Publicité
Publicité

Le prix des boissons pourrait grimper à la réouverture des terrasses

Un restaurant de Bruxelles ©BELGA

Si l'ampleur de la hausse des tarifs n'est pas encore claire, des chiffres précis devraient bientôt être annoncés. Horeca Vlaanderen juge "logique" la décision des propriétaires.

Tous ceux qui voudront profiter d’un bon verre en terrasse lors de ce mois de mai ensoleillé devront potentiellement être prêts à mettre davantage la main au portefeuille…  C'est en tout cas ce qui ressort d'un sondage réalisé par Horeca Vlaanderen.

Selon la fédération flamande de l'horeca, le deuxième secteur le plus touché par la crise du coronavirus en Belgique, des établissements envisagent en effet d'augmenter le prix des boissons à partir du 8 mai et la réouverture des terrasses.

L'horeca, dont le chiffre d'affaires a baissé en moyenne de 39 % par rapport à la normale selon une enquête de la Banque nationale de Belgique fin septembre, pourrait en effet être tenté de compenser les pertes subies et les investissements sanitaires réalisés dans le cadre de la crise du coronavirus.

Baisse de la TVA

Les bars et restaurants, déjà été contraints de fermer leurs portes pendant plus de deux mois lors du premier confinement, attendent leur réouverture depuis le mois de novembre.

L'impact économique du coronavirus sur le secteur a notamment poussé le gouvernement à confirmer, vendredi dernier, la réduction de la TVA dans l'horeca. Jusqu'à fin septembre, une taxe de seulement 6% s’appliquera désormais aux repas et aux boissons.

Une mesure similaire avait été introduite lors de la reprise qui avait suivi le premier confinement, mais elle ne s'appliquait pas aux boissons alcoolisées, ce qui est désormais le cas.

Activité limitée

"Nous sommes une association non-commerciale et ne prenons pas parti sur la politique des prix."
Jean-Louis Van de Perre
Président de la fédération Brasseurs belges

Selon les nouvelles dispositions, les terrasses pourront désormais ouvrir entre 08h00 et 22h00, avec un maximum de quatre personnes par table, sauf si les personnes font partie d'un même foyer. Dès lors, les établissements concernés ne pourront pas encore fonctionner à pleine capacité.

Les brasseurs n'ont pas encore augmenté leurs prix de manière significative, selon la fédération Brasseurs belges, qui indique néanmoins que cette décision relève des établissements horeca.

"Nous sommes une association non commerciale et ne prenons pas parti sur la politique des prix", a réagi Jean-Louis Van de Perre, président de la fédération. "Nous veillons à ce qu'il n'y ait pas d'abus ou de malentendu", a ajouté le directeur, Krishan Maudgal, qui affirme comprendre les difficultés financières auxquelles est aujourd'hui confronté le secteur de l'horeca.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité