payées qu'après avoir livré des masques dont la conformité aura été vérifiée".

  • Le football francophone heureux de la possibilité de reprise des entraînements

    A la suite de la réunion du Conseil national de sécurité, le gouvernement a autorisé la reprise des entraînements sportifs en plein air pour des groupes limités à vingt personnes et sous la supervision d'un entraîneur. L'Association des clubs francophones de football (ACFF) s'est réjouie de cette mesure. David Delferière, son président, s'est dit "heureux de cette décision" qui "constitue un pas vers une évolution favorable de la situation".

    Dans la foulée, l'ACFF a publié sur son site internet les implications détaillées de ces décisions. D'autres précisions feront l'objet d'un envoi spécifique à tous les clubs par le système eKickOff. "Les jeunes ne reprendront de toute façon pas les entraînements maintenant, mais nous espérons que, si les directives sont appliquées correctement, la situation évolue encore favorablement et que, dans plusieurs semaines, tout le monde pourra s'entraîner normalement puis envisager la reprise des compétitions", a poursuivi David Delferière dans le communiqué de l'ACFF.

  • Eric Domb (Pairi Daiza): "Une perte de 30 millions d'euros en 2020"

    Eric Domb, fondateur du parc animalier Pairi Daiza, qui rouvrira progressivement ses portes dès le 18 mai, annonce une perte de 30 millions d'euros en 2020 à cause de la crise du coronavirus. "Nous avons perdu les écoles, les groupes d'entreprises, les familles, avec cette crise", a expliqué Eric Domb.

    "Nous nourrissons l'espoir d'atteindre, quand même, un million de visiteurs d'ici Noël. La crise aura un gros impact sur Pairi Daiza en 2020. Nous allons certes être capables de payer nos fournisseurs, de payer les intérêts à nos banquiers mais on peut estimer que nos pertes vont vraisemblablement s'élever à quelque 30 millions d'euros en 2020. Nous sommes certes soulagés de pouvoir ouvrir, même très progressivement".

  • Le championnat de Belgique de duathlon de Hal annulé

    Le championnat belge de duathlon, qui était prévu le 15 août à Hal, n'aura pas lieu cette année en raison de la crise du coronavirus. L'organisateur Endurance Sports Halle VZW a annoncé sa décision ce mercredi. Le duathlon de Halle s'apprêtait à fêter sa 25e édition en 2020 et il devait servir cette année de cadre au championnat de Belgique. Mais l'organisation a décidé, en consultation avec le conseil d'administration de la ville du Brabant flamand, de mettre fin à l'opération en raison de la Covid-19.

    En effet, les manifestations sportives sont interdites en Belgique au moins jusqu'à la fin du mois de juillet et les organisateurs ne veulent pas prendre de risques en vue du championnat national à la mi-août. "Il n'est pas facile de préparer correctement un championnat de Belgique si vous n'avez pas la certitude qu'il puisse ou non aller de l'avant", indique le communiqué. "De nombreux sponsors fidèles ont déjà fait savoir qu'ils préféreraient réinvestir dans l'édition 2021."

  • "C'est une honte", estime la Fédération du commerce ambulant, "très dubitative"

    La Fédération du commerce ambulant se dit "très dubitative" quant à l'autorisation de rouvrir dès lundi les marchés de maximum 50 échoppes alimentaires, indique son président, Léonard Monami. "Les bourgmestres vont devoir revoir tout leur système de marchés." De plus, "seuls les marchés dans les campagnes pourront rouvrir", sauf réorganisation totale, puisque ceux des villes comptent bien plus que 50 stands. "Anvers, la Batte à Liège (350 vendeurs), ... on oublie! "

    Alors que l'objectif des marchés est aussi de donner accès au circuit court aux habitants des villes, pointe Léonard Monami. "Comment les petits marchands volants, qui ont commencé l'année passée et qui ne sont pas encore abonnés, vont-ils faire pour rembourser leur crédit pour l'achat de matériel, etc.", s'interroge la fédération du commerce ambulant. Celle-ci avait demandé à ce que les marchés puissent à nouveau être organisés avec jusqu'à 100 vendeurs. Une organisation qui prévoirait notamment qu'un stand soit présent une semaine sur deux, par exemple, poserait des problèmes de gestion des stocks pour les produits frais comme la viande, les légumes, le poisson.

    "Les gens ne voudront pas acheter des fruits et des légumes qui traînent depuis 10 jours dans un camion." Le secteur est par contre d'accord avec la nécessité de mesures telles que du gel hydroalcoolique, le port du masque, ... Ces dernières faisaient partie de ses recommandations en vue d'une réouverture, tout comme, entre autres, éventuellement étendre les horaires, un sens de circulation unique, le service à l'aide de pinces ou un système de précommande.

  • Les clubs italiens veulent reprendre le championnat le 13 juin

    L'assemblée générale de la Serie A, la première division du football italien, a indiqué qu'elle souhaitait reprendre le 13 juin le championnat, arrêté le 9 mars par la pandémie de coronavirus. "En ce qui concerne la reprise des activités sportives et dans le respect des décisions du gouvernement et en conformité avec les protocoles médicaux de protection des joueurs (...) la date du 13 juin pour la reprise du championnat a été indiquée", selon un communiqué.

  • Près de 500 nouveaux décès en Grande-Bretagne

    Au cours des dernières 24 heures, 494 personnes sont décédées en Grande-Bretagne à cause du coronavirus. Au total, 33.186 personnes ont déjà succombé à la maladie dans le pays. La Grande-Bretagne ne compte les décès que dans les hôpitaux et les maisons de retraite.

    Si l'on ajoute les autres décès suspects, il pourrait y avoir plus de 40.000 décès dû au coronavirus. Il y a eu 3.242 infections sur une période de 24 heures, pour atteindre 229.705 infections au total. Mardi, 87.063 tests ont été effectués, là encore bien en dessous des 100.000 que le gouvernement s'était fixé comme objectif.

  • Les ministres Crevits et Borsus réclament à l'Europe des aides agricoles supplémentaires

    Les ministres flamand et wallon Hilde Crevits et Willy Borsus ont demandé lors d'une réunion des ministres européens de l'Agriculture des mesures et des ressources supplémentaires pour aider les secteurs touchés. L'Europe et les États membres ont déjà pris une série de dispositions pour soutenir les secteurs à la suite de la crise du coronavirus. "On peut citer comme exemple le soutien au stockage privé des produits laitiers, de la viande bovine, ovine et caprine et la gestion plus souple des budgets européens encore disponibles. Toutefois, les mesures actuelles ne sont pas suffisantes car de très nombreux produits sont confrontés à des prix trop bas", indiquent les deux ministres régionaux dans un communiqué.

    La Belgique réclame ainsi une compensation pour les secteurs qui ont beaucoup d'invendus comme les plantes ornementales et les pommes de terre, ainsi qu'un soutien supplémentaire pour le stockage privé pour la viande de porc, notamment en raison de l'impact durable de la peste porcine africaine. Pour la volaille, elle demande un soutien pour le stockage de viande congelée et le retrait de certains produits du marché.

    Dans le secteur laitier, une aide a été demandée pour une limitation volontaire temporaire et rémunérée de la production. Les ministres estiment que le budget européen encore disponible pour l'agriculture doit être utilisé rapidement et que l'Europe doit veiller à ce qu'il n'y ait pas de perturbations sur le marché intérieur. La ministre Crevits a attiré l'attention sur le secteur de la pêche. Les prix du poisson ont chuté de près de 40% en moyenne en raison de la fermeture des établissements de restauration et des marchés, fait-elle valoir. Des discussions sont en cours au sein de l'industrie de la pêche en Flandre pour préparer un arrêt temporaire de quelques semaines. "Mais il semble que la crise va encore durer des mois et qu'il faudra alors l'activation de fonds européens supplémentaires".

  • Un conseil d'entreprise extraordinaire prévu vendredi chez Swissport

    Un conseil d'entreprise extraordinaire est prévu ce vendredi chez le manutentionnaire aéroportuaire Swissport. Cela alors que Brussels Airlines, l'un de ses principaux clients, a annoncé ce mardi sa volonté de supprimer jusqu'à 1.000 emplois et de réduire sa flotte d'avions de 30%. Le syndicat libéral ACLVB/CGSLB avait déjà fait part de l'inquiétude du personnel quant à l'impact de ces licenciements sur l'activité de Swissport.

    L'entreprise assure en effet toute une série de services de manutention, comme celui des bagages, pour la compagnie belge à Brussels Airport. Le trafic passagers y étant presque entièrement à l'arrêt en raison de la crise du coronavirus, la plupart des salariés de Swissport qui y étaient actifs sont pour l'instant au chômage économique temporaire.

  • Le marché de Boussu sera à nouveau organisé le 24 mai

    Le marché de Boussu, le plus important de la région de Mons-Borinage, avec plus de 200 ambulants, sera à nouveau accessible dès le 24 mai. Le nombre de commerçants sera limité à 50. Les instances communales planchent sur les mesures de sécurité sanitaire. Le marché de Boussu est une des institutions dominicales dans la région de Mons-Borinage. Il regroupe chaque dimanche plus de 200 commerçants ambulants installés dans les principales places et rues de la commune.

    "Nous peaufinons encore les mesures qui seront mises en place pour la réouverture du marché", a indiqué le bourgmestre de Boussu, Jean-Claude Debiève (PS). "Tout n'est donc pas encore décidé. Nous nous limiterons à 50 ambulants qui devraient être les abonnés, les commerçants locaux, les commerçants de produits alimentaires, les pépiniéristes, notamment. Le but sera aussi de garantir une distanciation élargie entre les personnes. Des barrières Nadar et des banderoles pourraient être utilisées pour canaliser les clients et pour éviter au maximum qu'ils se croisent. Nous devons encore prendre plusieurs décisions, notamment, quant au port du masque par les marchands et par les clients."

    Plusieurs marchés pourraient être organisés dans la zone de boraine dès le 18 mai, notamment à Quaregnon et à Dour.

  • Air Belgium postpose la reprise de ses vols vers les Antilles françaises au 24 juin

    Air Belgium ne reprendra pas ses vols à destination de la Guadeloupe et de la Martinique avant le 24 juin. L'entreprise, qui opère au départ de l'aéroport de Charleroi, justifie cette décision par l'interdiction de voyage émise par le gouvernement belge jusqu'au 15 juin inclus. Les vols auraient normalement dû reprendre le 3 juin, avait-elle annoncé il y a quelques semaines.

    Les passagers concernés par un report de vol seront contactés dans les prochains jours. Air Belgium dit aussi attendre, comme les compagnies françaises, une communication officielle et claire de l'Etat français, notamment quant aux mesures à respecter ou sur les conditions de reprise. Plusieurs mesures sanitaires spécifiques seront mises en place afin de garantir une sécurité maximale aux passagers et au personnel. Elles seront mises en ligne prochainement sur le site de la compagnie.

  • Réouverture des zoos mais pas des parcs d'attractions: "la logique fait défaut"

    Les zoos pourront rouvrir dès lundi, tandis que les parcs d'attractions devront encore attendre jusqu'au 8 juin, d'après les mesures décidées par le Conseil national de sécurité (CNS). Pour le directeur général du parc d'attractions Bellewaerde, Stefaan Lemey, "la logique fait défaut". "Nous sommes occupés à prendre les précautions nécessaires et nous pourrions rouvrir dans dix jours", assure-t-il.

    Le parc animalier de Bellewaerde pourrait cependant rouvrir. "Mais nous ne le ferons pas car cela coûte trop cher d'ouvrir le parc pour les seuls visiteurs du zoo", explique le directeur. Le parc d'attractions, contraint de fermer pendant le confinement, a perdu près de 4 millions d'euros de chiffre d'affaires aux mois de mars et d'avril. C'est pourquoi M. Lemey en appelle à une réouverture rapide. "Nous prenons les mesures nécessaires, comme la limitation des visiteurs et l'adaptation des files d'attente", indique-t-il.

    "Nous accueillons de 9.000 à 13.000 visiteurs pendant les mois d'été. Ce nombre devra être réduit au moins de moitié, ce qui aura déjà un impact majeur sur les distances entre les visiteurs. Il y aura également des panneaux de signalisation tels que nous les connaissons aujourd'hui dans les rues commerçantes". Le directeur de Bellewaerde s'attend à ce que tout soit prêt pour le 8 juin. "En fait, nous pourrions rouvrir dans une semaine et demie", conclut-il.

  • Grève émotionnelle au TEC Liège-Verviers suite à un nouvel incident

    Les chauffeurs du dépôt de Jemeppe ont rejoint leur base ce mercredi en début d'après-midi afin de protester contre les incidents qui se multiplient sur les différentes lignes liégeoises depuis le début du déconfinement. Les chauffeurs des dépôts de Rocourt mais également d'Oreye et Bassenge ont suivi le mouvement qui pourrait s'amplifier voire se durcir, indiquent les syndicats.

    Ce mouvement spontané fait suite à un incident survenu mardi soir sur la ligne 2. Un usager a brisé avec son pied une des portes d'un bus qui circulait à Liège. L'incident de trop pour les chauffeurs qui doivent faire face au courroux d'utilisateurs qui ne respectent pas les règles élémentaires, à savoir le port du masque. On se souviendra que le 4 mai, jour de déconfinement des transports publics, un passager avait envoyé un pavé dans le pare-brise d'un bus car il avait été interdit de voyage faute de masque.

  • Le Circuit de Spa-Francorchamps va pouvoir reprendre une partie de ses activités

    Le Circuit de Spa-Francorchamps s'est vu autoriser une reprise partielle de ses activités à huis clos dès le lundi 18 mai prochain. C'est la conséquence des décisions annoncées par le gouvernement à l'issue de la réunion du Conseil national de sécurité. Melchior Wathelet Jr., président du Conseil d'administration du circuit, a réagi à cette décision. "En tant qu'outil public, notre priorité depuis le début de la pandémie est la sécurité et la santé de tous et le restera bien évidement" a-t-il déclaré dans un communiqué.

    Nathalie Maillet, la CEO du circuit, d'ajouter: "les directives pour assurer la sécurité et la santé de tous seront appliquées en totale coordination avec nos organisateurs. Par ailleurs, nous bénéficions des conseils de notre service médical. Notre personnel est également parfaitement informé des mesures mises en place et qui devront être respectées."

    Dès lundi, des bolides devraient donc être autorisés à aborder le célèbre Raidillon et autre virage de l'Eau Rouge, sans craindre les foudres de la police.

  • "Nous devons tout faire pour assurer l'avenir de Brussels Airport"

    Vu l'importance de Brussels Airport pour l'économie du pays, il faut "tout faire pour assurer l'avenir de l'aéroport", réagissent les organisations patronales bruxelloise Beci et flamande Voka. Les deux fédérations s'inquiètent de l'impact de la crise du coronavirus sur l'aéroport national. Selon elles, celui-ci est "vital pour les ambitions de créer un hub logistique européen, une nation exportatrice, un hub international pour les investisseurs et un centre de décision européen."

      L'aéroport représente 24.000 emplois directs et 40.000 indirects, ainsi qu'une valeur ajoutée de 3,2 milliards d'euros. "Sans la connectivité internationale de l'aéroport, Bruxelles ne peut revendiquer le statut de capitale diplomatique de l'Europe et de leader pour les congrès", déclare Jan De Brabanter (Beci). "Brussels Airport assure la connectivité internationale de toute notre industrie et nos services", ajoute Hans Maertens, patron du Voka.

    Les deux organisations patronales comptent sur le monde politique pour qu'il prenne sa responsabilité afin d'assurer le futur de l'aéroport. "Les acteurs cruciaux de notre aéroport doivent recevoir l'aide financière nécessaire si on veut éviter la perte définitive d'importantes connexions internationales. Tant que l'aéronautique fonctionne sur le mode de crise, les entreprises qui en dépendent doivent pouvoir bénéficier de mesures de soutien comme le chômage temporaire", concluent-elles.

  • Le guide de réouverture des commerces mis à jour avec les nouvelles mesures du CNS

    Le guide de réouverture des commerces publié sur le site du SPF Économie est en train d'être mis à jour, annoncent mercredi les ministres des PME et des Indépendants Denis Ducarme et de l'Économie Nathalie Muylle dans un communiqué. La nouvelle version, qui contiendra les nouvelles règles et recommandations édictées par le Conseil national de Sécurité de mercredi, sera disponible en ligne dès jeudi. 

  • UCM reste très inquiète que très nombreux indépendants et PME ne passent pas le cap

    L'horeca, l'événementiel, le tourisme, la culture (hors musées), le sport n'ont toujours aucune perspective de déconfinement, a réagi mercredi l'UCM à l'issue du Conseil nationale de sécurité. L'UCM reste "très inquiète quant à la possibilité pour de très nombreux indépendants et PME de passer le cap".

    L'UCM demande que les mesures de soutien à ces entreprises soient prolongées (droit passerelle, chômage temporaire, reports de paiement, accès à des prêts) pour "éviter l'effondrement de pans entiers de notre économie".

  • Les 26 justices de paix de l'arrondissement de Bruxelles rouvrent leurs portes dès lundi

    Les 26 justices de paix de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde ouvrent à nouveau leurs portes au public le 18 mai 2020, "en ce compris toutes les audiences publiques", a informé mercredi le juge Eric Vermeulen, porte-parole des juges de paix de cet arrondissement. Plusieurs mesures sont prises pour éviter les contacts physiques. 

    Les justices de paix bruxelloises imposent quelques règles en vue de la reprise des audiences publiques lundi, afin de continuer à limiter la propagation du Covid-19. Notamment, seule la partie convoquée, assistée ou non de son conseil, pourra être présente dans la salle d'audience. La présence d'un représentant du CPAS ou d'un interprète pourra également être autorisée selon les cas.

  • L'AFT attend des précisions pour les entraînements de tennis

    Mercredi, le Conseil national de Sécurité (CNS) a autorisé la reprise des entraînements réguliers en extérieurs à partir du lundi 18 mai pour des groupes de maximum 20 personnes. Une bonne nouvelle pour l'Association francophone de tennis (AFT) qui attend néanmoins des précisions et qui espère communiquer vers ses clubs vendredi.

    "La notion d'entraînement collectif est différente d'un sport à un autre", a déclaré André Stein, le président de l'AFT, à Belga mercredi. "C'est pourquoi nous sommes déjà en contact avec l'Adeps et la ministre des Sports afin de voir comment ces nouvelles mesures s'appliquent pour le tennis. Nous espérons avoir une réponse le plus vite possible."

  • L'accès au chômage "corona" élargi aux pensionnés de 65 ans et plus

    La commission des Affaires sociales de la Chambre a voté mercredi après-midi en faveur d'une proposition de loi écologiste visant à introduire un droit à des allocations de chômage temporaires pour les pensionnés de 65 ans et plus dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

    En principe, les personnes de 65 ans et plus qui ont pris leur pension et perçoivent un revenu complémentaire comme employé n'ont pas droit à une allocation de chômage temporaire, explique Ecolo dans un communiqué. Il s'agit souvent de personnes qui complètent leur pension particulièrement basse avec ce revenu. En raison de la crise du coronavirus, beaucoup de ces pensionnés ont perdu leur revenu complémentaire.

  • Le parc Pairi Daiza annonce une réouverture progressive et le port du masque de protection

    Le réouverture du parc Pairi Daiza à Brugelette sera progressive, ont indiqué mercredi les instances du parc. Le parc Pairi Daiza, dont l'ouverture 2020 devait normalement avoir lieu le 21 mars, ouvrira progressivement ses portes au public à partir du 18 mai. Des mesures seront adoptées "sous réserve de conditions plus contraignantes qui seraient imposées par les autorités", ont indiqué les instances de Pairi Daiza. 

    Le parc ne sera accessible, dans un premier temps, qu'aux abonnés, en nombre limité. Les premières journées d'ouverture permettront de tester les dispositions mises en place pour la sécurité du public. L'accès aux visiteurs d'un jour ne sera ouvert que dans un second temps. Il sera en tout cas indispensable de réserver sa visite au parc. Le port du masque sera "fortement recommandé" et il sera obligatoire dans certaines zones du parc, notamment dans les espaces couverts. Certains chemins du parc seront en sens unique. Les voies d'entrées dans le Jardin des Mondes ont été multipliées dans l'optique du respect de la distanciation physique. Le nombre de distributeurs de savons et de gel hydroalcoolique a été renforcé. Les séjours à Pairi Daiza Resort sont reportés jusqu'à nouvel ordre.

  • La reprise des entraînements en extérieur, une "bonne nouvelle pour le sport" (DG Sport)

    L'annonce de la reprise des entraînements sportifs en extérieur à partir de lundi est "une bonne nouvelle pour le sport", selon Marc Xhonneux, responsable communication à l'Administration générale du Sport de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    "Au niveau de la direction générale du sport, c'est la satisfaction de pouvoir reprendre les activités sportives en groupes plus importants", dit Marc Xhonneux. "Les balises sont mises, il manque quelques précisions, comme par exemple de voir si cela ne concerne que la pratique en clubs. Nous attendons plus de détails, que nous espérons avoir avant la réunion prévue jeudi matin avec les experts Marc Francaux (UCL) et Jean-François Kaux (ULiège). Nous pourrons alors mieux nous organiser et communiquer vers les clubs et fédérations".

  • Une troisième phase de réouverture à partir du 18 mai pour les recyparcs gérés par inBW

    L'intercommunale inBW, qui gère la plupart des recyparcs du Brabant wallon, a annoncé mercredi une troisième phase de réouverture qui débutera le lundi 18 mai sur ses différents sites. Cette phase permettra de revenir à un fonctionnement presque normal puisque toutes les matières, à part l'amiante, seront à nouveau acceptées.

    Les horaires normaux, du lundi au vendredi de 10h à 17h et le samedi de 9h30 à 17h, seront repris à partir du 18 mai. Mais des mesures de précaution sanitaire continueront à devoir être respectées sur place, notamment la distanciation d'1,5 mètre entre chaque usager.

  • Maux de tête et perte d'odorat, symptômes les plus fréquents en Europe

    Les maux de tête et la perte d'odorat sont les symptômes les plus fréquents du Covid-19 chez les patients européens atteints d'une forme légère à modérée, selon une étude qui souligne que la maladie prend des formes différentes selon l'âge et le sexe.

    Sept malades sur dix ont été atteints par chacun de ces deux symptômes, conclut l'étude publiée dans le Journal of Intern Medicine et réalisée auprès de plus de 1.400 patients avec une infection par le nouveau coronavirus confirmée par un test de dépistage.

    Les autres symptômes les plus fréquents étaient le nez bouché (67,8%), la toux (63,2%) et la fatigue (63,3%), suivis par les douleurs musculaires (62,5%), le nez qui coule (60,1%) et une perte de goût (54,2%). En revanche, la fièvre n'a été signalée que par moins de la moitié des patients (45,4%).

  • Plus de 160.000 morts en Europe

    160.455
    morts
    La pandémie causée par le nouveau coronavirus a tué plus de 160.000 personnes en Europe, dont près des trois quarts au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne et en France, selon un bilan établi par l'AFP. Avec un total de 160.455 morts (pour 1.798.209 cas), l'Europe est le continent le plus durement touché par la pandémie de Covid-19 qui a tué 292.720 personnes dans le monde.

  • Les abonnés accueillis au Zoo d'Anvers et Planckendael dès lundi, le grand public le 1er juin

    Le zoo d'Anvers et le parc animalier de Planckendael rouvriront leurs portes le lundi 18 mai, comme l'a autorisé le Conseil national de sécurité (CNS), mercredi. Seuls les abonnés seront accueillis lors des deux premières semaines. Le grand public pourra, lui, revenir à partir du 1er juin. Une réservation en ligne sera nécessaire et le nombre de visiteurs simultanés sera limité.

  • Près de 90% des salons de beauté prêts à rouvrir leurs portes

    Près de 90% des salons d'esthétique sont prêts à reprendre leurs activités avec les équipements de protection nécessaires à partir de lundi prochain, conformément à la décision du Conseil national de sécurité, a assuré mercredi la présidente de l'Union nationale des esthéticiennes de Belgique (Uneb), Laurence Wuylens.

    "La vaste majorité des instituts se sont préparés à la reprise et ont eu le temps de s'équiper en masques, visières, gants pour certains soins et gels désinfectants", explique Mme Wuylens, qui précise que les salons de beauté étaient déjà tenus de respecter une hygiène stricte.

  • Les voyageurs pas près de boire et de manger dans les avions en cette période de pandémie

    Quand les passagers voyageront avec des masques en avion, le service à bord de boissons et/ou de repas ne sera pas facile. La question doit dès lors encore être discutée intensivement, selon Alexandre de Juniac, directeur général de l'Association internationale du transport aérien (Iata).

    "On discutera de solutions à appliquer. Ne rien servir est une possibilité", a expliqué M. de Juniac. Sur des vols longs-courriers, l'exercice s'avère difficile et des repas préemballés pourraient être une solution pour éviter des contaminations.

  • Le SNI veut une liste claire des professions autorisées après le 18 mai

    "Nous attendons du gouvernement qu'il précise plus rapidement qu'auparavant quelles sont les professions spécifiquement concernées", a réagi mercredi le Syndicat neutre pour indépendants à la suite de l'annonce de la phase 2 du déconfinement prévue le 18 mai.

    "Après les précédents Conseils de Sécurité, la communication, reprenant les différents arrangements concrets, n'a suivi que deux jours plus tard et n'était pas claire. Cette communication doit aujourd'hui suivre rapidement d'autant plus que la Première ministre y a fait référence. Il faudra également préciser quelles professions pourront redémarrer durant la phase 3 et après celle-ci. Il faudra en outre certainement prévoir pour ces professions des mesures de soutien supplémentaires", explique Christine Mattheeuws présidente du SNI.

    Le SNI est toutefois satisfait que les professions de contact et les marchés publics soient autorisés à reprendre leurs activités ce lundi, à condition que des mesures de sécurité strictes soient prises.

  • Pas d'accès à votre résidence secondaire avant, au moins, le 8 juin

    Le Conseil national de sécurité analysera le cas des résidences secondaires et des excursions touristiques d'un jour le 8 juin, pas avant. 

    -> Marche arrière, les bourgmestres côtiers mécontents, action contre l'État... Les détails sont à lire ici

  • Feu vert de la Commission pour 25 millions d'aide à la recherche en Wallonie

    La Commission européenne a autorisé le régime d'aides de 25 millions d'euros destiné à soutenir des activités de recherche et de développement (R&D) liées au coronavirus en Wallonie. 

    Le soutien public prend la forme de subventions directes et d'avances remboursables. Le régime est accessible à toutes les entreprises actives en Wallonie capables de mener des projets de R&D pour faire face à la pandémie de coronavirus, notamment via des solutions de diagnostic et au moyen du développement et de la validation de traitements et de vaccins.

  • Les écoles communales de Schaerbeek ne rouvriront pas le 18 mai: le délai jugé trop court

    La reprise des cours au sein des écoles communales schaerbeekoises ne pourra se faire lundi, le 18 mai, mais à une date ultérieure, a décidé le pouvoir organisateur communal. Celui-ci a fait part mercredi de son souhait d'"assurer une rentrée en toute sécurité".

    Motif principal invoqué par la bourgmestre Cécile Jodogne (DéFI) qui juge néanmoins la reprise des cours "essentielle pour les élèves, confinés chez eux depuis plus de deux mois....": "Les délais donnés par le CNS et la ministre de l'Enseignement, raisonnablement trop courts pour de grands réseaux, ne doivent pas nous empêcher de veiller à garantir toutes les conditions de sécurité. Pour information, nous n'avons par exemple pas encore reçu les masques qui nous ont été promis pour les élèves par la Fédération Wallonie-Bruxelles", a souligné Mme Jodogne.

  • Une personne sur quatre a subi des violences pendant le confinement

    Une personne sur quatre a été victime ou témoin de violence durant la première phase du confinement, déclare mercredi l'UGent dans un communiqué. "Moins d'une victime sur quatre a fait appel à une aide professionnelle et presque personne n'a signalé ces violences à la police." Au total, 4.047 personnes âgées de plus de 16 ans ont rempli le questionnaire diffusé dans le cadre d'une étude menée par l'Université de Gand sur les relations, le stress et l'agressivité en période de Covid-19 en Belgique.

    Les participants qui ont rempli le questionnaire entre le 13 et le 27 avril sont majoritairement des femmes (75%). À l'exception de la violence psychologique (21% des femmes et 15% des hommes), les hommes et les femmes semblent être concernés à parts égales. En effet, 3% ont été victimes de violence physique (3% des femmes et 2% des hommes) et 2% de violence sexuelle (2% des femmes et 2% des hommes).

  • Les coiffeurs se réjouissent de pouvoir rouvrir lundi

    Les salons de coiffure se réjouissent de pouvoir rouvrir le 18 mai, conformément à la décision du Conseil national de Sécurité, annoncée mercredi. "Nous sommes convaincus que nous pourrons travailler correctement et en sécurité avec les outils que nous avons", déclare Mitch Mues, de l'association professionnelle Coiffure.org. La réouverture est conditionnée à un fonctionnement sous rendez-vous et au port du masque tant du client que du professionnel.

  • Près d'une personne sur six s'est mise à boire de l'alcool

    Près d'une personne sur six qui ne buvait pas d'alcool avant le confinement en consomme désormais, ont fait savoir mercredi l'hôpital universitaire UZ Brussel et la Vrije Universiteit Brussel (VUB) au terme d'une étude sur l'influence des mesures pour lutter contre le coronavirus sur la consommation d'alcool. L'étude a été menée auprès de 3.632 personnes et les résultats, que Belga a pu consulter, ont été présentés mercredi dans les journaux De Morgen et De Standaard.

  • La Belgique risque d'enfreindre le droit au remboursement d'un voyage annulé

    La Belgique figure parmi une douzaine d'États membres de l'Union qui pourraient être en infraction au droit de l'Union sur le remboursement obligatoire d'un voyage annulé par un opérateur, a indiqué mercredi le commissaire européen à la Justice Didier Reynders, en charge de la protection des consommateurs. 

    "Une douzaine d'États membres semblent avoir pris des mesures contraires au droit de l'Union. Si l'État membre ne se met pas en conformité, nous examinerons les recours possibles, dont celui en infraction", a indiqué M. Reynders, lors d'un entretien par vidéoconférence avec quelques journalistes. La Belgique figure parmi ces Etats, a-t-il confirmé. 

    Cette possible infraction prend la forme, selon les pays visés, d'un report du remboursement ou de l'imposition d'un bon à valoir (voucher) en remplacement du remboursement, qui reste pourtant un droit garanti dans l'UE.

  • Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse

    Suite à la réunion du Conseil national de Sécurité ce mercredi matin, Sophie Wilmès, la Première ministre, a confirmé que la phase 2 du déconfinement sera enclenchée à partir de lundi prochain, le 18 mai. Qu'est-ce qui va évoluer à cette date:

    • Les écoles rouvriront, selon les modalités déjà connues. C'est-à-dire que seules certaines classes rentrent, que les mesures d'hygiène devront être respectées.
    • Les métiers dits "de contact" peuvent reprendre lundi. Cela concerne les coiffeurs, les esthéticiennes, les tatoueurs...
    • Les musées et bâtiments historiques peuvent rouvrir leurs portes, de même que les jardins animaliers. Les billetteries doivent se faire en ligne (ou par téléphone) et un plan de circulation doit être mis en oeuvre.
    • Les marchés ambulants pourront être organisés. Les commerçants doivent porter un masque; les clients sont invités à le faire, sans obligation.
    • Les entraînements sportifs réguliers peuvent reprendre, en extérieur, en présence d'un entraîneur, avec des groupes de maximum 20 personnes, et avec le respect des distances de sécurité. Les cafeterias restent fermées.
    La conférence de presse du CNS du 13 mai

  • Mariages et enterrements

    Lors des mariages et enterrements, la présence d'un maximum de 30 personnes sera permise, dans le respect des distances de sécurité. Il ne sera pas permis d'organiser de réception à l'issue de ces cérémonies.  

  • D'abord le bon sens

    Le but de cette stratégie? C'est toujours de maintenir la propagation du virus sous contrôle. "Il est seulement possible d'en limiter sa propagation par la limitation des contacts différents. Il faut faire primer confiance, vigilance et bon sens de tout un chacun. Pour toute question, Sophie Wilmès renvoie au site Coronavirus et au bon sens.

  • Rendez-vous le 8 juin

    L'étape suivante est toujours fixée au 8 juin. Après la troisième phase, il y aura d'autres phases, prévoit Sophie Wimès. "Reprendre nos habitudes se fera progressivement."

    Le plan détaillé pour la culture et le sport sera communiqué après accord avec le GEES.

    La réouverture des restaurants, terrasses et café sera étudiée. "On examinera aussi comment on pourra élargir les contacts sociaux, voir si on pourra organiser des stages."

    Tout événement de type culturel, sportif, récréatif restera interdit jusqu'au 30 juin prochain.

    "Il n'y aura probablement pas de retour à la normale pour l'été."

    Le prochain rendez-vous entre les membres du gouvernement concerné et les experts est fixé à lundi prochain.

  • Le sport: go!

    Les entraînements sportifs réguliers et cours à l'extérieur pourront reprendre, mais en présence d'un entraîneur et avec le respect des distances de sécurité. Les groupes ne peuvent dépasser 20 personnes.

  • Accord pour les zoos

    Les infrastructures d'intérêt naturel, comme les parcs animaliers, peuvent rouvrir si elles disposent d'une billetterie en ligne ou par téléphone et d'un plan de circulation.

  • Les marchés reprennent ce 18 mai

    Les marchés pourront rouvrir, avec 50 marchands ambulants maximum, avec accord des autorités locales, respect de distance de sécurité et plan de circulation. Le port du masque sera obligatoire pour les marchands. Pour les clients, le masque est fortement recommandé. 

  • Les coiffeurs et esthéticiennes peuvent retravailler

    Les métiers de contacts peuvent redémarrer mais à certaines conditions: 

    • en travaillant sur rendez-vous
    • avec un masque de protection
    • en respectant les mesures de sécurité entre les clients
  • Les musées peuvent rouvrir ce 18 mai

    La Première ministre rappelle à quel point il est complexe de relancer le secteur culturel de façon sécurisée. "Des initiatives ont déjà été prises pour faciliter le revenu de remplacement à ces professionnels et aménager le tax-shelter à cette situation de crise. Les communautés ont créé des fonds d'urgence."

    Avant la fin de la semaine, un rapport sera déposé auprès du GEES, suite à la conférence ministérielle de ce mardi, pour envisager la suite du déconfinement de ce secteur.

    Les musées et infrastructures de type bâtiments historiques pourront rouvrir leurs portes ce 18 mai si les billetteries sont organisées en ligne et si des dispositions pour éviter les effets de foule sont prises.

    Les bibliothèques restent ouvertes.

  • Sophie Wilmès tente de rassurer les parents en expliquant que les professionnels de l'enseignement vont respecter les règles prévues.

  • La phase deux sera enclenchée ce lundi 18 mai, avec les écoles

    Les écoles rouvriront bien, comme prévu, lundi prochain, selon des règles d'hygiène et d'organisation déjà précisées. Les maternelles resteront fermées.

  • Sophie Wilmès commence sa conférence de presse avec un point sur la progression du déconfinement. "La réouverture s'est bien passée dans le pays, même si vous avez pu voir de longues files d'attente devant les magasins. Quand c'est le cas, mieux vaut rentrer chez soi."

    "On a retrouvé un sentiment de normalité."
    Sophie Wilmès
    Première ministre

    Elle souligne que certaines personnes ont peur d'une deuxième vague. "C'est un scénario que nous ne pouvons exclure, c'est pourquoi nous suivons la situation, pour intervenir si nécessaire."


  • La conférence de presse commence

    ©REUTERS

  • Ryanair demande un effort salarial de 20% aux pilotes et de 10% au personnel de cabine

    Ryanair demande une réduction de 10% des salaires du personnel de cabine et de 20% de ceux des pilotes, indique mercredi la CNE/ACV Puls. Le syndicat chrétien souhaite en outre avoir de la clarté quant aux 3.000 suppressions d'emploi qu'envisage la compagnie à bas coûts à travers l'Europe à la suite de la crise du coronavirus, dont plusieurs centaines à Charleroi et Zaventem, selon les déclarations de Michael O'Leary, le patron du groupe irlandais, la veille dans la presse. 

    "Ryanair doit mettre toutes les cartes sur la table", plaident ainsi ACV Puls et CNE. Selon eux, la compagnie aérienne irlandaise a demandé aux travailleurs de tous les pays ce qu'ils sont prêts à abandonner pour rester à bord. 

    "En Belgique, la compagnie demande une réduction de 10% des salaires du personnel de cabine et de 20% de ceux des pilotes", détaille Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. Une proposition similaire a été faite dans plusieurs pays européens, à l'entendre, une manière de les mettre en concurrence. "Pour ceux qui acceptent, il y aura moins de licenciements", résume le syndicaliste. 

  • Le Pain Quotidien passe par la case tribunal pour se relancer

    Plombé par les marchés britannique et américain, le Pain Quotidien doit se réorganiser. Il va introduire une demande de réorganisation judiciaire (PRJ), quitter la Grande-Bretagne et les États-Unis et créer une nouvelle entité avec le soutien de Cobepa, son actionnaire principal qui rachète la dette bancaire. 

  • Sollicité dans la crise du Covid-19, le secteur biopharmaceutique belge est en forme

    Cinquante milliards d’euros d’exportations, 38.500 emplois directs et 3,8 milliards d’euros investis dans la recherche et développement : le secteur bio-pharmaceutique belge, aujourd’hui particulièrement sollicité pour la recherche de vaccins et de traitements contre le Covid-19, continue à -très- bien se porter, selon les derniers chiffres de Pharma.be, la fédération du secteur, qui se réjouit d’une " forte croissance dans tous les domaines ".

    L’empreinte économique de la pharmacie et des sociétés de biotechnologie ne fait que se renforcer, se réjouit pharma.be. Dans le domaine de l’emploi, le niveau est passé de 37.000 en 2018 à quasiment 38.500 l’année dernière. En cinq ans, cela représente une progression de 13%. Qui plus est, la totalité des emplois générés peut être évaluée à plus de 120.000 unités, en y incorporant les emplois induits et indirects, d'après la fédération.

  • Phase 2 du déconfinement: Sophie Wilmès parlera à 13h30

    La conférence de presse qui annoncera les décisions du Conseil national de sécurité concernant la phase 2 du déconfinement commencera à 13h30, annonce Sophie Wilmès. Nous la relaierons en direct ici même.

  • Le report des soldes au mois d'août approuvé en commission

    La commission de l'Economie de la Chambre a approuvé mercredi à l'unanimité une proposition de loi du Cd&V, de l'Open Vld et du MR prévoyant un report des soldes de juillet au mois d'août. Celles-ci débuteront dès lors le 1er août. La commission a demandé que le texte soit voté dès demain/jeudi en séance plénière.

    "C'est d'une importance financière et économique", a justifié la députée MR Florence Reuter, co-auteur de la proposition. "Les commerçants ont déjà payé leurs fournisseurs. S'ils ne vendent pas hors soldes pendant une période suffisamment longue, ils ne ne s'en sortiront pas. C'est fondamental pour leur permettre de tenir le coup financièrement."

  • L'UE appelle à un retour progressif au tourisme

    La Commission européenne appelle à un retour progressif de l'activité touristique dans les pays de l'UE, après les mesures de restrictions mises en place pour faire face au coronavirus.

    "Cela ne va pas être un été normal... Mais si nous faisons tous des efforts, nous n'aurons pas à passer l'été bloqués à la maison ou l'été ne sera pas complètement perdu pour l'industrie touristique"
    Margrethe Vestager
    Vice-présidente de la Commission européenne

  • Le gouvernement bruxellois mandate citydev.brussels pour pérenniser la production d’équipements de protection individuelle en Région de Bruxelles-Capitale

    Afin d’assurer une continuité pérenne dans la production d’équipements de protection individuelle (EPI) et autre matériel nécessaire dans le cadre de la crise sanitaire Covid-19, la Secrétaire d’État bruxelloise à la Transition économique, Barbara Trachte, a mandaté citydev.brussels, dans le cadre de sa mission déléguée "Fablabs" afin de coordonner et centraliser l’offre en matière de production des makers et Fablabs bruxellois. Un subside de 300.000 euros est octroyé pour contribuer à cette mission.(Philippe Coulée)

  • Le bilan belge des dernières 24 heures

    Ces dernières 24 heures, 202 nouveaux cas positifs ont été rapportés. 150 patients résident en Flandre, 31 en Wallonie et 19 à Bruxelles. Les autorités sanitaires n'ont pas d'information concernant le lieu de résidence des 2 dernières personnes. Le nombre total de cas confirmés s’élève à 53.981. 

    • Au total, 2.014 patients sont actuellement hospitalisés. 70 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées au cours des dernières 24h. La tendance à la baisse se poursuit donc après avoir été brièvement interrompue. Elle constitue donc une diminution de 8%.

    • Au total, 420 patients se trouvent en soins intensifs, soit une diminution de 45 patients au cours des 24 dernières heures. 260 patients dépendent d'une assistance respiratoire. Ce nombre est aussi en diminution régulière. Au niveau des soins intensifs, la diminution est de 5% par jour.
    • 13.937 patients sont sortis de l’hôpital et ont été déclarés guéris depuis le 15 mars, soit une augmentation de 205 au cours des 24 dernières heures.
    • 8.843 décès au total ont été rapportés, soit une augmentation de 82 décès au cours des dernières 24h. Des décès des dernières 24h, 29 ont eu lieu à l’hôpital, 53 dans une maison de repos et de soins. Dans ce dernier groupe, 79% a été confirmé par un test COVID-19.

    • Sur les 8.843 personnes décédées, 48% sont mortes à l’hôpital, 51% dans une maison de repos et de soins, 0,2% à la maison et 0,4% à un autre endroit. Les décès à l’hôpital sont tous des cas confirmés. Les décès ayant eu lieu dans des maisons de repos et de soins concernent des cas confirmés (22%) ou des cas suspects (78%).
  • L'Allemagne vise une réouverture de ses frontières à la mi-juin

    L'Allemagne vise une levée à la mi-juin des restrictions de circulation mises en place à ses frontières pour endiguer la pandémie de nouveau coronavirus, a annoncé le ministre allemand de l'Intérieur. L'Allemagne, de même que ses voisins français, autrichien et suisse, ont "le clair objectif d'un retour d'une libre circulation en Europe à partir de la mi-juin", a déclaré Horst Seehofer lors d'une conférence de presse, annonçant par ailleurs un assouplissement des contrôles en vigueur à partir du 16 mai .

  • Les événements interdits jusqu'au 31 août en province de Namur, sauf dérogation

    Tous les événements publics sont interdits jusqu'au 31 août en province de Namur, a indiqué mardi le gouverneur, Denis Mathen. Les bourgmestres pourront toutefois accorder certaines dérogations. L'interdiction concerne tous les événements publics "de nature festive, culturelle, folklorique, récréative, touristique, commerciale et sportive se déroulant en plein air ou en tout ou partie dans un espace intérieur".

  • "Fermez la planche des toilettes avant de tirer la chasse"

    En ce qui concerne les toilettes, Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral dans la lutte contre le Covid-19, a tenu à souligner un point. Le virus peut également se trouver dans le tube digestif et donc au niveau des excréments. Au moment de tirer la chasse, il pourrait y avoir un effet de bouillonnement qui peut mettre le virus en suspension. Abaissez donc la planche avant de tirer la chasse. "Ce n'est qu'un petit point, mais un petit point d'hygiène qui peut s'avérer significatif", précise l'infectiologue. Et bien sûr, lavez-vous les mains ensuite. 

  • La ventilation naturelle peut aider à éliminer des particules

    Si, dans les magasins ou dans les bureaux, on bénéficie de ventilation mécanique, il faut essayer que cette ventilation ne soit pas en recirculation mais en extraction de l'air, avec (ou pas) de filtres hautement efficaces. 

    En ce qui concerne la ventilation naturelle (le fait d'ouvrir une fenêtre), cela peut être efficace pour aider à éliminer des particules. Avec l'arrivée des beaux jours, cela sera plus facile. 

  • "Il ne faut pas croire qu'une particule virale peut vous infecter", mais tousser en émet des millions

    "Il ne faut pas croire qu'une particule virale peut vous infecter", explique l'infectiologue Yves Van Laethem durant la conférence de presse des autorités sanitaires. Il faut probablement beaucoup plus de particules virales pour ce virus du Covid-19.

    Si on prend en comparaison d'autres virus liés au coronavirus comme le SRAS de 2004 ou le MERS-CoV de coronavirus, les autorités sanitaires estiment qu'il faut des centaines à quelques milliers de particules virales avant de pouvoir contaminer un autre individu

    Lorsque l'on tousse ou que l'on éternue, on émet potentiellement des millions de particules virales si on est infecté. Ce sont donc des gens particulièrement à risque pour les autres. Donc il est important de rappeler que si des symptômes comme la toux apparaissent, il est urgent de rester chez soi et de prendre contact avec son médecin traitant, par téléphone. 

    Le masque peut diminuer ce risque. Il bloque les grosses particules que nous émettons, mais ne suffit pas. 

  • Comment éviter le virus au maximum?

    Dans certaines circonstances, le virus peut se répandre très vite mais ce n'est pas toujours le cas. Il existe des situations dans lesquelles le risque est extrêmement faible. Cet ordre de grandeur de risque est très variable d'un moment à l'autre. Les autorités sanitaires sont revenues sur ces cas de figure.

    Cela va dépendre essentiellement (mais pas seulement) de:

    • la durée des contacts 
    • La proximité, de l'intensité des contacts 

    Exemple: croiser quelqu'un à 1m50 de distance, rester à côté de quelqu'un à 1m50, le croiser pendant quelques secondes ne présente aucun risque. La transmission du virus par la simple respiration (si on ne se parle pas ou qu'on n'éternue pas) est nulle ou pratiquement virtuelle. Elle sera encore diminuée si les personnes portent des masques. Ce risque sera d'autant plus bas si l'on se trouve à l'extérieur. 

    Il est clair, en contraste, que d'avoir une conversation avec quelqu'un, sans masque, à moins d'1m50 peut déjà présenter un certain risque. Qui sera augmenté si vous parlez fort, vous chantez ou que vous avez une quinte de toux. Un contact proche et prolongé sera à risque plus significatif de transmission. 

  • Revoir la conférence de presse des autorités sanitaires

    La conférence de presse du 13 mai

  • La Russie enregistre à nouveau plus de 10.000 cas supplémentaires de coronavirus

    La Russie a de nouveau enregistré mercredi plus de 10.000 cas supplémentaires d'infection au coronavirus, au lendemain du début d'un prudent déconfinement. Mardi, plusieurs régions russes, moins touchées par l'épidémie que la capitale, ont autorisé certains commerces à rouvrir. La plupart des lieux publics demeurent fermés, restaurants compris, tandis que les rassemblements sont interdits jusqu'à nouvel ordre. Les industries et chantiers ont également repris le travail, y compris à Moscou.

  • Amazon va prolonger la suspension de ses activités en France jusqu'au 18 mai

    Amazon a annoncé mercredi vouloir prolonger jusqu'au 18 mai inclus la suspension de l'activité de ses centres de distribution en France, effective depuis près d'un mois, après une décision de justice lui imposant d'évaluer les risques liés à l'épidémie de Covid-19. Le géant américain du commerce en ligne proposera cette prolongation lors d'un comité social et économique (CSE) central mercredi, a-t-on appris auprès de la direction.

    "Nos centres de distribution sont sûrs. Cependant, l'astreinte, telle que précisée par la cour d'appel, signifie que même avec un taux infime de traitement accidentel de produits non autorisés, de l'ordre de 0,1%, le risque de contrevenir à la décision de la cour d'appel pourrait entraîner une pénalité de plus d'un milliard d'euros par semaine. C'est pourquoi nous n'avons pas d'autre choix que prolonger la suspension temporaire de l'activité de nos centres de distribution français", affirme Amazon.

  • Les délais pour les droits de succession et d'enregistrement sont prolongés en Flandre

    L'administration fiscale flamande prolonge de deux mois supplémentaires les délais pour remplir ses obligations en matière de paiement des droits d'enregistrement et de succession. Une première prolongation de deux mois, jusqu'au 31 juillet, avait été décidée au moment de la mise en œuvre des premières mesures de confinement. La nouvelle autorise un report jusqu'au 30 septembre, a annoncé mardi le ministre flamand des Finances Matthias Diependaele (N-VA).

  • Encore quelques perturbations sur le réseau de la Stib

    Le réseau bus de la Stib était encore perturbé mercredi matin, a fait savoir la société bruxelloise de transports en commun. Depuis lundi matin, une partie du personnel dénonce le manque de mesures de protection contre le coronavirus.

  • L'économie britannique chute de 2% au 1er trimestre

    Le Royaume-Uni a subi une chute de 2% de son produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre, en raison du choc économique du coronavirus, annonce le Bureau national des statistiques (ONS). Cette baisse, calculée par rapport au trimestre précédent, est la pire performance depuis le quatrième trimestre de 2008, soit en pleine crise financière internationale, précise l'ONS.

    -5,8%
    de PIB
    C'est le recul enregistré au mois de mars par rapport au mois de février, soit le pire recul d'un mois sur l'autre jamais enregistré depuis le début de la collecte des données en 1997.

    Il ne s'agit que d'un avant-goût de l'impact de la pandémie puisque le confinement du pays, et donc l'arrêt de l'activité économique, a débuté le 23 mars, soit en toute fin de trimestre. Le Royaume-Uni se prépare donc à une récession historique puisque l'impact de la pandémie devrait être bien plus conséquent au deuxième trimestre. Avec une baisse du PIB de 2% au premier trimestre, le pays fait un peu mieux que la France (-5,8%) ou l'Italie (-4,7%), deux autres pays très affectés par la pandémie mais où le confinement avait démarré plus tôt.

  • Les parents craignent plus une infection à l'école qu'un retard d'apprentissage

    De nombreux parents sont inquiets de voir leurs enfants reprendre le chemin de l'école. L'angoisse qu'ils risquent d'y être infectés par le coronavirus prend le pas sur celle d'un retard d'apprentissage, selon un sondage réalisé par iVox la semaine passée auprès de 800 parents, cité dans Het Laatste Nieuws mercredi.

     Au moins 54,2% des parents belges estiment qu'il n'est pas sûr pour les enfants de retourner en classe à partir du 18 mai. L'inquiétude est plus marquée du côté des répondants francophones (69,9%) qu'auprès des répondants néerlandophones (38,6%). Cette différence est notable, dans une moindre mesure, quant à l'inquiétude relative à un retard d'apprentissage. Ce souci concerne 48,4% des Wallons, contre 33,9 des Flamands, la moyenne belge étant de 40%.

  • Le voyagiste TUI va supprimer 8.000 postes dans le monde

    Le voyagiste allemand TUI annonce qu'il compte supprimer 8.000 postes dans le monde, soit plus de 10% de ses effectifs, conséquence de la pandémie de coronavirus qui a mis à l'arrêt la plupart de ses activités. "Nous voulons réduire nos charges administratives durablement de 30% sur l'ensemble du groupe" avec "des conséquences sur environ 8.000 postes" que "nous n'allons pas occuper ou supprimer", indique l'entreprise qui a fait état d'une perte nette au deuxième trimestre de 763,6 millions d'euros. 

    En ce qui concerne la Belgique, les conséquences de l'annonce ne sont pas encore claires à ce stade. Selon le porte-parole de TUI Belgique, la répartition des suppressions d'emplois n'est pas encore connue car un groupe de travail doit se pencher sur la question. "Il n'y a donc encore rien de décidé." En Belgique, quelque 2.300 personnes travaillent pour le tour-opérateur.

  • Que va décider le Conseil national de sécurité?

    Le Conseil National de Sécurité se réunit ce matin pour préparer la phase 2 du déconfinement. On attend bien sûr la confirmation de la réouverture des écoles. Les coiffeurs et centres de bien-être espèrent le "go!" pour lundi prochain, le 18. Mais pour le secteur culturel et les stages de vacances, la situation est moins claire.

    On fait le point :

  • Le Pentagone investit dans les seringues pré-dosées pour un vaccin

    Le Pentagone a annoncé avoir accordé un contrat de 138 millions de dollars à une société fabriquant des dosettes injectables pour permettre une diffusion rapide d'un vaccin contre le Covid-19 à partir de l'automne. Le contrat est destiné à accélérer un projet auquel participent déjà le ministère de la Santé et la banque d'investissement américaine Jefferies, destiné à développer les capacités de la société Apiject Systems America, spécialisée dans ces mini-seringues pré-dosées et jetables. Ce contrat "augmentera radicalement la capacité de production de dispositifs injectables fabriqués localement à partir d'octobre 2020", avec un objectif de production de 100 millions de seringues pré-dosées d'ici la fin de l'année, a indiqué le Pentagone dans un communiqué.

      L'idée est de pouvoir "combattre le Covid-19 quand un vaccin sûr et prouvé sera disponible", précise le communiqué. Le contrat prévoit aussi la création dans le Connecticut, en Caroline du Sud et dans l'Illinois de nouvelles usines de fabrication "ultra-rapide" de ces dosettes en plastique pour parvenir à une production de 500 millions de dosettes en 2021. Ce contrat "aidera à réduire la dépendance des Etats-Unis envers les chaines de production étrangères et envers des technologies vieillies avec des délais de production plus importants", souligne le Pentagone. Pour reconstituer une base industrielle abandonnée au fil des ans au profit de la Chine, le Pentagone investit depuis deux mois des centaines de millions de dollars dans l'achat de masques, de tests et autres produits pharmaceutiques à des sociétés américaines.

  • Le boom des achats par chèques-repas

    "On a constaté une augmentation de près de 50% du panier moyen acheté en magasin avec des chèques-repas lors du confinement. Logique, car les snacks et restaurants sont fermés. De plus, le consommateur limite ses déplacements et dépense donc plus lorsqu'il est au magasin", a souligné Jean-Louis Van Houwe, fondateur et CEO de la société émettrice de chèques Monizze, en marge de la présentation de sa nouvelle plateforme Activ'.

    Moins de chèques émis

     Si le panier moyen a augmenté, l'émission de chèques-repas a fortement baissé en raison du chômage économique qui frappe des milliers de travailleurs en cette période de crise du coronavirus. 

    "En avril, nous avons constaté une baisse des émissions de 25% et ce chiffre sera pire en mai. La baisse des transactions a été de 20%", a expliqué Jean-Louis Van Houwe. Plus de 250 millions de chèque-repas sont distribués chaque année en Belgique, tous émetteurs confondus. Arrivée sur le marché des chèques-repas en 2011, Monizze est venue concurrencer Sodexo et Edenred, qui se partageaient jusqu'alors le marché en Belgique. 

  • Plus de 290.000 morts dans le monde

    La pandémie de nouveau coronavirus a fait plus de 290.000 morts dans le monde, dont plus de 80% en Europe et aux États-Unis, depuis son apparition en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

    Au total, 290.477 décès ont été recensés dans le monde (pour 4.243.916 cas), dont:

    - 159.205 en Europe (1.780.820 cas), continent le plus touché.

    - Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (82.105), devant le Royaume-Uni (32.692), l'Italie (30.911), la France (26.991) et l'Espagne (26.920).

  • Deux millions de masques FFP2 supplémentaires commandés par la taskforce

    Ces derniers jours, 2 millions de masques FFP2 supplémentaires ont été commandés par la taskforce censée gérer l'approvisionnement en matériel de protection, et 80.000 ont été livrés, a communiqué jeudi soir le ministre responsable Philippe De Backer (Open Vld).

    10,5
    millions
    En tout, 10,5 millions de masques FFP2 et FFP3 ont été livrés.

    En tout, près de 54 millions de masques buccaux du type FFP2 ou FFP3 ont été commandés par la taskforce, dont 10,5 millions ont été livrés. Ils doivent dans un premier temps être soumis à un test de qualité avant d'être distribués.

    Actuellement, encore plus de 6 millions suivent ce processus, selon une porte-parole du ministre. Ces contrôles peuvent durer jusqu'à une semaine.  Entre temps, la taskforce a déjà pu distribuer plus d'un million de masques FFP2 ou FFP3 aux établissements de soins. "Nous sommes également en mesure d'effectuer des livraisons d'urgence, ce qui s'est déjà produit", précise la porte-parole. Au total, la taskforce a déjà commandé 313 millions de masques (y compris les masques chirurgicaux, donc, en plus des masques FFP2 et FFP3), dont 75 millions ont été livrés et 27,5 millions ont été distribués. 

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    Au menu de ce mercredi un nouveau Conseil national de sécurité qui commence à 9h et doit valider le passage à la phase 2 du plan de déconfinement.

    Dans les annonces attendues, la confirmation de la réouverture des écoles le 18 mai, notamment.

    Pour suivre les dernières informations dans ce direct, Corentin Di Prima, Camille Berkenbaum et François Witvrouw se relayent jusqu'à 23h.

    Bonne journée.

    (pour retrouver le live de mardi, rendez-vous ici)

    Voici les grandes étapes du déconfinement

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés